Black Mirror de Charlie Brooker, entre dystopie et réalité

Black Mirror, une série décapante de Charlie Brooker sur les risques liés aux technologies et les excès de notre société, mettant en danger la vie privée.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Black Mirror de Charlie Brooker, entre dystopie et réalité

Publié le 19 mai 2016
- A +

Par Johan Rivalland.

Black Mirror de Charlie Brooker, entre dystopie et réalitéSituation ubuesque que celle dans laquelle nous nous trouvons plongés dès la première minute de la série Black Mirror par Charlie Brooker.

Et pourtant, pas si insensée ou irréaliste que cela. Bien au contraire. Et c’est bien là que c’est parfaitement effrayant.

Je ne souhaite pas donner d’élément sur la situation en question, pour conserver l’effet de surprise.

Seuls ceux qui connaissent déjà cette série anglaise (on me l’a conseillée, mais je n’en avais jamais entendu parler auparavant) ou ceux qui pousseront la curiosité plus loin, sauront de quoi il en retourne, mais c’est véritablement subjuguant et relativement réaliste. En tous les cas, imaginé avec intelligence.

Une véritable parodie de notre monde dans ce qu’il a de plus pitoyable et abject.

Black Mirror, parodie de notre société médiatisée

Black Mirror est une critique de notre société ultra-médiatisée et des effets pervers qu’elle peut parfois engendrer.

Tout y est : les dangers de l’internet et ses réseaux sociaux, les excès journalistiques, eux-mêmes cernés et dépassés par les Facebook, Twitter et compagnie, avec lesquels ils se trouvent de fait en concurrence, la perte totale d’intimité et de pudeur, le voyeurisme, la psychologie des foules, les mauvais instincts et comportements mimétiques, le règne des sondages, le chantage des groupes de pression, terroristes, ou individus illuminés.

Une perte de contrôle totale de notre entendement. Une société bien fragile et facilement déphasée.

Et il s’en faut de peu pour que cela arrive…

Puissant. Et qui donne lieu à réflexion.

Derrière l’instant détente, pour nous spectateurs, un miroir qui nous renvoie en pleine face notre visage collectif bien sombre et annihilant.

Terrifiant.

Véritable mise en garde ou simple fiction ?

Je n’ai visionné pour l’instant que la première saison, composée de seulement trois épisodes (comme la deuxième, je crois), chacun indépendant. Mais, à l’instar de séries comme La Quatrième Dimension, on peut souhaiter que le projet dure, car il me semble bon (déjà, une troisième saison a débuté).

Chacun des épisodes a en commun avec les autres une même mise en garde contre les excès de ce qui caractérise notre monde contemporain et ses technologies de plus en plus avancées, et pourrait rapidement venir nous déborder.

L’épisode 2 nous plonge dans un monde du futur ravagé par le virtuel et la télé-réalité. Une ambiance sclérosante et absurde, digne de l’univers de la série Le Prisonnier ou rappelant, par certains côtés, celui de Fahrenheit 451.

L’épisode 3, enfin, élabore un scénario de ce qu’il peut se passer lorsque l’homme va trop loin dans le recours aux technologies, jouant ainsi aux apprentis sorciers. Mais idem : je n’en dis pas plus…

Pour les amateurs, à savourer tranquillement. En souhaitant qu’aucune de ces situations ne vienne à nous rattraper, tant nous n’en sommes pas loin.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Excellente série, je ne peux que valider, à recommander vivement ! Poke @Simon 😉

    Ames sensibles s’abstenir, les fins sont vraiment badantes même si elles donnent lieu à de vraies réflexions (et pas de la vaste plaisanterie style #Dormirdebout ahah). La saison 2 est plus hard que la 1 mais tout aussi géniale.

    La troisième saison est produite par Netflix il me semble.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Qu’est-ce que le libéralisme ? Voilà une question qui peut paraître simple, mais au sujet de laquelle le moins qu’on puisse dire est qu’il existe beaucoup d’idées préconçues. Pour ne pas dire totalement fausses.

Il n’y a sans doute pas plus haï ou diabolisé que ce vocable de « libéral », quotidiennement mué en « ultra-libéral » ou « néo-libéral » pour les besoins de la cause.

Vous affubler de ce qualificatif suffit généralement à vous discréditer et à vous rendre inaudible par avance. Pourtant, le libéralisme n’est pas ce que l’... Poursuivre la lecture

Vos enfants apprennent-ils des principes éthiques et politiques appropriés en classe ? Comment expliquer la liberté et l’oppression à un enfant de 7 ans ? Les parents sont souvent démunis pour assumer la charge d’éduquer leurs enfants et leur transmettre l’amour de la liberté.

Je voudrais vous parler d’un livre écrit par un Américain, en vente sur amazon.fr, et traduit par mes soins. Ce livre est dédié aux parents ou aux enseignants disposant de peu ou pas de matériel pédagogique pour parler aux enfants des concepts de droit, d... Poursuivre la lecture

Par Michel Faure.

Les libéraux n’ont jamais été vraiment écoutés en France. Aujourd’hui, avec la crise de la Covid-19, ils sont inaudibles et certains s’en réjouissent.

Nous sommes entrés, nous dit-on avec délice, dans « un moment keynésien », comme s’il s’agissait d’une nouveauté alors que ce moment dure depuis six décennies. On fête aussi déjà la fin du libéralisme, comme si nous laissions derrière nous une longue et calamiteuse période d’un État modeste et régalien.

Mais c’est l’étatisme qui règne en France, pas le lib... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles