Quel candidat idéal pour la primaire de droite ?

Pratiquement tous les candidats à la primaire des républicains ont compris qu’il fallait réformer la France, baisser les dépenses publiques et supprimer des postes de fonctionnaires, et que cela passe par moins d’État.

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Quel est le candidat idéal pour la primaire ?
By: European People’s PartyCC BY 2.0

C’est une sensation ambiguë qui nous étreint après le débat entre les 7 candidats à la primaire de droite. Un peu comme dans les blagues avec les bonnes et les mauvaises nouvelles. Les bonnes nouvelles concernent le fait que pratiquement tous les candidats ont compris qu’il fallait réformer la France, baisser les dépenses publiques et supprimer des postes de fonctionnaires, et que cela passe par moins d’État.

Des propositions courageuses

candidat-ideal-rene-le-honzecC’est une belle victoire pour tous ceux qui, comme l’IREF, se battent depuis des années pour que l’État prenne de moins en moins de place dans notre économie. La mauvaise nouvelle c’est que les propositions sont différentes et vont des propositions modestes (Juppé, Sarkozy, Poisson…) jusqu’aux plus courageuses (Le Maire, Fillon, Copé, NKM) pour ce qui est du nombre de fonctionnaires à baisser ou même de leur statut, pour certaines catégories.

Malheureusement, cette approche n’a pas été suivie d’autres propositions concernant des privatisations. D’ailleurs, la seule fois qu’on a prononcé ce mot a été à propos de Pôle Emploi, ce qui ne peut que réjouir l’IREF.

Mais c’est trop peu pour un pays où l’État est encore présent dans des dizaines d’entreprises et secteurs qui pourraient être confiés au privé. On a proposé par exemple la fin des régimes spéciaux de retraites. Mais pas la privatisation de la SNCF ou de la RATP

La flat tax de NKM

Concernant la fiscalité, la surprise est venue de NKM qui propose une flat tax à 23,3% mais veut garder l’ISF et obliger ceux qui le payent à l’investir dans des entreprises. L’intention est bonne mais on ne peut pas « obliger » les individus à investir l’argent. C’est à eux de décider et mieux vaut moins d’impôts pour que l’argent aille, non pas à l’État, mais dans les entreprises qui en ont besoin.

Beaucoup d’ambiguïtés concernent la durée légale du travail chez la plupart des candidats sauf chez Fillon qui veut supprimer toute référence et fixer un maximum de 48 heures par semaine. Floues aussi les propositions sur la réforme du Code du travail et les retraites (la capitalisation n’a pas été mentionnée) et beaucoup de mesures « déjà vues » sur l’allègement des charges et autres niches dont l’impact sur l’emploi est très improbable.

L’étatisme partout

On ne peut pas dire quel est le candidat qui nous a le plus convaincus. On a eu la confirmation que Juppé et Sarkozy ont toujours une vision étatiste de l’économie française mais les autres ont eu, eux aussi, des réflexes interventionnistes ou des propositions de réformes incomplètes et discrètes.

Il y a encore du travail à faire jusqu’à ce qu’ils se rendent compte que c’est bien l’État qui tue la France. Pour ce qui est du gagnant de la soirée, c’est la synthèse de plusieurs propositions faites par la plupart. Un candidat idéal en quelque sorte…


Sur le web