4 clés pour apprendre de ses échecs

Comment transformer un échec en réussite pour mieux rebondir ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

4 clés pour apprendre de ses échecs

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 17 juillet 2016
- A +

Par Alain Goetzmann.

Succès (Crédits : Flazingo Photos, licence CC-BY-SA 2.0)
Succès (Crédits : Flazingo Photos, licence CC-BY-SA 2.0)

 

Personne n’aime échouer. Mais, soyons honnêtes, l’échec fait partie de la vie. Les grands inventeurs, Thomas Edison le premier, ont vécu leur lot d’échecs avant de trouver le succès. Même les meilleurs footballeurs ratent plus de buts qu’ils n’en rentrent.

Chaque individu commet des fautes et prend de mauvaises décisions au fil de son parcours vers son objectif. Le secret de la réussite est donc de s’y préparer afin de savoir en tirer les leçons et de s’en faire un nouveau tremplin, pour rebondir. C’est ainsi qu’on transforme ses échecs en réussite. Comment ?

1. Par l’optimisme

La philosophie de Thomas Edison reposait sur l’expérimentation tout en admettant que : « cela ne marchera pas 10.000 fois ». Mais en cherchant, à chaque échec, son pourquoi, il finit par trouver la réussite. L’optimisme n‘est pas le trait de caractère de quelques « happy few » c’est un choix ! Même si le choix ne garantit pas de résultats positifs immédiats, il est le signe d’une motivation sans faille et d’un caractère fort.

2. Par la responsabilité

Lorsque nous échouons, c’est toujours la faute de quelqu’un ou de quelque chose ; les personnes ou les circonstances. Mais l’échec étant une source d’apprentissage incomparable, si j’en rends autrui responsable, je me prive d’une leçon édifiante. Assumer sa responsabilité est donc bien plus important que de vouloir sauver sa réputation. Cette attitude est, de plus, gratifiante, car elle conduit à cette maturité qui permet d‘apprendre de ses échecs et de continuer à tout essayer.

3. Par la résilience

En disant « au-revoir » à hier, nous nous donnons une nouvelle occasion de réussir de grandes choses. Votre mental ne peut se concentrer profondément que sur quelques points. Oublier ses erreurs et se concentrer sur de nouveaux défis est un moyen particulièrement efficace de rebondir. Prenez cette habitude de ne jamais vous retourner. Le passé, quel qu’il soit, était bien ; le meilleur est à venir.

4. Par l’initiative

Après un échec, au moment de rebondir, il y a souvent la peur de ne pas y arriver, la peur de l’inconnu. Mais la peur n’a jamais permis à quiconque d’atteindre ses objectifs. C’est l’analyse de notre échec qui va nous permettre de rebondir. En découvrant les raisons qui l’ont provoqué et en apprenant ainsi de nos erreurs, nous nous donnons les moyens de progresser.

Un échec fructueux est un échec auquel nous apportons une réponse positive. Churchill ne disait-il pas : « La réussite, c’est aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme » ?

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • La conclusion effrayante de cette approche, c’est que Hollande va réussir…

  • Pas certain que Churchill ait dit ça, et donc que l’on puisse accorder foi à cette pression :
    https://richardlangworth.com/success

    Tout au plus pourrait-on dire qu’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme « peut » conduire au succès. C’est bien la clé de tout apprentissage : ne pas s’arrêter sur ses échecs. Mais il est aussi permis d’aller de réussite en réussite. Le risque étant alors de n’avoir jamais été préparé à l’échec. Comme le découvrent les élèves de prépa ou de PCEM1…

  • Churchill ou encore Enzo Ferrari qui disait : « l’expérience, c’est la somme de nos erreurs … à condition de ne pas les renouveler !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Charles Pépin est un écrivain et philosophe dont j’ai eu l’occasion de lire plusieurs ouvrages, toujours écrits dans un style simple et abordable, pleins de bon sens, tout à fait agréables à découvrir et utiles à la réflexion.

Ici, il revient avec un essai au titre engageant, Les vertus de l’échec. Un thème, comme il le montre lui-même, très bienvenu lorsqu’on connait les difficultés spécifiquement françaises à admettre les multiples leçons que l’on peut en tirer et le fait que ces échecs peuvent tout à fait être porteurs et se transfo... Poursuivre la lecture

Par Jean-Jacques Handali.

Dans sa hotte, il a entreposé des vêtements de style, du vin et du champagne, des parfums, des garde-temps, des cosmétiques et plus récemment des diamants… Il ne s’agit pas d’une tournée fabuleuse du Père Noël, mais de la malle de voyage de Bernard Arnault, fondateur et promoteur du leader mondial du luxe : LVMH.

LVMH, genèse d'une épopée

Chaque épopée a sa genèse. Celle de ce polytechnicien débute en 1984, quand il met la main sur les textiles Boussac, en pleine perte de vitesse. Il en garde le joyau ... Poursuivre la lecture

Par Yannick Chatelain, Caroline Cuny[1. Professeure en psychologie, Grenoble École de Management (GEM).] et Jamel Khenfer[3. Assistant Professor of Marketing, Zayed University.] Un article de The Conversation

Dans le cadre de la crise sanitaire, la volonté de contrôle de la pandémie s’accompagne d’une perte de contrôle personnel de nos vies. Nous sommes soumis à un biopouvoir en charge de la gestion de la crise, pour reprendre le terme du philosophe Michel Foucault, qui s’exerce sur les corps.

Ce biopouvoir peut parfois s’étendr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles