Emmanuel Macron : quel programme en matière d’éducation ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Frédéric BISSON - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Emmanuel Macron : quel programme en matière d’éducation ?

Publié le 13 mars 2017
- A +

Par Constance Prazel.
Un article de Liberté scolaire

Balle au centre : en matière d’éducation, l’exercice s’avère difficile pour Emmanuel Macron, qui doit, dans son programme, rester fidèle aux grands principes éducatifs soutenus à gauche de l’échiquier politique, en même temps qu’il s’intéresse à un accroissement général de l’autonomie en matière d’éducation.

Thèmes de gauche… mais plus d’autonomie en matière d’éducation

En conséquence, on y trouvera une réaffirmation du système des ZEP, avec en ligne de mire la lutte contre les inégalités sociales, et un plaidoyer, bien que discret, en faveur de l’autonomie des chefs d’établissement en matière de recrutement, et d’une refonte de la réforme du collège ou des rythmes scolaires.

Au coeur du traitement spécifique des ZEP, une apologie de la petite structure, avec un objectif annoncé, recrutements à la clef, de 12 élèves par enseignant.

De la liberté scolaire encore floue

Du côté de la liberté scolaire, l’intention est là, mais les modalités restent très floues. Liberté pédagogique (sans autres précisions), liberté de recrutement, à l’instar de ce que propose également François Fillon, dans l’esprit du programme ECLAIR lancé il y a quelques années déjà sous Nicolas Sarkozy.

Il brise le tabou de la motivation à travailler en ZEP en proposant une prime pouvant aller jusqu’à 3 000 euros annuels, pour les professeurs qui feraient le choix difficile d’aller y enseigner.

Et les rythmes scolaires ?

C’est sur la réforme des rythmes scolaires et du collège que se porte l’essentiel de ses attaques : liberté d’application des rythmes scolaires laissée à la discrétion des communes, rétablissement des classes bi-langues et de l’enseignement du latin et du grec.

Des pistes intéressantes dans le sens d’une plus grande liberté scolaire, mais qui posent naturellement la question de leur faisabilité, compte tenu des arbitrages politiques avec une gauche traditionnellement réticente sur ces axes de travail, et auxquels sera naturellement confronté Emmanuel Macron s’il venait à remporter l’élection présidentielle.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Aucun commentaire: les lecteurs se fichent bien de l’enseignement?

    Pourtant je suis persuadé qu’il s’agit forcément d’un secteur de l’avenir du pays qu’il est bien question. Et ce ne sont pas les problèmes qui manquent dans ce secteur: que ce soit le pilotage du ministère par son administration largement syndiquée jusqu’à l’existence-même de ZEP, concentration « d’élèves à problèmes », en passant par le déficit d’élèves en apprentissage professionnel ou par l’idéologie d’une éducation civique prioritaire en vue de remplacer l’équité des chances comme objectif par une « égalité citoyenne » forcément plus soumise et aisément gouvernable! Dommage!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Non, Monsieur Zemmour, un remake de l’école d’avant ne relèvera pas la France économiquement et n’apportera aucune solution à la situation actuelle que vous n’êtes pas le seul à déplorer ! La bataille se joue en effet à l’école : la France s’est fourvoyée, mais pas comme vous l’entendez !

Oui, la France doit viser l’excellence et son école, l’éclosion d’intelligences multiples.

Sachez que vos propositions qui rappellent les incantations sur le « lire, écrire, compter » de certains ministres de l’Éducation – issus du sérail - , q... Poursuivre la lecture

Par John Osterhoudt. Un article de Reason magazine

"Avec la réserve fédérale, vous avez quelque chose qui n'est pas contrôlable, n'est-ce pas ? C'est un système monétaire qui est complètement opaque pour tout le monde", explique Jimmy Song, un auteur, podcasteur et programmeur informatique qui organise des séminaires de deux jours dans le monde entier pour former des codeurs à travailler dans l'industrie du bitcoin. "Avec le bitcoin, vous avez la possibilité de procéder vous-même à des vérifications, et c'est ce que j'enseigne ... Poursuivre la lecture

Par Natsuko D'Aprile. Un article de The Conversation

La notoriété culturelle de la France a toujours été ancrée dans l’esprit des audiences étrangères. Qui n’a jamais entendu parler des Misérables, n’a pas souhaité s’aventurer dans les galeries du Château de Versailles ou ne s’est pas émerveillé devant les pâtisseries de Pierre Hermé ?

C’est de cela que traite le concept de soft power. Conceptualisé par Joseph Nye dans les années 1990, le soft power (littéralement « pouvoir doux »), désigne la capacité d’un État à séduire et à a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles