Emmanuel Macron : quel programme en matière d’éducation ?

Que propose Emmanuel Macron concernant l’éducation ? Qu’y a-t-il dans son programme ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Emmanuel Macron : quel programme en matière d’éducation ?

Publié le 13 mars 2017
- A +

Par Constance Prazel.
Un article de Liberté scolaire

Balle au centre : en matière d’éducation, l’exercice s’avère difficile pour Emmanuel Macron, qui doit, dans son programme, rester fidèle aux grands principes éducatifs soutenus à gauche de l’échiquier politique, en même temps qu’il s’intéresse à un accroissement général de l’autonomie en matière d’éducation.

Thèmes de gauche… mais plus d’autonomie en matière d’éducation

En conséquence, on y trouvera une réaffirmation du système des ZEP, avec en ligne de mire la lutte contre les inégalités sociales, et un plaidoyer, bien que discret, en faveur de l’autonomie des chefs d’établissement en matière de recrutement, et d’une refonte de la réforme du collège ou des rythmes scolaires.

Au coeur du traitement spécifique des ZEP, une apologie de la petite structure, avec un objectif annoncé, recrutements à la clef, de 12 élèves par enseignant.

De la liberté scolaire encore floue

Du côté de la liberté scolaire, l’intention est là, mais les modalités restent très floues. Liberté pédagogique (sans autres précisions), liberté de recrutement, à l’instar de ce que propose également François Fillon, dans l’esprit du programme ECLAIR lancé il y a quelques années déjà sous Nicolas Sarkozy.

Il brise le tabou de la motivation à travailler en ZEP en proposant une prime pouvant aller jusqu’à 3 000 euros annuels, pour les professeurs qui feraient le choix difficile d’aller y enseigner.

Et les rythmes scolaires ?

C’est sur la réforme des rythmes scolaires et du collège que se porte l’essentiel de ses attaques : liberté d’application des rythmes scolaires laissée à la discrétion des communes, rétablissement des classes bi-langues et de l’enseignement du latin et du grec.

Des pistes intéressantes dans le sens d’une plus grande liberté scolaire, mais qui posent naturellement la question de leur faisabilité, compte tenu des arbitrages politiques avec une gauche traditionnellement réticente sur ces axes de travail, et auxquels sera naturellement confronté Emmanuel Macron s’il venait à remporter l’élection présidentielle.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Aucun commentaire: les lecteurs se fichent bien de l’enseignement?

    Pourtant je suis persuadé qu’il s’agit forcément d’un secteur de l’avenir du pays qu’il est bien question. Et ce ne sont pas les problèmes qui manquent dans ce secteur: que ce soit le pilotage du ministère par son administration largement syndiquée jusqu’à l’existence-même de ZEP, concentration « d’élèves à problèmes », en passant par le déficit d’élèves en apprentissage professionnel ou par l’idéologie d’une éducation civique prioritaire en vue de remplacer l’équité des chances comme objectif par une « égalité citoyenne » forcément plus soumise et aisément gouvernable! Dommage!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a quelques jours, on apprenait que l'université de Strasbourg décidait de fermer ses portes aux étudiants pendant deux semaines supplémentaires cet hiver, par souci d'économie. Le président de l'université à en effet précisé qu'il s'agirait d'« une troisième semaine de congés de Noël début janvier et [d']une semaine complète de cours en distanciel en février ».

Pendant que l'éducation est une fois encore reléguée au second plan, Élisabeth Borne nous apprend à gérer notre consommation énergétique : « La règle, c’est de chauffer à ... Poursuivre la lecture

Alors que les écoles indépendantes et l’école à la maison se développent partout dans le monde, la France a fait le choix de dire non aux alternatives à l’Éducation nationale. C’est ce qui ressort de la dernière analyse proposée par « Créer son école » lors de la tenue de sa conférence de rentrée du 7 septembre 2022.

Avec la crise du Covid-19, le recours à l’école à la maison s’est développé partout dans le monde. Aux États-Unis, le taux de homeschooling est passé de 3,5 % à 10 % de 2019 jusqu’à aujourd’hui. En Grande-Bretagne, la croi... Poursuivre la lecture

Les résultats des petits Français aux classements internationaux sont en chute libre : selon l’étude TIMSS[1. Trends in international mathematics and science study] de 2019, seuls 20 % des élèves de CM1 atteignent un niveau élevé en mathématiques et en sciences contre une moyenne de 40 % dans l’Union européenne. Le classement PISA[2. Programme international pour le suivi des acquis des élèves] 2019 nous place en 23e position parmi 79 pays de l’OCDE. Ce classement évalue les élèves en lecture, en mathématiques et en français : les scores des é... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles