CETA : les loups sont-ils entrés dans Bruxelles ?

L’adoption de l’accord de libre-échange Ceta entre l’Union Européenne et le Canada a généré les fantasmes les plus fous de la part de ses opposants.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

CETA : les loups sont-ils entrés dans Bruxelles ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 21 février 2017
- A +

Par Thierry Godefridi, depuis la Belgique.

CETA : les loups sont-ils entrés dans Bruxelles ?
By: Leon YaakovCC BY 2.0

Sans doute certains considèrent-ils que ma qualité de résident d’un pays qui exporte près de 50% de son PIB et de chef d’une entreprise ayant son siège en Wallonie, là où s’est manifesté un bastion de réfractaires de la dernière heure, me confère une compétence particulière pour parler de l’accord économique et commercial global, curieusement plus connu sous son acronyme anglais « CETA » (pour Comprehensive Economic and Trade Agreement), que le Parlement européen a ratifié.

« Ich bin ein Wallon », ont même cru devoir me communiquer des partenaires allemands à l’époque du « non » wallon. J’ai trouvé cela curieux venant d’un pays qui exporte lui aussi près de la moitié de son PIB, ses automobiles, bien sûr, mais aussi le « made in Germany » façonné par son Mittelstand.

Je n’ai pas lu les 454 pages du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, pas plus, j’imagine, que ne les ont lues la plupart des commentateurs, les vociférateurs les plus vocaux estimant de toute évidence que « c’est pas parce qu’on n’a rien à dire qu’il faut fermer sa gu… ». J’ignore donc si – mais je doute que – ce traité de libre-échange nous oblige à manger des produits d’une agriculture transgénique et d’un élevage à la réalité augmentée (si tant est que ce soit de pratique courante au Canada).

Le bouc émissaire CETA

En outre, a-t-on attendu, dans la patrie de la pensée et de la gastronomie étoilée, l’entrée en vigueur de cet accord de libre-échange pour ajouter un peu de cheval dans des pains de viande destinés à la préparation de plats cuisinés et censés ne contenir que du bœuf ? Ledit accord nous priverait-il du droit de choisir des produits d’une filière locale et traçable ? De préférer le poisson de nos mers et de nos rivières au seafood du Pacifique et le blanc bleu belge (ou le bœuf limousin, pour ne vexer personne) au bison des plaines amérindiennes ?

A cet égard, les préambules du traité devraient pourtant rassurer ceux qui ont pris le temps de le lire. Il s’agit certes de créer « un marché élargi pour les marchandises et services par la réduction ou l’élimination d’obstacles au commerce et à l’investissement » entre le Canada et l’Union européenne mais les parties réaffirment « leur profond attachement à la démocratie et aux droits fondamentaux énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l’homme faite à Paris le 10 décembre 1948 » et reconnaissent que « les dispositions de l’accord maintiennent pour les parties leur droit de fixer des règles sur leurs territoires et la latitude dont elles ont besoin pour réaliser des objectifs légitimes en matière de politique, tels que ceux visant la santé publique, l’environnement, la sécurité et la moralité publique ainsi que la promotion et la protection de la diversité culturelle. »

Qui plus est, la Commission européenne explique, dans sa communication au sujet de l’accord économique et commercial global avec le Canada, que cet accord devrait contribuer à la croissance et à l’emploi en Europe, comme ce fut le cas d’autres accords de libre-échange conclus par l’Union européenne, par exemple celui avec la Corée du Sud, accord dont l’entrée en vigueur a été suivie d’une hausse des exportations de l’UE vers ce pays de 55 % pour les marchandises et de plus de 40 % pour les services.

Alors, direz-vous, pourquoi les représentants de la Wallonie, une région de 3,6 millions d’habitants où le taux de chômage officiel dépasse allègrement les 10%, ont-ils tenu en haleine les quelque 500 millions d’autres Européens peuplant l’Union en tentant de bloquer un traité que les 27 autres Etats de l’Union avaient déjà entériné ? Cela n’avait évidemment rien à voir avec le CETA et tout à voir avec la Belgique, ce pays où seul le surréalisme règne et où le (con)fédéralisme se greffe à l’emporte-pièce.

En effet, depuis les dernières élections législatives en Belgique, les représentants francophones au gouvernement fédéral belge et les membres du gouvernement wallon sont issus de partis politiques différents et, du coup, il n’est pas un dossier dans lequel le gouvernement wallon et les partis de l’opposition francophone ne cherchent à tailler des croupières au parti francophone qui occupe seul tous les sièges dévolus aux Francophones dans le gouvernement fédéral (linguistiquement paritaire).

L’affaire s’est même corsée lorsque les deux partis au pouvoir en Wallonie ont profité de l’aubaine du CETA et de la ferveur médiatique et populaire contre le traité vilipendé pour se mettre à faire de la surenchère entre eux afin de se faire valoir auprès de l’électeur. C’eût été franchement désopilant si ce n’était complètement irresponsable.

Et, après que les cerveaux wallons se furent enfin désembrumés, Mélenchon de twitter : « #CETA : La Belgique a capitulé. Les chars du libre-échange entrent dans Bruxelles. Cette Europe-là, ça suffit. On la change ou on la quitte ! » Auriez-vous, Monsieur Mélenchon, en lisant – si vous les avez lues – les 454 pages du traité de libre-échange avec cette belle et grande démocratie qu’est le Canada, abusé du pékèt au sirop d’érable ? Que nos alliés et amis canadiens prennent garde à ce que les valeureux Wallons et quelques autres politiciens de la même aune ne profitent de l’accord global avec le Canada pour y exporter leur incommensurable génie politique transgénique à la réalité augmentée !

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • C’est parce que cet accord est trop flou (454 pages que personne n’a lues, y compris l’auteur et moi-même) et qu’il repose sur le même genre d’arguments qu’on nous a servi lors des récents traités européens (bien être, richesse, croissance, bonheur…)qu’il doit être refusé.

  • Et votre commentaire sur la possibilité des industriels privés d’attaquer les états auprès de tribunaux non moins privés ? Adieu ce qu’il restait de la souveraineté des états. Après la corruption , les lobbies ont maintenant l’arme juridique pour imposer leurs normes.

  • Le langage juridique n’est pas fait pour être compris du commun des mortels. C’est pour cela que l’on écoute ce que disent les « traducteurs » du texte.
    Il en ressort que ce traité, supposé être le « meilleur jamais signé par l’UE », n’est même pas réciproque (ce qui est quand même plus ou moins la base d’un traité de libre echange).
    A force de faire des mauvais deals, pour avoir une place au chaud dans les grandes multinationales, ces messieurs vont finir par casser totalement l’élan européen.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

On reparle d’un éventuel rattachement de la partie francophone de la Belgique à la France. Ce débat est un serpent de mer qui réapparaît périodiquement[1. Tribune de Jules Gheude, écrivain belge et militant wallon prônant le rattachisme, le 7 mai 2022 dans Le Monde : « Et si, en 2024, la Wallonie devenait française ? »] parce qu’il a une certaine logique, mais les conditions de ce rattachement sont-elles vraiment réunies ?

La Belgique est profondément divisée, linguistiquement et politiquement et chaque Belge a sa vision passionnée du ... Poursuivre la lecture

union européenne
1
Sauvegarder cet article

Comme si souvent, l’Union européenne vient de démontrer encore une fois son manque de connexion avec la réalité et sa préférence avant tout pour la communication politique. Étant donné les circonstances actuelles dans lesquelles se trouve l’Ukraine – sa lente mais inéluctable défaite militaire et son économie en chute libre – que fait alors l’Union européenne ?

 

Un geste politique

Est-ce qu’elle fait ce qui aurait été le plus logique, le plus humain et le plus à même de limiter des victimes et des dégâts ultérieurs en Ukra... Poursuivre la lecture

La prolongation du pass sanitaire européen (appelé Certificat COVID numérique de l’UE) a été acceptée par le Parlement européen ce jeudi 23 juin avec une large majorité : 453 pour et 119 contre (avant correction des votes). Il est toutefois possible de savoir comment ont voté les députés sur ce document (pages 44 et 45). Celui-ci est riche en enseignement sur leurs positions individuelles, mais aussi sur le positionnement des partis sur la question sanitaire.

 

Le Rassemblement national, la France Insoumise et François-Xavier ... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles