Oscars trop blancs ? Les frères Coen s’en fichent !

Combien de noirs faut-il dans tout film ? Et sont-ils même vraiment sous-représentés ?

Par Robby Soave.

Un article de Reason.

Coen Bros At TIFF08 crédits jacobsoboroff (CC BY-NC-ND 2.0)
Coen Bros At TIFF08 crédits jacobsoboroff (CC BY-NC-ND 2.0)

Ne vous attendez pas à ce que les frères Coen présentent des excuses pour avoir contribué au phénomène #OscarsSoWhite : dans une récente interview, les réalisateurs du film Hail Caesar, avec George Clooney, ont balayé toute inquiétude relative à la distribution presque entièrement blanche de ce film.

Joel Coen a insisté sur le fait que, tandis que la diversité est importante, les Oscars, eux, ne le sont pas. En tout cas, la première responsabilité d’un réalisateur de cinéma est de raconter son récit de la bonne manière, pas de façon politiquement correcte. (Hail Caesar vient de sortir, et n’est en lice pour aucune récompense cette année, mais les frères Coen on été nominés pour avoir écrit le scénario du Pont des Espions, de Spielberg).

Quand le site web The Daily Beast leur a demandé pourquoi il n’y a pas plus de minorités dans Hail Caesar, Joel Coen a répliqué « pourquoi y en aurait-il ? »

« Je ne comprends pas la question. Non, je comprends que vous me posiez la question, je ne comprends pas d’où elle vient.

Non pas pourquoi les gens veulent plus de diversité mais pourquoi ils prendraient un film en particulier et diraient, « Pourquoi n’y a-t-il pas de noirs ou de chinois ou de martiens dans ce film ? Qu’est-ce qui se passe ? » Voilà la question que je ne comprends pas. La personne qui pose la question doit venir dans la salle et me l’expliquer.

En tant que réalisateurs, est-il important ou non d’avoir consciemment le souci de la diversité, leur ai-je demandé.

Pas le moins du monde ! m’a répondu Ethan Coen, « Il est important de raconter votre histoire de la bonne manière, qui pourrait inclure des noirs ou des personnes de toute origine ou de toute ethnicité, ou pourrait ne pas en inclure. » »

Leurs déclarations sont honnêtes, au point d’être presque choquantes, étant donné qu’elles risquent fort de provoquer la colère de la gauche des médias sociaux. Sonny Bunch, du Washington Free Beacon, commente : « C’est une réponse incroyablement franche et, vraiment, incroyablement rafraîchissante… En tout cas, je suis curieux de voir de quelle manière les commentaires vont être reçus. »

Quoi qu’il en soit, alors que la controverse sur les Oscars 2016 pivote autour de l’hypothèse que cette cérémonie n’est pas représentative de la plus large diversité de l’Amérique, Kmele Foster de Freethink Media a récemment mis en évidence les mathématiques douteuses derrière cette théorie. Comme il l’a dit sur Fox and Friends,

« 20% des victoires dans la catégorie « meilleur acteur », par exemple, sont allées à des noirs. Les noirs ne représentent pas 20% de la population, mais 13%. 12,4% des nominations sont allées à des noirs.

Je n’ai pas de doute sur le sentiment dont nous parlons ici. Je n’ai pas de doute sur le fait que les gens se font du souci sur cette question. Ce que je vous suggère c’est que, quand je regarde les faits réels, les données, de l’an 2000 à aujourd’hui, parmi les catégories, la réalité c’est que les noirs, par rapport à leur proportion dans la population, ont été sur-représentés dans un certain sens, pas sous-représentés.

Et c’est important de reconnaitre ça parce que, quelles que soient les personnes en charge des nominations, c’est un résultat « juste ». »

Traduction Contrepoints.

Sur le web

Lire sur Contrepoints notre dossier politiquement correct