Chers candidats, comment sauver notre système de santé ?

bouée credits yozine (licence creative commons)

À force de légiférer le monde politique a étouffé le meilleur système de santé du monde ! Voici 5 axes de réformes pour faire réfléchir les candidats à la primaire…

Par Bernard Kron.

Chers candidats, comment sauver notre système de santé ?
bouée credits yozine (licence creative commons)

Après chaque élection, les décisions tardent car les résultats ne se verront qu’avec le temps. Faute de marges financières, les politiques accumulent les contraintes car deux dogmes contradictoires  paralysent nos dirigeants :

  1. Offrir un accès à des soins de qualité à tous ;
  2. Diminuer les dépenses de santé.

Ils ont donc choisi d’encadrer les tarifs et les pratiques des médecins, ce qui va à l’inverse du but recherché, l’efficience !

La simplification administrative permettrait seule de dégager les budgets nécessaires et de libérer le dynamisme médical. Il s’agira d’une mission impossible sans un réel tournant libéral, mais y a-t-il encore des libéraux dans le monde politique ?

Il faut donc attaquer le mal à la racine c’est-à-dire aux organes de l’État et à son rôle omnipotent depuis les Ordonnances de 1996 et les Lois santé !

Je propose 5 axes d’attaque :

1. La réforme des études de médecine

L’entrée en faculté est libre mais elle est suivie d’une hyper sélection qui élimine de futurs bon médecins. C’est un énorme gâchis !

À l’inverse l’ECN de fin d’étude reçoit tout le monde et reste ouvert à toute l’Europe, même aux plus mauvais.

C’est ubuesque.

2. Les organismes de l’État 

On ne peut même plus les compter ! Ils se contredisent et secrètent leurs propres dépenses avec l’hypertrophie des personnels administratifs.

Les mutuelles au nombre de plus de 450 offrent des contrats illisibles.

Les malades pris en charge à 100% consomment sans compter au détriment du remboursement de l’optique et des soins dentaires mal pris en charge et de la tarification des actes médicaux irréalistes !

3. Les hôpitaux

Sauver le système de santé
Sauver le système de santé

Malgré les déficits, ils continuent de se multiplier aggravant la désertification. Ils donnent trop de soins courants au détriment du temps médical disponible pour les vraies urgences.

Il faudra en diminuer la taille tout en les dotant de toutes les technicités

Stopper le désertification est à ce prix.

4. Le post-internat et la réforme du 3ème cycle

Elle vient d’acter la fin du clinicat, c’est une erreur.

On ne peut pas former un chirurgien en 6 ou 7 ans sauf des ultras spécialistes !

Il faudra d’une façon ou d’une autre être réactionnaire pour retrouver l’élitisme qui a fait la grandeur de la chirurgie Française !

5. La médecine générale 

Le médecin généraliste ne doit pas être un officier de santé, mais contrairement à l’hôpital trop coûteux, il doit être au centre du dispositif. Pour cela il doit être libéré des tâches administratives et formé dès le 2éme cycle, à l’occasion de son externat.

Tels sont les 5 axes de réformes que je développe dans mon livre Chirurgie, chronique d’une mort programmée (Éditions L’Harmattan Paris).