Et si l’État planifiait vos vacances ? [Replay]

Imaginez un instant que l’État planifie nos vacances, pour plus de justice sociale et pour le bien commun.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
L'Etat planifie les vacances ? By: Ronnie Macdonald - CC BY 2.0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Et si l’État planifiait vos vacances ? [Replay]

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 24 juillet 2016
- A +

Par Jorge Valín.

L’Etat planifie les vacances ? By: Ronnie MacdonaldCC BY 2.0

 

Si l’intervention de l’État dans nos vacances vous paraît ridicule et grotesque, ne pensez-vous pas que toute autre intrusion des politiciens dans nos vies l’est aussi et que les choses ne fonctionnent pas bien en réalité à cause de cet empressement démesuré de contrôle étatique ?

Imaginez qu’une quelconque stupide institution réalise une coûteuse étude payée avec l’argent de tous dont les conclusions seraient les suivantes : « La période des vacances crée un stress ponctuel au sein des familles, augmente le nombre de divorces et les disputes familiales et provoque une diminution de l’épargne des gens. » Je n’ai rien inventé, ce sont des conclusions réelles d’études réelles. Pour éviter ces effets négatifs, le gouvernement doit nationaliser les vacances des ménages et les coordonner de manière centralisée pour créer un plus grand bien commun et de justice sociale.

Que se passerait-il ? Un absurde comité d’experts serait créé, qui serait en réalité composé que de gars pistonnés décrétant qu’il n’est pas égalitaire qu’une famille aille toujours à la mer ou à la montagne car elle est déjà divisée dans beaucoup d’occasions. On trouverait également injuste que les riches aient de meilleures vacances que la classe moyenne ou les pauvres. Chaque famille […] devra donc alterner, année après année, mer et montagne ; tous les cinq ans, une famille humble profiterait de vacances de luxe. Un ratio serait créé à cet effet  afin que le pays propose les vacances les plus égalitaires d’Europe.

Un ministère serait mis en place pour coordonner le tout et faire des études, avec à sa tête des dirigeants du parti au pouvoir pourvus de hauts salaires. On engagerait davantage de fonctionnaires, des entreprises publiques indépendantes de l’État seraient créées, un nouveau budget établi, et on émettrait de la dette propre puisque ces entreprises n’auront jamais assez de ressources.

Les vacances seraient décrétées devant être démocratiques. Vous n’iriez plus où vous ou votre famille le désireriez, mais bien dans des endroits décidés par la majorité selon quelque absurde critère gouvernemental. Un mois avant les vacances, il faudrait remplir une kyrielle de formulaires pour obtenir son droit aux vacances. Le ministère des Finances donnerait des points en fonction des revenus déclarés à l’impôt sur les personnes physiques. Les pistonnés de toujours obtiendraient les meilleures destinations estivales. Le ministère des Vacances et des Loisirs du Bien commun s’apercevant que les meilleurs endroits sont toujours choisis, spécialement la plage, créant ainsi des zones sans tourisme, estimerait ceci inégalitaire ; des zones de bas tourisme et bas revenus seraient créées, où un quota de familles devraient se rendre alors qu’elles n’auraient jamais pensé y mettre les pieds.

Certaines activités de vacances seraient considérées non durables, comme se déplacer en voiture ; il faudrait donc voyager dans des trains bondés ou des autocars. Il y aurait une augmentation des quotas de vacances écologiques à la ferme où nombre d’entreprises du secteur recevraient des subventions et des traitements de faveur, plus préoccupées de l’argent de l’État que de la qualité offerte au client. Ce serait des vacances soviétiques.

Avec le temps, le ministère serait ruiné par ses excès ; quelques mesures d’austérité seraient alors appliquées, en permettant aux gens de décider eux-mêmes de leurs vacances. Beaucoup diraient qu’il s’agirait d’une attaque aux vacances du peuple. « Si on libéralisait les vacances, les riches iraient vers de meilleures destinations que les pauvres, et c’est une attaque à l’égalité sociale. » Les partis politiques achèteraient des votes en promettant davantage d’argent pour ce ministère, contrairement au gouvernement actuel. Finalement, rien ne serait fait, mais les politiciens pourraient dire, enfin, que nous sommes tous égaux, bien qu’en réalité tout cela aura signifié la castration de notre liberté individuelle, le paiement de plus d’impôts, de plus de fonctionnaires, de plus de pistonnés et une plus grande dette publique. Nous serions plus pauvres, plus gris, plus moutonniers et le résultat au plan économique serait négatif pour le pays.

Tout cela n’est pas aussi fou et ridicule qu’il pourrait sembler. L’État prétend continûment réguler notre vie et notre économie avec des idioties comme celle-ci afin d’accaparer plus d’argent et de pouvoir. Actuellement, il nous dit comment conduire, éduquer nos enfants, ce que nous devons manger et va même jusqu’à nous dire comment faire le ménage, ainsi que le fit un ministre récemment. En réalité, les politiciens se préoccupent peu de nos vacances, ou qu’elles soient égalitaires. Comme ils se préoccupent peu de nos pensions, de la santé, de la justice ou des libertés, c’est pourquoi tout tombe en ruine. Ils veulent seulement acheter des voix au travers de fantaisies irréelles. Si l’intervention de l’État dans nos vacances vous paraît ridicule et grotesque, ne pensez-vous pas que toute autre intrusion des politiciens dans nos vies l’est aussi et que les choses ne fonctionnent pas correctement en réalité à cause de cet empressement démesuré de contrôle étatique ?


Traduit de l’espagnol.

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
permis de conduire
1
Sauvegarder cet article

Avec l’augmentation récente (aussi soudaine que purement coïncidentale) des accidents vasculaires cérébraux et des crises cardiaques, il n’est pas inenvisageable de voir quelque peu augmenter le nombre de blessés et de morts sur les routes. Voilà donc l’occasion rêvée de sensibiliser les foules à une nouvelle problématique (comprendre : insérer de la nouvelle propagande aux forceps) : le permis de conduire ne peut pas continuer à être attribué à vie, sans vérification régulière de la validité de son détenteur, enfin, voyons !

C’est en ... Poursuivre la lecture

L'économie planifiée connaît un nouveau regain d'intérêt. Les défenseurs de la protection du climat et les anticapitalistes exigent que le capitalisme soit aboli et remplacé par une économie planifiée. Sinon, disent-ils, l'humanité n'a aucune chance de survie.

En Allemagne, un livre intitulé Das Ende des Kapitalismus (La fin du capitalisme) est un best-seller et son auteur, Ulrike Hermann, est devenue une invitée régulière de tous les talk-shows. Elle promeut ouvertement une économie planifiée, bien que celle-ci ait déjà échoué une foi... Poursuivre la lecture

Par Connor O'Keeffe.

Après la crise financière de 2008, des appels ont retenti dans les publications de l'establishment et les bureaux exécutifs de Wall Street pour dire que nous assistions à la mort de la mondialisation. Ces appels se sont amplifiés et multipliés après le Brexit, l'élection de Donald Trump, la pandémie et l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Pourtant, les données semblent contester ce récit. Le commerce mondial a atteint un niveau record de 28 500 milliards de dollars l'année dernière et les projections prévoient un... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles