Voiture électrique : le chaînon manquant arrive !

Publié Par Michel Gay, le dans Technologies

Par Michel Gay.

Une combinaison astucieuse de trois moyens permettra bientôt à presque tous les Européens de se déplacer agréablement, facilement et pour pas cher toute l’année en voiture électrique, en consommant moins d’un litre de carburant par 100 km parcourus…

Quel est ce miracle ?

Bien qu’encore invisible, ce miracle émerge lentement depuis plusieurs années. Il sera bientôt disponible grâce à la complémentarité de trois moyens :

  1. l’achat d’une voiture électrique « pure » (Type Renault ZOE, Peugeot I-ion ou Nissan Leaf par exemple),
  2. une location ponctuelle « privilège » (à bas prix et immédiatement disponible par contrat) d’un véhicule thermique équivalent,
  3. et enfin, le chaînon manquant, un prolongateur électrogène attelé à la voiture électrique qui permet une autonomie illimitée en cas de besoins exceptionnels (cinq fois dans l’année par exemple).

Silencieuse et écologique

Cette association prometteuse permet de conserver en permanence quasiment la même simplicité d’action et la même liberté de déplacement qu’avec une voiture classique pour la plupart des Européens qui parcourent moins de 100 km par jour. S’y ajouteront le confort d’une conduite silencieuse et douce dans une voiture électrique toute l’année, ainsi que le plaisir de ne presque pas émettre de polluants ni de CO2. En France, par exemple, plus de 90% de l’électricité est produite sans émissions de CO21 grâce principalement au nucléaire, à l’hydraulique et aux autres énergies renouvelables.

Les voitures électriques émettent moins de 10 grammes de CO2 par km parcouru2 contre environ 100 grammes pour les meilleures « thermiques » équivalentes.

Aujourd’hui, l’autonomie réelle (sans se poser de question sur son mode de conduite, ni craindre la panne « sèche ») d’une voiture électrique de type ZOE3 est d’une centaine de km (de 100 à 130 km) et même plus pour certains véhicules (moins pour la Peugeot I-ion).

Cette autonomie permet de satisfaire plus de 90% des déplacements quotidiens qui représentent moins de 100 km par jour (et souvent deux à trois fois moins). C’est particulièrement le cas pour une famille qui a deux véhicules, et dont la voiture électrique servirait pour aller au travail et faire les courses à moins de 50 km de son domicile. On peut aussi aller au travail puis faire ses courses et aller faire du sport en parcourant moins de 100 km à 130 km dans la journée.

Oui, mais comment faire pour les rares fois où le besoin est supérieur à ces distances ? Dans ce cas, le concessionnaire (ou une agence) louera prioritairement un véhicule au moins de classe équivalente à un prix forfaitaire avantageux convenu d’avance. Il peut aussi louer exceptionnellement un prolongateur électrogène qui s’accroche facilement en remorque pour aller, par exemple, en vacances avec sa voiture afin de l’utiliser pendant plusieurs jours sur place, ou lors d’un déménagement lointain.

Prolongateur bientôt disponible

Ce prolongateur devrait bientôt être disponible (2017) pour la ZOE car si vous l’avez rêvé, Jean-Baptiste Segard l’a fait. Il permet d’effectuer n’importe quel trajet avec un plein d’essence tous les 400 ou 500 km en trois minutes (35 litres) et donc d’aller partout. La qualité de conduite sera simplement temporairement moindre sur le trajet « infini » car la vitesse sera réduite vers 100 km/h.

Il faudra le déposer à l’arrivée chez l’agent le plus proche et, éventuellement, le reprendre (ou un autre) pour rentrer chez soi.

Ce dispositif évite la mise sur un camion ou la recherche aléatoire d’une prise de recharge rapide au bon format, parfois en panne ou déjà occupée. Il peut aussi éviter les heures, et même les nuits de recharge sur une prise électrique standard pendant le trajet.

Une voiture électrique est idéale comme deuxième voiture d’une famille possédant une maison, si possible avec garage pour recharger tranquillement la nuit en quelques heures sur une simple prise domestique (cette charge lente améliore la longévité de la batterie). L’autre voiture « thermique » étant affectée prioritairement aux trajets plus longs (supérieurs à 100 ou 150 km) et aux voyages familiaux.

Cependant, il existe de nombreux autres cas où la voiture électrique comme unique véhicule demeure un plaisir rationnel. Observons trois cas « génériques »  qui couvrent une grande variété de situations :

Premier cas :

Besoin de parcourir environ 6000 km / an

représentant une moyenne de 16 km/jour pendant 320 jours (= 5200 km),  plus 4 « sorties » / an de 200 km (= 800 km). Pour ces « sorties », la location, par exemple, d’une Clio (6 litres /100 km) consommera 48 litres, soit une consommation moyenne annuelle de 0,8 litres au 100 km sur l’année (6000 km avec 48 litres).

Deuxième cas :

Environ 15.000 km / an

40 km / jour pendant 320 jours (= 12.800 km), plus 5 « sorties » de 400 km (= 2000 km). La location du même type de voiture consommera 120 litres, soit une consommation moyenne annuelle de 0,8 litres au 100 km (15.000 km avec 120 litres).

Troisième cas :

Environ 25.000 km / an.

70 km / jour pendant 320 jours (= 22.400 km), plus 5 « sorties » de 500 km (2500 km). La location du même type de voiture consommera 150 litres, soit une consommation moyenne annuelle de 0,6 litres au 100 km (25.000 km avec 150 litres)

Dans les trois cas précédents, la voiture électrique peut aussi parcourir ces « sorties » avec le prolongateur électrogène ce qui peut être parfois plus avantageux. Bien entendu, si aucune « sortie » n’est effectuée dans l’année, la consommation de carburant tombe à zéro. La consommation électrique annuelle variera alors (avec une consommation de 20 kWh au 100 km) de 1200 kWh pour 6000 km à 5000 kWh pour 25.000 km.

Le surcoût

Il reste cependant encore un léger surcoût financier qui s’amenuise et devient « raisonnable » (moins de 1000 € par an pour la ZOE4) par rapport à des voitures thermiques de gamme équivalente. Cette différence durera encore plusieurs années (prix d’achat plus élevé, location et longévité des batteries) malgré un « plein » à moins de 3 € pour parcourir 100 km en électrique (14c€/kWh x 20 kWh) au lieu de 8 € (6 litres x 1,35€) pour effectuer la même distance avec du carburant.

Les obstacles techniques, comportementaux et financiers à l’acte d’achat d’une voiture électrique seront donc bientôt levés grâce à l’adjonction du prolongateur qui était le « chaînon manquant » dans l’offre globale de la mobilité électrique.

Les goûts et les couleurs ne se discutent pas, ni même les choix « philosophiques » de mode de vie et de confort. Sachez simplement que le plaisir de conduire une voiture électrique écologique confortable sans souci grâce à cette nouvelle combinaison (location ponctuelle et prolongateur) sera prochainement accessible aisément pour la majorité des Européens.

C’est à vous de voir…

 

 

  1. Bilan électrique 2015 de RTE http://www.rte-france.com/fr/article/bilans-electriques-nationaux.
  2. Bilan électrique 2015 de RTE http://www.rte-france.com/fr/article/bilans-electriques-nationaux. En 2015, en moyenne annuelle 42 gCO2 par kWh produit (23,1 MT CO2 émises pour une production de 546 TWh). Soit moins de 10 gCO2 / km (exactement 8,4 g et encore moins en recharge de nuit) pour une voiture électrique consommant 20 kWh /100 km.
  3. 132 km parcourus avec une « réserve » indiquée de 23 km le 23 juin 2016 en conditions sévères : phares allumés, climatisation en marche, conduite habituelle (pas de mode éco),  25 % autoroute entre 110 et 130 km/h, 50 % montagne (1300 m de dénivelé) et 25% ville et périphérie (40 à 70 km/h).
  4. Surcoût à l’achat 2000 € amortis sur 10 ans, soit un surcoût annuel de 200 €.  S’y ajoute le surcoût d’usage 500 € pour 10.000 km/an (location des batteries 1000 €/an moins 500 € d’économie de carburant par rapport à la consommation d’électricité) ainsi que le coût des locations éventuelles (voitures et/ ou prolongateur).

    Sans tenir compte des frais d’entretien éventuellement avantageux (pas de vidanges par exemple), le surcoût total annuel sera donc d’environ 1000€.

  1. Ou alors, tu gardes ta voiture thermique.

    Investissement: 0
    Tracasseries a la con avec recherche de solutions: 0
    Serenite face a l’improvisation: 100%

    Je pense que tout ca vaut bien un fromage.

  2. c’est cool de rouler avec l’argent des autres..quand il n’y aura plus de subventions et toujours des clients on pourra dire que électricité est l’avenir de l’automobile.

  3. autre soucis financier , qui paiera les taxes perdues sur l’essence ?
    en conséquence il est probable que le kw deviendra aussi inabordable que le litre d’essence .on inventera l’électricité peinte en orange pour s’éclairer et en bleu pour rouler ?

    1. Ils vont te sortir des sous compteurs électriques avec l’équivalent de toutes les taxes sur l’essence. -)

  4. Philippe du Penhoat

    Moui… Le pétrole à encore quelques années devant lui…

  5. Et supprimer les taxes sur les carburants pétroliers pour que la concurrence ne soit pas déloyale.

  6. « C’est à vous de voir… »

    Et c’est tout vu, une voiture électrique aujourd’hui ne présente aucun intérêt autre qu’idéologique. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elles ne percent pas.

  7. Est-ce que par hasard quelqu’un pourrait me dire comment seront compensées les taxes innombrables sur le carburant.
    Ne me dites pas que le gouvernement, dans sa grande mansuétude, en fera cadeau lorsque l’électrique sera bien développer.
    Dans le véhicule électrique il y a quelque part une escroquerie en gestation, surtout que la location des batteries couvre les dépenses mensuelles de carburant, avec des taxes en moins pour notre état vénéré.
    Je n’ai jamais vu un état se priver d’impôts et je n’ai pas encore vu une batterie fiable et peu coûteuse.

    1. Allons, allons ! Si l’on nous incite à acheter des VE c’est pour permettre aux constructeurs de remplir leurs objectifs CO2 et ainsi pouvoir continuer à vendre de grosses cylindrées thermiques…

    2. Ce n’est pas compliqué : une pluie de nouvelles taxes pour compenser. Notamment sur l’électricité…

  8. Effectivement, j’aimerais bien « récupérer » 10.000€ de mes impôts (Titine est une Diesel de plus de 17 ans). Autre chose, il y a quelques années Dassault avait « lancé » un prototype sur base utilitaire léger Renault en rajoutant un prolongateur, mais à l’intérieur du véhicule, pas en remorque. C’était « SVE » pour Société des Vééhicules Electriques, et (bizarre, vous avez dit bizarre ?), l’expérience a pris fin au bout de quelques mois (Dassault, faire des autos, et ‘en avance » sur les constructeurs « autorisés » , pouah, quelle audace !).
    Je ne sais pas si c’était plus « intelligent »que la remorque électrogène, la France c’est pas les US et Dassault c’est pas Tesla (qui n’existait pas encore), Cependant « à vue de nez », ça semblait la solution « hybride » ayant le meilleur rapport coût/simplicité/efficacité.
    Une autre boite américaine est sur une technologie différente, où une turbine, acceptant presque tous les carburants, et, paraît il n’ayant pas besoin de systèmes de dépollution, alimente directement plusieurs moteurs électriques (un dans chaque roue).
    Pourquoi les camions ? parce que la plus « petite » turbine et tout ce qui va avec est quand même relativement « volumineux »… pour le moment.
    A suivre donc.

  9. Intéressant pour les chasseurs de subventions, achat du VE avec bonus écologique et ensuite transformation en hybride avec l’EP ( ho !) …

    Heu…enfin, tout dépend du prix de la centrale thermique sur roues, non !?

  10. Le gazogène réinventé. Ah, la nostalgie des années 40 !

  11. Pas compris ce qu’est le « prolongateur électrogène »…
    Nous ne sommes pas le 1° avril ?

    1. Je me demande encore si c’est pour signifier que cet article est satirique.

      1. C’est la question que je me pose… c’est un hoax vu que le groupe électrogène en remorque (prolongateur électrogène en nov’langue) existe depuis un moment… Michel Gay est en train de se foutre de Ségo.

  12. Plusieurs questions se posent:
    – l’absence de bruit ne risque t-elle pas d’augmenter les risques d’accident avec les piétons/cyclistes qui ne regardent pas forcément la route?
    – pourquoi mettre en avant les faibles émissions de CO2 alors que ce n’est pas un polluant et ne présente que peu de risque pour la santé (sauf en intérieur)?
    – qu’en est-il du prix réel alors que le secteur de l’énergie est un des plus règlementés de la planète, entre lois, subventions et taxes?

    1. @Koris:
      Bruit: Les piétons se sont habitués aux VE. Moi même avec ma Prius, je ne constate quasi plus la surprise qui était leur il y a qq années. Et puis, la Poste tourne en électrique ….
      CO2: Vous êtes nouveau ici, non ?
      Prix: Vous avez oublié aussi spéculation, guerre économique….

  13. Et pendant ce temps là les centrales thermiques doivent fermer et quid du manque à gagner de notre CHER état pour lequel les revenus carburants représentent une rente plus que substantielle ! bref c’est pas demain et les surprises fiscales vont être nombreuses … oui au tout électrique en ville quand les prix seront enfin raisonnables mais pour les autres déplacements le thermique ou l’hybride. Sans oublier le compromis qu’est l’hybride rechargeable encore hors de prix pour le conducteur moyen ! A ce sujet et pour conclure, force est de constater que tout ce qui est bon pour la planète et la santé de ses habitants est beaucoup plus cher que ce qui est nocif ! à quand la bascule ? et pour les incrédules nos parents et grands parents faisaient du bio dans leurs potagers parce que c’était moins cher qu’à l’épicerie du coin … mais ça c’était avant ! …. que nous ne devenions stupides avec comme seul crédo le profit …

  14. Personnellement, habitant en région parisienne, j’ai de nombreux amis habitants dans d’autres banlieues. Les trajets aller peuvent faire entre 40 et 60 kilomètre. Si vous ajouter un déplacement le matin (sport du gamin, courses, ..) avant d’aller les voir dans l’après-midi, un véhicule électrique avec 100 km d’autonomie sera trop juste … Et cela doit être pire en province où les trajets peuvent être assez longs. Cela signifie donc que ce véhicule sera presque purement consacré au trajet pour aller au travail et qu’on aura besoin d’un autre véhicule thermique. Dans ce cas là, pourquoi opter pour une voiture complète à quatre place ? Autant opter pour un petit véhicule de type tweezy ou un scooter électrique pour couvrir ce besoin limité à son juste prix …

  15. Il y a aujourd’hui plus de 1,5 milliard de véhicules en circulation sut terre.
    Si nous devons les remplacer tous par des véhicules électriques dont la batterie a une espérance de vie de l’ordre de trois ans, cela en fait 500 000 000 à produire et à recycler tous les ans.
    Quand on regarde la composition de ces batterie à base de métaux lourd et de terres rares, ce sera la pire des catastrophes écologiques.

  16. On croirait lire un écolo bon teint (vert foncé) !
    En vérité, pas la bêê-attitude devant Gaïa mais devant l’électricité nucléaire.

  17. J’ai une meilleure idée pour les trajets courts pour les 7 à 77 ans : un bon réseau de pistes cyclables dédiées et sécurisées avec vélo électrique ou pas.

  18. Puisque M. Gay, l’auteur de l’article, a été pilote de chasse dans une vie antérieure, j’adopte la voiture électrique avec bidons de secours, dès que les avions de chasse sont eux aussi propulsés à l’électricité…

  19. « une location ponctuelle à bas prix »… par quel miracle?
    D’autant que tout le monde va vouloir sa voiture thermique en même temps au moment des vacances.
    On nous a fait le coup (et le coût) du pétrole…
    On nous afait le coup du CO2 (je n’insiste pas)
    Reste le problème de la pollution (la vraie) dans les villes. De nouvelles avancées technologiques sur les voitures thermiques semble plus probable que résoudre le problème du stockage d’électricité…

    1. mon pifomètre indique que l’engin est comparable à l’électrogène de chantier banal, environ 10 kW, consommant environ 4 litre à l’heure (donc peu ou prou au cent kms), en location banale à environ 100 €/jour, (voyez sur internet « groupe électrogène 10kw » puis ajoutez « location »).
      Avec une vingtaine de jours location dans l’année (incluant mobilité mais aussi tout autre usage de ce genre d’électrogène, car ça reste un électrogène ! ) le loueur gagne sa croûte. Si vous avez besoin de plus, vous pourrez trouvez avantageux d’investir vous-même, comptez autour de 5000 €.
      Et (sarcasme on) en bonus on a un parc conséquent de groupes électrogènes ce qui ne fera pas de mal quand on aura plus que le vent et le soleil pour avoir de l’électricité…

      Pour le reste vous avez raison, on en est au point où on exige que les gaz d’échappement soient plus propres que l’air ambiant, ça devient n’importe quoi …

    2. Les villes sont uniquement polluées par des politiciens incompétants. celui qui inventera le filtre capable de nous débarrasser des hidalgo et consoeurs fera fortune. Concernant la « pollution » l’air des villes n’a jamais été aussi propres. ce sont nos fonctionnaires divers et variés qui rament toute l’année pour trouver une justification à leur inutile existence en diminuant les seuils et en « découvrant » de « nouveaux polluant » pour nous annoncer, tout les matin depuis 50 ans que la catastrophe est pour demain…

  20. L’idée du groupe électrogène sur remorque (avec, tant qu’à faire, de la place en plus pour des bagages car quand on part loin c’est souvent qu’on part chargé) est une évidence, la première (ou peut-être la deuxième ) qui vient à l’esprit. Donc la seule question s’était « mais pourquoi donc personne ne l’a fait ? »
    Et la réponse est en bas de la page en lien :
    EP Tender has received funding from the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under grant agreement No 684085 (H2020 SME phase 2)​, as well as the « Programme d’Investissements d’Avenir », Kic InnoEnergy and the Région Ile de France. It also benefits from the support of the « Réseau Entreprendre ». EP Tender is a member of the automotive cluster Mov’eo.
    Wahou … tout ce monde pour un bête groupe électrogène sur remorque ???
    Je ne m’étonne plus que ça ait pris 20 ans

    1. « tout ce monde pour un bête groupe électrogène sur remorque  »

      Oui, mais c’est un groupe à double échappement bichrome gauche. Cela coute pas mal de pognon.
      Rien que le mode d’emploi de compétition, 2000 mots, écrit par 1000 personnes… Imaginez le reste ❗

  21. Il faut se poser la question de l’efficacité! C’est cela qui devrait faire la décision!
    Imaginez un seul instant voyager pendant 1000 kms dans ces ersatz de véhicules que sont les zoe et autres machines de ce genre dans lesquelles on place à peine deux personnes avec leurs portefeuille!
    1er juillet 2016, pas une voiture d’avant 1997 ne pourra rouler dans le Paris faschiste de Stupidalgo, les parents qui iront faire leurs courses vont bien rigoler dans l’ autolib ou sur leur velib du nouveau monde bienpensant!
    La seule solution est pour l’instant américaine et coûte le prix d’un petit appartement en île de France! Si vous roulez beaucoup, c’est rentable si vous achetez cash, sinon, la banque vous prendra l’avantage financier comparatif!
    Remarquez, comme l’immobilier ne prendra pas un sous de survaleur dans les 5 ans à venir, que louer un petit appartement rapporte environ 5% après impôts ttes choses égales par ailleurs (ce qui ne va pas durer en France), acheter une Tesla est peut-être une affaire finalement!
    Au bout de 5ans, la Tesla vaudra peut-être plus cher que l’appartement que vous auriez gardé déduction faite des taxes actuelles, et de toutes les futures qui vont germer dans les têtes malsaines, pardon… heu…bien faites de nos politiciens!
    Vive la Liberté, Vive la France!

  22. Du moment qu’il n’y a plus de subventions d’état chacun est libre de choisir son moyen de transport et les contraintes qui vont avec

  23. Bonjour à toutes et à tous,

    Ma foi ! C’est sans doute un pas (modeste) de plus vers un futur infiniment plus évolutif …

    https://www.linkedin.com/pulse/demain-les-transports-pierre-tarissi

    Amitiés,

    Pierre

    1. « Nous voulons des gouvernants visionnaires ! »

      Vous rêvez éveillés. Nous ? Parlez pour vous. Les innovations ne viennent jamais des gouvernements. C’est à cause de gens comme vous qu’ils se croient investis pour chercher des solutions à des problèmes qu’ils ont créés ou qu’ils ne comprennent même pas.

Les commentaires sont fermés.