Financement des campagnes : jusqu’où va l’influence des donateurs ?

D’Hillary Clinton à Donald Trump, plusieurs candidats aux primaires américaines veulent réformer le mode de financement des campagnes. Pour aller vers moins de clientélisme ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Financement des campagnes By: DonkeyHotey - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Financement des campagnes : jusqu’où va l’influence des donateurs ?

Publié le 10 juillet 2016
- A +

Par Le Minarchiste.

Financement des campagnes By: DonkeyHoteyCC BY 2.0

Durant les primaires américaines en vue de l’élection présidentielle de 2016, vous avez peut-être entendu Hillary Clinton et Bernie Sanders affirmer leur désir de renverser Citizens United.

Citizens United, qu’est-ce que c’est ?

Citizens United est une décision de la Cour Suprême de 2010 qui permit une escalade vertigineuse du financement politique par des individus et des corporations, notamment par l’entremise des Super PACs (non, ce n’est pas un jeu vidéo !), et ce au nom de la liberté d’expression. L’acronyme PAC signifie « political action committee », un organisme à but non-lucratif visant à recueillir des dons pour soutenir les campagnes électorales.

Les SuperPACs ne sont pas autorisés à donner de l’argent directement aux candidats, mais ils peuvent financer d’importantes campagnes publicitaires et d’imposants événements pour ou contre un parti, un candidat ou une cause. Les dons sont illimités et les donneurs sont anonymes.

Avec la mort récente de l’un des 9 juges de la Cour Suprême, Anthony Scalia, un nouveau juge devra être nommé par le nouveau président. Clinton affirme qu’elle sélectionnerait ce juge en s’assurant qu’il soit contre Citizens United. Dans l’éventualité d’un autre cas semblable, le résultat serait renversé à 5-4 et les Super PACs deviendraient illégaux.

De son côté, Donald Trump a déclaré que les SuperPACs sont « horribles » :

« I don’t need anybody’s money. I’m using my own money. I’m not using the lobbyists. I’m not using donors. I don’t care. I’m really rich ».

Cependant, si ce constat est valide pour les primaires, où Trump a bénéficié d’énormément de publicité gratuite de par sa couverture médiatique et a donc pu dépenser un minimum de fonds, les choses seront différentes à l’élection présidentielle, où Trump devra recueillir du financement externe. Il a d’ailleurs déjà commencé, avec très peu de succès…

Un financement donnant-donnant

L’avocat Lawrence Lessig, qui a été une inspiration pour mes articles sur la propriété intellectuelle (ici), aimerait bien que cette décision de la cour suprême soit renversée. Il a d’ailleurs expliqué son point de vue de manière très éloquente lors d’un mémorable Ted Talk de 2013 (ici).

Ce qu’explique Lessig dans cette présentation est que, bien que les citoyens puissent voter à l’élection générale, les candidats doivent d’abord avoir amassé des fonds pour leur campagne, ce qui implique qu’ils ont dû plaire à environ 0,05% de la population (144 000 Lesters sur 311 millions de citoyens). Les « Lesters », comme les surnomme Lessig, sont les riches donneurs qui utilisent l’argent pour influencer le système politique en leur faveur, non seulement pour déterminer quel candidat aura les fonds nécessaires, mais aussi en dictant l’agenda de ces candidats une fois qu’ils seront au pouvoir.

En 2010, 0,26% des citoyens ont fait des dons de $200 ou plus à un candidat fédéral et seulement 0,01% ont donné $10 000 ou plus. De plus, 0,000042% des citoyens, ce qui représente 132 personnes, ont financé 60% des SuperPACs. Il va sans dire que ces 132 personnes ont eu un poids considérable dans l’élection et la tournure politique qui l’a suivie.

Chacun veut garder ses rentes

Que veulent les Lesters ? En somme, ils veulent le statu quo. Ils veulent bloquer tout changement qui pourrait entraîner une baisse de leurs profits, surtout la perte de rentes occasionnées par l’intervention gouvernementale (subventions, barrières tarifaires, dépenses militaires, etc) ou encore des réformes gauchistes (changements climatiques, Obamacare, salaire minimum, etc). Le système politique qui en résulte n’est pas vraiment démocratique.

Dans ce système, on retrouve aussi des politiciens consacrant une très grande partie de leur emploi du temps à lever du financement, ainsi qu’une coûteuse industrie du lobbying agissant tel une taxe sur l’activité économique. En fait, environ la moitié des politiciens américains deviennent lobbyistes après leur carrière politique, engrangeant une vertigineuse hausse salariale. Retour d’ascenseur me direz-vous ? Exactement ! Même si certains aspects sont exagérés, la fameuse série « House of Cards » donne une bonne idée de comment la partie est jouée. L’intérêt du citoyen y compte pour bien peu.

Et que dire des millions de dollars reçus par Hillary Clinton et son mari en honoraires de grandes banques pour avoir donné des discours dans leurs événements, ou encore des milliards donnés à la Fondation Clinton par des individus et corporations… Ce sont aussi des formes de corruption ou de clientélisme politique. L’intervention de Clinton en tant que secrétaire d’État en faveur de la banque UBS est d’ailleurs troublante. Clinton n’est pas en position de faire la leçon à quiconque sur ce sujet…

Lessig par Le Minarchiste
Lessig par Le Minarchiste

Comment le système électoral devrait-il fonctionner ? Évidemment, si les gouvernements n’avaient pas autant de pouvoir sur nos vies et notre argent, ce ne serait pas un problème car les corporations et les riches n’auraient aucun incitatif à financer les politiciens pour les influencer. Mais en l’absence d’une société plus libre, les Américains bénéficieraient grandement de limites sur le financement politique, telles que nous en avons au Canada. Cela n’empêcherait cependant pas le clientélisme politique d’exister…

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Donald Trump
0
Sauvegarder cet article

Un article de la rédaction de la Nouvelle Lettre

Il était bien le seul à croire qu’il pouvait encore gagner. Les élections du midterm ont été un total échec pour Donald Trump, ses candidats ont échoué. Les commentateurs en ont conclu à juste titre que Trump candidat républicain en 2024 serait une chance inouïe pour les Démocrates : contre toute logique et contre toute attente Biden serait réélu.

Cette opinion est partagée par la plupart des médias conservateurs, y compris la chaîne Fox qui a soutenu la candidature et la présiden... Poursuivre la lecture

Donald Trump à un meeting
0
Sauvegarder cet article

Trump, désormais valet puant des Républicains, est expressément maintenu le plus éloigné possible de la Géorgie et du run-off (deuxième tour) entre Walker (Républicain) et Warnock (Démocrate) qui aura lieu le 6 décembre prochain.

 

Le problème de la Géorgie

Run-off sans enjeu réel, vu que les Démocrates ont déjà remporté le Sénat (tenant compte de la voix de Kamala), suite à la bérézina de tous les candidats sauf un poussés par Trump au Sénat, qui ont perdu la mère de toutes les élections imperdables.

En Géorgie, Wal... Poursuivre la lecture

photo de Donald Trump
1
Sauvegarder cet article

Hier, en sa fastueuse résidence de Mar-a-Lago, adossé à une forêt de drapeaux américains, fidèle à sa veste bleue, sa chemise blanche et sa cravate rouge, Donald Trump annonçait sa candidature à la prochaine campagne présidentielle.

Comme on pouvait s’y attendre, son discours long d’une heure a consisté à marteler ses thèmes favoris – immigration, sécurité, prospérité –, avec les formules-choc et le style qui ont fait sa gloire pour les uns, sa honte pour les autres. De toute évidence, Trump Saison 2 sera le sosie politique de Trump Sa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles