Wisconsin : Ted Cruz pulvérise Donald Trump, Sanders ébranle Clinton

Les électeurs du Wisconsin ont infligé de cuisantes défaites aux favoris Clinton & Trump et préféré les outsiders Sanders et Cruz.

Par Daniel Girard, depuis les États-Unis.

Ted Cruz en campagne (Crédits Gage Skidmore, CC-BY-SA 2.0) via Flickr
Ted Cruz en campagne (Crédits Gage Skidmore, CC-BY-SA 2.0) via Flickr

À chaque primaire qu’elle soit républicaine ou démocrate, les candidats défaits font toujours un bref discours pour remercier leurs partisans et féliciter le vainqueur. En ce mardi soir au Wisconsin, les deux favoris défaits brillaient par leur silence. Donald Trump et Hillary Clinton ne s’attendaient pas à mordre la poussière avec autant de violence.

L’espoir de Trump

À deux semaines de la primaire de New York, le milliardaire avait besoin d’une solide performance au Wisconsin pour maintenir son momentum. En tête dans la course aux délégués, Donald Trump croyait que le Wisconsin était fait sur mesure pour lui. Les travailleurs peu scolarisés y abondent dans les régions rurales et l’appartenance religieuse importe peu dans l’État. Pas un territoire fertile pour Ted Cruz, pensait-il.

Comédie d’erreurs

Mais le milliardaire a fait de graves erreurs stratégiques au Wisconsin. Il a amorcé sa campagne dans l’État en dénigrant le gouverneur Scott Walker, pourtant très populaire ; il a bafouillé sur l’avortement et il s’est présenté, mal préparé, à des entrevues de tribune téléphonique sans savoir qu’il parlait à des animateurs hostiles à sa candidature participant au mouvement #NeverTrump.

Donald Trump s’en est pris à l’establishment dans un État qui s’y identifie. Cible quotidienne des émissions de tribune téléphonique et essuyant un barrage incessant de publicité négative des Super-Pac pro-Ted Cruz, il a été battu à plate couture par le sénateur texan.

Grâce à sa victoire, Ted Cruz a pu récolter la majorité des 42 délégués du Wisconsin, pour porter son total à 514 et se rapprocher de Donald Trump, qui en compte 740. Donald Trump a besoin de 1237 pour remporter l’investiture. La victoire du sénateur texan rend improbable cette récolte : le milliardaire doit remporter 60% des délégués restants pour triompher. S’il n’y parvient pas, le vote deviendra libre lors de la convention nationale de juillet à Cleveland.  C’est une éventualité que Donald Trump veut éviter à tout prix, convaincu que l’establishment républicain mettra tout en oeuvre pour le vaincre.

Colère du milliardaire

Donald Trump a réagi de manière vitriolique à la victoire de Ted Cruz, en dénonçant les millions de dollars en publicité négative le visant qui ont été dépensés par les Super-Pac de l’establishment. Le milliardaire a accusé le sénateur texan d’avoir coordonné ces publicités, en violation de la loi électorale. Il a aussi qualifié Ted Cruz de cheval de Troie de l’establishment.

Victoire surprise de Bernie Sanders

Favorite pour l’emporter au Wisconsin, Hillary Clinton a reçu une véritable raclée du sénateur du Vermont, qui a remporté la primaire par 56.5% contre 43.2%. Bernie Sanders porte son total de délégués à 1097 contre 1778 pour Hillary Clinton, avec une barre de 2383 à atteindre pour l’emporter. Encore une fois, Bernie Sanders a complètement dominé le vote chez les jeunes, particulièrement dans la tranche des 18 à 29 ans.

Tout comme Donald Trump, Hillary Clinton n’a pas fait d’apparition publique pour commenter les résultats, se contentant de féliciter son adversaire dans un tweet :

Bernie Sanders, fort de sa victoire décisive au Wisconsin, est donc gonflé à bloc pour la primaire de New York, le 19 avril. Le combat s’annonce féroce. Le sénateur du Vermont est né à Brooklyn et Hillary Clinton a été sénatrice de l’État de 2001 à 2009.