L’état d’urgence et l’État en faillite

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Violence des taxis à Porte Maillot à Paris lors de la grève du 26 janvier (Capture d'écran)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’état d’urgence et l’État en faillite

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 27 janvier 2016
- A +

Un mardi de grèves en France, c’est, finalement, un mardi comme tant d’autres, plein d’inactions syndicales visibles. Et c’est aussi l’occasion de débordements violents. En plein état d’urgence, on peut se poser quelques questions.

En effet, à moins que vous ne soyez militant écolo ou que vous planquiez quelques dosettes de stupéfiants dans une cave, auxquels cas vous auriez pu avoir la visite inopinée et musclée de la police en pleine nuit, vous n’avez probablement pas constaté directement de différence entre l’état d’urgence actuel et l’état disons « de pas urgence » ou d’affaissement, selon le point de vue, qui prévalait encore le 12 novembre.

Pourtant, en toute bonne logique, la déclaration solennelle de cet état d’urgence par un chef de l’État à la voix mal assurée et par un Premier ministre tremblotant aurait dû entraîner des conséquences directes palpables pour le citoyen lambda, notamment en terme de sécurisation du territoire français. Oh, certes, on a vu exploser le nombre d’assignations à résidence ou de perquisitions musclées, pas toujours suivies d’effets concrets. Mais au-delà de ces exemples, force est de constater que le pays est toujours aussi peu sécurisé.

Et il n’y a pas besoin d’éplucher beaucoup l’actualité pour le constater : en quelques heures de manifestations, les chauffeurs de taxi ont amplement prouvé par l’exemple que cet état d’urgence est une vraie plaisanterie. En substance, une petite troupe déterminée peut complètement bloquer le trafic routier sur des axes majeurs de la capitale française, et peut même mettre le feu à des pneus, le tout pendant plusieurs heures avant que la police n’intervienne. À ce propos, un djihadiste pourrait tirer de ce constat plusieurs enseignements à commencer par le fait qu’être armé d’un tracteur, d’une caravane ou d’une enseigne lumineuse « Taxi » permet d’aller plus loin et plus longtemps qu’avec une kalachnikov et qu’à condition de brûler des barils de gaz neurotoxiques plutôt que des pneus, l’attentat pourrait alors provoquer beaucoup de dégâts, le tout sans que les forces de l’ordre n’interviennent trop tôt.

police - courage and cowardice

Toujours dans le cadre de cet étrange état d’urgence au laxisme étonnant, on pourrait aussi évoquer les tensions qui s’accumulent à Calais.

Sans même rentrer dans l’épineux débat de savoir s’il faut ouvrir ou fermer les frontières, force est de constater que les demandeurs d’asiles en France ne sont pas gérés. Notez bien : ils ne sont pas « mal gérés », ou « insuffisamment », ils ne sont pas gérés du tout. On pourra arguer qu’ils ont probablement dû remplir moult cerfas colorés, mais ce n’est pas une gestion si ces papiers s’empilent sans bouger. Bref, ils ne sont réellement gérés ni côté sanitaire, ni côté juridique, ni dans l’indispensable volet policier qui devrait normalement être le cas, état d’urgence ou pas (et à plus forte raison en état d’urgence). Sangate fermé, la gestion de la frontière anglaise généreusement déléguée au contribuable français, cela fait maintenant des années que la situation s’enkyste gentiment sans qu’aucune autorité ne semble vouloir y changer quoi que ce soit.

En somme, comme pour les récentes manifestations de taxi, on assiste à une faillite complète, totale, absolue de l’état de droit. Et certains, béats, en sont encore à croire qu’il s’agit d’une question spécifique d’immigration alors que l’État de droit, de base, initial, n’est même pas en place, n’est même pas respecté, migrants présents ou non.

Dans ce cadre, ce dernier agit comme un révélateur de cette faillite profonde. Regardez la situation en face, on n’aura pas plus d’ordre et de calme à Calais qu’on a pu les rétablir après les émeutes dans les banlieues en 2005 ou lorsque Jean du Voyage tentait des trucs funs sur des routes françaises, ou les taxis sur le périphérique parisien. Les agressions, les comportements insupportables, les manifestations qui dégénèrent, tout ceci concerne d’abord et avant tout la police et la justice qui semblent agir systématiquement en retard voire à rebours… Quand ils agissent.

Et puis au fait, regardez mieux le point commun à tous ces événements, depuis les manifestations calaisiennes jusqu’aux taxis enfumeurs en passant par les zadistes explosifs, les femelles dépoitraillées profanant des églises ou tant d’autres incidents scandaleux : dans tous ces cas, on retrouve des militants des extrêmes, des syndicalistes, des associations lucratives sans but payées par le contribuable pour faire avancer un agenda bien spécifique voire terranovesque. Dans tous ces cas, on retrouve ces groupements d’individus braillards avançant, à coup de poings et de cocktails Molotov, les mêmes arguments collectivistes.

Coïncidence ? Vraiment ?

À ce constat s’ajoute l’impunité des fauteurs de trouble qui nourrit largement le sentiment d’abandon général de la population à elle-même et renforce les problèmes en envoyant un message désastreux à tous : on ne s’occupera de vous que si vous tentez de rétablir l’ordre par vous-même. La défense n’est alors légitime que lorsqu’il est trop tard : au moins, une fois volé, violé ou tué ne peut-on plus contester le caractère nécessaire de la défense (alors bien tardive voire inutile). Dans les autres cas, vous aviez tort et on vous le fera durement payer.

De surcroît, la justice ne pourra même pas garantir que les criminels et les délinquants seront mis au frais. S’ils y sont mis, elle ne pourra pas plus garantir qu’ils y restent le temps nécessaire. Et s’ils passent par la case prison, rien n’indique qu’ils n’en ressortiront pas plus forts et plus déterminés, signant ici, en plus de la faillite complète de l’État sécuritaire, celle de la justice et de son but chimérique de réinsertion.

on appelle cela du foutage de gueuleDès lors, l’état d’urgence apparaît pour ce qu’il est : pour le dire diplomatiquement, ce n’est plus qu’une agitation cosmétique de pure communication pour le gouvernement. Et dit pragmatiquement, c’est un gros foutage de gueule : on paye des impôts pour, justement, s’assurer d’un certain ordre, d’une certaine justice et d’une certaine sécurité. La réalité est que les impôts augmentent, le nombre de policiers aussi, mais… on n’a rien en retour.

… Ce qui explique assez bien ce qu’on observe dans le pays : les individus, lassés de payer pour rien, arrêtent de payer, notamment en choisissant de se retirer des contribuables en devenant des bénéficiaires nets des impôts, en restant chez eux plutôt qu’en allant travailler. De fait, le chaos ne risque pas de diminuer.

Lassés de faire confiance à des menteurs et des corrompus qui ne roulent plus que pour eux-mêmes, les individus se détournent de la politique.

Et enfin, lassés de se voir non défendus, ils se rassembleront pour retrouver l’ordre qu’ils désirent. Et là, cela pourrait piquer un peu.

Oh bien sûr, cette prise de conscience prendra du temps ; tant que les problèmes des uns ou des autres restent cantonnés au petit écran télévisuel, les mouvements d’agacement resteront marginaux. Mais chaque mois qui passe montre que les problèmes s’étendent, la violence des uns et des autres augmente, les possibilités de résolutions calmes et pacifiques des conflits disparaissent. La France est, lentement mais sûrement, devenue une poudrière.

Aucune goutte d’eau n’est, seule, responsable de la rupture d’un barrage. Mais tant que les gouttes tombent, la rupture est inévitable.

this will not end well - car wc
—-
Sur le web

Voir les commentaires (50)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (50)
  • Un grand BRAVO pour cet article. Pour aller dans son sens, un article sur le figaro de ce matin. Maintenant, on chasse le chrétien dans le camp de la grande Synthe, près de Dunkerque. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/01/26/01016-20160126ARTFIG00377-une-quarantaine-de-coups-de-feu-tires-dans-la-jungle-de-grande-synthe.php

    Bientôt partout en France ? Heureusement que l’état d’urgence est là pour nous protéger !

  • Encore un magnifique exemple de bêtise politique, de ses œillères et de notre mort annoncée si rien n’est fait. Cependant, ce n’est pas avec les guignols au pouvoir que cela risque de changer.

    Je vous invite à lire Gabrielle Cluzet (http://www.bvoltaire.fr/gabriellecluzel/caroline-de-haas-osez-conformisme,234566?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=6168a5d281-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-6168a5d281-30096341&mc_cid=6168a5d281&mc_eid=3993861bdd)
    « Après les yeux baissés de Najat Vallaud-Belkacem, sur le plateau de Canal+, face à ce « musulman normal » qui refuse de serrer la main des femmes, voici l’ubuesque dénonciation de François Fillon par Caroline De Haas, fondatrice du mouvement Osez le féminisme !, ancienne conseillère du ministre des Droits des femmes.

    « Faut-il rappeler aux sauvages qu’en Europe, les femmes ne sont pas des objets qu’on violente et qu’on couvre de noir », avait tweeté François Fillon.

    « Je viens de signaler le tweet de François Fillon pour incitation à la haine raciale », a aussitôt retweeté Caroline De Haas, d’un ton pointu de maîtresse d’école. Il fallait oser. Ah oui, pour oser, elle ose. Mais pas le féminisme, c’est là tout le problème… »

    • Article excellent et édifiant !
      Il faut imiter les méthodes new yorkaises mises en place par Giuliani : autrefois ville très dangereuse la ville est aujourd’hui une des villes les plus sûres du pays, et la plus sûre des villes de plus d’1 million d’habitants. La ville a désormais une criminalité inférieure à celle de Paris.
      La tolérance zéro combinée à l’innovation ça marche.

  • Vous avez parfaitement résumé que l’état d’urgence ne saurait remplacer l’Etat de droit

    • mais si, comme le dit notre gouvernement : ça passe par la loi, donc on reste dans le cadre de l’État de droit voyons ! Et si ça ne respecte pas la Constitution ou son préambule, tant pis, on demandera au Conseil Constitutionnel de jeter un voile pudique sur cette violation.

  • Vous inquiétez pas au prochain attentat on remettre la conscription , on dira pas ma faute ou on le savait mais faute de moyen on peut pas être partout, on créera un impôt terroriste , ou une petite taxe on lancera des colombes et le tour sera joué 2 mois après les paysans bruleront une préfecture, et le prix du pétrole descendra suite à l’arrivé de l’Iran. madame Irma aurait pas fait mieux …. et on détournera la population des vrais problèmes.
    Bref on tourne autour du pot pourrie, on va finir par le faire tomber et être contaminer.
    L’exaspération de la population va finir en violence sans contrôle.
    On a toujours dit que ça finira mal, facile peut être mais les constats sont la, les antidépresseurs ne suffisent plus les antiinflammatoire non plus, on risque de sortir l’artillerie lourde.
    Triste France

    • Faut pas sombrer dans la dépression non plus…

    • C’est clair! Vous avez raison!

      La France est devenue le pays d’Europe où plus rien ne tourne normalement, logiquement, ni en fait de façon compréhensible, bêtement!

      Sans rien, mais absolument rien de pragmatique: il ne reste plus que le « bavardage pinaillage » du choc des idéologies abstraites, sans aucune « concrétisation efficace » prouvée par les faits!

      Vous aurez voté pour 5 ans de taxations supplémentaires qui n’auront servi à rien! C’est lamentable à se bouffer les …, non?

      1 seul exemple: la simple existence de l’état de la survie difficile dans la boue de la « jungle de Calais » au « Pays prétendu des droits de l’homme », on délire?

      Mais c’est le « VERBE » qui gouverne, les faits et la réalité concrète, c’est complètement accessoire!

    • (À propos de « Calais », un reportage sur RTL-TVI, en Français, par des non-Français, vendredi 29/1, à 19H45, histoire de voir ce qu’ailleurs, on voit de vous! Seulement pour ceux que ça intéresse – sans doute minoritaires! Les autres pensant que les Français sont tellement supérieurs que les autres ne peuvent même les comprendre!)

      • Le terminal Eurotunel, depuis cet été, a tout du camp retranché, la nuit tombée. CRS, armes lourdes a gogo, chiens, et grilles blindées amovibles de 8 mètres de haut. En dehors du terminal, des migrants partout, une tension palpable. Et la désagréable impression de fuir un pays en déliquescence. Le plus comique? La France a reçu une rallonge financière de la Perfide pour en arriver la, après une campagne assez désagréable des charmants politiciens du cru.

  • Tout simplement excellent et plein d’humour (rageur) comme d’hab, merci H16

  • Oh, comme vous avez raison.
    100% d’accord; plutôt 1000% avec vous..
    Et toujours avec la manière, la façon de l’exprimer.
    Malheureusement vous avez raison sur toute la ligne

  • J’ai lu quelque part une solution qui me semble assez « lumineuse »:
    On fait plusieurs bataillons , 1 pour la Syrie (aider Bachar a refaire le pays)
    1 pour l’Afghanistan combattre les talibans
    1 pour la Somalie + Soudan
    Chaque bataillon ayant de officiers français + les « recrues » on les prends dans les migrants.
    S’ils ne souhaitent pas –> prison + expulsion dans « leur » pays.
    Au bout de quelques semaines , il n’y aura plus un seul migrant.. on parie ?

    • ‘1 pour la Syrie (aider Bachar a refaire le pays)’

      Ben oui, forcer les migrants qui fuient les horreurs de Bachar à défendre leur bourreau ça va forcément bien se passer.

      • Non, plutôt stabiliser le pays après l’agression du Qatar , Arabie (dite) Saudite appuyés par les les USA et la France !

        • Non. Bachar a fait ça tout seul comme un grand en réprimant sa population qui au départ manifestait pacifiquement, ce même Bachar qui a libéré des milliers de djihadistes des prisons syriennes.

          ça arrive souvent chez les dictateurs : la capacité à s’auto-détruire 😉

          • Bachar reçu en grande pompe par la France, il n’y a pas si longtemps, comme M.Kadhafi bombardé ensuite! La France, l’allié non fiable, d’une hypocrisie verbale redoutable!

    • Libéral, vous? Vraiment?
      Forcer un individu a faire la guerre contre son gré au nom d’une prétendue responsabilité collective dérivée d’une croyance dans la nation, donc, au nom de votre opinion et de votre croyance?
      Votre solution finale pardon lumineuse est une infamie, Monsieur. Du moins exposé tel quel. Merci de nous dire ou vous avez lu cette solution. Donald, sortez de ce corps.

      • C’est l’un des supporters du FN qui n’a probablement pas compris que les libéraux sont à l’opposé des idéaux frontistes.

        • Il y a bien des néoconservateurs se prenant pour des libéraux qui continuent à brailler que le vilain diable c’est El Assad et que Al Noshra (et Isis) fait du bon boulot !!

        • Pas particulièrement envie d’atteindre le point GW de si bon matin!
          Je suis sincèrement curieux de connaitre l’origine de la solution si facile a gober, pardon, lumineuse.

        • Je ne suis pas du tout le support du FN , mais dites-le moi VOS solutions !! (sans augmentations des impôts).
          Solution libérale surtout !!

          • Croyez-le ou non mais dans certains cas les solutions simples n’existent pas, la Syrie fait partie de ces conflits. ça prendra des années de négociations suivies de succès et revers.
            Bachar n’est pas la solution, en tant qu’Alaouite il représente 10% de la population et 20% du territoire, le reste n’en veut plus. Les Alaouites, Les Sunnites et Kurdes auront chacun un Etat, la Syrie n’existe plus.

          • Les pays détruits ou en voie de destructions ne sont pas le sujet de l’article.
            Ceci dit, une France prospère, apaisée, avec un état régalien fort, qui s’occuperait de faire grossir le gateau (cad, le laisser grossir) avant de créer des usines gaz afin d’en distribuer des miettes toujours plus petites, aurait beaucoup moins de mal financièrement a accepter un afflux de réfugiés. Humainement, c’est la même histoire. Une majorité vie aux crochets d’une minorité dans ce pays. Quoi de plus naturel pour cette majorité que de défendre sa place au mangeoire, et pour la minorité, d’être excédé par ce qui inévitablement (vous avez raison sur ce point) reviendra a leur voler encore d’avantage? Surtout si, comme dans notre cas, la minorité est brimée par un système judiciaire défaillant pour les criminels, migrants ou pas, et d’une brutalité inouïe pour ceux qui ont encore quelque chose a perdre et qui respectent la loi?
            Parler de migrants en commentaire d’un article sur la défaillance de l’état français est assez donquichottesque, non? C’est du moins un déversoir bien commode en temps de crise. Au pire, cela peut être UNE des gouttes mentionnées par H16. Et sans faire d’ironie facile, fuir une guerre civile, avec femmes, enfants, traverser une mer sur des radeaux, suppose un instinct de survie assez fort et une prétention, une ambition a une vie meilleure. La France est un pays fabuleux, le plus beau du monde a mon avis, a un énorme potentiel, mais a ce jour, l’avenir y est noir. Bref, ca se bouscule pas au portillon pour partager nos miettes et notre crise a nous.
            Je reste curieux sur l’origine de votre lecture et aimerait voir l’argumentaire qui ne tient sans doute pas sur un post.

            • La France est un pays fabuleux, le plus beau du monde a mon avis

              Oui, mais si mal habité que j’aimerai que certains habitants soient remplacés par d’autres…

          • On fait rien, on laisse ces cons se débrouiller entre eux.

      • Non par contre l’armée est une mission régalienne de l’État… Après à voir si l’intervention en Syrie est une bonne chose ou pas, mais l’idée de faire participer des gens qui vivent sur le territoire français à l’armée française n’est pas du tout folle.

      • Vous pensez que ce commentaire (qui sera évidemment jugé totalement illégal pour un tas de raisons) méritait qu’on y réagisse?

        On y voit cette bête habitude de culpabiliser « les autres » pour « re-blanchir » les Français (réputés « parfaits ») évidemment non coupables de bombarder la Syrie, main dans la main avec V.Poutine, copain proche de B.el Assad! « Bon sang, mais c’est bien sûr! ». C’est simplement ridicule! Sans plus!

        • Pourquoi illégal? Ce commentaire a le droit d’exister, non? Le forum de Contrepoints n’est pas celui de Libé.
          Je n’en aime pas la fausse simplicité, et fais remarquer qu’elle cautionne une forme d’esclavagisme. Avant de juger ou culpabiliser, je voudrais lire l’argumentaire complet.

  • « La France est, lentement mais sûrement, devenue une poudrière »
    Il y règne une atmosphère de guerre civile. Dans la série d’article « Ma vie d’Expat », le sujet est souvent effleuré, au profit évidemment d’informations et d’expériences dans le pays d’accueil. Ce serait intéressant de demander aux contributeurs leurs ressentis, surtout lorsqu’ils ont la chance d’habiter un pays ou l’état de droit est respecté.
    Peu de Français, pourtant élevés au biberon du lait étatique, ne soupçonnent l’absence de moyens, de volonté et d’indépendance de notre justice et de notre police. Alors que sommes premiers en dépenses publiques tout confondu, nous sommes avant derniers en dépenses sur la justice. Inutile de parler des moyens carcéraux, risibles et inhumains a la fois. Misère.

    • la France est surtout devenue un pays PAS gouverné.
      A part , comme le dit si bien h16 d’avoir un gouvernement mou avec les forts et fort avec la population sans défense. (et qui s’exprime tous les 5 ans ayant comme seul choix le moindre nuisible possible)

    • Oui, c’est bien vrai: les Français de France, très indifférents envers les étrangers, sauf pour ceux qui tentent de venir habiter en France (voir:

      https://www.youtube.com/watch?v=ppzQ-dsdquI

      ça date de1972!!! Des progrès depuis?)

      Ce pays est devenu bêtement risible! Non pas comme un boeuf mais comme « la grenouille », évidemment!

      Je ne parle évidemment pas du « pays géographique », béni des dieux, avec ses merveilles naturelles ou ses vestiges historiques, bien sûr, mais de sa population. qui, en dehors de la politique, a aussi ses charme, comme ailleurs!

  • Copier Singapour serait un bon début…

  • Le chômage monte encore (qui aurait pu en douter). Je devrais faire grossir les rangs dans quelques mois…

    Au passage, je viens de faire un tour sur le site de « Debout la France ». Le programme économique est pas totalement à l’ouest, plutôt libéral sur certains points, quand même étatiste. Mais pas trop mal, acceptable.

    Eu égard à l’état totalement liquide du PLD, ça me parait être une alternative crédible, une base.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Au moins, les choses sont claires. Après la mort tragique, abominable, de la jeune iranienne Mahsa Amini, 22 ans, arrêtée et brutalisée par des agents de la police des mœurs de Téhéran parce que son voile islamique laissait entrevoir une mèche de cheveux, personne ne pourra plus prétendre sérieusement que le voile doit être systématiquement considéré un « simple bout de tissu ». Pour les mollahs de la République islamique d’Iran, c’est à l’évidence un précieux instrument politique d’oppression et de persécution des femmes et le fondement de l... Poursuivre la lecture

La globalisation du droit a eu un fort impact en matière de droits fondamentaux.

Comme le rappellent Allard et Garapon :

« La mondialisation du droit s’est étendue à la vaste galaxie des droits fondamentaux, combinant ainsi vertu opératoire et ambition humaniste, voire universaliste. »

Outre l’extension du droit à tout ce qui est mobile, c’est bien l’extension de la globalisation judiciaire aux droits fondamentaux qui constituent son aspect le plus original. Ainsi, « ce n’est d’ailleurs pas tant le vocabulaire des droits ... Poursuivre la lecture

Dans le domaine du viol, on entend souvent dire que les fausses accusations déposées à la police seraient rares ou très rares ; il y aurait un consensus scientifique autour du chiffre de 6 % des plaintes (ou de 2 % à 10 %). C'est une question d’une actualité brûlante. En effet, nous vivons une époque où, après #Metoo, les femmes sont incitées à porter plainte tous azimuts, ce qui représenterait une salutaire « libération de la parole » des victimes.

Libération de la parole ?

Étrange euphémisme qui semble plutôt dénoter le dévelo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles