Berlin : un camion fonce sur un marché de Noël, au moins 12 morts

La police berlinoise privilégie désormais la piste d’un « probable attentat terroriste ».

Par Ed Krayewski
Un article de Reason

Berlin, Breitscheidplatz (lieu de l’attentat) – Crédit auteur : clocktrick (CC BY-NC 2.0)

Un camion a foncé dans la foule dans un marché de Noël à Berlin, causant au moins douze morts et une cinquantaine de blessés. La police a déclaré avoir interpellé le conducteur, alors qu’un « passager » a été retrouvé mort à l’intérieur du camion.

Le camion avait une plaque d’immatriculation polonaise : le propriétaire de l’entreprise qui exploite le camion a déclaré avoir perdu le contact avec le conducteur à 15 heures, heure de Berlin, et considère qu’il pourrait avoir été enlevé.

Ce drame constitue au moins le cinquième attentat terroriste en Allemagne cette année, à la suite d’une attaque à la hache dans un train à Wurtzbourg, d’un massacre à Munich, d’un attentat suicide à Ansbach et d’une attaque au couteau à Hambourg. L’attentat de Berlin est l’attentat terroriste le plus mortel en Allemagne depuis qu’un bombardement néonazi d’une fête d’Oktoberfest à Munich avait causé la mort de 11 personnes, plus l’agresseur, en 1980.

Le mode opératoire de cet attentat rappelle celui du 14 juillet à Nice au cours duquel 85 personnes avaient été tués.

Il n’y a eu pour l’heure aucune revendication pour l’attaque de Berlin. Au moins deux des attentats terroristes précédents, perpétrés cette année en Allemagne, ont été attribués aux islamistes par les autorités.

Au début de l’année, la chancelière fédérale, Angela Merkel, avait lancé une campagne contre les « discours de haines » à l’encontre des migrants musulmans. Un demandeur d’asile pakistanais radicalisé a été l’auteur de l’attaque de Wurtzbourg et un réfugié syrien aurait été derrière l’attentat d’Ansbach en juillet. Merkel, en campagne pour sa réélection l’année prochaine, a proposé une interdiction du voile intégral au début du mois.


Sur le web.