6 pistes pour reconstruire notre fiscalité

La fiscalité et les charges sociales actuelles appauvrissent la France et freinent son développement par leur complexité, leur instabilité, un poids total trop élevé et une construction idéologique. Quels seraient les principes d’une bonne réforme ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

6 pistes pour reconstruire notre fiscalité

Publié le 17 janvier 2017
- A +

Par Jean-François Bauer.
Un article d’emploi2017

6 pistes pour reconstruire notre fiscalité
By: Images MoneyCC BY 2.0

Aujourd’hui, dans la fiscalité française :

la volonté de justice sociale a supplanté la recherche d’efficacité de l’impôt, ce qui conduit à réduire l’assiette et à augmenter le taux des impôts, donc à les concentrer sur les créateurs de richesse 
le dirigisme étatique a multiplié les exemptions (niches) et les taxes comportementales 
l’interventionnisme de l’administration a multiplié les taxes affectées 
il y a au total 360 impôts et taxes différents et les règles changent presque tous les ans

Les taux marginaux exorbitants des impôts directs (jusqu’à 75%) découragent l’activité au point que, dans le cas de l’ISF, certains contribuables sont incités à réduire leur création de richesse pour augmenter ce qui leur reste après impôt ! Il en résulte que, depuis 2013, à activité économique constante, les rentrées fiscales des impôts directs ont stagné ou diminué malgré les hausses de taux et que le coût de perception de l’impôt en proportion des recettes est, en France, près du double de celui des autres pays développés. De plus le consentement à l’impôt s’est érodé dangereusement.

Pour réformer le système fiscal français, il faut donc revenir aux principes de base :

l’impôt sert à financer les services communs en nuisant le moins possible à l’activité économique et chacun doit contribuer à proportion de ses moyens. Pour ne pas créer de distorsions entre les activités et ne pas décourager la création de richesses, un bon impôt a une assiette large et un taux bas.
un bon système fiscal comprend peu de taxes différentes ayant chacune un rendement important et leur produit est affecté à un budget unique, pour permettre la meilleure affectation des recettes aux besoins et limiter les frais de gestion.

La réforme nécessitera de :

réduire le total de la dépense publique en dessous de la moitié du PIB pour que le total des prélèvements obligatoires ne soit plus décourageant pour ceux dont l’activité contribue à la création de richesse 
séparer la morale de l’impôt en prenant en compte pour fixer les taux la concurrence internationale, les risques pris et les effets de l’impôt sur l’activité, et pas une appréciation morale de l’activité 
asseoir les impositions directes récurrentes sur la création de richesse, donc le résultat ou le revenu et non sur le patrimoine 
supprimer les impôts idéologiques (ISF, sur-taxation du capital…) ou « punitifs » (locaux vacants…) 
supprimer ou regrouper les petites taxes et supprimer les taxes affectées 
unifier et regrouper les impôts indirects.

Ces principes sont la condition d’une fiscalité qui soit véritablement au service de l’économie et de la croissance, leur application est indispensable dès 2017.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Article de bon sens…

  • Si le projet se contente de passer les DP sous 50% du PIB, ce projet est condamné d’avance par manque d’ambition, de vision et surtout de réalisme. Avec un taux de DP réduit à 49% par exemple, l’économie n’ira pas mieux qu’avec un taux à 58%. 58 ou 49, la France fera quand même défaut, par défaut de dynamisme économique.

    En outre, pourquoi réduire les DP en mettant la France à feu et à sang si c’est pour les maintenir à des niveaux toujours aussi insupportables ? Quitte à réformer, puisque de toutes façons se sera douloureux et violent comme les syndicats collectivistes le promettent déjà, autant réformer vraiment, couper profondément dans l’Obèse, sans regret ni remord. Au moins, les syndicats auront une bonne raison s’agiter, contrairement à leurs dernières sorties.

    Le seuil de 50% est absurde. A quel besoin correspond-il ? Qui peut sérieusement croire qu’on va se relever les manches au travail pour ne conserver que 50% de pouvoir de contrôle et de décision sur les richesses qu’on produit ? Parce que c’est bien ça qui est en jeu : le pouvoir. Et ceux qui produisent toutes les richesses n’ont aucune raison de renoncer à leur pouvoir individuel de distribution, pour nourrir le pouvoir de RE-distribution de nuisibles, incompétents notoires et parfaitement improductifs. 50% ? Ils veulent RE-distribuer ? Qu’ils produisent donc eux-mêmes, s’ils tiennent à RE-distribuer, mais seulement ce qu’ils auront produit.

    Il n’y a qu’un seul taux de prélèvement acceptable, c’est un taux effectivement marginal, en toute hypothèse sous 20% maximum du PIB, ce qui correspond aux dépenses régaliennes normales d’un Etat enfin redevenu normal. Avant d’y parvenir, on peut tolérer une étape temporaire de deux ou trois ans à 30 ou 40% du PIB, pour laisser le temps aux services massivement privatisés de s’adapter à un environnement revenu dans la norme.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer.

Quiconque pense que l’État doit intervenir massivement dans l’économie d’un pays sera certainement enchanté d’apprendre que la France jouit du privilège ambigu d’avoir reçu l’une des plus mauvaises notes du récent rapport Fraser 2021 sur la liberté économique au regard du critère « taille de l’État ». Avec un petit score de 5/10, elle occupe le 155ème rang sur 165 pays étudiés, en proche compagnie de véritables titans de la prospérité et de la liberté comme le Venezuela ou la Libye.

Car bien sûr, toute per... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Eddie Willers.

Depuis son arrivée au gouvernement sous François Hollande, la presse n’a eu de cesse de présenter Emmanuel Macron comme un libéral. Forte de son inculture en la matière, elle pensait qu’il suffisait d’être passé par une banque d’affaires et d’avoir fait voter une loi de libéralisation de l’exploitation des autocars pour en être.

Néanmoins, les dernières semaines nous montrent que notre président fait tout pour se départir de cette étiquette. Une déclaration m’a notamment marqué ces dernières semaines, celle cr... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Dans sa note de conjoncture du 6 octobre dernier, l’INSEE prévoyait que le taux de chômage baisserait fortement au troisième trimestre 2021, pour atteindre 7,6 % de la population active en France entière hors Mayotte après les 8 % du second trimestre. Une perspective plaisante qui fleurait bon la possibilité du plein emploi bientôt retrouvé et qui poussa immédiatement le ministre de l’Économie Bruno Le Maire à mettre en avant l’action absolument novatrice de la majorité LREM dans la renaissance économique vécue a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles