Quel est le secret du football islandais pour l’Euro ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: James Brooks - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quel est le secret du football islandais pour l’Euro ?

Publié le 3 juillet 2016
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Quel est le secret du football islandais pour l'Euro ?
By: James BrooksCC BY 2.0

La France affronte ce soir l’Islande pour les quarts de finale de l’Euro 2016. L’Islande est la révélation de cette compétition, avec une équipe constituée largement d’amateurs dans un petit pays de 330 000 habitants.

Les commentateurs sportifs se disputent pour savoir quel est le secret de ce succès et, à vrai dire, personne ne le connaît exactement. Mais ce qu’on sait, c’est ce qu’il n’est pas.

Le professionnalisme et l’argent ?

Sur les 23 000 licenciés de la fédération islandaise de football (7% de la population quand même), une centaine de joueurs sont des professionnels. Un nombre minuscule, et qui donne une chance sur quatre aux professionnels islandais de participer à l’Euro où une vingtaine de joueurs sont sélectionnés !

Parmi la douzaine d’équipe de la première division en Islande, une quarantaine de joueurs seulement vivent exclusivement du football. Quant à l’entraîneur national, il est dentiste de profession ! Même, s’il est vrai, qu’il est accompagné par un professionnel suédois.

Le ministre des Sports islandais ?

Autre surprise vu de France, il n’y a pas de ministre des Sports en Islande, qui expliquerait les bonnes performances de l’équipe nationale. C’est peut-être même plutôt l’inverse qui est vrai ici : n’étant pas l’objet d’enjeux politiciens, le football est là bas une passion dans laquelle on se donne à fond. Et le ministère des Affaires étrangères ne déroge pas à la règle, dans un tweet humoristique où il détaille la façon dont l’équipe nationale a été sélectionnée (cliquer sur l’image pour lire, ça vaut le coup !) :

Et ce qu’ils n’ont pas en moyen, les Islandais semblent le compenser en enthousiasme et en passion.

On les imite quand en supprimant le ministère des Sports français ?

Bonne chance à l’équipe de France en tout cas, et à ce soir pour le résultat de ce duel footballistique inattendu…

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • 8 781 : 332 529 = ça fait 2,64 % de la population qui a fait le déplacement pour Paris: le « 12 » ième joueur a bien joué! (d’après les données du ministre)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

par h16

Dans un précédent billet, je m'interrogeais sur l'étonnante fréquence de certains troubles observés chez des athlètes de différents milieux, une augmentation du nombre de petits soucis chez certains footballeurs et l'étrange augmentation de la mortalité, toutes causes confondues, chez des populations jeunes plutôt habituées à ne pas trop mourir. Et ça tombe bien parce que, dernièrement, les contributeurs de Wikipédia ont mis à jour quelques listes intéressantes.

On trouve de tout, sur Wikipédia, depuis la vie passionnant... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Alexandre Hocquet[1. Alexandre Hocquet est professeur des Universités en STS, Université de Lorraine.] Un article de The Conversation

Comment quantifier le foot ? Toute tentative de définition, de production et d’organisation des données dans ce domaine suppose de répondre à quelques questions.

Qu’est-ce qu’une passe, en football ? On peut facilement imaginer qu’il y a une façon consensuelle de considérer qu’une passe est tentée, qu’une passe est réussie. Il est moins évident à définir qu’une passe est décisive (c’est-à-dire... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Christian Bromberger[1. Anthropologue, professeur émérite, Aix-Marseille Université.]. Un article de The Conversation

Transferts de joueurs d’un club à l’autre, paris aux sommes astronomiques, salaires indécents, milliards d’euros de droits télévisés : les revenus issus du « footbusiness » ne cessent de passionner. Pourtant ce jeu n’a pas toujours été aux mains de grandes multinationales.

Jusque dans les années 1960, et dans de rares cas au-delà, les présidents de clubs étaient des industriels locaux qui tiraient un profit i... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles