Donald Trump psychopathe ?

Donald Trump painted portrait By: thierry ehrmann - CC BY 2.0

Un psychologue de l’université d’Oxford place Trump devant Adolf Hitler sur l’échelle des psychopathes. Mais quel est le degré de scientificité de cette affirmation ?

Par Drieu Godefridi.

DrieuDans l’un des meilleurs articles de l’été, BFM-TV s’interroge sur le degré de psychopathie du candidat républicain à la présidence des États-Unis, Donald Trump. Un psychologue de l’université d’Oxford place en effet Trump devant Adolf Hitler sur l’échelle des psychopathes.

« Un bémol tout de même, Donald Trump n’a évidemment pas répondu aux questions qui composent ce test de personnalité. » Détail insignifiant.

L’auteur de cette froide estimation scientifique est le professeur Kevin Dutton, qui publie régulièrement sur le degré de psychopathie de personnalités telles que Henri VIII, Guillaume le Conquérant, Jésus.

Un test « scientifique »

Pour ce faire, notre distingué professeur utilise le test dit PPI.

L’un des critères de ce test, pour lequel Trump réalise l’un de ses plus mauvais résultats (seul Idi Amin Dada fait jeu égal avec lui parmi les dictateurs sanguinaires) est le Carefree Nonplanfulness (CN), c’est-à-dire la difficulté à planifier et à considérer les conséquences de ses actions (voir ci dessous le schéma de synthèse du professeur Dutton).

Dit autrement, Trump est un psychopathe incapable de concevoir un plan et de comprendre que ses actions ont des conséquences.

On mesure instinctivement le détachement scientifique qui a présidé à cette souveraine estimation, réalisée par le Pr. Dutton dans la solitude glacée de son laboratoire avec la collaboration d’un « correspondant politique anonyme, très respecté et expérimenté. »

De cette incapacité à planifier, témoigne l’effondrement des tours Trump aux quatre coins du monde — Trump n’ayant jamais pensé à faire appel à un architecte pour en dresser les plans, il construit au jugé — et que personne n’y vit, Trump n’ayant jamais songé à faire appel à des agences immobilières. Et c’est également en vertu de sa Carefree Nonplanfulness que Trump est devenu le candidat du Parti républicain, avec une option sérieuse sur la présidence des États-Unis.

N’est-elle pas belle, la science en action ?