Le sens caché de la candidature Peillon

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: jyc1 - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le sens caché de la candidature Peillon

Publié le 12 décembre 2016
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Le sens caché de la candidature Peillon
By: jyc1CC BY 2.0

Il fallait oser la candidature Peillon ! L’ancien ministre de l’Éducation, dont son directeur de cabinet disait à l’époque que son ministre était un cerf-volant à piloter depuis le sol, sort tout droit d’un rayonnage de bibliothèque (il est professeur associé à l’université de Neuchâtel, en Suisse) où son parti le stockait en attendant des jours meilleurs. Et patatras, le voici candidat à la primaire, face à Valls.

Un coup des aubrystes… et des Parisiens

Selon le Canard Enchaîné, ce sont les aubrystes qui ont pris l’initiative de le démarcher. L’affirmation est plausible. Mais, pour prendre corps, elle s’est appuyée sur le soutien de deux autres fédérations qui rejettent Manuel Valls.

Il s’agit de la fédération de Paris, d’abord : menée par Patrick Bloche, le député du 11e arrondissement, elle exprime bien les sentiments d’Anne Hidalgo elle-même pour le Premier ministre, et sa préférence naturelle pour un intellectuel bobo qui veut davantage de fonctionnaires pour régler les problèmes du pays.

La fédération des Bouches-du-Rhône s’est aussi empressée d’apporter ses voix à Peillon. Mennucci, député de Marseille, se répand désormais partout pour expliquer que Peillon défend la ligne traditionnelle du parti en matière économique, et qu’il constitue donc un meilleur candidat que Valls.

Avec le soutien des fédérations du Nord, de Paris et des Bouches-du-Rhône, Peillon devient subitement un candidat sérieux au PS.

Une candidature qui torpille Valls

Pour Manuel Valls, le ralliement des trois grandes fédérations du PS à un rival sorti du chapeau, un cerf-volant que ses soutiens espèrent piloter facilement, est une très mauvaise nouvelle. Le poids de Valls face à Macron et à Mélenchon n’est déjà pas évident. La rivalité avec Montebourg ne l’aidait pas. Mais l’intervention d’une candidature mièvre, certes, mais soutenue par l’appareil, complique encore un peu plus son jeu.

L’objectif de ceux qui soutiennent Peillon est clair. Non seulement, il s’agit de faire du tout sauf Valls. Mais l’enjeu consiste aussi à juguler la tentation « libérale » de l’ancien Premier ministre, partisan des baisses de charge pour les entreprises et d’une politique de l’offre.

Le PS ne croit pas une victoire possible en mai 2017…

En avançant la candidature Peillon, les grandes fédérations du PS lancent un message simple : la victoire aux présidentielles n’est pas possible. Donc, pas besoin de se rassembler derrière Valls, puisque ce rassemblement servirait seulement à légitimer celui-ci à gauche sans sauver l’Élysée. L’appareil du PS, avec ses éléphants immuables, pose donc le problème de façon très simple : puisque la primaire ne sert pas à choisir un futur président de la République, choisissons le candidat qui évite le pire.

D’où les démarchages de Taubira et de Touraine, avant le démarchage de Peillon. En vain, les intéressées ont refusé.

… mais cherche à sauver ses circonscriptions en juin

Le PS a désormais un objectif de guerre extrêmement simple : perdre le moins de circonscriptions possible en juin, dans des législatives qui s’annoncent comme une superbe débandade. Le pari qui est fait aujourd’hui consiste à soutenir que ni la ligne Valls ni la ligne Montebourg ne sont capables de colmater les brèches. Seul un retour aux positions traditionnelles du PS : le marché, l’Europe, la culture, les fonctionnaires, la dépense publique, permettra de limiter les dégâts.

Et sur cette ligne, Peillon est plausible. Il a d’ailleurs fait l’éloge de la création de postes de fonctionnaires dans sa déclaration de candidature.

2022 dans les esprits, déjà

Au-delà de cette préoccupation pragmatique, qui annonce une faible mobilisation pour la présidentielle et un effort surtout porté pour les enjeux locaux, c’est la conduite du parti jusqu’en 2022 qui se décide aujourd’hui. Hidalgo, Aubry et les Marseillais ont structurellement besoin d’affaiblir les « libéraux » pour conserver la mainmise de l’appareil à l’horizon 2022. Le choix de Peillon comme porte-drapeau le prouve ; d’ailleurs, Peillon est un rêveur incapable de tenir un appareil politique.

Son éventuelle désignation comme Premier Secrétaire permettra aux clans et aux factions de reprendre le pouvoir dans la maison de la rue de Solférino.

L’étrange sociologie socialiste

On notera, en tout cas, que l’équipe Hollande est viscéralement rejetée par les socialistes des grandes villes. Parisiens et Marseillais soutiennent Peillon (avec des exceptions notables comme celle de Cambadélis, Caresche ou Le Guen à paris, de Vallaud-Belkacem à Lyon, à ce stade en tout cas). Les Lyonnais (Gérard Collomb en personne) soutiennent Macron. Les Lillois soutiennent Peillon.

Ici, c’est l’élite technocratique et économique de gauche qui décide et qui montre la voie. Et sa voie est ringarde à souhait.

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Le PS, un musée à la gloire du bolchevisme, une antiquité du XXème siècle.

    Quant à Peillon, il semble me souvenir qu’à l’époque, avant Hollande, ses collègues du PS l’appelaient « le serpent ».
    Aubry et consorts feraient quand même bien de se méfier.

  • Peillon est un idéologue très intelligent. Et très dangereux. En tant que ministre de l’éducation, je suis pas loin de penser que nous avons eu là le pire qui puisse nous arriver, assez loin devant l’actuelle ministre. Alors si j’étais au PS, je m’en méfierai comme de la peste. Et s’il passait la primaire, ce qui semble difficile à mon avis tant il part de loin, il pourrait très bien ramener pas mal d’électeur de JLM à lui.
    Ringard, oui. Mais les éléphants du PS cherchent l’efficacité et sur ce point ils ont bien raison d’être aller chercher cet homme là. Précisément lui.

  • Faire barrage à Valls pour qu’il ne prenne pas la main sur la parti mais aussi à Montebourg, car sa victoire ua primaire signerait l’explosion du PS.

  • Vous avez raison de souligner qu’il y a à la base de sombres calculs de financement du PS. Je pense que c’est aussi la raison de la mise en orbite de Macron par Hollande: si par hasard il gagnait la présidentielle, il serait obligé de s’appuyer sur le PS pour avoir une majorité à l’assemblée.

  • Les politiques ayant décidé de promouvoir toute candidature en « on » (Mélenchon, Fillon, Macron), la candidature de Peillon est logique.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Suspense intenable ! François Hollande va-t-il bientôt nous annoncer sa candidature présidentielle ? Des propos habilement équivoques tenus récemment par l'ancien chef de l'État devant des lycéens relancent la machine à spéculation politico-médiatique : "pour l'instant", il n'est pas candidat. Mais comme "ça ne va pas bien" - sous-entendu, à gauche, vous l'aurez immédiatement compris - forcément, il s'interroge :

"Est-ce qu'une candidature de plus serait utile ? Je ne sais pas. Je ne le pense pas, d'ailleurs. J'ai les mêmes idées qu'av... Poursuivre la lecture

Le déclin des organisations s’étale souvent sur de longues périodes, ce qui contribue à rendre sa perception difficile. Mais il arrive qu’un événement particulier le rende évident aux yeux de tous. Cet événement n’est pas nécessairement important, mais sans qu’on sache vraiment pourquoi, il cristallise tout ce qui était en germe depuis longtemps. Pour le Parti socialiste, alors au pouvoir, il semble bien que cet événement soit la gestion calamiteuse de la décision par le groupe ArcelorMittal d’arrêter les hauts fourneaux de Florange en 2012.<... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article
Par Nathalie MP Meyer.

Cet article doit se lire - j'insiste - comme la suite de "Manuel Valls : com’, ambition et coups de menton", portrait que j'avais écrit en décembre 2016 alors que l'ex-ministre de l'Intérieur puis Premier ministre de François Hollande venait de quitter Matignon pour participer à la primaire de gauche en vue de l'élection présidentielle de 2017.

Depuis son monumental plantage face à Benoît Hamon lors de la primaire de gauche de 2017, on le voit chercher fébrilement le parachutage politique en vue qui rendrait enf... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles