Le référendum en Italie : les vraies questions !

Est-ce la faute à l’Europe si l’Italie souffre d’immobilisme politique, ploie sous un magma institutionnel et le deuxième taux d’endettement le plus élevé de la zone euro ? Certainement pas. La démission de Matteo Renzi ne doit pas être mal interprétée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Matteo Renzi (Crédits Palazzo Chigi, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le référendum en Italie : les vraies questions !

Publié le 8 décembre 2016
- A +

Par Thierry Godefridi.

Le référendum en Italie : les vraies questions !
Matteo Renzi (Crédits Palazzo Chigi, licence Creative Commons)

Lors d’un référendum, les électeurs ne répondent pas, dit-on, à la question qu’on leur pose, mais à celui qui la leur pose. Bien avant le référendum de dimanche en Italie, M. Renzi reconnut qu’il avait commis une erreur tactique fatale en mettant en jeu, de manière inconsidérée, tôt dans la campagne, non seulement la survie de son gouvernement, mais aussi sa propre existence politique.

Il aurait pu se contenter, après avoir pris soin de les leur expliquer, de demander à ses concitoyens un simple avis sur les réformes envisagées en vue de moderniser l’État italien. C’eût été raisonnable et conforme à la constitution. La méthode eût emporté l’adhésion populaire voire assuré la victoire du oui. Mais, sans doute n’était-ce pas suffisamment sexy, martial. Il eût manqué l’outrecuidance d’en faire une affaire personnelle.

Un séisme européen ?

À moins de jouir d’une cote de popularité de plus de 50%, c’était, dans un pays aux prises avec les états d’âme et un onirisme de nature stellaire, courir à l’échec. Les électeurs italiens ont rejeté les changements constitutionnels que le gouvernement de M. Renzi préconisait et ce dernier a présenté sa démission. Les marchés financiers ont à peine réagi ; les actions européennes se sont inscrites en hausse lundi et, après un accès de faiblesse face au dollar dans la matinée, l’euro s’est ressaisi. Ça, c’est l’état des lieux objectif de la dernière crise italienne en date.

Les sempiternelles Cassandre avaient émis un énième avis de séisme sur l’euro et sur l’Europe. Une nouvelle fissure affecterait-elle l’édifice européen ? L’Europe n’a pas grand-chose à voir dans cette affaire ! La situation italienne ne date pas d’hier (la crise financière de 2008), ni d’avant-hier (l’usage de l’euro à partir de 1999). Et, M. Renzi a raison sur ce point, elle ne se résoudra pas demain, même ou a fortiori si son pays quittait l’euro et retournait à ses dévaluations frénétiques d’antan. Quand elle dépréciait sa monnaie à qui mieux mieux, l’Italie se redressait-elle pour autant ? Le niveau de vie de ses habitants s’améliorait-il par rapport celui des autres pays européens ?

Raison garder

D’ailleurs, il faut se garder d’interpréter le résultat du référendum de manière univoque. Il semble douteux, pour qui les fréquente, que les habitants de la Vénétie et du Frioul ainsi que de la moitié sud de la botte italienne et de la Sardaigne, qui ont tous voté non à plus de 60%, aient été animés des mêmes motivations et arrière-pensées ! La république de Venise fut indépendante et sérénissime pendant un millénaire et la ligne de démarcation nord-sud n’existe pas qu’au niveau de la planète entière.

Les marchés financiers, dans leur immuable sagesse, avaient donc apparemment anticipé l’issue du scrutin. Les écarts de taux entre les obligations d’État de l’Italie et de l’Allemagne ne se sont pas creusés d’une semaine à l’autre. Certes, la situation des banques italiennes, qui se sont dépréciées de près de 50% (85% pour la Banque Monte dei Paschi di Siena) en 2016, n’en est pas améliorée : leurs créances douteuses atteignent les 360 milliards d’euros et comptent pour plus d’un tiers de la zone euro alors que l’Italie n’en représente qu’environ 15% du PIB, à quoi il faut ajouter que les banques italiennes sont vulnérables à une hausse éventuelle des taux d’intérêt sur la dette d’état dont elles détiennent la plus grande partie…

D’une manière bien plus inquiétante, l’Italie est en panne de croissance. Est-ce la faute à l’Europe si l’Italie souffre d’immobilisme politique et social, ploie sous un magma institutionnel et le deuxième taux d’endettement le plus élevé (132,7% du PIB) de la zone euro (après la Grèce), se classe 43e sur 140 pays pour la compétitivité au classement du World Economic Forum (la Suisse arrive en tête, l’Allemagne est 4e et la France, 22e) et 128e pour la flexibilité du marché du travail, et accuse un vieillissement démographique élevé (avec un âge médian parmi les plus élevés au monde et 21,7% de sa population âgée de 65 ans et plus) ?

Dans un pays dont les dépenses publiques dépassent la moitié du PIB, faut-il s’étonner de ce que les « rentiers » du système en bloquent la réforme et de ce que seuls les expatriés en votent la refonte à plus de 60% ?

 

 

 

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Je note qu’en 2016, Angela Merkel n’a fait l’objet que de 2 (deux) articles sur Contrepoints (son nom dans le titre) et d’à peine plus en 2015.
    De 2 choses l’une: soit Merkel n’a aucune influence sur ses voisins, soit l’influence de l’Allemagne, sa politique sont niées, cachées volontairement ignorées ou escamotées, comme dans cet article.

    Un biais, probablement…

  • Oui c’est la faute à l’Europe via l’Euro qui ne permet pas à ces pays de faire ce qu’ils veulent avec leur monnaie.
    Ni l’Italie, ni la Grèce ni l’Espagne ou le Portugal et visiblement nous non plus ne pouvont s’en sortir avec une monnaie faite sur mesure pour l’économie Allemande.
    Les créations d’Entreprises et le dynamisme Italien s’est arrête avec l’arrivée de la dictature Européenne et la politique suicidaire de l’Euro.
    Voir le bilan de tous nos pays voisins….c’est écoeurant…et lamentable de ne pas les soutenir plutôt que les enfoncer. il serait temps d’arrêter le carnage.
    Pour le reste, arrêtons ce discours sur toujours plus d’ultralibéralisme sauvage et de « réformes » qui mènent à toujours plus de précarité pour tous et aux magnifiques emplois à 3€ de l’heure chers à nos amis allemands et au même constat de la pauvreté de masse qui s’installe en Europe.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La guerre que mène Poutine aura eu plusieurs effets directs et indirects puissants qui ne sont pas tous, loin s'en faut, de bons signes.

Si l'on peut - avec ironie - présenter maintenant Poutine comme le meilleur VRP de l'OTAN pour l'année 2022, tant sont à présent affichées les velléités de la Finlande et de la Suède d'entrer dans l'organisation internationale, on peut aussi s'inquiéter des faiblesses énormes pour ne pas dire catastrophiques qu'il a dévoilées pour le reste du continent européen, à plusieurs niveaux.

Il apparaît... Poursuivre la lecture

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Par Marc Deffrennes et Samuele Furfari[1. Hauts fonctionnaires retraités de la Commission européenne (Direction générale de l’énergie) Ingénieurs, Responsables respectivement de weCARE et de la SEII].

Une politique énergétique équilibrée doit reposer sur trois piliers :

La sécurité de l’approvisionnement. Une saine économie. La protection de l’environnement.

 

Cet équilibre est au cœur des actions de weCARE et la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels, à savoir : promouvoir un mix énergétique fiable, abor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles