Davos : le temple de l’interventionnisme étatique

Davos 2017 a confirmé que ce rassemblement était celui d’un groupe de pouvoir interventionniste, bien loin capitalisme libéral. Une analyse de Pascal Salin.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Davos : le temple de l’interventionnisme étatique

Publié le 3 février 2017
- A +

Par Pascal Salin.

Davos : le temple de l’interventionnisme étatique
By: Robert ScobleCC BY 2.0

La réunion annuelle du forum de Davos a réuni comme d’habitude des hommes politiques importants de divers pays, des dirigeants de grandes entreprises et quelques ONG. Comme en témoigne ce qu’on peut lire dans la presse à ce sujet, pour beaucoup de gens le forum de Davos est considéré comme le « temple du capitalisme » ou comme le « sommet de la mondialisation libérale ».

L’utilisation d’étiquettes de ce type reflète en réalité le fait que bien des confusions existent à propos du capitalisme et du libéralisme. Ce sont ces mêmes confusions qui conduisent souvent à exprimer l’idée, par exemple, que le Fonds monétaire international a pour rôle de faire mettre en pratique dans le monde entier des politiques économiques d’inspiration libérale.

Certes, le FMI a parfois préconisé des politiques de libéralisation économique et il essaie parfois de réagir contre des politiques budgétaires trop laxistes (financées par la création monétaire). Mais on ne peut pas considérer comme étant d’inspiration libérale le fait que des gouvernements fassent des prêts, par l’intermédiaire du FMI, aux pays les plus mal gérés, le fait que le FMI utilise des ressources obtenues au moyen de la contrainte étatique, ou encore le fait qu’il recommande souvent des politiques de type keynésien.

Mais revenons au forum de Davos. Pourquoi en fait-on un symbole du capitalisme et de la mondialisation ? Il y a sans doute deux raisons à cela. Tout d’abord on a trop souvent tendance à dire que le capitalisme ou le libéralisme consistent à défendre les grandes entreprises. Le forum de Davos réunirait donc certains des représentants les plus typiques du capitalisme mondial. Mais cette idée est en fait radicalement fausse. Je considère pour ma part qu’une définition correcte du capitalisme consiste à dire qu’il constitue un système de droits de propriété légitimes (c’est-à-dire des droits de propriété qui n’ont pas été obtenus par l’usage de la contrainte publique mais par des efforts personnels de création).

Les vrais capitalistes ne sont pas ceux que l’on croit

Il n’y a donc aucune raison de considérer que défendre un système capitaliste c’est défendre les grandes entreprises. Comme l’a très bien expliqué l’économiste péruvien Hernando de Soto, les grandes entreprises sont souvent entre les mains de nomenklaturistes proches du pouvoir politique, dont ils obtiennent toutes sortes de privilèges ; dans ces conditions les vrais capitalistes sont, par exemple, tous ces petits producteurs qui essaient de survivre en dépit des obstacles règlementaires et fiscaux que leur imposent les gouvernements.

Pourquoi, par ailleurs, est-il erroné de considérer que le forum de Davos est l’expression de la mondialisation libérale ? On entend souvent dire que, dans un monde mondialisé (par suite des progrès de la libéralisation des échanges au cours des décennies passées), il conviendrait aussi que les politiques économiques soient « mondialisées ». On entend par cela qu’il conviendrait que les politiques économiques soient « harmonisées » (comme on cherche à le faire explicitement dans l’union européenne).

La concurrence est aussi bénéfique aux systèmes politiques

De ce point de vue le forum de Davos serait un lieu de rencontres entre les représentants des États pour travailler à cette « mondialisation des politiques ». Mais cette idée va en fait à l’inverse de ce qu’est effectivement la mondialisation. On peut en effet définir la mondialisation comme une situation où il n’existe pas d’obstacles à la liberté des échanges, de telle sorte que les producteurs de tous les pays sont en concurrence les uns avec les autres.

Or, lorsque la concurrence existe chaque producteur essaie de faire mieux que les autres, c’est-à-dire que la concurrence incite à la diversification. Tel est d’ailleurs l’un des grands mérites de la mondialisation : contrairement à ce que l’on prétend souvent elle n’a pas pour conséquence de créer un monde standardisé, mais au contraire différencié.

Ainsi, la « mondialisation » des politiques économiques ne devrait pas être conçue comme un effort pour les harmoniser, mais au contraire pour les mettre en concurrence. La concurrence est toujours bonne, elle l’est également pour les politiques économiques en permettant de multiplier les expériences et donc de comparer l’efficacité de diverses politiques. Il ne serait donc pas nécessaire, bien au contraire, dans un monde véritablement libéral que les gouvernants se rencontrent, aussi bien au sein du G20 qu’à l’occasion du forum de Davos.

Délits d’initiés ou informations de qualité sur l’interventionnisme ?

Certes, on dira que le forum de Davos permet aux dirigeants des grandes entreprises d’obtenir des informations au sujet des politiques économiques pratiquées dans les différents pays et, éventuellement, de bénéficier d’informations privilégiées sur les intentions des gouvernements concernant leurs politiques futures. Il est indéniable qu’il est toujours souhaitable d’obtenir des informations de qualité et le forum de Davos peut, de ce point de vue, être utile pour les grandes entreprises (mais, bien sûr, pas pour les autres).

Cependant, cette situation est un révélateur évident de la nature du monde contemporain : les activités économiques ne se déroulent pas dans un monde parfaitement libéral, mais dans un monde où l’environnement politique joue un rôle important et c’est pourquoi l’information concernant les décisions étatiques y est précieuse. On peut en effet estimer à juste titre qu’à notre époque les États constituent les sources fondamentales de l’instabilité économique du fait de la variabilité de leurs politiques monétaires, budgétaires et fiscales. De ce point de vue, loin d’être « le temple du capitalisme mondial », le forum de Davos peut être considéré comme « le temple de l’interventionnisme étatique ».

Bien entendu, il est très probable que les dirigeants des grandes entreprises présentes à Davos profitent de cette occasion pour essayer de peser sur les décisions politiques qui peuvent avoir une incidence sur leurs entreprises, mais ces pressions peuvent aller dans des sens variés et opposés. Ainsi, les entrepreneurs ont intérêt à obtenir des mesures protectionnistes qui leur évitent la concurrence des producteurs étrangers, mais ils ont intérêt à ce que les autres pays maintiennent la liberté des échanges afin de vendre plus facilement leurs produits. Le résultat de ces pressions variées est évidemment difficile à évaluer, mais il peut aboutir à un renforcement de ce qu’on appelle le « capitalisme de connivence ».

Une influence par le pouvoir et non pas par la pensée

Il ne faut donc pas s’attendre à ce que le forum de Davos contribue à la libéralisation des activités économiques et donc à la consolidation du capitalisme. Il constitue une société de pouvoir et non une société de pensée qui aurait pour objectif de rechercher les moyens d’affermir la liberté dans les activités humaines.

À titre d’exemple de société de pensée, une organisation comme la Société du Mont Pèlerin (association internationale des intellectuels libéraux fondée en 1947 par Friedrich Hayek) joue un rôle discret mais réel pour diffuser les idées favorables à la liberté. Elle est, comme le forum de Davos, à l’origine d’un réseau international de personnalités, mais elle a par ailleurs suscité la création de multiples think tanks libéraux. Son rôle en faveur d’un capitalisme véritable et responsable et d’un vrai libéralisme est totalement différent de celui que peut jouer le forum de Davos.


Pour plus d’informations de ce genre, c’est ici et c’est gratuit.

 

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Ne pas confondre mondialisme et mondialisation non plus
    Excellent article

  • Avant les années 90, le forum de Davos était un simple RDV de dirigeants d’entreprises importantes dans l’économie et qui passait presque inaperçu dans les médias et dont la sécurité du forum étaient assurés par deux ou trois sécuritas. Après la chute du mur de Berlin vit émerger la grande parade ( selon la formule de J-F Revel ) de l’altermondialisme qui à coup de manifestations voulait la mort de ce RDV  » représenatant du mondialisme néo-libéral « . Ces abrutis d’alter mondialistes qui voulaient la mort du Forum de Davos ont simplement réussi involontairement à le rendre super-médiatisé en le transformant en une grande réunion VIP se mêlant entrepreneurs, politiciens et vedettes du schowbiz qui passent plus de temps à échanger des cartes de visites que des idées; idées qui se cantonnent plutôt à vouloir donner au libéralisme mondialisé un  » visage humain  » dont la plupart ne doivent certainement pas savoir ce que cela veut dire.

    Et le tout retranché dans un  » fort  » sécurisé par les unités de la gendarmerie et de l’armée.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Présenté ce mercredi, le troisième rapport de la Commission européenne relatif à l’État de droit dans les 27 pays membres de l’Union interroge.

Si le document d’une trentaine de pages accompagné d’autant de recommandations cite notamment la Pologne et la Hongrie, alors que les Uber Files secouent l’Hexagone le volet relatif aux lobbies du rapport semble répondre à cet épisode qui fait pourtant figure d’exception dans l’océan du capitalisme de connivence français.

 

La France pointée du doigt

Annoncé lors de son disco... Poursuivre la lecture

Le système des prix est un synonyme de liberté. Ou du moins, il est une condition nécessaire à l’existence des libertés les plus primaires, ce dont la plupart de nos contemporains n’ont pas conscience, eux qui fustigent facilement l’économie de marché.

En général, ils souhaitent donc des formes d’organisation sociales plus solidaires, impliquant l’abolition du système de prix et de la monnaie, accusée de conduire à un règne de la marchandisation de l’homme. Il ne se passe guère un jour sans qu’un intellectuel quelconque rédige des pamp... Poursuivre la lecture

Par Samuele Murtinu. Un article de l'IREF Europe

Le « néolibéralisme », c’est-à-dire la version du capitalisme démocratique moderne qui met en scène des marchés et des échanges guidés par de puissantes institutions publiques mondiales, ne doit pas être confondu avec la vision libérale classique de la société libre formulée par Adam Smith, John Stuart Mill, Lord Acton ou F. A. Hayek. De nombreux problèmes associés au néolibéralisme sont en fait le résultat d’une intervention trop lourde de l’État, de la recherche de rentes et d’autres f... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles