La récession arrive. Elle va faire mal.

Publié Par Bill Bonner, le dans Économie générale

Par Bill Bonner.

Nous avons vu dans nos précédentes chroniques que les autorités américaines ont mis en place un système de création monétaire particulièrement retors… via ce que nous appelons la “monnaie-crédit”. Grâce à elle, les autorités ont pu jusqu’à présent éviter les problèmes liés à la dette… ou du moins les retarder.

Entre 1980 et 2016, par exemple, les Américains ont dépensé 32 000 milliards de dollars de crédit net. C’est un montant de crédit (et de dette) bien supérieur à la relation historique entre le PIB et la dette.

Cela aurait dû augmenter radicalement les prix à la consommation mais les Japonais… puis les Chinois… étaient occupés à produire des choses bien meilleur marché.

Cela a compensé les augmentations de prix à la consommation. Plus important encore : une bonne partie de l’augmentation de monnaie-crédit s’est retrouvée dans l’industrie financière plutôt que dans l’économie réelle.

Dans un système de monnaie-crédit, les secteurs de l’économie qui sont les plus solvables obtiennent la majeure partie du nouvel argent.

Qui est le plus solvable ?

Les riches. Les grandes entreprises. Le gouvernement.

Les prix ont grimpé, c’est sûr… mais il s’agissait de prix que les gens voulaient voir grimper. Maisons… entreprises… immobilier commercial… objets de collection : tout ça s’est envolé.

Tout ce qui pouvait être “financiarisé” — évalué et coté — est devenu incroyablement cher. Mais le coût de la main-d’œuvre a stagné.

Les riches deviennent plus riches

C’est presque incroyable — mais selon le Centre de recherches Pew, aux États-Unis, le salaire horaire moyen actuel a quasiment le même pouvoir d’achat qu’en 1973, il y a plus de 40 ans.

Le système n’a pas fait grand chose pour le citoyen moyen, mais il a aidé les riches à devenir plus riches.

Quel système !

On permet aux banques de créer de l’argent. Elles le prêtent aux consommateurs jusqu’à ce que les ménages demandent grâce. (C’est ce qui s’est produit en 2008). Ensuite, elles le prêtent aux entreprises et au gouvernement.

L’un après l’autre, les secteurs s’endettent… jusqu’à devenir insolvables. Finalement, seul le gouvernement peut emprunter… parce que c’est le seul secteur qui peut imprimer de la monnaie !

On approche de cette situation au Japon, où la banque centrale achète environ 100% des nouvelles émissions obligataires du gouvernement japonais.

Alerte à la récession

Si les autorités US avaient distribué de la monnaie papier, les prix auraient grimpé. Mais même dans une récession ou une déflation de dette, le cash serait encore là. L’argent sorti de la planche à billets fait grimper les prix — et c’est permanent.

Un système de monnaie-crédit est très différent. Chaque nouveau dollar qui entre dans le système est aussi un nouveau dollar de dette.

À présent, les consommateurs, les entreprises et le gouvernement US tirent derrière eux 60 000 milliards de dollars de dettes environ. Cela les ralentit. Cela pèse sur la croissance économique. Plus important… c’est soumis au cycle du crédit… et à “l’engin d’apocalypse” intégré au système.

Une récession arrive aux États-Unis.

Si elle n’a pas déjà commencé, elle s’installera probablement sous les six mois. Lorsqu’elle se déclenchera, les prix des actions chuteront.

Cela aura un effet similaire à la crise de 2008… lorsque l’immobilier a plongé. Au bout du compte, ce sont les revenus potentiels d’une entreprise et sa valeur boursière qui fournissent le nantissement de sa dette. Lorsque les cours chutent, les prêteurs disparaissent.

Ensuite, le marché de la dette se resserre, et l’engin explose.

La dette n’est qu’un côté du crédit. Quand elle tourne mal, le crédit disparaît. Alors, le système qui a créé tant de monnaie crédit s’inversera, détruisant la masse monétaire.

La masse monétaire (ou plutôt l’offre de crédit disponible) diminuera — de manière soudaine et radicale. Et ce qui aurait dû être un recul mineur et banal de l’économie deviendra une panique catastrophique.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

  1. lehamstersortidesaroue

    Très bonne analyse.
    Ce n’est pas bien grave tout ça: aucun être humain, aucun bien matériel et aucune ressource ne vont disparaître de la Terre.
    Juste un problème avec l’argent.

    Pas d’économiste pour proposer un meilleur système monétaire que l’actuel ?

    1. sérieusement … tu t’attend à ce qu’un économiste te propose « un meilleur système monétaire que l’actuel » ? Tu peux compter sur eux pour te proposer encore pire, comme ils ont toujours fait.

      1. lehamstersortidesaroue

        quelle solution prônez vous alors ?

        1. -Système étalonè-‘or (plus le cas depuis 1913)
          -Arrêter le système de réserve fractionnaire (plus le cas depuis des siècles)

          Ca serait déjà un bon début. Mais bon, personne ne proposera ça pour la même raison qui a fait que ces deux systèmes ont été abandonné en premier lieu.

        2. Liberté monétaire totale et on verra quel système s’impose de lui même par l’ordre spontané.

          Hayek you are my god!

        3. lehamstersortidesaroue

          Pour vous détendre:

          Moi je m’en fiche j’ai un ancêtre bien sympathique qui, il y a 2000 ans, a placé pour moi, l’équivalent d’1 centime de dollar sur un compte (suisse !) à 2%.
          Ce n’est pas d’un rendement extraordinaire, ni une somme extraordinaire mais me voilà à la tête de 1.5 10^15 Dollars, soit plus que la richesse mondiale qui n’est de 0.195 10^15 Dollars.
          http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20101010trib000557447/la-richesse-mondiale-atteint-195.000-milliards-de-dollars.html

          Me voilà 7 fois plus riche que le monde entier ! lol

          Sérieusement, on voit bien qu’exiger intérêt contre ses placements ( travail stocké) ou intérêt contre de l’argent ex-nihilo (encore pire) ne tient pas la route sur la durée.

          On parle de confiance dans le système monétaire, puisque la monnaie scripturale et papier ne sont que du vent, il faut bien accorder sa confiance…
          Comment avoir confiance dans un système qui de conception va dans le mur. Bah oui mon ancêtre…heureusement que tous les ancêtres n’ont pas fait pareil…

          Cette même confiance accordée au système monétaire actuel qui va dans le mur, ne pourrait on pas l’accorder à son prochain ?
          Se passer d’argent, une civilisation basée sur le don ça tente quelqu’un ou je dis une bêtise ?
          C’est libéral ou pas ?

          1. L’intérêt est un risque. SI votre ancètre a trouvé une institution capable de durer plus de 2000 ans sans faire faillite s’il a eu le nez creux au point de trouver un placement sur au point qu’il produise son intérêt pendant 2000 ans, si votre famille n’a jamais touché au capital ni aux intérêts produits pendant plus de 2000 ans en économisant toujours sans relache sur plus de 100 génération, avec toujours le même esprit d’épargne, alors je vous le dis clairement OUI vous méritez cet argent. Avoir laissé un capital si faible mais réinvestit chaque fois avec ses intérêt a permis à des milliers d’investisseurs à travers les âges de produire ce qui a nourri des millions de gens.

            Ce que vous voyez c’est juste le point de départ et le point d’arrivée, mais en chemin chaque membre de votre famille a renoncé à consommer un magot accumulé sur des dizaines de générations. Votre manière de présenter la chose est d’une ignominie sans nom dans la mauvaise foi. Votre exemple est une espèce de pikettisme absolument écoeurant de tentative de manipulation des ignorants.

            « Sérieusement, on voit bien qu’exiger intérêt contre ses placements ( travail stocké) ou intérêt contre de l’argent ex-nihilo (encore pire) ne tient pas la route sur la durée. »

            Mais quelle durée? Pour votre ancètre ce qu’on achète aujourd’hui avec un centime valait cher! Un bonbon était un luxe qui n’éxistait que pour les hyper riches. Le métal de la pièce de 1 centime était une valeur tangible à l’époque. Placer l’équivalent d’un centime de dollar à l’époque quand on voit ce qui était disponible sur le marché, il y a 2000 and c’était déjà un investissement moins faiblard que ce que vous dites. Par ailleurs votre exemple est une anerie: Qui prête à 2000 ans d’échéance? QUi arrive a placer de l’argent aussi longtemps dans une entreprise qui ne fait pas faillite, passe au travers de toutes les catastrophes naturelles, les révolutions, les guerres les famines.

            « On parle de confiance dans le système monétaire, puisque la monnaie scripturale et papier ne sont que du vent, il faut bien accorder sa confiance…
            Comment avoir confiance dans un système qui de conception va dans le mur. Bah oui mon ancêtre…heureusement que tous les ancêtres n’ont pas fait pareil… »

            C’est vous qui parlez de confiance. Moi je n’ai pas confiance en la monnaie et la plupart des libéraux non plus. Ce n’est pas pour autant qu’ils nient que l’argent comme toute commodité peut être librement louée contre un loyer (merci Fréderic Bastiat). Par ailleurs personne n’a vraiment confiance en la monnaie sinon celle ci n’aurait pas besoin de bénéficier d’un monopole légal. Or c’est bien le cas. Il est interdit ou très complèxe de lancer une monnaie alternative et il est interdit de refuser de se faire payer en monnaie fiat (cours forcé). La confiance sous la menace des flingues c’est de la confiance pour vous?

            « Cette même confiance accordée au système monétaire actuel qui va dans le mur, ne pourrait on pas l’accorder à son prochain ? » si c’est sur la même base de menace gouvernementale que je dois accodrer ma confiance à mon prochain, il n’aura comme dans le cas de la monnaie, pas droit à de la confiance mais de à de la soumission. Et ce n’est PAS la même chose.

            « Se passer d’argent, une civilisation basée sur le don ça tente quelqu’un ou je dis une bêtise ? »
            Le libéralisme n’est pas une théorie de la construction sociale ou monétaire mais une théorie DU DROIT. En clair on se demande ce qui mérite et ce qui ne mérite pas d’être sanctionné par de la violence en se fondant sur le principe de non agression. Une civilisation qui préfère majoritairement fonder ses échanges sur le don mais qui n’interdit pas les échanges monétaires, est libérale. Une civilisation ou la majorité des individus ont pour habitude non contrainte de faire des échanges monétisés mais qui partique aussi le don si celui ci est volontaire est libérale. une société ou le don est la seule chose acceptée PAR LA LOI n’est pas libérale, un société où les échanges non monétisés ne sont pas autorisés PAR LA LOI n’est pas libérale non plus. Ce qui est libéral c’est de ne pas tolérer que la violence ou la menace de violence ni la fraude ne vienne s’immiscer dans l’échange. Et je ne parle pas de « violence sociale » qui est juste une manière de dire que la souffrance de la jalousie est de la faute de celui qui a quelque chose à se faire jalouser. Je parle de la violence genre prison, genre bastonnade, genre meurtre. Pas la violence symbolique virtuelle qui sert à justifier la violence physique des rouges.

            Vos exemples caricaturaux de politicien de mauvaise foi et d’argumentateur qui se croit malin alors que vous présentez des raisonnements tellement superficiels qu’il en deviennent des propos de bistrot ne me détendent pas. Les autres je sais pas, mais moi non. Continuez vos sophismes si vous voulez mais ceux qui savent ce qu’est la finance et le libéralisme ont depuis longtemps dépassé le stade primaire de votre réflexion. Vous n’impressionnez personne avec vos grands nombres.

            1. lehamstersortidesaroue

              Bien…je vois que ça ne vous détend pas en effet. lol
              Ça vous motive en tout cas.
              Votre argumentaire est intéressant et c’était le but du jeu, merci d’avoir participé.
              Vous vous arrêtez sur des détails par trop grands sérieux et ne jouez pas complètement le jeu, je m’attendais à ce genre de réaction.
              J’aurais pu prendre une valeur moindre et une durée moindre et certaines de vos objections bien trop sérieuses seraient tombées à plat. Je n’aurais pas possédé 7 fois la richesse mondiale mais aurais été bien riche tout de même, tout cela à partir d’un compte à la caisse d’épargne ouvert au moyen age. Mais bien sur, tout cela n’est qu’une construction de l’esprit !
              Ce que vous êtes terre à terre les libéraux….quand ça vous dérange. Un peu de légèreté que diable !
              Libérez vos esprits !

              « a permis à des milliers d’investisseurs à travers les âges de produire ce qui a nourri des millions de gens. » je vais paraître sûrement atterrant à vos yeux mais je vais insister quand même , l’argent de ne se mange pas, seul le travail des gens, les ressources transformées par le travail ou par la nature donnent des biens consommables. Cela est du tangible !

              L’argent dans tout ça ? Une convention, même pas un facilitateur. On pourrait faire exactement les mêmes choses sans argent. Ce sont les ressources matières et humaines qui limitent réellement, au-delà de l’argent.

              L’argent est un facilitateur, oui, lorsqu’on se soumet aux règles du jeu qu’il impose, pour un libéral pardon, je souris.
              M’enfin je ne vous en tiens par rigueur, difficile d’aller au-delà de son propre conditionnement.
              Nous sommes nés dans un tel système, nous ne connaissons rien d’autre que l’argent, comment imaginer une autre vie ???? Je parlais du don mais ça peut être d’autres règles librement consenties. Je ne suis pas arrêté sur un système particulier, je suis encore libre, en esprit…
              De fait c’est le capitalisme qui nous est imposé, libéral ou pas.

              Pour un système d’échange de bien, il faut bien se mettre d’accord tous ensemble sur les modalités, si on laisse de coté la sélection naturelle d’un système d’échange.
              De toute façon, il y aura toujours un grincheux qui ne sera pas d’accord et qui du coup sera contraint d’accepter les règles d’échange de la société sous peine de crever dans son coin.
              Vous allez me dire, si c’est son choix…mais il n’est pas libre de vivre des règles d’échange selon son propre choix.
              Voyez, moi par exemple je ne suis pas satisfait de subir le capitalisme. J’ai cherché des solutions et n’en ai trouvé que 2. Vivre en sauvage dans la forêt, ce qui ne m’enchantait guère et qui en plus est répréhensible par la loi Française, ou devenir moi-même capitaliste.
              Contradiction qui me dérange un peu par rapport a ma motivation de départ mais il faut bien vivre décemment. Donc j’essaye d’être un gentil capitaliste.

              Je retiens qu’effectivement le don qui fait loi n’est pas la liberté, il faut que se soit librement consenti. Sinon ça ne vaut rien
              Je pense qu’il faut un certain niveau de conscience et de confiance en la vie, pour librement consentir bâtir une société sur le don. Je ne suis moi-même pas certain d’avoir ce niveau de conscience et de confiance. Seule la peur nous retient.
              L’argent c’est plus rassurant. On a du vent à la place de notre travail mais comme tout le monde admet que ce vent vaut quelque chose, nous voila rassuré. enfin tant qu’on en a.
              Or nous convenons tous ici qu’on ne peut plus avoir confiance dans ce système basé sur du vent.
              Voilà une contradiction, non ? confiance forcée en un système dans lequel nous n’avons pas confiance. ça devrait inciter à chercher des solutions.

              L’argent a formaté nos esprits, nous sommes dans la peur d’en manquer, et par voie de conséquence, la peur de manquer de biens alors c’est assez comique, nous sommes dans une société d’abondance (en occident tout du moins) qui a du mal à écouler ses produits et services, faute de bons clients qui ont l’argent pour payer. Abondance de biens mais pas abondance d’argent, j’y vois une certaine absurdité encore une fois.

              « Le libéralisme n’est pas une théorie de la construction sociale ou monétaire mais une théorie DU DROIT. »
              Ne vous froissez pas mais je vois là une hypocrisie ou un manque de clairvoyance.
              Que vous le veuillez ou non, à partir de ces droits découlent de fait une organisation sociale et une organisation économique. C’est un peu facile de se dédouaner ainsi.

              Pour précision, je ne suis ni politicien, ni collectiviste, ni malthusien, ni écologiste, ni comique.. je tente juste d’être un homme observateur et libre en pensée, vu que c’est à peu près le seul endroit, à par les WC, où on peut encore être libre.

              Au plaisir.

              1. je n’aurais pas possédé 7 fois la richesse mondiale mais aurais été bien riche tout de même, tout cela à partir d’un compte à la caisse d’épargne ouvert au moyen age.

                Délire : vous prétendriez être le seul alors que n’importe quel idiot aurait pu en faire autant ❗ A mille, vous auriez possédé 7000 fois la richesse actuelle. Vous ne voyez pas le problème, le non-sens monstrueux ❓

                1. lehamstersortidesaroue

                  Ah enfin !
                  non sens physique oui ! mais pas non sens théorique, malheureusement.
                  ça aurait pu être possible mon exemple, en théorie, si tout avait fonctionné comme à notre époque pendant 2000 ans.

                  Et que dire de ceux qui possédaient plus qu’un centime de dollar d’épargne il y a 2000 ans, placés sur le même compte théorique à 2% ?

                  Tout cela prouve bien que le système monétaire actuel est complètement hors de la réalité.

                  le système monétaire et la réalité physique ne peuvent s’associer. Les intérêts composés, on oublie !
                  sur le court terme on a l’impression que ça passe, le cerveau linéaire voit cela comme linéaire mais sur la durée ça ne passe plus du tout.
                  le cerveau a du mal a saisir l’exponentielle intuitivement.

                  si ça ne vous fait pas réfléchir sur le fonctionnement du système monétaire, je ne sais pas ce qu’il vous faut.
                  c’est tout ce que je voulais montrer avec mon exemple théorique. Ne nous fâchons pas. 😉

                  La pratique nous rattrape, avec la dette non remboursable.
                  Alors on tente de contraindre la réalité physique pour rentrer au chausse pied dans ce modèle théorique absurde.

                  On peut remettre les compteurs de la dette a zéro aujourd’hui, ça recommencera demain tant qu’on jouera avec les intérêts (composés) sur une durée suffisamment longue.

                  C’est vous qui voyez, y’en a qu’ont essayé, ils ont eu des problèmes…
                  oui j’aime bien l’absurde et avec notre monde je suis servi.

                  A+

                  1. non sens physique oui ! mais pas non sens théorique, malheureusement.

                    Même au plan théorique, c’est inexact. Votre pièce n’est qu’un instrument de mesure relative, pas un objet absolu. Et 2% ne peut être garanti aussi longtemps.

                    Alors Mittrand était un sacré p.tain d’escroc avec les taux d’intérêts de plus de 10% qu’il a laissé servir peu de temps après son arrivée au pouvoir. Vous ne devez donc pas l’aimer du tout, ce p.t..n de s.l..d de capitaliste :mrgreen:

                    1. lehamstersortidesaroue

                      « Même au plan théorique, c’est inexact. Votre pièce n’est qu’un instrument de mesure relative, pas un objet absolu. Et 2% ne peut être garanti aussi longtemps. »
                      vous dites cela parce que vous êtes en colère et ne voulez pas jouer le jeu !? 🙂
                      pourtant c’est l’été qu’il y a le jeu de l’été ! 🙂
                      on ne peut pas montrer que l’absurde est valide.
                      ça montre juste que si notre système monétaire actuel se prolongeait dans le temps, il ne serait pas viable.
                      Par le passé les dettes étaient résolues par la suppression du créancier ou l’ annulation de la créance.
                      Pour l’instant ça résiste et on en paye les conséquences. Le monde physique est pressuré par la théorie absurde de la finance.

                      Il est vrai que j’ai plutôt une sensibilité de gauche, je vais dire chrétienne (allers tient, encore un peu de provocation pour les chrétiens de droite mais il n’y en a pas ici 🙂 )
                      sachant que je fais mon max pour n’être rien du tout en fait, donc je ne me reconnais jamais totalement quelque part.

                      ce que je retiens de Mitterrand c’est qu’il a voulu relancer l’économie au niveau du G7 ou 8?, je ne sais plus.
                      et il s’est pris un vent par les libéraux de l’époque: Reagan et Thatcher.
                      je vous laisse commenter si se sont de bons ou de mauvais libéraux, ou pas des libéraux du tout selon vos critères, je l’ignore sincèrement.
                      Bref retour à la niche France avec pratiquement aucun moyen d’action pour réaliser son programme de relance économique.
                      Il a ma sympathie de l’homme qui a proposé une solution de relance face au courant économique majoritaire dans lequel nous sommes toujours. le poupou de l’économie…:)

                    2. ça montre juste que si notre système monétaire actuel se prolongeait dans le temps, il ne serait pas viable.

                      Pourquoi être jaloux de ces soit-disant 2% d’intérêts bouffés sans doute par des impôts ❓
                      Pourquoi envisager ce qui ne peut être ❓

                      Pour l’instant ça résiste et on en paye les conséquences. Le monde physique est pressuré par la théorie absurde de la finance.

                      La finance au service de la classe régnante, s’entend…

                    3. lehamstersortidesaroue

                      @Michel C
                      Qu’on soit bien clair, au niveau personnel je ne suis jaloux de rien ni de personne.

                      « Pourquoi envisager ce qui ne peut être  » tout simplement par ce que c’est ce qu’on nous vend.
                      le système dans sa derniere mouture, sauf erreur de ma part, existe depuis 1973 et il n’est pas envisagé de changer quoi que se soit, c’est donc prévu pour 2000 ans ou plus !lol
                      placez vos centimes ! 🙂

                    4. @hamster sortie de sa roue: pourquoi parlez vous vous de « notre système » quand vous parlez du système monétaire actuel? Il n’est pas libéral ce système. Il est monopomistique. Donc pas libéral.

                      Par ailleurs vous faites des amalgammes imprécis. Le système monétaire intaernational de 1973 est relatif aux changes flottants. Les prêts à intérêts qie vous critiquez existaient avant et existeront après.

                      Tout est approximatif dans vos propos et la confusion des concepts est votre seul argument. Pas un économiste sérieux ne peut prendre ce que vous dites au sérieux. Vous me faites penser aux créationnistes qui essayent d’utiliser des arguments scientifiques. C’est assez pitoyable résultat.

                  2. Vous dites que votre exemple PROUVE qu’en théorie les i térêts ne so t pas viables. Mais non justement, votre exemple ne prouve RIEN du tout.

                    L’intérêt est à la fois le prix de l’immédiateté, le prix de la liquidité, et le prix du RISQUE. Vous faites l’hypothèse d’un argent prêté avec intérêt et vois éliminez le risque (tout se passe bie pendant 2000 ans aucun souci…) et le besoin de liquidité: le possesseur des capitaux n’a jamais lui non plus besoin de liquidité pendant 2000 ans. Vois faites l’hypothèse d’un intérêt et vous éliminez la raison d’être de ces intérêts dans la suite de votre « raisonnement » c’est pas du boulot… Vous faites insidieusement varier les hypothèse de l’exemple. Je ne sais pas si vous le faoies consciemment ou non mais il est clair qu’avec un telle méthode on ne pas raisonner droit. D’ailleurs si c’était si simple tout le monde le ferait.

                    Par ailleurs, votre solutuon cachée et non dite edt à l’évidence d’interdire le prèt à intérêt par le truchement de l’état. Et si je me trompe alors éclairez moi. Mais si vous trouvez que le prèt à intérêt est une mauvaise affaire, qu’avez vous de mieux à proposer? Et pourquoi voulez vous l’interdire par la loi? Prenez vous tous les emprunteurs pour des abrutis qu’il faut éduquer avec votre sagesse suprème?

                    Les prêts à intérêts sont des services négociés entre des personnes conscentantes. C’est toyt ce qui compte poir un libéral. Un echange CONSENTI est un échange LEGITIME. Et ca, vous ne pouvez pas.prouver le contraire avec vos sophismes. Consenement=vous n’avez rien à dire. Que votre démonstration soit juste ou fausse n’a aucune espèce d’importance pour un libéral. Si l’emprunteur et le prêteur sont d’accord sur les termes du contrat, ni vous ni moi n’avons droit au chapitre. C’est sur ce point que j’aimerai le plus vous lire s’il vous plait.

                    1. lehamstersortidesaroue

                      Bonjour Mitch et tout le monde.

                      En fait ici, je tente juste de présenter des absurdités ou des vérités que j’observe sur notre monde.
                      Je n’ai rien à proposer ni à vendre, j’imagine juste que des propositions constructives peuvent émerger suite à ces présentations.
                      Comme vous l’avez tous constaté je ne suis pas économiste de culture, mon langage dans ce domaine est sans doute imprécis. J’en suis conscient mais je fais de mon mieux.

                      Chacun apporte sa pierre à l’édifice suivant ses capacités, si du moins cette démarche vous intéresse.

                      Je ne me sens pas non plus spécialement doué pour faire passer « mes idées ».
                      Tout ce que j’observe se situe à un niveau macroscopique.
                      Voici la liste, après à vous de digérer cela à l’aune du libéralisme :

                      *L’argent : convention, construction théorique qui correspond à des biens et services déjà réalisés.
                      Pourquoi attendre que des biens et services soient déjà réalisés pour avoir le DROIT de réaliser un autre bien ou service, si on a déjà les ressources et la main d’œuvre disponible pour réaliser ce nouveau bien ou service.
                      Pourquoi attendre que les iphones soient vendus pour avoir l’argent pour ensuite construire un hôpital ?
                      C’est pourtant ce qui se passe actuellement avec tant de gens sur le carreau, tant de choses utiles à faire. Tout cela bridé par le manque d’argent qui n’est en fait qu’une convention, du vent !
                      La main d’œuvre est souvent disponible, les ressources ne sont pas limitantes, pour un hôpital par exemple. Et non, on en ferme faute d’argent…pas vendu assez d’iphones alors plus d’hôpital.

                      *Le prêt bancaire : bien et service futur, ne correspondant rien de tangible, du pur rêve ! Cet Argent est crée ex nihilo par les banques contre paiement d’intérêts. La vie physique et réelle doit travailler pour payer des intérêts à une Banque qui a juste fait une opération d’écriture dans un ordinateur. Certes elle s’engage comptablement au regard des règles communément admises, pour que nous remboursions, voilà le risque qu’elle prend et le bénéfice qu’elle encaisse sur la vie réelle, les intérêts.
                      Si on regarde cela de plus loin, il n’y a pas mort d’homme si un prêt bancaire n’est pas remboursé vu le « travail » initial fourni par la banque pour avoir crée cet argent.

                      *création monétaire : nous sommes dans une économie de la dette. Tout l’argent en circulation est le fruit de prêts bancaires passés. Comme il faut payer les intérêts, il faut toujours plus de prêts et donc toujours de la croissance économique. Un monde stable ne peut cohabiter avec cette façon de gérer la monnaie.
                      Nous ne sommes pas libre de vivre dans un monde quasi stable en richesses
                      Nous sommes contraint à la course effrénée dans cette chaîne de Ponzi.

                      *Tout se paye en ce bas monde : sauf le soleil, la lune, le vent, l’eau, le pétrole, le blé, les arbres, sa propre vie etc..
                      Si le pétrole et le blé sa se paye !
                      Personne ne paye la terre pour le pétrole qu’on en extrait, personne ne paye la terre et le soleil pour le blé qui a poussé gratuitement dans les champs.
                      Nous ne payons que le travail humain et l’argent
                      L’argent qui correspond à du travail humain passé, qui a été réalisé depuis des lustres mais qui doit toujours rapporter sur les siècles. J’attends encore la justification que du travail fait par mon grand père (capital) mérite le travail des jeunes générations (prêt de ce capital pour avoir le DROIT de réaliser de nouveaux biens et services utiles et attendus).

                      *Le don : personne, enfin j’espère !lol, ne fait payer à ses enfants ou à son conjoint, les services qu’il rend dans le foyer.
                      Cela car on se sent solidaire en famille, faisant partie du même groupe.
                      La famille d’à cote est vécue comme étrangère, alors on n’a pas confiance. L’argent nous rassure pour les échanges avec cette autre famille. L’argent est donc introduit et découle de là, le monde dans lequel nous vivons avec ses dérives, juste parce que nous avons peur de notre voisin.

                      *Inégalités qui se creusent : Plus on est riche, plus on est riche.
                      Sauf erreur de gestion ou de stratégie, bien sur.
                      Ce que je veux souligner c’est que le fait d’être riche donne du pouvoir sur le monde. Avec tout cet argent, je peux exiger qu’il rapporte plus que pour le commun des mortels, du coup je contrains « mes » salariés pour obtenir plus d’eux, plus de l’entreprise.
                      Et me voilà encore plus riche et ai encore plus de pouvoir sur les autres, ainsi de suite.
                      Cela peut se produire en totale inconscience : j’ai de l’argent, je le confie pour placement j’ignore exactement ce qui en est fait.
                      J’ai librement négocié 15% de rendement avec le banquier, à lui de se débrouiller pour librement négocier pour obtenir les 15% qu’il me reversera.
                      Tout sera librement négocié mais de fait librement imposé au bout de la chaîne à ceux qui ont peu de marge de manœuvre pour défendre leurs intérêts.

                      *L’agriculture : important car c’est ce qui nous nourrit et en plus a un impact sur l’environnement qui nous fournit air respirable et eau consommable.
                      Il existe des techniques propres, pérennes plutôt que l’agriculture chimique actuelle. Juste à changer de techniques agricoles, rien de sorcier, juste des mentalités à changer et des peurs du changement à dépasser. Le facteur limitant est humain, c’est tout.

                      *Les limites : La Terre est limitée en taille, les ressources sont de fait limitées mais ne disparaissent pas, c’est ça qu’est bien dans un monde fermé.
                      La population croit, il y a un risque d’implosion lorsque les ressources croiseront la demande croissante. C’est ça qui n’est pas bien dans un monde fermé.

                      Le CO2 relâché dans l’atmosphère, on peut attendre un moment avant de le retrouver sous forme de pétrole. On peut discuter sur les seuils d’utilisation.
                      C’est pourquoi il est prudent de ne pas utiliser certaines ressources sans discernement.
                      J’y vois une petite contradiction avec ma liberté individuelle si une masse de libertés individuelle manque de discernement. Pas envie de payer les c…ies des autres car nous sommes sur le même vaisseau Terre avec pas mal de biens communs quoi qu’on en pense.
                      Je ne peux m’extraire de la Terre, si mes voisins libres et manquent de discernement et font n’importe quoi.
                      La liberté de cette masse manquant de discernement impacte ma liberté individuelle qui s’en trouvera ainsi limitée.
                      Lorsque la masse (population) est faible, pas besoin de discernement, la Terre rattrape les erreurs rapidement. A grande échelle de population, les erreurs se payent le prix fort.

                      C’est un peu long n’est ce pas…même pour moi ! lol
                      Bonne réflexions/remarques, bien a vous.

                    2. Vous ne nous apprenez rien quand vous parmez de monnaie créée ex nihilo. On le sait que ce système de réserve fractionnaire est néfaste. Vous benez de vous en vous enrendre compte mais nous on le sait depuis longtemps.

                      Le prêt à intérêt a existé AVANT bla situation actuelle de monnaie dette. Vous comprenez ça? Il existera aussi après. Le prêt à intérêt n’est PAS intrinsèquement lié au système de création monétaire par réserve fractionnaire. Vous êtes dans la confusion et donc ce que vous dites c’est du vent. Vous comprenez mieux là?
                      Vous êtes un ignorant confus qui parle de chose qu’il croit comprendre mais qui mélange tout.

                    3. lehamstersortidesaroue

                      @Mitch
                      Vous m’attribuez des enchaînements d’idées qui ne sont pas les miens.
                      Tout ce les éléments présentés sont indépendants les uns des autres.
                      C’est dommage que vous n’apportiez aucune réflexion ou contradiction par rapport a ce que je présente. Juste une confirmation sur les réserves fractionnaires c’est déjà ça.
                      Je ne prétends rien apporter de nouveau vu que tout ce que je dis était vrai avant ma naissance.(jusqu’à preuve du contraire)
                      Ces faits présentés ne vous font pas réagir ? Ne suscitent rien ?

  2. C’est fatiguant à la longue ces discours catastrophistes permanents : la récession arrive, elle sera là demain, elle sera pire que jamais.
    Alors bien sûr que le système est fou, en particulier sur l’endettement et je suis même bien placé pour le savoir puisque je suis à la fois épargnant et endetté. La simple logique voudrait que je compense et que je sois modestement débiteur, mais non : il faudrait (par exemple) que je casse un vieux PEL avec des taux plutôt bas à l’époque mais devenu de rêve à cause de la BCE, ce serait idiot.
    Oui le système est fou, mais il est aussi logique, et il tombera peut-être du jour au lendemain, mais peut-être pas. Et ce sera peut-être terrible, mais peut-être pas. Spéculer sur sa chute est idiot

    1. Disons qu’il y a juste des faits clairs: Il y a plus de dettes que ce qu’il est possible de rembourser. Il y aura donc des cocus, et il y en aura beaucoup, et pas forcément choisis parmi les plus vertueux financièrement. Il y aura des fourmis spoliées et des cigales obèses.
      Le dette est une épée de Damoclès sur la stabilité économique parce que son non remboursement augmente l’incertitude de manière gigantesque. La prospérité économique c’est une production élevée et adaptée à la demande avec des échanges foisonnants. Ca implique de l’investissement, du crédit, de la confiance. Une crise est toujours, une crise de confiance, et le système inspire autant confiance qu’un loulou de poméranie à crète iroquoise et perfecto à clou équipé d’une batte de baseball dans une rue noire en sortie de boite. Ca va forcément mal se passer à un moment. Il va y avoir un gros problème. Jamais les US ne rembourseront leur dette. Jamais! Les pays européens? Peut être certains… mais rien n’est moins sûr. Et quand les défauts vont déstabiliser le système, il va pleuvoir des sceaux de fiante sur les bourses les monnaies l’investissement et l’emploi.

      Spéculer sur sa chute n’est pas si idiot que ça. Acheter de l’or n’est pas si idiot que ça étant donné la situation et étant donné que ce métal vaudra toujours quelque chose jusqu’à l’invention de la pierre philosophale.

  3. si tout doit se casser la gueule , qu’il en soit ainsi ; peut être faut t’il toucher le fond pour mieux rebondir et repartir sur un autre pied ; de toute façon , nous ne sommes que des pions et ne pouvons rien faire face à la stupidité et à la cupidité d’une poignée , alors…..

  4. Oui enfin ça me rappelle son équivalent français: l’État va faire faillite, ça va être la merde, les fonctionnaires ne seront plus payés…
    Et puis rien, toujours rien depuis plus de 40 ans.
    Au pire, on l’aura bientôt et vous s’avez quoi? Cela ne changera en rien notre pays. Il n’y a qu’à voir l’état actuel de l’Argentine (qui a fait faillite dans les années 90 il me semble) qui est dans la même situation que nous.
    C’est d’autant plus absurde que la France a fait faillite de nombreuse fois dans son histoire et n’a jamais changé de système politique (privilégiant les intérêts de certains proches du pouvoir).

    Bref, oui on se prendra sûrement une récession, ça ne sera ni la première ni la dernière. Et il y aura toujours du boulot, des riches, des pauvres et des connards aux gouvernement. Life is life 😉

  5. C est du baratin pour acheter de l or …achetez plutôt du francs suisse qui en cas de crise se change partout et en petite ou grande quantité ..vas acheter des patates et du jambon avec un lingot ou même un Napoléon en cas d inflation galopante …!!

    1. On peut très bien avoir des Napoléons et faire du troc : échange une brouette de PQ contre 10KG de farine.
      Au Vénézuéla, Kimberly-Clark a fermé son usine. Du coup, l’état réquisitionne, il faut bien qu’il reste de la monnaie.

      Donc stocker les pièces d’or, oui mais mais avec du PQ ❗

    2. Pas forcément… Avec les troubles économiques viennent aussi les pouvoirs autoritaires et spoliateurs. Or les francs suisses en liquide sont bien moins faciles à cacher que des lingots métalliques et inaltérables. Les francs suisses électroniques sont quant à eux à la merci des gouvernements spoliateurs. L’or en lingots s’enterre dans la campagne paumée et peut se retrouver plus tard au moment opportun. Les francs suisses ne valent par ailleurs que par la nullité supérieure des autres monnaies mais c’est aussi une monnaie fiat. le franc suisse partage la même nature fiduciaire monopolistique que l’Euro et le dollar Zimbabween.

Les commentaires sont fermés.