Il faut plus d’élus chefs d’entreprise !

En France, il y a seulement 11 députés chefs d’entreprise. En Allemagne, 91 et au Royaume-Uni, 103 !

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Il faut plus d’élus chefs d’entreprise !
By: Jacobo TarríoCC BY 2.0

François Fillon a raison de proposer la réduction du nombre de députés et sénateurs. Les chiffres sont connus : nous avons 577 députés et 331 sénateurs. Alors que d’autres pays, en comptent beaucoup moins. Aux États-Unis, il y a 435 députés et 100 sénateurs pour une population de 325 millions d’habitants contre 66 millions en France. En Allemagne, il y a 630 députés et 69 sénateurs pour une population de 80 millions d’habitants.

En France, nous avons un député pour 114 000 habitants et 1 sénateur pour 200 000 habitants. Aux États-Unis, le ratio est de un député pour 747 000 habitants et de un sénateur pour 3.2 million habitants ! En Allemagne, il y a 1 sénateur pour 1.115.000 habitants. Nous avons donc largement de quoi faire baisser le nombre des députés et sénateurs afin de pouvoir nous comparer aux autres pays riches et démocratiques…

iref1

Les exemples allemand et britannique

Mais ce qu’il faudrait c’est aussi essayer de diversifier les origines socioprofessionnelles de nos députés. En France, les députés sont majoritairement fonctionnaires et même s’ils sont élus, ils ne quittent pas la fonction publique comme c’est le cas dans d’autres pays. Et une infime minorité d’entre eux sont (ou ont été) chefs d’entreprise. Seulement 11 députés sur 577 députés !

En Allemagne, sur 630 députés, 91 sont (ou ont été) chefs d’entreprise. Au Parlement britannique, 103 sur 616 membres. Il n’y a pas photo. Ce n’est pas étonnant que les économies de ces deux pays soient beaucoup plus libres.

iref2

Réduire le nombre d’élus est une mesure très populaire en France. Mais juste baisser leur nombre ne servira qu’à faire quelques économies. Imposer la démission de la fonction publique et ouvrir l’Assemblée à ceux qui connaissent vraiment le monde de l’entreprise, voici une réforme courageuse.

Sur le web