Le Parti Libertarien belge a un nouveau président

Lors d’une assemblée générale extraordinaire, les membres du Parti Libertarien belge ont renouvelé leur bureau politique. Pierre-Yves Novalet remplace Patrick Smets à la présidence.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Parti Libertarien belge a un nouveau président

Publié le 19 avril 2016
- A +

Par la rédaction de Contrepoints, depuis Bruxelles.

Le parti libertarien belge a un nouveau président

Suite à la démission de Patrick Smets, président-fondateur, les membres du Parti Libertarien belge se sont réunis ce dimanche à Bruxelles afin d’élire un nouveau bureau. C’est le Brabançon Pierre-Yves Novalet qui a été choisi pour succéder au Bruxellois à la présidence de la petite formation belge. Il est le seul membre de l’équipe dirigeante de 2012, date de lancement du Parti Libertarien belge (P-lib), à faire encore partie du bureau.

Né en 1970, Pierre-Yves Novalet a un master en sciences de gestion et travaille en tant que comptable. Présent dans la communauté libérale depuis plus de quinze ans, il est reconnu comme quelqu’un de dynamique et constamment actif. De 2010 à 2016, il fut trésorier de la Ligue des Contribuables. De 2012 à 2016, il occupa la même fonction pour le Parti Libertarien belge. Il fut également l’un des cent rédacteurs de Libres !, avec une contribution relative à la liberté de commercer. Deux mois après avoir pris les rênes de la Ligue des Contribuables, il devient le second président de l’histoire du P-Lib.

Il est remplacé dans sa fonction de trésorier par Alexis Grabinszky. Rémy Bailleux devient quant à lui vice-président du parti, aux côtés de Pascale Baudimont. Boris Vermeulen reste secrétaire politique. Malgré son départ de la présidence, Patrick Smets a assuré qu’il demeurerait actif au sein du P-Lib, dans un rôle différent toutefois.

Après l’élection du nouveau bureau, les membres du Parti Libertarien ont profité de leur réunion pour lancer quatre grands chantiers (communication, stratégie, information et animation), qui devront lui permettre de gagner en notoriété auprès des électeurs belges avant les élections fédérales, régionales et communautaires de 2019. Quatre équipes ont été constituées afin de mener les projets à bon port.

Les « Apérothbard », réunions informelles mensuelles du parti, sont maintenus à Bruxelles tous les premiers vendredis du mois. Ils se délocaliseront à l’occasion en province. Pour rappel, la prochaine grosse activité du Parti Libertarien belge sera la projection du film « Technocalyps » de Frank Theys, suivie d’un débat sur le transhumanisme, le dimanche 22 mai 2016 au cinéma Galeries à Bruxelles.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Depuis cinquante ans, les Flamands achètent aux Wallons des compétences car ils rêvent d’embrasser un avenir national, quand les Wallons sont incapables de boucler leur budget. C’est l’histoire du fédéralisme belge.

 

L'omniprésence de la gauche en Wallonie

Le socialisme clientéliste wallon a si bien éduqué les consciences que les Wallons se tournent en masse vers des socialistes révolutionnaires, emmenés par un parti qui revendique l’héritage marxiste « dans son intégralité », Pol-Pot, Mao, Staline.

Trois partis dom... Poursuivre la lecture

Le journal Le Soir a récemment publié une Carte blanche intitulée « Dans l’enseignement supérieur, ce sexisme toujours ordinaire… »

Les auteurs y indiquent qu'il serait grand temps de s'attaquer, sur les campus, au fondement des violences sexistes et sexuelles : le sexisme ordinaire. Il est question de compliments déplacés, de remarques en apparence anodines, qui seraient bel et bien du harcèlement sexiste et sexuel, et auraient un impact considérable sur la santé mentale des personnes concernées, en grande majorité des femmes. Le prob... Poursuivre la lecture

Programmatiquement, les partis écologistes les plus extrémistes d’Europe sont les belges Ecolo & Groen et le parti allemand Die grünen. Ces partis ont en commun d’être au pouvoir au niveau fédéral de leur pays respectif, avec des partis socialistes et libéraux.

En Belgique

La Belgique est, avec la France, l’un des pays d’Europe dont le mix énergétique est le moins émetteur de CO2. Cette vertu est entièrement due à sept réacteurs nucléaires parfaitement opérationnels. Las ! Les écologistes, dont le moteur idéologique premier est et ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles