La munition à 800 000 dollars du super Destroyer

En mi-novembre 2016, le Pentagone et l'US Navy ont tiré un trait sur la production et l'acquisition de projectiles Long Range Land Attack Projectile (LRLAP) chiffrées au bas mot à 800 000 dollars l'unité !

Par Charles Bwele.

La munition à 800 000 dollars du super Destroyer
By: Paul VanDerWerfCC BY 2.0

Conçus dans les années 1990 et mis en service dans les années 2010, les destroyers de classe Zumwalt relèvent d’une technologie de rupture garantissant aux États-Unis une avance militech en mer sur la Russie et la Chine.

Fort d’une silhouette sans aspérité « à la Star Wars », d’une signature radar équivalente à celle d’un bateau de pêche, de deux moteurs électriques à induction de 79 mégawatts (permettant de dépasser 30 nœuds soit 56 km/h), de systèmes de bord automatisés et intelligents (supervisés par des serveurs IBM sous Linux capables de résister aux chocs, vibrations et impulsions électromagnétiques) et d’un équipage de 130 marins, le Zumwalt est un imposant bâtiment de 186 mètres de long, de 25 mètres de large et d’une masse de 15 000 tonnes.

Il embarque un hélicoptère multi-missions SH-60 Seahawk et trois drones Firescout, et est équipé de 80 cellules de lancement vertical (missiles de croisière BGM-109 Tomahawk, missiles surface-air RIM-66, missiles antiaérien/anti-missiles RIM-161 SM-3 et RIM-162 Evolved SeaSparrow, missiles anti-navires Harpoon, missiles anti-sous-marins RUM-139 VL-ASROC). Il est également muni de tubes lance-torpilles, de deux canons 30 mm Mk-46 Gun Weapon System (GWS) à l’arrière, et de deux canons 155 mm Advanced Gun System (AGS) – cadencés à 10 tirs/mn à l’avant.

Un coût pharaonique

Destiné au soutien d’opérations de débarquement et à la destruction de cibles stratégiques, le Zumwalt est aussi un navire au coût pharaonique : 6 milliards de dollars (5,5 milliards d’euros) l’unité. De fait, l’US Navy n’a commandé que trois bâtiments au lieu des 32 exemplaires initialement prévus.

En mi-novembre 2016, le Pentagone et l’US Navy ont tiré un trait sur la production et l’acquisition de projectiles Long Range Land Attack Projectile (LRLAP), munition de précision (à guidage inertiel et GPS) d’une portée de 140 km, spécialement forgée pour le canon AGS du Zumwalt (et vice-versa), et chiffrée au bas mot à 800 000 dollars l’unité ! Un bonheur ne venant jamais seul, le fabricant Lockheed Martin promet un prix nettement plus élevé…

bwele1

À titre de comparaison, un missile de croisière Tomahawk (à capacité nucléaire) vaut un million de dollars, et des obus de 155 mm tels que le M712 Copperhead et le M982 Excalibur valent environ 70 000 dollars l’unité. En outre, l’adaptation parfaite de ces obus aux configurations du canon AGS (manutention, stockage, logiciel de visée/tir, etc), spécifiquement conçu pour accueillir le LRLAP, nécessitera de juteux frais supplémentaires et plusieurs années d’essais et de validations.

La marine américaine est également intéressée par le Hyper Velocity Projectile (HVP), munition de 155 mm actuellement développée par BAE Systems sous contrat avec l’Office of Naval Research. Cette arme serait déclinée en trois versions compatibles avec les canons Mk-45 (installés sur bon nombre de croiseurs et destroyers US Navy), avec les canons de 155 mm tels que l’AGS, et avec les futurs canons électromagnétiques Railgun cadencés à 10 coups/mn et tirant des projectiles de 18 kg à une vitesse de 9000 km/h.

Selon mon collègue Thibault Lamidel – animateur du blog le Fauteuil de Colbert et rédacteur au webzine EchoRadar, « pour payer de tels navires, la marine renonce à l’autre condition de la supériorité, le nombre et la présence. Aujourd’hui, l’US Navy compte 320 à 340 bateaux, et il lui en faudrait au moins 400 pour être une marine globale présente partout dans le monde comme le souhaitait Reagan. […] Le Zumwalt reste un exercice technologique. » 

Dans le roman de guerre Ghost Fleet mêlant efficacement science-fiction militaire et prospective technologique, les stratégistes et analystes de défense Peter W.Singer et Arthur Cole critiquent vertement des systèmes d’armes tels que le super-destroyer Zumwalt, la frégate Littoral Combat Ship et le chasseur F-35 Joint Strike Fighter, jugés trop sophistiqués, trop chers, trop beaux et donc trop délicats pour le combat réel et pour le maintien en condition opérationnelle.

En savoir + :

Sur le web