Il faut plus d’élus chefs d’entreprise !

En France, il y a seulement 11 députés chefs d’entreprise. En Allemagne, 91 et au Royaume-Uni, 103 !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il faut plus d’élus chefs d’entreprise !

Publié le 3 décembre 2016
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Il faut plus d’élus chefs d’entreprise !
By: Jacobo TarríoCC BY 2.0

François Fillon a raison de proposer la réduction du nombre de députés et sénateurs. Les chiffres sont connus : nous avons 577 députés et 331 sénateurs. Alors que d’autres pays, en comptent beaucoup moins. Aux États-Unis, il y a 435 députés et 100 sénateurs pour une population de 325 millions d’habitants contre 66 millions en France. En Allemagne, il y a 630 députés et 69 sénateurs pour une population de 80 millions d’habitants.

En France, nous avons un député pour 114 000 habitants et 1 sénateur pour 200 000 habitants. Aux États-Unis, le ratio est de un député pour 747 000 habitants et de un sénateur pour 3.2 million habitants ! En Allemagne, il y a 1 sénateur pour 1.115.000 habitants. Nous avons donc largement de quoi faire baisser le nombre des députés et sénateurs afin de pouvoir nous comparer aux autres pays riches et démocratiques…

iref1

Les exemples allemand et britannique

Mais ce qu’il faudrait c’est aussi essayer de diversifier les origines socioprofessionnelles de nos députés. En France, les députés sont majoritairement fonctionnaires et même s’ils sont élus, ils ne quittent pas la fonction publique comme c’est le cas dans d’autres pays. Et une infime minorité d’entre eux sont (ou ont été) chefs d’entreprise. Seulement 11 députés sur 577 députés !

En Allemagne, sur 630 députés, 91 sont (ou ont été) chefs d’entreprise. Au Parlement britannique, 103 sur 616 membres. Il n’y a pas photo. Ce n’est pas étonnant que les économies de ces deux pays soient beaucoup plus libres.

iref2

Réduire le nombre d’élus est une mesure très populaire en France. Mais juste baisser leur nombre ne servira qu’à faire quelques économies. Imposer la démission de la fonction publique et ouvrir l’Assemblée à ceux qui connaissent vraiment le monde de l’entreprise, voici une réforme courageuse.

Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Ce sujet à été évoqué par Macron. Il ne faut pas de politiciens professionnels à l’assemblée mais des gens de la société civile.

  • Deux choses :
    – il n’est pas légitime de comparer le nombre de nos députés et sénateurs avec celui des USA. Les US sont une fédération, l’article ne cite que les représentants des États dans le gouvernement fédéral. Mais chaque État à ses deux chambres, ses députés et ses sénateurs locaux. Et la, le ratio change radicalement si on fait le cumul.
    – avec la structure électorale et le système social ambiant, il est quasi impossible d’envisager plus de chefs d’entreprise à l’Assemblee, et guère plus dans les représentativité locales. Élire un patron qui, potentiellement, vous demande de travailler pour lui pour vous payer (archétype) ou élire un fonctionnaire qui ne vous demande aucun effort pour percevoir des aides ? Le choix est vite fait : il n’y a qu’à parcourir les sites et autres forums un peu à Gauche, c’est effarant !
    Dans ma bouche de celles et ceux qui s’expriment sur ces places numériques, les patrons, ce sont les riches, la Droite, l’ennemi, l’austérité, les casseurs, etc.

  • Je suis déçu par l’article mentionnant la comparaison entre les nombres de député et sénateurs. Aux USA, vous devriez savoir qu’il y a effectivement 535 représentants et sénateurs au niveau fédéral, mais aussi de nombreux représentants et sénateurs au niveau de chaque état. Exemple: en Californie, il y 80 représentant et 40 sénateurs. Et oui, les USA sont une fédération et beaucoup de lois se discutent et se votent au niveau de l’état. Je ne comprends pas qu’un media qui se veut sérieux tombe dans de tels pièges.

  • Cher Monsieur, Je suis tout à fait d’accord avec vous, à 300% même. Mais il y a un hic ! Encore faut-il qu’il y ait des candidats. 1) Sauf les patrons d' »Opérette », les « petits » et/ou les vrais n’ont franchement pas le temps (les semaines sont bien trop courtes) et ne peuvent pas risquer de fragiliser leur entreprise (déjà que …) 2) provenant effectivement d’une autre culture, ils sont plus attirés par l’action que par les discours, les couloirs et l’art de tourner en rond ou autres joyeusetés réservées à la fonction publique. Pas le courage, pas la patience……

    • Je n’aurais pas dit mieux, Irvina.
      Il faut être entrepreneur pour le comprendre…

      • Cela étant dit, il est vrai que « l’œil » du privé manque cruellement. Que ce soit en terme d’investissement ou d’exploitation, la fonction publique n’a pas le « compas » « rentabilité/viabilité », même tout simplement la petite lumière qui s’allume « attention arnaque », « attention fumeux », « attention pas possible », attention danger … J’ai vu des projets (et de taille) encensés avec une crédulité sidérante alors que le premier chef d’entreprise venu reniflait immédiatement le truc tordu… Que faire ? Créer des comités de « volontaires » du privé auxquels les » projets » devraient être soumis, qui donneraient leur avis ? Pourquoi pas. Mais encore faudrait-il que la « fonction publique » accepte de ne pas Savoir . Or non seulement elle Sait mais en plus vous regarde avec condescendance voire mépris (expérience vécue). Là aussi, il y a une différence de culture : le chef d’entreprise doute par essence (il ne croit surtout pas en son infaillibilité. C’est d’ailleurs le secret de sa longévité. L’entrepreneur qui sait, qui se lance sans avoir essayé de blinder de tous les côtés (qu’il peut), sans écouter les avis (qu’il trie ensuite), est mort et à très court terme). Or dans la fonction publique, on ne meurt jamais, on va éventuellement en cure de repos.. Il ne s’agit pas de faire de l’anti fonctionnaire de base. Il en faut. Mais peut-être essayer de revenir à des notions de base : A chacun son boulot, à chacun ses compétences et écouter les avis (même du privé) n’a rien d’infamant.

    • Il y a beaucoup de ça, mais aussi beaucoup de corporatisme de la part des bureaucrates, vous n’êtes pas « de leur monde » et sans réseau vous êtes politiquement mort-né.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La semaine dernière, l’Allemagne a annoncé la relance de ses centrales à charbon suite aux risques de rupture d’approvisionnement en gaz par la Russie. Présentée comme temporaire, cette solution paraît pourtant irrémédiable depuis la décision de fermeture progressive du parc nucléaire allemand par les sociaux-démocrates il y a près de 20 ans - et accélérée par Angela Merkel suite à l’accident de Fukushima en 2011.

Aujourd’hui, l’Allemagne pâtit donc d’une décision idéologique animée par un principe de précaution sans la moindre base ra... Poursuivre la lecture

Le G7 se réunit du 26 au 28 juin 2022 pour son sommet annuel au château Elmau, dans les Alpes bavaroises, sous la présidence allemande.

Parmi les sujets qui seront abordés, on s'en doute, la sécurité alimentaire mondiale ou, pour le poser selon les mots du Secrétaire Général des Nations Unies Antonio Guterres, la menace d'un « ouragan de famines ».

Le 24 juin 2022  s'est tenue une conférence ministérielle sur le thème : « Uniting for Global Food Security », s'unir pour la sécurité alimentaire mondiale.

Le début du pr... Poursuivre la lecture
nupes
0
Sauvegarder cet article

Le régime est-il enfin en voie de reparlementarisation ? Avec une Assemblée élue au scrutin majoritaire mais qui donne l’image d’une élection à la proportionnelle, l’absence de majorité absolue du parti présidentiel a sonné comme un coup de tonnerre. Le Rassemblement national sort en position de force en parvenant à faire entrer un nombre de députés inimaginable pour une élection au scrutin majoritaire. Pourtant, c’est désormais vers Les Républicains que tous les regards se tournent. Après 10 ans dans l’opposition, la droite républicaine se r... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles