La CGT ne respecte pas la minute de silence pour les victimes de Nice !

Enfermée dans sa logique extrémiste, la CGT ne respecte même pas la minute de silence en hommage aux victimes de l'attentat de Nice.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Maya-Anaïs Yataghène - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La CGT ne respecte pas la minute de silence pour les victimes de Nice !

Publié le 16 juillet 2016
- A +

Par Alexis Vintray.

La CGT ne respecte pas la minute de silence pour les victimes de Nice !
Image d’illustration. Maya-Anaïs YataghèneCC BY 2.0

La rencontre culturelle annuelle organisée par le Parti socialiste en partenariat avec la FNESR lors du Festival d’Avignon a été gravement perturbée cette année par la CGT. Au point de noyer sous les insultes la minute de silence en hommage aux victimes de l’attentat de Nice qui a tué plus de 80 personnes selon le Figaro et le PS.

Une minute de silence pour les victimes de Nice sous les insultes et les bruits de casseroles

Après avoir empêché les prises de parole des intervenants dans ce débat culturel, la cinquantaine de militants de la CGT Spectacle présents sur place « ont [en effet] couvert de façon ininterrompue la minute de silence en hommage aux victimes de la tuerie de Nice » comme le rapporte Tristan Quinault Maupoil dans Le Figaro. Et ce alors que les militants de la CGT avaient été clairement avertis de cette minute de silence, ce qui n’a pas empêché les bruits de casseroles ou les slogans “Socialistes collabo”.

Et Le Figaro de citer Amine el-Khatmi, adjoint PS au maire d’Avignon : « C’est inqualifiable, lamentable et indécent. Ils tapaient sur des poubelles, ils ont continué à crier, à hurler ».

Une condamnation unanime

Des actes qui ont suscité la condamnation à gauche, puisque le Parti socialiste a réagi fermement par la voix de David Assouline, sénateur et secrétaire national à la Culture et à l’Audiovisuel du PS : « Cet acte, qui rompt avec toutes les traditions républicaines et avec celles du mouvement syndical, témoigne de la dérive et de la décomposition vers lesquelles certains entraînent cette organisation. »

Et le sénateur d’ajouter : « Souiller une minute de silence en hommage aux victimes d’un massacre terroriste survenu quelques heures auparavant est indigne. En ce moment de montée des populismes extrémistes, le Parti socialiste condamne cette escalade et cette perte totale de repères démocratiques et républicains. »

De nouvelles actions qui soulignent la dérive extrémiste de plus en plus visible de la CGT, enferrée dans un combat contre la loi Travail qu’elle a déjà perdu. De quoi reposer sérieusement la question que nous abordions dans Contrepoints il y a quelques semaines : la CGT joue-t-elle la stratégie de la terreur ?

Addendum : réaction de la CGT à lire ici.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Simplement scandaleux.

  • Tant qu’aucun politique, aucun préfet, aucun maire, aucun patron n’aura les glandes appropriées pour traîner ces mafieux devant un tribunal qui applique strictement les diverses Lo violées en permanence, rien ne changera.
    Dissolution, un point c’est tout.

  • Simplement la dissolution exactement….ils foutent la France en l’air….

  • TITOLET DOMINIQUE
    16 juillet 2016 at 19 h 22 min

    Inqualifiable….contraire aux valeurs républicaines. …des paroles creuses venant de ceux qui sont responsables même s ils ne sont pas coupables.

  • C’est vraiment des connards et ce n’est pas d’aujourd’hui. Combien d’entreprises dans la merde à cause d’eux. Ils devraient êtres interdit et ce syndicat dissous .

  • je ne porte pas la cgt dans mon cœur, mais je ne vois pas comme un acte innocent de décider d’une minute de silence je dois dire que quand j’entends une personne me dire et maintenant une minute de silence pour honorer quoique ce soit , j’ai d’abord tendance à me rebeller contre celui qui veut m’imposer un recueillement sur commande, quand le silence est imposé il est souvent feint, quand il vient du cœur et d’un réel élan de sympathie c’est admirable..
    en bref on peut reprocher beaucoup de chose à la cgt mais je ne vois pas ces manifestations comme un mépris vis à vis des victimes.

    • Si ces braves coeurs de la CGT n’avaient pas envie de s’associer à la minute de silence, la simple décence aurait voulu qu’ils s’écartent et s’éloignent. Il était inutile de la troubler de manière ignoble. Ces nuisibles se sont montrés pour ce qu’ils sont : des minables.

  • La CGT est dans une dérive fascisante.

  • Ce sont des racailles. Ces gens ne devraient plus avoir le droit d’emmerder la population à outrance. Ils ont oublié le respect d’autrui.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alain Mathieu.

Jean-Pierre Farandou, le pdg de la SNCF a déclaré : « C’est le moment de réinventer le modèle TGV. »

La situation de la SNCF n’est pas brillante : des grèves à répétition, 14 milliards d'euros par an de subventions payées par les contribuables, une dette gigantesque, dont 63 % repris par les contribuables (soit 2200 euros pour chaque contribuable à l’impôt sur le revenu), des retards fréquents, des TER remplis à 25 %, etc.

Pourquoi Jean-Pierre Farandou ne réinventerait-il pas la SNCF, en s’inspirant de... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Mas.

À quelques jours du premier tour des élections régionales, la vie semble un peu reprendre son cours d’avant la crise sanitaire. Le Premier ministre Jean Castex a annoncé la fin du port du masque en extérieur ce jeudi et du couvre-feu dimanche, deux mesures phares de l’Absurdistan français.

? "Ces évolutions positives sont à mettre sur le compte de la mobilisation des Français et du succès de la campagne de vaccination. Nos objectifs ont été tenus", affirme le Premier ministre Jean CastexPoursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

On les entend moins et on les voit moins battre le pavé depuis que le gouvernement s’est chargé lui-même de bloquer toute l’activité du pays dans l’espoir de circonscrire l’épidémie de Covid-19, mais nos syndicats préférés sont toujours bien présents sur le papier, ainsi que nous le rappelait hier le ministère du Travail en divulguant leur audience calculée sur la base des différentes élections professionnelles en entreprise qui se sont déroulées depuis 2017.

Sauf qu’entre audience et représentativité effe... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles