Quel avenir pour la création musicale à l’ère numérique ?

Grâce à internet, une multitude de carrières d’artistes devient possible : le champ de la création est aujourd’hui infini.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Fête de la musique à Vilafranca (Crédits calafellvalo, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quel avenir pour la création musicale à l’ère numérique ?

Publié le 24 décembre 2016
- A +

Un article de GenerationLibre

A qui profite la transition numérique ? Quel avenir pour les droits d’auteur ? Le marché est-il légitime dans le domaine artistique ? Nicolas Bouzou, économiste et directeur d’Astérès, et Michaël Goldman, co-fondateur de My Major Company, en ont débattu lors d’un précédent Meet-Up GenerationLibre.

La destruction créatrice n’est pas un phénomène nouveau

Les liens entre économie et musique ont toujours existé. De même que la lecture matérialiste de la musique fait partie du processus de création musicale : « on fait la musique qui est capable de remplir une salle », résume Nicolas Bouzou. En témoignent la « Bruel Mania », et bien avant, la « Liszt Mania » : au cours du XIXe siècle, le piano forte connaît un essor considérable, auprès des classes moyennes notamment. Le choix de Franz Liszt de composer pour les pianos n’est naturellement pas anodin.

Le phénomène de « destruction créatrice » qui frappe de plein fouet l’industrie musicale depuis la crise du disque n’est pas nouveau non plus. Au siècle précédent, l’arrivée du phonographe de Thomas Edison provoque une mutation d’une ampleur jamais vue dans le domaine de la musique. Pour la première fois, la musique s’invite dans la sphère domestique, sans besoin d’intermédiaire. De même qu’aujourd’hui, les corporations établies se sont tournées vers l’État pour protéger leur pré carré et l’innovation a fait des remous avant de s’imposer, et de permettre à la musique de continuer à progresser.

Or si la « destruction créatrice » perdure c’est parce que la création finit toujours par être plus importante que la destruction. Ceci pour une raison simple : la création élargit un marché. Grâce aux progrès techniques – le CD, le walkman, puis l’iPod… – beaucoup plus de gens écoutent de la musique aujourd’hui qu’en 1895.

La crise du disque au service de la création musicale 2.0

Aujourd’hui, le streaming change moins le type de consommation que la quantité. Si Amazon propose bien plus de titres qu’un libraire, on observe que la vente de chaque titre est la même chez Amazon que chez le libraire. C’est la théorie de la « longue traîne ».

Mais le « business model » du streaming impliquant un nouveau mode de consommation, il ouvre le marché à de nouveaux acteurs. En permettant une écoute illimitée, le streaming amène le consommateur à aller chercher des titres qu’il ne connaissait pas et laisse une chance à des artistes, jusqu’alors inconnus, d’émerger. En témoigne le succès de PNL. La révolution digitale permet ainsi à des artistes indépendants d’émerger sans maison de disque.

Grâce à internet, une multitude de carrières d’artistes devient possible : sur internet uniquement, avec des Majors, sans concerts aussi bien qu’en streaming… Le champ de la création est aujourd’hui infini. Des morceaux d’une heure pourront trouver un marché, l’artiste devient libre d’inventer ses propres schémas. Nous entrons dans l’ère de la création « à la carte ».

En éliminant les intermédiaires, ce phénomène du « do-it-yourself » bouscule les secteurs établis de la distribution et de la production. Pourtant, les maisons de disque continuent aujourd’hui de capter une part significative des revenus des plateformes comme Deezer ou Spotify, alors que l’artiste voit ses revenus diminuer depuis la crise des années 2000.

Comment mieux rémunérer les artistes ?

Le problème de la rémunération des artistes repose avant tout sur la question de la répartition des revenus dans la chaîne de valeur. En bouleversant cette chaîne de valeur, la révolution internet a redistribué les rôles. Avant internet, les producteurs jouaient un rôle capital pour produire de la musique et faire émerger des artistes. Aujourd’hui, les boîtes de production ont pour mission la diffusion et la communication plus que la production. Les contrats de licence ont évolué en ce sens.

La rémunération des acteurs en jeu devrait, en toute logique, suivre l’évolution de la chaîne de valeur. Permettre aux artistes de divorcer de leur label pour devenir totalement indépendants en serait un moyen. Des solutions existent pour permettre aux artistes de voir leur production justement rémunérée. Michaël Goldman évoque l’idée d’une licence globale à 5 euros.

Donner aux artistes les moyens d’optimiser l’utilisation d’internet afin de devenir artistes professionnels indépendants grâce à internet, voilà l’enjeu.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Ou là là, c’est un très vieux sujet, sans aucune mise à jour, que vous ressortez.

    Pour la licence globale, c’est niet et certainement pas libéral.

    Pour les Sacem et consorts, les taxes en tous genres assurent leurs non-avenirs et leurs inutilités certaines.

    Pour les prodes, leurs catalogues ont pris un sacré coup de vieux.

    Pour les streamer c’est impossible en l’état.

    Pour les développeurs, ils sont trop dispersés.

    Pour les industriels, ils ont d’autres chats à fouetter.

    Pour les FAI, c’est un jeu perdu d’avance.

    Que représente la création musicale de nos jours ? Qui maîtrisent les outils aujourd’hui ? Qui compose et comment ? Qui achète de l’espace sonore et dans quel but ? Pourquoi le niveau des musiciens a explosé et que celui du publique a fondu ? Pourquoi les produits dérivés rapportent plus que la vente d’albums ? Pourquoi les autorités sont sourdes ? Pourquoi les TV radio ne font plus d’audiences ? L’exception culturelle à la Française dans un monde ouvert est-elle une valeur enrichissante pour les créateurs ? Pourquoi repousser encore la durée des droits d’auteur ?… Pourquoi il faut un marteau pour enfoncer, une vis ?

    Nous sommes OUT et pour un moment, les ondes négatives ont largement supplanté le débat zéro de la Dadvsi à la Hadopi. La création se porte à merveille, mais elle ne rapporte plus grand-chose. Clap-clap. Et ce n’est pas fini… Le multiculturel à la sauce multimédia est tributaire des avancées technos, et le jeu vient encore de changer …c’est bête, personne ne regarde encore là où il faut !

  • Production justement rémunérée….. justement est de trop !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après la présentation, ainsi que des analyses précises et détaillées portant sur les enjeux liés aux techniques et technologies du numérique, objets d’un premier volume, puis la portée économique prodigieuse de ces technologies, étudiées dans un second tome, cette importante somme de connaissances et de réflexions se poursuit à travers ce troisième et ultime volume, consacré aux enjeux sociétaux et aux nombreuses questions que soulève la pratique du numérique.

Réunissant une nouvelle fois les contributions de multiples spécialistes ven... Poursuivre la lecture

Il y a 20 ans, presque jour pour jour, la Commission européenne imposait une amende record de 497 millions d’euros à Microsoft et lui imposait de produire une version de Windows sans Internet Explorer et sans Windows Media Player.

Ceci mettait fin à des années de procédures antitrust et arrivait à contre-temps alors que la concurrence avait déjà amplement limité le monopole de Microsoft sur ces deux produits.

Quelle ironie que Microsoft ait récemment renoncé à mettre à jour Internet Explorer et ait choisi de le remplacer par Edg... Poursuivre la lecture

L’idée que les règles vont tout résoudre est très profondément ancrée dans la culture européenne, la pensée des citoyens et l’esprit des hommes politiques. Nouvelle illustration avec le Digital Markets Act.

Allons-nous pour autant créer des champions européens et contrôler notre avenir numérique ?

C’est la fiesta à la Commission européenne !

Un accord de principe a été donné par les États membres, le Parlement et la Commission concernant le fameux Digital Markets Act (DMA pour les initiés), en discussion depuis un peu plus d'un... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles