Dix articles inédits de Frédéric Bastiat ! (3/10)

Troisième volet de la publication de dix articles inédits de Frédéric Bastiat publié entre 1843 et 1844 dans le journal local La Sentinelle des Pyrénées.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Frédéric Bastiat (image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dix articles inédits de Frédéric Bastiat ! (3/10)

Publié le 26 avril 2016
- A +

Troisième volet de la publication de dix articles inédits de Frédéric Bastiat publié entre 1843 et 1844 dans le journal local La Sentinelle des Pyrénées, sur le libre-échange, la balance du commerce, la réforme de la poste et l’organisation politique française. En tête de chaque article figure l’introduction générale, commune aux dix articles, qui explique l’origine de ces inédits, l’époque à laquelle ils ont été composés, et la situation de Bastiat à cette période.


Troisième article

« Liberté Commerciale. État de la question en Angleterre. 1er article », 18 mai 1843, p. 3.

Introduction de l’éditeur :

Tout le monde a remarqué en province le silence incompréhensible qu’une grande partie de la presse parisienne a gardé sur le scandale de la concession du chemin de fer de Paris à la frontière du Nord. C’est là un des plus fâcheux résultats de la législation actuelle sur les journaux, que l’énormité du cautionnement, des frais de timbres et de poste constituent, pour ainsi dire, en état de monopole, tant sont difficiles et chanceuses les tentatives de concurrence. Notre ami, M. F. B., a été frappé comme nous tantôt du silence, tantôt de la partialité de la grande presse parisienne (à l’exception néanmoins du National) sur diverses questions industrielles et commerciales.

Comme nous partageons les opinions de M. Fr. B. sur la liberté du commerce en général, nous accueillons avec plaisir son travail, en lui laissant toutefois la responsabilité de la vivacité des formes, dans ce qui a trait à la presse de la capitale.

Un journal disait, il y a quelques jours :

« Les grands intérêts du Nord ont soudoyé, depuis quelques années, une grande partie de la presse parisienne. »

Il ajoutait :

« Nous ne faisons pas un crime aux journaux parisiens d’avoir accepté une subvention des fabricants ; les médecins, les avocats vivent de leur travail et il n’y a rien d’immoral à ce qu’un écrivain soit rémunéré pour publier dans un journal des articles en faveur d’un intérêt, quand tous les jours M. Berryer, M. Barrot sont rémunérés pour avoir rédigé des mémoires en faveur d’intérêts purement individuels. »

Le sophisme saute aux yeux. M. Berryer donne ses plaidoyers pour des plaidoyants. Mais si, moyennant un salaire secret, il professait à la tribune des opinions autres que les siennes, serait-il justifié en disant : chacun vit de son travail.

Quoi ! le gérant de la Presse, fondateur de Coëtbo, se rallie à un système qui ruine l’agriculture ; mentant à leurs abonnés, à leurs antécédents et à leur propre titre, le Siècle ressuscite des théories du temps de Colbert, le Constitutionnel se fait le champion du privilège ; le Commerce combat la liberté du commerce, et cela parce qu’ils sont soudoyés pour faire prévaloir des doctrines qu’ils savent être anti-sociales, et l’on dit cyniquement : chacun vit de son travail ! C’est de vénalité qu’il fallait dire.

Et voyez les conséquences de cette corruption dans laquelle le Globe ne voit rien d’immoral.

Il ne faut pas croire que la presse n’a aliéné aux monopoleurs que ses convictions économiques.

Le monopole ne se bornera jamais à se défendre sur le terrain de la science ; il aurait contre lui les Turgot, les Smith, les Say, les Riccardo [sic], les Sismondi, les Mill, les Malthus, les Senior. Son plus sûr moyen d’éloigner la concurrence étrangère, c’est de brouiller la France avec les autres nations, et s’il soudoie la presse il entend bien qu’elle excite les passions haineuses, les défiances politiques, les jalousies nationales. Il faut dire qu’à cet égard le journalisme parisien a consciencieusement travaillé à gagner sa subvention, et l’on a pu lire dans un des journaux que nous nommerons tout à l’heure cette étrange maxime :

« Nous concevons l’impartialité dans nos discussions intérieures ; mais à l’égard de l’étranger l’impartialité est une trahison. »

La presse parisienne nous donne en ce moment une preuve remarquable de l’esprit qui l’anime.

On sait qu’en Angleterre, il n’est pas de question si futile ou si grave qu’elle soit, depuis la plus simple réforme d’un hospice jusqu’aux plus profondes altérations de la grande charte, qui ne donne lieu à des assemblées (meetings) où elles sont librement discutées. Comme toute nation est composée d’hommes d’opinions et de vues fort diverses, il ne faut pas être surpris si parmi ces milliers de meetings il s’en rencontre qui aient pour objet des questions indifférentes ou même hostiles à des intérêts français. Ce qui se dit en ce cas nous est soigneusement rapporté par nos journaux. Ainsi que quelques missionnaires protestants se réunissent pour déclamer contre l’invasion du catholicisme à Otahiti, la presse voit là une manifestation de l’inextinguible jalousie de la perfidie Albion.

Mais des meetings pour l’affranchissement du commerce, elle n’en dit pas un mot. Le monopole manufacturier ne le permet pas.

Et cependant, il ne s’agit plus des vaines doléances de quelques méthodistes désappointés. Il s’agit d’un mouvement immense, profond, qui remue jusque dans ses fondements le sol de la vieille Angleterre. — Au point de vue britannique, c’est la lutte des masses contre l’oligarchie, sur un terrain où celle-ci est prête à succomber. — Au point de vue français, ce sont vingt millions de consommateurs qui réclament, qui exigent le droit d’acheter librement nos produits. — Au point de vue humanitaire, c’est un effort désespéré pour déraciner le monopole : dans les îles britanniques par la puissance de l’opinion, dans le monde entier par l’autorité de l’exemple. — Voilà ce qui agite l’Angleterre, ce qui l’ébranle d’un mouvement passionné, fébrile, irrésistible, tel qu’il n’est pas donné à une même génération d’assister deux fois à un semblable spectacle. — Voilà ce qui attire les regards du monde entier ……. et nos journaux n’en disent rien.

Je tâcherai de suppléer à leur silence. Dans un prochain article je ferai connaître l’association pour la liberté du commerce, ses travaux, l’esprit qui l’anime, son mode d’action, ses progrès et ses chances.

Frédéric Bastiat

Pour le reste de la série, cliquer ici

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après avoir vu dans un premier article les causes de l’inflation législative, il conviendra de voir dans un second article les remèdes possibles contre le problème de la surproduction normative, caractéristique de l’inflation législative. Si le débat de la simplification du droit a été porté par le candidat Gaspard Koenig à l’élection présidentielle, force est de constater que ce thème a un peu disparu des débats, s’il y a déjà eu des débats pendant cette campagne.

 

Malgré cela, le problème du trop-plein législatif n’en de... Poursuivre la lecture

Par Michel Faure.

Les libéraux n’ont jamais été vraiment écoutés en France. Aujourd’hui, avec la crise de la Covid-19, ils sont inaudibles et certains s’en réjouissent.

Nous sommes entrés, nous dit-on avec délice, dans « un moment keynésien », comme s’il s’agissait d’une nouveauté alors que ce moment dure depuis six décennies. On fête aussi déjà la fin du libéralisme, comme si nous laissions derrière nous une longue et calamiteuse période d’un État modeste et régalien.

Mais c’est l’étatisme qui règne en France, pas le lib... Poursuivre la lecture

économie
1
Sauvegarder cet article

Par Damien Theillier.

Petite explication par Pascal-Emmanuel Gobry :

Pour un keynésien, Noël est évidemment une bonne chose. Noël, c’est une poussée très forte de la consommation. Les gens dépensent leur argent. Ces dépenses créent de l’activité économique : tous ces jouets, il faut les fabriquer, les acheminer, les marketer, les distribuer… Tout ça crée de l’activité économique, et donc de la croissance et des emplois. Après tout, à un instant T, l’économie n’est que la somme des décisions individuelles de dépenses. Que du bon ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles