Ce mal qui a détruit notre constitution

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Léviathan (image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce mal qui a détruit notre constitution

Publié le 13 février 2016
- A +

Par Jacques Ernewein.

Léviathan (image libre de droits)
Léviathan (image libre de droits)

Voilà le mal étatiste qui reprend en France.

Au fil des dernières années, nous avons abandonné la plupart de nos prérogatives de souveraineté au prétexte que l’Europe s’en occuperait bien mieux que nous et pour un coût moindre. C’est bien entendu l’inverse qui se produit. Non seulement nos droits de peuple sont érodés, mais le coût devient exorbitant. Nous ne le payons même pas pleinement, laissant ce soin, comme des lâches à nos enfants et petits-enfants.

Mais pour cela notre classe politique nous félicite et nous engage à faire toujours plus. Accueillir toujours un plus grand nombre d’étrangers qui ne veulent même pas devenir comme nous, c’est-à-dire s’assimiler, mais exigent de vivre comme ils l’entendent et pour que l’harmonie puisse être espérée, il ne nous reste plus, comme le préconise l’infâme maire de Cologne à nous tenir un peu éloignés des nouveaux habitants.

Aujourd’hui l’enfumage continue à l’Assemblée nationale avec le ridicule épisode de la modification de la Constitution. N’est-ce pas déjà le devoir de l’État Français de protéger le peuple de France dans son intégrité physique et dans ses propriétés ?

Mais l’État ne fait plus son métier. Depuis trop longtemps, il veut inculquer sa morale perverse et abandonne de larges parties du territoire à la voyoucratie.

Nous avons oublié cette maxime de Frédéric Bastiat, l’un de nos plus grands libéraux français : « N’attendre de l’État que deux choses : liberté et sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Nous faisons comme si l’État pouvait gérer et régler tous les soucis, alors que tout simplement il les multiplie en nous laissant au surplus la note à payer.

Demandons donc aux habitants des zones de non droit dans la périphérie des grandes villes ou dans la proximité de Calais ce qu’ils pensent de la protection que leur doit l’État. C’est à cette aune que l’on doit mesurer le bien fondé du travail que nous disent réaliser nos élus.

Lire sur Contrepoints notre dossier spécial Constitution

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • l’état ne fait plus son métier…..il ne nous protège plus , il nous ment et en plus il nous vole…..à charge pour nous de  » lui voler dans les plumes  » comme on dit chez nous ….ça va finir par viendre si ce machin continu à nous prendre pour des imbéciles ;

  • vous avez dit état? non,il y a un état!!dans l’état.elle est pas belle la vie?

  • quelle constitution ?

  • La constitution devrait se limiter à 2 phrases du style:

    Limitation des prelevements obligatoires à 40% du pib
    Un minimum de 50% du budget de l’état dans le régalien

  • Un Etat ne sert qu’à deux choses :
    – Soumettre le peuple
    – et le taxer !

    Nous avons déjà le bruit des bottes, les lois liberticides/anticonstitutionnelles/anti droit de l’Homme arrangées et passées en cati mini la nuit. Le bâton, c’est pour bientôt !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer.

Ça y est, ça le reprend ! Comme lors de son hommage à Samuel Paty, cet enseignant décapité pour avoir utilisé des caricatures du prophète Mahomet lors d'un cours sur la liberté d’expression, Emmanuel Macron nous refait le coup du grand Président de la République totalement commis à la promotion de l'esprit des Lumières et à la défense de la liberté qu'il place volontiers "au-dessus de tout" dans ses discours :

"C'est notre choix, depuis plusieurs siècles, de mettre la dignité humaine, la paix, le respect d... Poursuivre la lecture

Par Jérémie Bongiovanni.

Le média Liber-thé invite cette année les étudiants de toute la Belgique à participer à son concours d’essai sur la thématique de la tension qui existe entre la liberté et la sécurité. Le concours est organisé en collaboration avec le Cercle des Étudiants Libéraux (CEL) de l’Université Libre de Bruxelles.

Thématique

Cette année, les participants devront traiter de la tension qui existe entre la liberté et la sécurité en se basant sur la citation de Benjamin Franklin :

« Ceux qui abandonnent une li... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Vilfredo Burgess.

"La sécurité est la première des libertés". On s’est formalisé de ce que Emmanuel Macron ait employé cette formule sous prétexte qu’elle s’est jadis trouvée dans la bouche de Jean-Marie Le Pen. Là n’est pas le problème. On peut passer un temps inutile à s’attacher à ne pas employer les mêmes « éléments de langage » de tel ou tel adversaire politique, mais ce ne sont que des mots.

Ce qu’il me paraît d’abord plus important de souligner est que la hiérarchie des libertés implicite dans l’expression est arbitr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles