Téléphonez à l’étranger comme si c’était chez vous

Fini les factures salées en rentrant de vacances ou après un voyage d’affaires à l’étranger. Mercredi 1er février, le Parlement européen a annoncé, via un communiqué de presse, la fin des frais d’itinérance pour tous au sein de l’UE d’ici le 15 juin 2017.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Téléphonez à l’étranger comme si c’était chez vous

Publié le 21 février 2017
- A +

Par Chloé Lourenço.
Un article de Trop Libre

Téléphonez à l’étranger comme si c’était chez vous
By: Windell OskayCC BY 2.0

La fin des frais d’itinérance (ou roaming) signifie la suppression des frais facturés par les opérateurs à leurs clients lorsqu’ils sont à l’étranger. Depuis dix ans, la Commission européenne œuvre pour leur disparition, son objectif étant d’avoir un système harmonisé au sein des 28 États-membres. Pour cela, elle s’assure de la baisse des tarifs chaque année. Cette longue procédure arrive enfin à son terme, comme l’a fait savoir Andrus Ansip, vice-président de la Commission chargé du marché unique numérique.

Dès le 15 juin, les Européens pourront envoyer des SMS et téléphoner depuis n’importe quel pays de l’UE comme s’ils appelaient chez eux.

Dans un communiqué du Parlement européen, Miapetra Kumpula-Natri, une eurodéputée finlandaise à la Commission ITRE (Industrie, Recherche, Énergie) au Parlement européen s’en félicite : « Tout comme les organisations de consommateurs partout en Europe, nous aussi nous voyons cet aboutissement comme une grande victoire pour les utilisateurs de l’Union ». La seule incertitude concerne le Royaume-Uni, dont on ignore si les frais d’itinérance s’appliqueront, après sa sortie de l’Union européenne.

Plafonnement des données internet à l’étranger

Si téléphoner ou recevoir des SMS se fera sans surcoût, ce n’est en revanche pas tout à fait la même chose pour les données Internet. La Commission a négocié des plafonds pour les titulaires de grosses enveloppes Internet. Elle précise dans son texte que cela doit permettre la protection des pays tels que la Finlande, où les forfaits sont illimités : il ne faudrait pas que les prix y augmentent ou que les offres soient menacées. Pour cela, la consommation de data sera limitée : plus l’enveloppe internet sera importante, plus le client pourra consommer de data à l’étranger. Et inversement.

Ces plafonds définissent le montant que les opérateurs de télécommunication peuvent s’imposer mutuellement pour l’utilisation de leurs réseaux en cas d’appel transfrontalier. Ils garantissent une couverture suffisante des coûts pour les opérateurs dans toute l’Europe, mais ils sont assez bas pour maintenir une certaine concurrence sur les différents marchés européens. Avec ce système, tout le monde est gagnant. La Commission espère ainsi ouvrir le marché aux opérateurs de petite taille ou virtuels.

Protection de la concurrence en Europe

Si l’objectif principal de la Commission européenne est de maintenir une concurrence effective dans toute l’UE, la fin du roaming ne doit pas pour autant pousser les utilisateurs à souscrire un forfait plus avantageux dans un autre pays membre. Un Européen disposera d’une période de 4 mois par an pendant laquelle il pourra téléphoner depuis l’étranger sans surcoût. Au-delà de cette période, les opérateurs seront en droit de se demander si l’utilisateur n’est pas en train de frauder.

Ainsi, pour éviter les dérapages, la Commission a mis en place des garde-fous.

Pour obtenir une carte SIM d’un État-membre et pour pouvoir l’utiliser, il faudra y travailler, y résider ou y étudier. Si l’opérateur constate un abus de la part de son client, il pourra le lui faire savoir puis le surfacturer. L’utilisateur doit prouver une sorte de « lien stable » avec le pays d’origine de l’abonné, ceci dans le but de protéger les étudiants Erasmus ou les travailleurs détachés qui voyagent beaucoup plus.

Les prochaines étapes

L’accord reste encore à entériner à la Commission ITRE (Industrie, Recherche, Énergie), au Parlement européen et dans les parlements nationaux. Cependant, dans la mesure où le Parlement européen appelle régulièrement et depuis longtemps à supprimer les frais d’itinérance, nul doute que cet accord sera rapidement approuvé.

D’ici juin 2017, les opérateurs nationaux auront le temps de se préparer et de prendre les mesures préalables à la fin du roaming en Europe.

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Bonne nouvelle à court terme pour le consommateur. Mais les arbres ne montent pas jusqu’au ciel. A moyen terme, dans un domaine où pour survivre il faut investir chaque année des sommes colossales, soit les prix remonteront, soit la qualité baissera, soit il y aura « des morts » que le contribuable finira par « aider »….

  • Une mesure qu’ils auraient pu proposer . un ticket wifi comme au camping quand on est en déplacement, pour pouvoir se connecter à une borne qui n’est pas celle de son opérateur habituel. Payant bien évidement.

  • bin c’est déjà le cas pour les francais, grâce à free… Tu peux appeler, envoyer des sms, pour le cout local.
    De plus tu peux aussi te déplacer 35 jours par an sans frais supplémentaire, appeler en illimité et tout.
    J’ai plutôt tendance à penser que c’est plutôt grâce à des opérateurs qui ont mis des coups de pieds dans le c…s des opérateurs historique que les prix ont baissé.
    Je pense aussi que c’est grâce à ces mêmes nouveaux opérateurs que l’ont pourra avoir son abonnement de téléphone ou on veut pour appeler comme on veut. Certainement pas grâce à une bande de technocrates. Ca serait bien la première fois qu’ils réussiraient qq chose 🙂

    • Bien sûr c’est facile quand les règles ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Free a été inventif, certes, mais il a eu l’autorisation de louer les réseaux des autres plutôt que de construire le sien. Comme je le disais plus haut, c’est donc des milliards d’investissements qu’il n’a pas eu à faire. ça aide à faire des faveurs aux clients vu que ça ne leur coûte pas cher.
      Traiter les autres de technocrates, vous ne savez pas de quoi vous parlez.

      • … sans compter la qualité du réseau Free, qui comme tout le monde le sait est déplorable par rapport à celle des autres.

  • Exemple type d’une mesure non libérale !

    Il y un évidemment un coût supplémentaire à utiliser plusieurs réseaux successivement.
    On oblige ceux qui ne se déplacent pas à l’étranger à payer pour ceux qui voyagent.
    Les pauvres pour les riches.

    Cette mesure pourrait être la fin des forfaits à deux euros valables uniquement en France.

    Un petit examen de la situation aux USA montre qu’on peut y acheter des forfaits valables pour des zones plus ou moins étendues.

    La réalité de la demande du client.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J'ai trop souvent prévenu que la richesse et la prospérité de l'Occident pouvaient disparaître en un clin d'œil à cause de politiques irrationnelles. L'Europe a pillé les dividendes de la paix de l'après-guerre froide, emprunté à la génération suivante et est maintenant confrontée à un hiver long et froid, sans autre choix que la misère. Tout cela en se pliant à une idéologie verte qu'elle ne peut plus se permettre économiquement et qu'elle semble incapable d'abandonner politiquement.

Après un départ émotionnellement brutal de ma carri... Poursuivre la lecture

Les négociateurs du Parlement européen et des États membres de l'UE (Union européenne) sont récemment parvenus à un accord sur de nouvelles règles européennes visant à lutter contre ce que l'on appelle le "blanchiment écologique", par lequel des entreprises se présentent comme plus respectueuses de l'environnement qu'elles ne le sont réellement. Les nouvelles règles imposent une série de nouvelles exigences en matière de rapports - d'abord aux grandes entreprises, puis également aux PME - dans le but de "mieux informer" les citoyens de "l'imp... Poursuivre la lecture

Vertueuse Europe

Le 24 février dernier la Russie attaquait l’Ukraine. Depuis cette date fatidique l’Union européenne ne cesse d’étendre et de durcir les sanctions visant à punir l’agresseur.

À l’exclusion des principales banques russes du système SWIFT de paiements internationaux s’est ajouté le gel des avoirs détenus par la Banque Centrale de la Fédération de Russie stockés dans les Banques Centrales et les institutions privées de l’UE puis le bannissement de la majeure partie des importations de pétrole russe. L’arsenal a été complét... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles