Sondage : les Français jugent sévèrement l’éducation nationale

École By: Rahul Narain - CC BY 2.0

Selon un sondage BVA, les Français jugent sévèrement le système éducatif auquel ils confient leurs enfants. Tiendra-t-on compte de ce nouveau constat d’échec ?

Par Matthieu Mistret.

Un sondage BVA pour Orange et la Presse Régionale1 s’interroge sur la perception du système éducatif par les Français. Si ce sondage était présenté comme un bulletin de notes, les Français mettraient un avertissement à leur système éducatif. Avant les élections présidentielles, cette réaction devrait être prise au sérieux.

Salle de classe (Crédits Enac, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.
Salle de classe (Crédits Enac, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Système éducatif : la peur au ventre ?

Ce soir là, le petit système éducatif était rentré chez lui en traînant les pieds. Flânant dans les rues trempées par les premières pluies automnales qui avaient relégué au rang de souvenir l’été radieux, il réfléchissait à la façon de justifier un si mauvais bulletin. Lui, l’orgueilleux système éducatif que le monde entier enviait encore il y a quelques années, il allait devoir affronter les critiques, les brimades et une profonde remise en question de ses performances. Bien sûr, il y avait eu le classement PISA qui était mauvais. Mais là, c’était les Français qui avaient jugé. Pas une sombre institution de l’OCDE.

Il s’était assis, pensif, sur le parapet du petit pont au coin de sa rue. Le ruisseau était tumultueux après les pluies de la journée. Il regardait, songeur, les flots de la crue qui courbaient les arbustes de la berge, impuissants, comme lui, à résister à une force supérieure. Il n’était pas pressé de rentrer.

Le dernier rayon de soleil avait alors percé l’épaisse chape nuageuse. Comme si cette lumière l’avait ragaillardi, le petit système éducatif se dit que ce n’était pas la première fois qu’il rentrait avec de mauvais résultats. Ce n’était qu’un mauvais quart d’heure à passer. Quelques tensions sociales, quelques attentats, des propositions de programme présidentiel et ce serait oublié, comme toujours. Il rassembla son courage et décida de reprendre sa route, comme allégé d’un poids. La peur avait disparu. La hâte du temps qui passerait forcément pour adoucir ce sentiment de culpabilité l’avait remplacée.

Les Français insatisfaits

L’avis de la population sur le système éducatif est en effet bien mauvais. Nous avons pu nous procurer son bulletin. Sa moyenne générale est de 10.5/20, tout juste la moyenne. Même à gauche, on n’accorde que 11.5 alors qu’à droite et à l’extrême-droite, on accorde moins de 10. Si les Français estiment que la maternelle fonctionne plutôt bien, le primaire est moins à son avantage. Quant au collège et au lycée, il y a un relatif consensus à considérer qu’ils ne fonctionnent pas correctement.

Pour une majorité de Français, le système éducatif ne favorise pas la mobilité sociale. L’impact des réformes menées depuis 2012 serait très négatif pour les sympathisants de droite et relativement neutre pour les sympathisants de gauche.

systeme-educatif-bulletin-2016

Une réaction attendue ?

Le système éducatif français coûte cher et se veut égalitariste. Il n’obtient pourtant pas les résultats qu’on serait en droit d’attendre. Les Français s’en aperçoivent et jugent sévèrement l’institution à laquelle ils ont confié leurs enfants et, en somme, l’avenir du pays.

Le petit système éducatif a eu raison de reprendre ses esprits et de trouver le courage de rentrer chez lui. Rapidement, tout ceci sera oublié. On a dépensé plus et obtenu moins de résultats ? C’est probablement qu’on n’a pas encore dépensé assez. Les questions d’autonomie des établissements, d’évaluation et de programmes ne seront qu’effleurées. On se contentera d’allouer des moyens supplémentaires. Dans le meilleur des cas, ce sera sans comprendre que la clé n’est plus ici depuis longtemps. Dans le pire des cas, ce sera pour acheter la paix sociale au sein d’une corporation enseignante réputée pour sa propension à la contestation sociale. Pendant ce temps, ce sont les prochaines générations qui en pâtissent…

  1. Enquête BVA-Salesforce pour la Presse Régionale et Orange réalisée par Internet du 9 au 11 septembre 2016. Échantillon représentatif de 1000 Français âgés de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, profession de la personne de référence du ménage, région et catégorie d’agglomération. La notice de cette enquête est consultable à la commission des sondages qui la rend publique sur son service de communication en ligne.