Les pires réactions à la mort de Fidel Castro

Revolucion By: Pablo Trincado - CC BY 2.0

Le dictateur cubain Fidel Castro est mort sous les cris de joie des Cubains qui ont réussi à fuir le régime. Pourtant en France certains pleurent le dictateur…

Par la rédaction de Contrepoints.

Fidel Castro
Revolucion By: Pablo TrincadoCC BY 2.0

Les réactions au décès de Fidel Castro révèlent à quel point certaines personnalités restent aveuglées par leur idéologie. Ce dictateur qui n’hésitait pas à recourir au peloton d’exécution, qui a fait fuir plus d’un million de Cubains hors de leur pays, est pourtant célébré un peu partout dans le monde.

Fidel Castro, « homme fort et sage »

On ne sera guère surpris par la réaction de Vladimir Poutine, qui salue « un homme d’État émérite » :

« Cet homme fort et sage a toujours regardé avec certitude vers l’avenir. Il a incarné de hauts standards d’homme d’État. »

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau, lui,  y est allé de son vibrant hommage.

« Fidel Castro, leader plus grand que nature, a consacré près d’un demi-siècle au service du peuple cubain. (…) Bien qu’il était une figure controversée, ses supporters et ses détracteurs reconnaissaient son amour et son dévouement immenses envers le peuple cubain, qui éprouvait une affection profonde et durable pour “el Comandante”. »

Avec cette déclaration très controversée au Canada, il s’est ridiculisé et les tweets ont tourné son hommage en dérision, comme on peut le lire dans le Journal de Montréal.

En France, Jean-Luc Mélenchon critique « les caricatures » faites au sujet de « Fidel », minimisant totalement les exactions du dictateur :

meluch

Lors d’un rassemblement pour « célébrer la mémoire » de son « héros », il rend hommage au dictateur, évoquant deux camps, d’un côté la belle Union des républiques socialistes russes (sic) et de l’autre le camp, américain bien sûr, qui fait « perdurer les discriminations raciales » :

« Fidel a fait des erreurs ? Oui, tout le monde a fait des erreurs ! Mais tout le monde n’est pas Fidel ! », clame le député européen, passant sous silence le bilan liberticide et sanguinaire du dictateur cubain.

La réaction de Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste est dans la même tonalité :

tw1

Avec Fidel Castro, une « société juste »

Pire, pour lui, la révolution (terme utilisé pour éviter de parler des exécutions sommaires) a permis « la démonstration de la possibilité de bâtir une société juste et souveraine pour tous les peuples ». Il oublie au passage que la justice et la souveraineté dont il parle ont conduit à la mort des êtres humains, mais qu’importe, ce ne sont là que les aléas d’une révolution.

Mais, prudent, il reste flou lorsqu’il décrit l’état de développement de Cuba :

« La mise en œuvre de politiques qui permettent à Cuba d’atteindre un niveau de développement social et humain comparable à certains pays industrialisés. »

Il fait bien de ne pas citer lesquels.

Même son de cloche chez Clémentine Autin (Front de gauche) qui fait également l’éloge de la résistance à l’impérialisme américain :

ca

« Castro a libéré son peuple »

Les socialistes ne font pas exception à la règle et dans un communiqué du PS, bien avant de critiquer le dictateur qui a entravé les libertés auxquelles ils sont prétendument si attachés, mettent en avant le héros de la révolution (décidément, le mot semble n’avoir qu’une connotation positive) qui a renversé Batista.

« Le Parti socialiste renouvelle ses liens d’amitié avec les Cubains et les peuples qui luttent pour leur émancipation. »

Au PS, on est pour la révolution et la grande figure dictatoriale, tout en soutenant la lutte pour l’émancipation des peuples. On oublie là aussi la manière de gouverner de Fidel Castro, qui a bien peu émancipé le peuple : notamment la nationalisation des terres, les exils et les exécutions, dont on peut avoir un aperçu sur le site therealcuba.com.

De son côté, Pascal Cherki, député de Paris qui se définit comme « un socialiste qui ne renonce pas », poste sur son compte Twitter :

pc

Fidel Castro, « un si nécessaire espoir socialiste »

Le socialiste Gérard Filoche, membre du bureau du PS, ne pouvait pas s’abstenir lui aussi de rendre un vibrant hommage au dictateur, tout en écrivant sa propre lecture de l’histoire :

« Il n’y a jamais eu de socialisme ni de communisme en URSS, la contre-révolution y a triomphé et la bureaucratie a dévoré cruellement les révolutionnaires. »

tw2

On lira au passage avec délectation sa définition subtile de la différence entre le socialisme et le communisme.

Les réactions consensuelles

Plus vagues et certainement plus prudentes, les réactions de certains laissent planer le doute :

Jean-Claude Juncker, Président de la Commission européenne :

« With the death of Fidel Castro, the world has lost a man who was a hero for many. He changed the course of his country and his influence reached far beyond. Fidel Castro remains one of the revolutionary figures of the 20th century. His legacy will be judged by history. »

Enfin, dans Libération on enchaîne les lieux communs :

« Étranglé par le blocus américain, Cuba a cependant mis en place des politiques d’éducation et de santé performantes et les Cubains restent généralement fiers de n’avoir pas plié l’échine face à leur grand voisin. »

Rappelons que le prétendu blocus américain est une invention des pro-castristes : l’embargo américain n’a jamais empêché Cuba de commercer avec le reste du monde.

Les Cubains dont parle Libération ne sont sans doute pas ceux qui se sont exilés à Miami. Eux se réjouissaient hier soir que leurs enfants grandissent dans un monde où Fidel Castro ne serait plus là.

tw3

tw

dessin-contrepoints855