Primaires américaines : match nul entre Ted Cruz et Donald Trump

Robert Carswell(CC BY-SA 2.0)

Super samedi : le sénateur du Texas devient le principal adversaire du milliardaire.

Par Daniel Girard, depuis les États-Unis

Robert Carswell(CC BY-SA 2.0)
Robert Carswell(CC BY-SA 2.0)

 

L’establishment républicain aura peut-être à choisir entre la peste et le choléra. Le sénateur texan Ted Cruz, universellement détesté au Sénat américain pour son inflexibilité, a remporté deux solides victoires samedi aux primaires du Kansas et du Maine. Les sondages donnaient Donald Trump gagnant au Kansas mais Ted Cruz a carrément écrasé Donald Trump dans l’État en l’emportant par 48,2% contre 23,3% des voix.

Ted Cruz a aussi remporté une victoire décisive dans le Maine, l’État américain le plus à l’Est, 45,9% versus 32,6%. Le gain a surpris les analystes qui ne croyaient pas que le Texan allait connaître du succès aussi loin de sa base évangélique. Donald Trump a attribué la victoire de Ted Cruz à la proximité du Maine du Canada. Ted Cruz est originaire de Calgary.

Comme prévu, Donald Trump l’a emporté dans les deux États les plus payants en termes de délégués, la Louisiane et le Kentucky. Mais ces victoires ont été serrées. En Louisiane, Donald Trump a vaincu Ted Cruz à 41,4% versus 37,8%. Au Kentucky, le magnat de l’immobilier a recueilli 35,9% des votes contre 31,6% pour Ted Cruz. Donald Trump s’est dit satisfait de sa victoire au Kentucky car, a-t-il précisé, le sénateur Rand Paul, qui s’est retiré de la course à l’investiture en janvier, l’a combattu farouchement dans l’État.

Au final, c’est Ted Cruz qui fait la meilleure récolte en raison de la répartition proportionnelle des délégués.

Donald Trump demeure en tête avec 378 délégués mais Ted Cruz s’approche avec 295 délégués. Il en faut 1237 pour remporter l’investiture. Comme l’exprime All American Girl, Ted Cruz est sur une lancée et Donald Trump stagne.

Le grand perdant de la soirée, c’est indéniablement Marco Rubio, qui est à peine perceptible sur l’écran radar. Donald Trump lui a d’ailleurs recommandé de se retirer de la course à l’investiture pour qu’il puisse affronter directement Ted Cruz.

Fort de ses succès du super samedi, Ted Cruz ne suivra pas le conseil de Mitt Romney de laisser le champ libre à Marco Rubio en Floride. L’enjeu est de taille lors de la primaire de la Floride, le 15 mars. À partir de cette date, le candidat qui recueille le plus de votes dans un État s’approprie tous les délégués. Et c’est 99 en Floride. Ted Cruz y va pour la jugulaire.

Le gouverneur de l’Ohio John Kasich est l’autre candidat qui doit absolument l’emporter dans son État pour demeurer dans la course. La primaire de l’Ohio est elle aussi le 15 mars et compte pour 63 délégués. Lors d’un sondage en février, John Kasich ne récoltait que 17% par rapport à 35% pour Donald Trump. Mais un nouveau sondage place le gouverneur en tête devant le milliardaire à 33% contre 31%.

Chez les démocrates, Bernie Sanders peut se réjouir de ses victoires au Kansas et au Nebraska mais Hillary Clinton fait une meilleure récolte de délégués que lui parce qu’elle a remporté la Louisiane.

Le prochain État d’importance pour les deux partis sera le Michigan, mardi.