Les dirigeants du RSI en plein déni des réalités

Combien de temps ce pays continuera-t-il à appeler « protection sociale » ou « régime social » un système imposé par la force et la contrainte à une population entière qui refuse avec constance la mise en place du dispositif ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les dirigeants du RSI en plein déni des réalités

Publié le 23 décembre 2016
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Les dirigeants du RSI en plein déni des réalités
By: PhotoAtelierCC BY 2.0

Face à la pression juridique et médiatique, les dirigeants du RSI sont aujourd’hui dans un stupéfiant déni des réalités qui leur sont opposées. Ce refus d’ouvrir les yeux est si prononcé qu’on peut se demander dans quelle mesure il n’explique pas l’incapacité du RSI à régler ses dysfonctionnements et à adopter une véritable démarche commerciale vis-à-vis de ses ressortissants.

Une pression juridique lourde à soutenir

Nous évoquions dans nos colonnes l’argumentation juridique qui est désormais opposée au RSI sur l’illégalité de sa constitution. Les premiers tribunaux à s’exprimer sur la validité de cette mise en cause liée aux formes suivies par les préfets pour créer les caisses régionales sont réunionnais. Une trentaine de « libérés » du RSI y attaquent la régularité de leur caisse.

Ces multiples assignations découlent du combat mené localement par le CSAPR (Collectif des syndicats et associations professionnelles de la Réunion). Ces «anti-RSI» ou «libérés» exigent la fin du monopole de ce régime, jugé illégal selon eux. Ils demandent simplement l’application de la directive européenne de janvier 2008 abrogeant ce monopole et permettant de quitter le RSI pour aller s’assurer ailleurs en Europe.

La décision devrait intervenir le 26 janvier 2017. Elle sera évidemment suivie de près…

Une pression médiatique de plus en plus lourde

À Besançon, c’est une simulation d’un suicide collectif qui a eu lieu dans les locaux de la caisse régionale.

Ce lundi matin, ils sont six artisans et commerçants à rentrer par surprise dans les locaux du RSI, le Régime social des indépendants à Besançon. Ils s’allongent face contre terre, aspergés de faux sang. Ils simulent un suicide collectif. Leur message : « Le RSI tue »

Ce « happening » a bénéficié d’une bonne couverture médiatique, qui illustre la percée de ce thème dans l’opinion. Pour l’institution RSI, cette impopularité grandissante constitue à la fois une menace et un défi.

L’étrange surdité des dirigeants du RSI

En réaction au « suicide collectif » de Besançon, le sous-directeur du RSI Franche-Comté a déclaré:

« Il se peut très bien qu’au moment où on doit payer les cotisations, on soit dans une situation économique moins bonne que l’année précédente. Mais ce n’est pas opaque, c’est peut être complexe à comprendre, mais ce n’est pas de l’opacité. Et puis on prend des rendez-vous et on répond à 92% des demandes au téléphone. »

Ces propos, s’ils sont conformes au prononcer, laissent perplexes. Il faut une fameuse dose de déni pour soutenir que le fonctionnement du RSI n’est pas opaque. On notera d’ailleurs la nuance sémantique: c’est complexe, mais pas opaque. Les dirigeants du RSI ont le sens de la nuance.

On peut leur suggérer quelques autres nuances du même ordre. Par exemple, les services sont parfois laborieux, mais ils fonctionnent bien. La qualité des prestations est parfois difficile à mesurer, mais elle est bonne. Les assurés du RSI se posent parfois des questions, mais ils adhèrent au régime. On pourrait s’amuser à rédiger, avec les dirigeants du RSI, une anthologie du déni qui permet de se persuader que tout ne va pas si mal quand le RSI fait l’objet d’un rejet viscéral de la part de ses assurés.

Protection sociale ou asservissement autoritaire ?

Derrière le badigeon lexical patiemment appliqué par les dirigeants du RSI sur le mur lézardé du régime, se pose une question fondamentale. Combien de temps ce pays continuera-t-il à appeler « protection sociale » ou « régime social » un système imposé par la force et la contrainte à une population entière qui refuse avec constance la mise en place du dispositif ?

L’intérêt du RSI est de révéler la véritable nature de la sécurité sociale. Sous couvert de « protéger », il s’agit bien entendu d’asservir les assurés, en distillant une culture de la déresponsabilisation et de l’obligation. Au train où va le RSI, il n’est pas impossible qu’il parvienne à susciter cette prise de conscience chez les assurés sociaux.

En tout cas, l’obstination que les dirigeants du RSI mettent à nier les évidences prouvent bien que la protection des assurés n’est qu’un enjeu secondaire par rapport à la mise sous contrôle autoritaire d’une population donnée.

Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Mais si le RSI c’est bien, pourquoi donc faut-il l’imposer ?

    Voilà bien la question qu’il convient de porter partout. Nous savons très bien que les libérés ne gagneront jamais dans une cours de justice car nous ne sommes pas dans un état de droit en matière de « sécurité sociale » (comprendre en matière de racket mafieux).

    • Excellente question et notons qu’elle s’applique à tous les services publics

      • Pour votre gouverne, NON je vous répond non elle ne s’applique pas à tous services public..!!!
        Que cela soit l’URSSAF, le RSI et toutes les autre organistes de Sécurité Sociale, car elle non pas de statut juridique lui permettant d’assigner en justice qui que ce soit..!! Au motifs de l’Article 32 du Code de Procédure Civile..! Or ces organistes non pas capacité à agir en faisant des mises en demeure et d’envoyer des contraintes à payer par huissiers..!!!

    • Pour information: un Communiqué du MLPS, (Mouvement pour la Liberté de la Protection Sociale) à fait condamner le RSI..!!!
      Le TGI de Nice a condamner le RSI le 11/09/2014, au motifs que ce dernier n’a pas capacité à agir au titre de l’Article 32 du Code de Procédure Civile…
      Traduction en claire: Le RSI n’a pas le Statut juridique lui permettant d’assigner en justice qui que ce soit..!!
      Donc tous ceux qui sont attaqués par le RSI devant les TASS (Tribunal de la Sécu) déclare lui lui aussi que le RSI n’a pas capacité à agir en faisant des mises en demeure et d’envoyer des contraintes à payer par huissiers..!!
      Le même raisonnement s’applique à aussi à l’URSSAF et toutes les autre organismes de Sécurité Sociale..???? A vous de juger…

    • Le RSI c’est bien parce qu’on vous le dit. Si vous en doutez c’est parce qu’on vous a « mal expliqué » ou qu’ils ont un « problème d’image », rien qu’une bonne campagne de communication payée par les impôts des autres ne puisse résoudre. Mieux vaut être obligé de prendre le meilleur qu’être libre de choisir moins bien. Si les gens sont libres, ils choisissent n’importe quoi en croyant que c’est bon pour eux.

  • Depuis le temps que les dysfonctionnement sont légions et publics, où sont les missions d’inspection, audit etc, ?
    Si les travailleurs indépendants sont obligés d’adhérer au RSI, comment tolérer par la suite que le cotisants attende 2 ou 3 ans pour toucher sa retraite, quand les dossiers ne se perdent pas ?

  • Je n’ai pas adhéré très longtemps au RSI. Initialement cadre en entreprise je bénéficie du régime général. Mais, ayant exercé en tant qu’artisan pendant une dizaine d’années, je me voyais contraint de cotiser dans cet organisme malfaisant. Aujourd’hui, en retraite, le RSI continue à me réclamer 24 mille € d’arriérés de cotisations alors qu’elle ne me paye que 110 € de pension par mois et que je ne bénéficie pas de la protection sociale au RSI. En faisant un petit calcul, on peut s’apercevoir que ces brigands me réclament l’équivalent de 18 années de pension. J’ai 75 ans. Je vous laisse méditer sur la moralité de cette organisation.

    • Il semble que vous pas le premier dans ce cas.
      Ce système n’a aucune morale.

    • Mouvement pour la Liberté de la Protection Sociale (MLPS) à fait condamner le RSI par le TGI de Nice le 11/12/2014 au motifs que ce dernier n’a pas capacité à agir au titre de l’Article 32 du Code de Procédure Civile..!! Même raisonnement qui s’applique à l’URSSAF et toutes les autre organistes de Sécurité Sociale.???
      En claire: Le RSI n’a pas de statut juridique lui permettant d’assigner qui que ce soit..!! Donc tous ceux qui sont attaqués par le RSI devant les TASS (Tribunal de la Sécu) déclare lui aussi que le RSI n’a pas capacité à agir en faisant des mises en demeure et d’envoyer des contraintes à payer par huissiers..!! A vous de juger

  • Beaucoup d’hypocrisie dans l’article.

    1- je suis résolument pour l’application du droit européen, et pas que pour les indépendants
    2- le droit européen impose une couverture sociale minimale… et du coup, elle n’est pas liée aux revenus. Mais aux risques couverts et l’âge d’entrée dans le système assuranciel : la plupart des indépendants financièrement étranglés par le RSI ne pourrait pas payer les cotisations d’assureurs privés

    Reste les errements bureaucratiques inacceptables.

    PS j’ai abandonné face au RSI qui me doit 500 à 700 €… incapable d’appliquer les règles de calcul fixées par le législateur

  • Régime social indépendant . RSI … Mais quand on a besoin d’un renseignement on nous renvoie à la RAM .. Régime assurance maladie.. du vécu : changement de lunettes moi CE et mes enfants . Pour les enfants remboursé moi cotisant CE j’attends . Je n’ai jamais connu de régulations astronomiques du fait de bilan fait et provisions . Mais les remboursements trainent .Par contre changer le RSI pour autre chose de plus tordu . Je ne suis pas pour .Car toute simplification en France de traduit toujours par du plus compliqué et plus cher .Et même Juppé disait que si le RSI était modifié ça nous coûterait plus .par contre ce RSI doit forcément être excédentaire vu les jours de carence . Et le peu d’arrêt des indépendants . J’ai toujours été étonné que les syndicats de commerçants ,entrepreneurs ne se mobilisent pas . Je l’ai soulevé en réunion dinformation ce n’était pas à l’ordre du jour . Comme j’ai toujours été étonné que ces même syndicats de commerçants et d’entrepreneurs aient accepté le CSP . deux mois chargés pour lassedic en cas de licenciement économique … Et même quand il n’y a pas de repreneur de l’entreprise en départ retraite c’est aussi un licenciement économique et CSP. Des entrepreneurs qui partent en retraite sans repreneurs sendetent pour payer ce CSP .et personne n’en parle . Même sur ce site ce n’est jamais pointé. Ça fait autant de ravages que ce fameux RSI.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Par Jacques Clouteau

[caption id="attachment_217468" align="aligncenter" width="640"] zoetnet-heroes-(CC BY 2.0)[/caption]

Voici quelques années je suis allé visiter la Valachie du Nord.

Quelle idée, me direz-vous, d'aller visiter la Valachie du Nord, un des derniers paradis communistes de la planète, pratiquement le seul qui a su arrêter le nuage de poussière quand le mur de Berlin est tombé en 1989... C'est une vieille histoire de famille qui remonte aux années 1930. Ma grand-mère, qui était valaque, est tombée amoureus... Poursuivre la lecture

Par Patrick de Casanove.

La première partie de cet article détaille les causes identifiées de la pénurie de médicaments en France.

Spécificités françaises induisant une pénurie de médicaments

La pénurie ne touche pas que la France.

Pour rester dans des pays économiquement comparables, d'autres pays d'Europe  sont touchés, les États-Unis le sont aussi. Dans ce pays " la raison principale de cette pénurie reste des problèmes de matières premières ou des soucis liés à la qualité ". C'est tout.

En France les raisons s... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer[1. Article de la série Les Lib’Héros du Quotidien inspiré par une récente vidéo du site libéral américain Reason (voir en fin d’article) à propos du système de soins Direct Primary Care (ou médecine générale en direct) qui se développe aux États-Unis.].

La pandémie de Covid-19 est là pour nous le rappeler : nous avons besoin de services de santé disponibles, efficaces et financièrement abordables. En France, on aime à répéter que de ce côté-là, tout est accessible, tout est efficace, tout est gratuit. Ce serait mê... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles