3 erreurs dans le programme de François Fillon

Publié Par Alain Mathieu, le dans Fonction publique

Par Alain Mathieu.
Un article d’Emploi2017

 

1. « 40 milliards d’euros » : « une baisse des charges pesant sur les entreprises nous rapprochant du niveau de prélèvement de l’Allemagne ».

Or, d’après la Cour des comptes, le ministère des Finances et Rexecode, la différence avec l’Allemagne est de 200 milliards d’euros. Une baisse de 40 milliards d’euros en cinq ans ne représente donc que 20% de l’écart et ne nous rapprochera pas assez de l’Allemagne, ni assez vite, pour que nos entreprises redeviennent compétitives.

2. « Objectif de 49% de dépenses publiques en 2022 » (en % du PIB), soit « une baisse de 100 milliards d’euros ».

En réalité, si l’on veut se rapprocher de l’Allemagne en passant d’un écart actuel de 13%1 du PIB à seulement 5% comme il le souhaite, ce ne sont pas 100 milliards d’euros qui sont nécessaires mais 175 milliards. D’après l’INSEE en effet le PIB français 2015 était de 2.180 milliards d’euros et les dépenses publiques de 1.240 milliards (soit 57% du PIB). Ainsi une baisse de 57 à 49% est bien égale à 8% x 2.180 = 175 milliards et non 100 milliards.

3. François Fillon a déclaré que les sortants de la fonction publique étaient de 120.000 départs en retraite par an, plus 100.000 fins de contrats à durée déterminée, soit 220.000 par an.

fillon-3-erreursOr, selon l’INSEE (voir ci-dessous), si l’on inclut les démissions, mises à disposition et en disponibilité, détachements, maladies, décès, les départs sont en réalité plus du double, à 444.000 par an. Ainsi, un gel total des embauches ferait baisser les effectifs d’environ 900.000 en deux ans et les ramènerait au niveau de l’an 2000, époque où notre économie était compétitive avec celle de l’Allemagne et où nous ne manquions ni de policiers ni d’infirmières. Pour baisser rapidement les dépenses publiques et les charges sur les entreprises, cette option serait bien plus satisfaisante que les cinq ans de baisse prévus par François Fillon.

Nombre d’entrants et de sortants de la fonction publique en 2013 et 2014

a-mathieu
Source : INSEE
Lecture : selon le dernier rapport annuel de la fonction publique, on comptabilise 390.900 sortants (hors contrats aidés) et la prise en compte des contrats aidés porte le nombre de sortants à 443.900 (cf. page 23).

  1.  Soit 283,5 milliards d’euros d’écart à l’heure actuelle.
  1. Concernant le point n2 c’est vous qui faites erreur, puisque François Fillon prend bien évidemment en compte l’impact du taux de croissance et de l’inflation.

    Si aujourd’hui vous ne faites que geler les dépenses publiques, en supposant qu’on aura d’ici 2022 une hausse annuelle moyenne du PIB en valeur de 2%, c’est à dire inflation incluse (donc par exemple 1% de croissance + 1% d’inflation), les dépenses publiques diminueraient automatiquement de 57% du PIB à…51,5%.

    Si les dépenses publiques au lieu d’être gelées étaient diminuées de 100mds, ce ratio serait donc inférieur à 49%, pas besoin de réduire les dépenses de 175 milliards comme vous le dites (même si ca serait mieux).

    1. À supposé que croissance et dépense publique soit liées ce qui n’est pas le cas, et les cures d’austérités ont plus souvent conduit à l’inverse. Ce qui améliorera la croissance, c’est l’efficacité des services publics et une meilleure répartition de ses budgets, pas des raisonnement purement comptables, que Fillon a d’ailleurs été incapable de mettre en œuvre quand il était premier ministre. Supprimer des contractuels c’est absurde, c’est justement eux qui contribuent à rendre la fp un peu plus flexible.

      1. Mon commentaire suppose au contraire que le gel des depenses n’impact pas la croissance

        1. Cela l’impactera nécessairement car une grande partie de l’économie française est droguée à l’argent publique, la période de sevrage sera difficile au début (récession) pour plus tard, après une période de restructuration, repartir avec une économie plus efficace et saine

          1. « faut souffrir pour être belle », ça fait conclusion en mode discussion de comptoir, mais concrètement, toutes les études d’impacts de ces types de politiques (FMI, banque mondiales, ocde), démontrent que ces raisonnements strictement comptables sont improductifs sur le terrain.

    2. Vous non plus vous n’avez pas compris que le PIB est un incalculable indicateur trompeur totalement périmé et que même l’IDH est très peu éclairant.

      En sus il faut actualiser vos certitudes économico-financières planétaires.

      Par exemple : il est dans quel état pour vous le Japon, pourtant une des plus grosses (im)puissances économiques planétaires ?

      1. @ Thomas Davenir

        Quand un pays a un problème de dette, la première question à se poser c’est « qui détient cette dette »: quand il s’agit des citoyens du même pays, un arrangement sera toujours possible!
        De plus, on voit bien le Japon continuer à vivre! Et ont-ils fait tourner la planche à « yen »?

    3. @ Sébastien M
      Le Point 1: Fr.Fillon ne voulait-il pas dire 40 Milliards par an? (40 X 5 = 200!)
      40 milliards en 5 ans = 8 milliards par an! Pas très ambitieux!

  2. Avec de bons chiffres ou des mauvais cela reste malgré tout qu’un programme électoral destiné a appâter les gogos et qui se heurtera a la réalité. on ne commence pas des reformes avec des chiffres mais des idées….nouvelles !
    Diminuer la fonction publique…. solution de facilité impossible a réaliser lorsqu’il n’y a pas de marché du travail pour absorber ces non-embauches.
    Diminuer les charges des entreprises avec la montagne de dettes……impossible.
    Qu’il commence par des choses simples :changer toutes les réglementations et taxes pesant sur notre économie,

    1. Malheureusement personne ne propose mieux que FFillon. Alors on fait quoi ?
      On continue de creuser le trou et de jeter l’argent par les fenêtres ?
      En attendant, merci à monsieur Mathieu pour son analyse.

      1. Et bien renseigner vous un petit peu, Fillon est loin d’être le seul candidat à la présidentiel ! Regarder le programme de Jean-luc Mélenchon, celui-ci propose une alternative extrêmement prometteuse. Et enfin une nouvelle vision, plutôt que Fillon ou Valls qui n’ont montre rien de bon depuis les 2 derniers quinquennat, et pourtant il reste des personnes à croire en eux…

        1. Jean-luc Mélenchon, celui-ci propose une alternative extrêmement prometteuse

          Extrêmement prometteuse en terme de destruction d’emploi, de paupérisation et de potentielle guerre civile, oui 🙂

        2. En plus c’est un génie des affaires Melenchon…..Il veut jeter 100 milliards dans l’eau, avec le peuple comme caution dans l’économie de la mer, avec un business plan qui tiens dans un « demi-confetti ».

          Normalement il va créer la demande d’eau de mer. parait il qu’elle va remplacer le pétrole..et créer le plein emploi….
          Qu’est ce qu’ils sont cons les investisseurs privés de ne jamais y avoir pensé, ni essayé…..
          Il y a tellement de dividendes en France qu’ils se battent tous pour prendre son idée….

          En plus il a des références extraordinaires de réussites étatiques…
          Acide formique, voiture à air, bio carburants, planification de la filière nucléaire graphite gaz, plan calcul, plan câble, plan machine outil, du minitel subventionné, Superphénix, Crédit lyonnais, Missiles ades et autres usines à gaz que le contribuable paye encore !….

    2. Un emploi public détruit plus de deux emplois privés. Les salaires de la FP ne tombent pas du ciel.

      1. demago et surement faux.
        privé ou public un emploi est un emploi sauf qu’un emploi public ne crée pas forcement de la valeur ajoutée pour les entreprises

        1. Reactitude: Ca a été mesuré. Je crois que ça tournait à 1,7 emploi privé détruit par un emploi public. le raisonnement était juste en terme de coût: cout du traitement plus coût administratif du prélèvement fiscal et de l’allocation de la ressource.

          Ensuite dire qu’un emploi ne représente pas forcément une VA dans une entreprise est un non sens, sauf à accuser une mauvaise gestion des entreprise. C’est possible qu’une boite soit mal gérée, mais les entreprises qui sont mal gérées font faillite, alors que les institutions publiques bien ou mal gérées font faire de toute façon faire faillite aux entreprises bien gérées en les asphyxiant avec des impôts…

          1. C’est bien de là que vient toute la con…rIe de ce quinquennat!

            Si Fr.Hollande avait commencé en diminuant son propre salaire de 30%, ceux de ses ministres et des parlementaires de 20 %,
            APRÈS, il aurait pu demander des sacrifices « aux Français ».

            Il ne l’a pas fait: il a eu tort: c’est un c…! Définitivement!

            1. Tout à fait. Même un pc ❗

  3. Si ,comme l’auteur de l’article, le châtelain de la Sarthe (mais député de Paris) prend le concept de PIB au sérieux, on n’est pas sauvé
    Faut lui faire lire d’urgence la « tirade » de Bob Kennedy sur la question le 18 mars 1968 à l’université du Kansas.

    De même s’il croit que ça va plutôt bien en Allemagne , en particulier pour les salariés à tiers temps sous-payés

    « L’an 2000, époque où notre économie était compétitive avec celle de l’Allemagne et où nous ne manquions ni de policiers ni d’infirmières »
    Ça m’étonnerait fort que. les policiers et les infirmières de l’époque , malgré forcément une moindre population à gérer, soient d’accord avec cette affirmation.

    « Il y a trois types de mensonges : les petis, les gros et les statistiques », Et on ne peut pas vraiment dire que l’informatique a amélioré » ce point de vue de Disraéli.

  4. Eh oh… c’est un programme ÉLECTORAL ! On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre… 😉

    1. Effectivement! S’il ne veut pas être élu , il suit les bons conseils de Mr Alain Mathieu, cependant cela démontre qu’à force de démagogie, la pédagogie est devenue impuissante, espérons que cela change et que Fillon et les autres politiciens responsable puissent commencer à faire plus de pédagogique que de démagogie, domaine dans lequel Mélenchon, Filoche et Lepen sont quasi imbattable.

      spérons que cela change, bien que

      1. Une fois élu, Fr.Fillon pourra donner ses leçons librement, sans être interrompu, ce qu’il déteste et je le comprends.

        J’espère qu’il s’offrira un conseiller en communication qui le mette bien en scène, actif, mobile: pas un « réciteur « de discours » engoncé!

        TOUT est à moderniser, en France!

        « Le changement, c’est maintenant! »

        Du moins, je vous le souhaite, sinon, sincères condoléances!

  5. Le programme de Alain Mathieu est peut-être vierge d’erreur, hormis une seule : Fillon ou tout autre n’aurait aucune chance d’être élu sur cette base.

  6. Ce qui est inquiétant dans le programme de Fillon, c’est qu’on se nourrira que de Pesticides. Nous empoisonné, pour mieux nous soigné. Et le clous du spectacle, ces soins seront moins biens remboursé, voir plus du tout. Bon courage à ceux qui souhaite cela !

    1. Depuis que la mécanisation la chimie et aussi le génie biologique (merci Monsanto pour avoir fournit à la France du maïs hybride lors du plan Marshall) est venu en aide à l’agriculture les rendements ont explosés les prix ont baissé la malnutrition a reculé et l’espérance de vie à augmenté.
      Mais le problème c’est bien sur les méchants pesticides et pas les saletés de parasites qui pendant des siècles ont détruit les récoltes et provoqués des famines.

      1. Il y a quand même des conséquences négatives à l’industrialisation de l’agriculture, les terres « glacées » (tassées comme de la glace) sans microbiologie et donc avec un faible apport nutritif sans ajout chimique sont une réalité. Mais ce n’est pas la faute des multinationales. C’est l’Etat qui a poussé à cette uniformisation de l’agriculture via ses subventions et ses collusions avec les grosses boites.

        1. les sols « glacés », ça se récupère.
          Merci à l’évolution des pratiques culturales et à la technologie (pneus basses pressions, techniques culturales simplifiées etc…)

          1. Une source de réflexions intéressante, malgré les critiques négatives : le couple Lydia et Claude Bourguignon

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Bourguignon

        2. Zen
          Normal ! Nos énarques…Que connaissent-ils à la terre ? Rien, et pourtant chaque ministre veut laisser une trace de sa mission, aussi mauvaise soit-elle.
          Un de mes patron faisait une remarque pleine de bon sens. Pour être médecin il faut 8 ans d’études minimum. Ajouter plusieurs années pour se spécialiser. Et les ministres passent d’un porte-feuille à l’autre, le plus grand nombre formé à l’ ENA. !!!!

    2. pesticides???ou ça?
      moins bine remboursé…parce qu’aujourdhui on est « bien » remboursé…très drôle…

    3. @ SAV

      La « peur »!

      Argument toujours stratégique à propos d’un avenir qui n’existe pas et n’existera peut-être jamais!

  7. Point N°3
    L’état n’a de prise que sur la fonctions publique d’état et hospitalière et nullement sur la fonction publique territoriale, il y a donc sur les 390.900 sortants seulement : 250 000 qui sont du ressort de l’état.

    De plus il y a un biais concernant les contractuels car il y a des postes qui sont occupés par plusieurs contractuels au cours d’une année civile, l’EdNat championne nationale du recours à des contractuels fait des contrats de 10 mois et de nombreuses personnes qui occupent un seul poste entre en septembre sortent en juillet et rentre en septembre.
    Si vous regardez le rapport INSEE vous y verrez que : Plus de 200 000 contractuels en 2014 ne sont en poste que 3 mois en moyenne dans l’année.

    Si vous rajoutez à cela que 1 employé dans la FPE+FPH d’après le rapport de l’INSEE occupe 0.95 (FPH+FPE 3536400 employé pour 3366500 poste équivalent temps plein) avoir un nombre de départ de 220 000 emplois public temps pleins au sein de la FPE+FPH me parait très cohérent.

  8. Sauf que la dépense publique réelle n’est pas de 57%, mais bien plus si l’on provisionne les retraites des fonctionnaires, soit de l’ordre de 65%.
    Et passons sur les réglementations bidons qui poussent inutilement le PIB à la hausse.

  9. François Fillon est de gauche, il y aurait tellement à faire pour rembourser la dette:
    Privatisation de la poste, EDF, GDF, Air France, la sécurité sociale, les chaines de tele(et leurs journalistes de gauche), les radios…
    Et puis, il n’y a qu’en France que nous avons 5 semaines de congés payés, des dizaines de milliards d’économie rien qu’avec ça.

Les commentaires sont fermés.