« La loi » de Frédéric Bastiat en BD

Une réflexion en BD autour de la loi, nos gouvernants, la liberté et la propriété, à travers une évocation de l’ouvrage La loi du député et pamphlétiste landais Frédéric Bastiat.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« La loi » de Frédéric Bastiat en BD

Publié le 19 août 2016
- A +

Par Johan Rivalland.

Les jumeaux tuttle étudient la loiUne fois de plus, il est caractéristique que cet hommage en forme de découverte des écrits de notre célèbre (à l’étranger, mais inconnu ici) penseur français Frédéric Bastiat vienne des États-Unis ; la traduction de cette BD ne devant son existence qu’à l’initiative de Damien Theillier et l’Institut Coppet, l’auteur et le dessinateur résidant, eux, respectivement dans l’Utah et l’État de Washington.

Une réflexion autour de la loi, nos gouvernants, la liberté et la propriété, à travers une évocation de l’ouvrage La loi du député et pamphlétiste landais du XIXème siècle.

Deux jumeaux de 9 ans, Ethan et Emily Tuttle, doivent réaliser un travail de recherche pour l’école, sur le thème de la sagesse. Ils doivent rechercher une personne sage, qui sera chargée de leur expliquer quelque chose de très important.

C’est ainsi qu’ils ont l’idée de se tourner vers leur voisin Fred, un homme âgé qui a vécu en France et connaît beaucoup de choses.

Celui-ci a l’idée de se tourner, dans son imposante bibliothèque, vers l’ouvrage de Frédéric Bastiat, dont il va commencer à leur expliquer l’esprit avec des mots simples, en les amenant à réfléchir sur les choses qui touchent à notre vie.

Au départ un peu réticents (on les comprend, à 9 ans !), ils se prennent rapidement au jeu, grâce à l’approche très pédagogique de Fred. Et nous voilà partis vers une première approche très simple des raisonnements de Frédéric Bastiat.

Les explications et l’esprit de la BD, pleins de tendresse, restent relativement rudimentaires (tout dépend, en réalité, à qui s’adresse réellement cette BD). Une approche qui me rappelle celle de Sophie de Menthon, il y a quelques années, qui avait édité une série de petits livres très intéressants à l’adresse des enfants sur différents sujets (l’entreprise, la police, la politique, l’argent, la publicité, etc.). Des thèmes de réflexion qui peuvent être abordés dans le cadre d’un petit exposé à réaliser pour l’école, comme dans cette histoire, ou dans le cadre de lectures-discussions avec ses parents, pourquoi pas…

Une invitation, quoi qu’il en soit, pour les adultes qui la liront, à aller découvrir l’ouvrage et l’auteur.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Tommaso Vitale et Emilien Houard-Vial.

 

Si cette année Giorgia Meloni et Marine Le Pen ont concentré l’attention des commentateurs des deux côtés des Alpes, l’abstention est bien la donnée politique la plus importante qui ait émergé de ces élections. Le choix délibéré de millions de citoyens de se détourner de l’arène politique est souvent agrémenté de propos négatifs sur leur supposée irresponsabilité ou manque d’éthique. Pour autant, le registre de la culpabilité est-il le plus pertinent pour répondre au grave problè... Poursuivre la lecture

Pour des raisons évidemment électorales, le président Macron a supprimé la taxe d’habitation, ainsi que la taxe audiovisuelle qui y était attachée. Mais comme les collectivités qui en bénéficiaient sont obligées d’équilibrer leurs budgets, il faut bien se rattraper sur quelques-uns.

C’est ainsi que la taxe foncière est appelée à prendre le relais de leur financement et que les propriétaires et les bailleurs vont financer ce que les locataires n’ont plus à payer !

Il n’y avait aucun risque à prendre cette décision, l’immobilier é... Poursuivre la lecture

la liberté
5
Sauvegarder cet article

La guerre russe en Ukraine place une fois de plus le monde occidental, le monde des démocraties libérales, face à ses renoncements et ses douloureuses contradictions.

Comme dans les années 1930 face à l'Allemagne, l'Italie et l'URSS, on le voit se lever au nom de ses principes face à l'autoritarisme brutal d'un Vladimir Poutine, mais on le voit aussi se braquer dans des certitudes sociales et/ou climatiques qui lui font imposer ses jolies politiques d'en haut en oubliant qu'il tient ses pouvoirs des individus. Exemple typique, les zone... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles