L’impression 3D d’une route par le RoadPrinter (vidéo)

Qui construira les routes ? Des imprimantes 3D.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’impression 3D d’une route par le RoadPrinter (vidéo)

Publié le 10 février 2016
- A +

Par Charles Bwele.

La construction d’une petite route ou d’une rue piétonne avec des briques/pavés est d’autant plus lourde et chronophage sur un tracé plus ou moins sinueux. La preuve par les centres-villes d’Europe.

Il en sera autrement avec le RoadPrinter RPS6. Cette imprimante 3D routière assemble verticalement les briques/pavés puis les déroule sur le sol (à l’image d’un tapis ou d’une moquette) à une cadence de 500 mètres par jour pour des rues larges de 1 à 6 mètres. Depuis quelques années, ce procédé fait des émules toujours plus innovantes…

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Ces petits jeunes qui n’enlève plus leurs lunettes 3D… Rappelez-moi, pourquoi ne faisait-on plus de rues pavées depuis mai 1968 ? A cause du coût du paveur, ou parce que les rues étaient trop étroites et tordues, ou ..? Et qu’était donc la machine que les cantonniers des années 50 appelaient « barbe grise » ?
    https://en.wikipedia.org/wiki/Barber_Greene

  • Quel est le rapport avec une imprimante et a fortiori 3D ? Il aurait pu appeler ça une machine à tisser ou un dévidoir !

    Le nom est du pure marketing.

    • Peu importe. C’est quand même une machine impressionnante.

      • Bah non pas vraiment.
        Elle ne fait que faire glisser les éléments au sol. C’est donc un tapis roulant assez lent et mobile.
        Tout le boulot d’assemblage est fait manuellement.
        Là c’est en ligne droite mais quid des courbes où il faut tailler les pièces pour tenir compte de la courbe?

        La seule chose que cette machine apporte c’est une position debout pour le cantonnier.

  • ça y est c’est foutu dites imprimante 3D et les gens vous regardent d’un oeil bienveillant…
    ce qui a participé au mythe de la gentille impression 3 d est que les particuliers pourraient en avoir une et s’affranchir des méchants industriels m^me si ceux ci utilisent des machines commandées par ordinateurs …
    ajoutons la possibilité de fabriquer des machin non usinables du fait d’une fabrication en couche , ce genre de chose..
    ce sont des formidables outils pour fabriquer des produits de design individuels, mais n’oublions pas ,malgré tout, qu’il y a une certain interet à ne pas acheter une imprimante 3D pour fabrique un peigne.
    coût prix tout ça…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’idée que les règles vont tout résoudre est très profondément ancrée dans la culture européenne, la pensée des citoyens et l’esprit des hommes politiques. Nouvelle illustration avec le Digital Markets Act.

Allons-nous pour autant créer des champions européens et contrôler notre avenir numérique ?

C’est la fiesta à la Commission européenne !

Un accord de principe a été donné par les États membres, le Parlement et la Commission concernant le fameux Digital Markets Act (DMA pour les initiés), en discussion depuis un peu plus d'un... Poursuivre la lecture

surveillance
0
Sauvegarder cet article

Il semble qu'aujourd’hui, avec une concurrence géopolitique, économique et technologique qui ne cesse de s'intensifier, nous assistions de plus en plus à l'émergence d'une lutte sur la scène internationale pour l'hégémonie mondiale entre deux camps concurrents : les démocraties et les autocraties.

Les prospectivistes anticipent qu’au cours de la prochaine décennie, une nouvelle guerre froide entre les démocraties, centrées sur le leadership des États-Unis, et les nations autoritaires, dirigées par la Chine et soutenues par la Russie, s... Poursuivre la lecture

Les ganacheries tombant aussi aisément au sujet des algorithmes qu’à Gravelotte, trouver une nourriture de l’esprit équilibrée et éclairante relève de la tâche pascalienne. Aurélie Jean est de celle-ci. Mêlant pédagogie et nuance, elle fait entendre sa voix et ses messages aux quatre coins du globe, seule échelle à la mesure de cette globetrotteuse hyperactive.

À l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage, Les algorithmes font-ils la loi ?, aux éditions de l’Observatoire, Aurélie Jean a répondu aux questions de Corentin Luce.

<... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles