Hollande découvre que l’économie n’est pas l’astrologie

Non, la croissance ne reviendra pas naturellement !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
magicien magie credits eva peris (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hollande découvre que l’économie n’est pas l’astrologie

Publié le 27 janvier 2016
- A +

Par le Parisien libéral.

magicien magie credits eva peris (licence creative commons)
magicien magie credits eva peris (licence creative commons)

Ah, le fameux alignement des planètes !

Pas celui qu’on peut observer en ce moment dans le ciel (alignement de Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne, visible jusqu’au 20 février), non, celui qu’attendaient les charlatans experts de l’Élysée, rappelez-vous !

Déjà, à la base, Hollande, bien qu’il critiquait la gestion de l’économie sous Sarkozy, n’avait pas jugé bon réfléchir à la gestion de la crise économique avant le 31 août 2012.

Même malgré cela, Hollande, adepte de la théorie des cycles, pensait que la croissance allait revenir automatiquement, et sauver son quinquennat, en lui permettant de ne pas faire les réformes indispensable.

Mieux, Hollande avait identifié la baisse des prix du pétrole, de l’euro et des taux d’intérêts comme facteurs de reprise en 2015 en France.

C’est vrai que c’est bien si le pétrole qu’on importe et que l’argent qu’on emprunte sont peu chers. Et c’est bien aussi pour les entreprises françaises qui exportent hors zone euro, type Airbus ou Louis Vuitton, si l’euro est bas face aux autres devises.

économie astrologie rené le honzecMais le problème est que l’Élysée ne semble pas informé du fait que la France n’est pas seule sur Terre. Le pétrole, ce sont nos importations, mais aussi les exportations d’autres pays.
Un pétrole bas ne peut-il pas signifier une Arabie Saoudite, un État Islamique en Irak et au Levant (Daech) ou une Russie encore plus agressives, tout comme l’État français, dont le socialisme arrive en bout de course, va se montrer toujours plus agressif envers ses serfs citoyens et contribuables ?

La baisse des taux ne met-elle pas sous pression les fonds de pension à la recherche de rendement pour les retraites ?

L’environnement actuel, dominé par les révisions en baisse des chiffres de croissance en Chine, les faillites de banques, les difficultés de quelques hedge funds, les dettes du gaz de schiste américain, sans parler de la macro dégradée en France (chômage et déficits), devrait nous alerter tous.

Dans ce contexte de risques à tous les étages, faut-il se réjouir du fait de vendre des armes à l’Inde (puissance nucléaire de 1,2 milliard d’habitants), après avoir vendu des armes au Pakistan (puissance nucléaire de 182 millions d’habitants) ?


Sur le web

Lire sur Contrepoints notre dossier spécial économie

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Hollande est tout sauf un imbécile, s’il « attend la vague » comme un vulgaire Brice de Nice c’est parce qu’il est convaincu de ne rien pouvoir faire, il faudrait faire ramer ses troupes et ça, c’est pas possible, parce que se ne sont justement pas ses troupes, comme les « frondeurs » le manifestent.

    Et comme jusqu’à présent c’est gros cocu qui a un toujours eu du bol, pourquoi ne croirait-il pas à la chance qui seule peut le sauver comme elle l’a toujours fait ?

    • oui! Mais quoi après l’horizon ?
      Le capitaine du pédalo a par hasard (chance) évité des écueils (en noyant une partie de l’équipage).
      allons-nous vers un morne lac ou un précipice?
      A vos parachutes, bouées, gilets de sauvetage, alcools forts…

      • Ben Fr.Hollande a choisi de laisser les autres créer de la croissance, y compris en Europe, la France en bénéficiant sans aucun effort ni aucune réforme à fournir, puis d’en bénéficier!

        La politique « faignasse »!

        Difficile d’espérer un miracle!

        Donc non, la France ne pourra pas profiter de la (timide) reprise de croissance de ceux qui ont bossé, y compris pour réformer!

        Et en plus, ses gouvernements n’ont toujours pas assez de leurs invraisemblavles 57% de PIB pour limiter leur déficit à 3%, malgré tous les stratagèmes aussi « secrets » que transparents des transferts de compétences sans transfert de moyens.

        Tout ça est d’une bêtise à faire peur!

        • « a choisi de laisser les autres créer de la croissance »

          En fait, Hollande croit ou agit comme s’il croyait que parce que les autres (ou bien la conjoncture) rebouchaient les trous, il pouvait se permettre de creuser de plus belle. (Au lieu de boucher les trous avec les autres).

          Même en croyant aux cycles et en sous-estimant les ravages du collectivisme et de l’étatisme, cette insouciance me sidère et je dois dire que j’ai été totalement surpris par la bêtise du bonhomme.

          Et il n’est pas le seul au PS : au moins les 3 quarts sont aussi nuls que Hollande ou MLP. De fait, cela était donc fatal avec l’arrivé du PS au pouvoir. Et quand on pense que les électeurs ont rejeté Sarkozy plus sur sa personnalité que sur ses actes ou ses résultats … Pauvre France !

    • cela montre qu’il se moque de l’intérêt général et qu’il n’est pas taillé pour cette fonction mais beaucoup ( fonctionnaires, medias, musulmans) ont voté pour lui en pensant qu’il leur feraient des cadeaux, ceL qu’il a fait. C’est les limites d’une démocratie à 50 % . il suffit de prendre aux 49 % , qui seront mécontents pour donner aux 51 % qui diront merci. A court terme ( le temps d’un mandat ) cela marche, mais les 49 % ne sont pas idiots et ils s’en vont, ou travaillent moins, ou ne jouent plus aussi bien le jeu etc…. et l’économie décline jusqu’à l’effondrement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Gay et Jean-Jacques Nieuviaert.

 

La crise énergétique européenne de ce début 2022 est d’une gravité qui n’avait plus été connue depuis les chocs pétroliers des années 1970.

Mais contrairement à ce que la Commission Européenne tente de nous faire croire, les causes de cette crise ne sont pas principalement externes à l’Europe, et le conflit russo-ukrainien est loin d’en être la cause déterminante.

Depuis plus de 10 ans la Commission européenne n’a aucune stratégie ni aucune vision pour assurer à la ... Poursuivre la lecture

Par Peter Jacobsen.

Après l'acceptation de l'offre d'achat de Twitter par Elon Musk, le département de la Sécurité intérieure des États-Unis a dévoilé des plans pour adopter un conseil de gouvernance de la « désinformation ». L'achat par Musk n'est pas définitif, et ledit conseil de gouvernance est maintenant en pause, mais la réaction à ces événements a été révélatrice.

On pourrait s'attendre à ce que les professionnels du marché des idées s'inquiètent de voir une autorité étatique contrôler la parole. Curieusement, de nombreux... Poursuivre la lecture

Biden Poutine
0
Sauvegarder cet article

La Russie est aujourd’hui à la peine, comme l’ancienne URSS.

Le 28 mai 1957, Nikita Khrouchtchev, premier secrétaire du Parti communiste soviétique, déclarait à la télévision américaine :

« Ce qui me plait d’ores et déjà, c'est que nous avons à présent la possibilité de nous comparer avec vous et pourtant les États-Unis sont un pays très riche. »

Les dirigeants russes avaient une hantise : rattraper économiquement les États-Unis. Cela ne s’est jamais produit.

En 1991, à la chute de l’URSS, le PIB russe par habitant... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles