La France est “pro-business” de la pire façon

Baisser les impôts, ça ne suffit pas pour être pro business ! Il faudrait aussi penser aux consommateurs, c’est à dire à tout le monde !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Drapeaux français (France) (Crédits Quinn Dombrowski, licence CC-BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France est “pro-business” de la pire façon

Publié le 27 décembre 2016
- A +

Par Donald Boudreaux, depuis les États-Unis.

On entend souvent dire que les Etats-Unis sont plus “pro-business” que la France. Quand les gens utilisent ce terme ils ont généralement en tête quelque vagues notions de mesures étatiques faites de taxes légèrement rabaissées.

Mais ce genre de termes est trompeur. Pro-business n’est pas pro-marché.

Un vrai marché libre est essentiellement pro-consommateur. Dans une véritable économie de marché, les entreprises ne sont appréciées que dans la mesure où elles rendent services aux consommateurs. Les performances de cette économie sont établies par combien elle est capable de satisfaire, avec le temps, les demandes des consommateurs dépensant leur propre argent, et non par combien elle satisfait les demandes des propriétaires et patrons d’entreprises.

Evidemment, parce que les entreprises sont des moyens utiles – et pratiquement indispensables – de répondre largement aux demandes des consommateurs, les politiques gouvernementales qui font obstacles au bon déroulement de ces moyens ne sont pas souhaitables. Mais de telles politiques qui bloquent ou découragent les activités commerciales ne sont pas économiquement indésirables parce qu’elles nuisent aux entreprises, mais plutôt parce qu’elles nuisent aux consommateurs.

Quoiqu’il en soit, malgré ses défauts, la culture et les politiques américaines sont en réalité bien moins pro-business que d’autres cultures et politiques comme la France. Si vous cherchez vraiment un gouvernement qui est profondément pro-business – un gouvernement qui voit dans la protection des entreprises déjà existantes une fin louable en soi, un gouvernement qui transfère de force les ressources des contribuables et consommateurs afin de soutenir les intérêts matériels des entreprises en place – allez voir en France. Vous y trouverez ce que vous cherchez. En France, vous trouverez un des gouvernements les plus business-friendly de la planète.

Pauvres français.

Traduction d’Antoine Dornstetter pour Contrepoints de France Is « Pro-Business » in the Worst Possible Way de la Foundation for Economic Education.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • « Dans une véritable économie de marché, les entreprises ne sont appréciées que dans la mesure où elles rendent services aux consommateurs »
    Dans une véritable démocratie, les élus ne sont appréciés que dans la mesure où ils rendent service aux citoyens, d’où le contrôle d’i-ceux là.

  • Dans un monde efficace les entreprises sont concentrés sur la plus-value et la marge bénéficiaire au profit des propriétaires et pour que celle-ci soit maximalisée, il faut tenir compte de l’actif le plus important : les consommateurs, mais pour que le consommateur soit satisfait, il faut des employés satisfaits. Tout est lié dans une chaine de valeur.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Un article de Finfrog 

Durant la crise sanitaire, les Français ont continué d'épargner, à des niveaux plus ou moins importants selon les périodes. Selon la Banque de France, ils auraient accumulé un surplus d'épargne de près de 187 milliards d'euros fin octobre 2021 soit une augmentation de 73 milliards d'euros en un an.

Plus de 44 milliards d'euros d'épargne au deuxième trimestre 2021

 

Les chiffres publiés par la Banque de France sur l'épargne des Français en 2021 montrent que la crise du covid a eu un impa... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles