Grève des fonctionnaires : pourtant leurs avantages sont nombreux !

Les fonctionnaires sont nombreux en grève aujourd’hui. Justifié ou choquant, alors que leurs avantages par rapport au privé sont nombreux ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Grève des fonctionnaires : pourtant leurs avantages sont nombreux !

Publié le 26 janvier 2016
- A +

Un article de Contribuables Associés.

À la veille de la grève générale de certains syndicats de fonctionnaires, Contribuables Associés fait le point et rappelle les avantages dont bénéficient les agents publics. Voici les dix principales différences entre les salariés de la fonction publique et ceux du privé (détails après l’infographie, lien infographie si elle ne s’affiche pas) :

Public privé les dix différences (Crédits Contribuables Associés, tous droits réservés)

  • Emploi à vie : pour 80 % des six millions d’agents publics
  • Rémunération moyenne : le salaire moyen dans l’administration est de 2153 euros net par mois dans le public (2434 euros dans la fonction publique de l’État) contre 2130 euros net dans le privé.
  • Jours de congés : les fonctionnaires sont crédités de 45 jours de congés par an alors que la moyenne est de 36 jours dans le privé.
  • Jours de carence : en cas de maladie, les fonctionnaires sont indemnisés dès le premier jour, tandis que les salariés du privé sont soumis à trois jours de carence.
  • Absentéisme : un agent du secteur public prend en moyenne 27,7 jours de congés maladie (hors maternité/paternité), tandis qu’un salarié du privé en prend 15,5 jours.
  • Retraite : en 2014, l’âge moyen des départs en retraite était de 60 ans et 10 mois en moyenne dans la fonction publique, de 62 ans et 4 mois en moyenne dans le secteur privé. Les fonctionnaires cotisent moins longtemps, avec un système de calcul plus avantageux.
  • Pension de réversion : veufs et veuves du public peuvent obtenir la pension de réversion du régime de base sans condition d’âge ou de ressources, tandis que dans le privé, veufs et veuves n’ont droit à rien en dessous de 55 ans quand ils disposent de revenus annuels supérieurs à 20 000 euros par an.
  • Prestations familiales : en 2014, le gouvernement a taillé dans les allocations familiales, tandis que les fonctionnaires, quel que soit leur salaire, perçoivent en parallèle un supplément familial de traitement (SFT) qui n’est pas modulé selon le revenu.
  • Logement social : afin de loger les fonctionnaires de l’État (agents civils et militaires), le préfet peut réserver 5 % des logements dont la construction ou la réhabilitation ont été subventionnées par les contribuables.

Eudes Baufreton, délégué général de Contribuables Associés, s’appuie sur ces différences pour dire : « Il y a trop de fonctionnaires, plus d’un actif sur cinq, et ce nombre pèse sur l’économie nationale et l’impôt de tous les Français ! N’oublions pas qu’un fonctionnaire coûte en moyenne 48 000 euros par an, soit tout l’impôt sur le revenu de 20 familles assujetties ! »

Voir les commentaires (90)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (90)
  • La comparaison du revenu moyen n’a aucun sens.
    Plus interessant serait de noter les augmentations continues … Et oui, les fonctionnaires changent d’indice tous les 3 ans… C’est automatique et nous coute une augmentation de la masse salariale d e3,5% par an…

    • Mythe ou réalité, les salaires qui augmentent subitement juste avant la retraite?

      • Ce ne sont pas les traitements (on ne doit pas parler de salaire pour les fonctionnaires) qui augmentent avant la retraite mais la montée des échelons et des grades qui s’accompagnant d’une hausse du traitement car n’oublions pas que le montant de la pension d’un fonctionnaire équivaut à 75% du traitement brut de ses 6 derniers mois.

        Et non ce n’est pas une légende urbaine puisqu’il fut un temps pas si éloigné ou se pratiquait le reclassement avec effet rétroactif chose à laquelle le conseil d’état a mis le holà en obligeant les fonctionnaires à avoir 6 derniers mois de travail effectifs au même échelon sauf évidemment si les fonctionnaires sont reclassés à un échelon supérieur par la loi (faut quand même pas déconner).

    • Petite réponse d’un jeune fonctionnaire d’état (10ans):
      Emploi à vie : Oui un emploi a vie mais je boss a Paris et demain ce sera Neuilly ou Lille et ca que je puisse contester et oui c’est les lois mobilité mes enfant me remercie de changer d’école…
      Rémunération moyenne : Perso mon salaire est de 1450 € (prime 150€, qui est en fait un 13eme mois lissé sur les 12 mois de l’année soit 1800€) Si on enlève les gros salaires (ceux que sont des le haut bureau, près des ministres) j’ai le salaire moyen soit 1600 €
      Jours de congés : 41 jours, mais c’est parce que mes heures sup ne sont pas payées et c’est suite au passage au 35h, sinon c’est 7 jours de moins.
      Perso je fais 40 heures semaines facilement (pour info au delà de 12heures sup c’est perdu).
      Retraite : 75% des 6 derniers mois, oui mais salaires sans les primes… et je paierais donc des impôts a vie
      Logement social : je l’ai demandé, il m’a été répondu on vous appellera et depuis pas de son pas d’image…. et je ne suis pas le seul.
      Prestation sociale : je n’ai droit a rien je n’ai pas la prime pour l’emploi car je gagne a 100€ de trop par ans alors les prestations familiales de 2,25€ pour 1 enfant, ou 75€ pour 2 enfants ou 181€ pour 3 enfants ‘est bien venu
      Enfin je précise et termine :
      -Un contrôle fiscal tous les ans, je dois donc justifier tous mes revenus.
      -Mes impôts je les paie et en plus mon patron vérifie que c’est payé, je n’ai pas le droit à un délai (c’est pas normal soit disant)
      -Pas de CE, de participation
      -Pour les congés, je dois proposer et après on me confirme ou pas
      -Demain mon poste est supprimé alors j’irais bosser entre 15 minutes et 2h de chez moi
      Je fais maintenant le boulot de 4 personnes, et oui on supprime des agents mais on complique l’administration.

  • Sans compter les multiples primes « non cotisées » qui constituent une grande partie de la rémunération….
    Le point d’indice étant une farce destiné aux naïf qui croient que le salaire est le revenu du fonctionnaire.

  • Ils représentent plus de 20% de la population et ont une énorme influence politique, je crains qu’il risque d’être très dur de s’y attaquer voir impossible, on les a laissé atteindre une telle masse. Quand Cameron a bousculé les choses au RU il n’avait pas une telle influence en face…ça va être dur, leur nombre a bien grimpé sous Hollande.

    • +1
      Tout le problème est là. Quand les dépenses publiques dépassent les 50% du PIB, l’état devient difficile à réformer: trop de personnes dépendent du système et ne veulent pas qu’on touche à leur part du gâteau.

  • C’est vrai que c’est dégueulasse.
    Le privé devrait bénéficier d’au moins les mêmes avantages…

  • Vous oubliez le principal : les employés fonctionnaires sont mieux payés que dans le privé, mais leur grille des salaires est tellement écrasée que les cadres le sont deux fois moins.

    • Des « cadres » qui, dans le privé, seraient de simples employés. Pourquoi la proportion de cadres est-elle beaucoup plus élevée dans le public ?

  • Il y a un autre avantage : ils vivent plus vieux ( bien que partant en retraite plus tôt). le nombre d’heures réellement travaillées est aussi bien inférieur.
    Par contre, il y a des inconvénients majeurs : ils sont mal managés, leur direction les démotive,il n’est pas facile d’évoluer comme on le souhaite , ils sont déresponsabilisés ….

  • Bien-sur bouh les méchants qui travail dans le public, 10 ans de fonction public en CDD dans plusieurs établissement salaire max 1600 €. C’est la fonction public hospitalière et territoriale, donc très loin de vos chiffre et du boulot à vie pfff.

    • @gorgious : ce n’est pas parce que vous faites parti des 20 % de fonctionnaires sacrifiés, que les chiffres ne sont pas corrects….

      • c’est plus gros 20% de l’histoire petit liste des fonctionnaire sous payer pour leur travail :
        -aide soignant
        -infirmier
        -professeur d’école
        -professeur collège lycée
        -gendarmes
        bref je doit en oublié ou pas connaitre leur salaire.

        • petit liste des fonctionnaire sous payer pour leur travail : ils n’ont qu’à changer d’employeur!

          • Je suis désolée, ce n’est pas une solution de changer d’employeur. J’aime mon travail, je ne me plains pas de mon salaire et de mes conditions. Juste que je n’aime pas voir ce genre d’article qui fait passer les fonctionnaires pour des supers privilégiés.

        • Heu, en fait dans cette liste beaucoup sont réellement surpayés.
          Seulement en l’absence de marché libre, personne ne le sait. Combien je payerai, en situation concurrentielle pour qu’un pingouin fasse de mauvais cours à mes enfants pendant 18h par semaine ? Aucune idée.
          D’ailleurs, prof de collège-lycée c’est objectivement surpayé : en fin de carrière ils gagnent plus qu’un prof d’université alors que bon niveau difficulté du travail et sélectivité de l’emploi il n’y a pas photo (même s’il y a un bon nombre de branquignols de première dans nos merveilleuses universités en ruines).

          Cependant, comme dit Kel, quand on est pas content de son salaire on part bosser ailleurs. Et là c’est là que le bat blesse pour vos gentils fonctionnaires… il faudrait déjà qu’ils bossent, et que ce boulot satisfasse un client. Pas gagné d’avance.

  • Ces mêmes fonctionnaires qui parlent de justice sociale…

    LOL…

  • deja les avancements c’est pas tous les 3 ans !!! ensuite la retraite c’est comme les autres : cotisation de 42 ans et 6 mois donc quand tu as un bac plus 5 la retraite est plus pres des 67 ans que des 60,5. ensuite il faut regarder les salaires a formation équivalente et la je pense que vous seriez surpris. pour un prof qui a un bac +5 c’est 1376 euros en debut de carriere et generalement en region parisienne. ensuite on a la mobilité geographique. et le dernier point : si la fonction public est si avantageuse vous n’avez qu’a passer les concours qui je vous le rappel sont ouvert a tout le monde. Dernier chose : il y’a trente ans les gens quand il voyaient les avantages des autres employées ils se battaient pour obtenir la meme chose et pas pour dire, moi j’ai pas ses avantages et donc je ne veux pas que les autres les aient. Ce qui est bien dans tout ca c’est que quand vous paierez (si vous le pouvez) 500 000 euros pour vous faire soignez d’un cancer ou que vous lacherez 30000 euros par ans pour envoyer vos gamin a la fac pas la peine de venir pleurer. continuez de jouer le jeu des gouvernements successifs qui opposent public et privé en disant que ses le fonctionnaires qui sont responsables de la dette ou du déficit alors qu’un deputé pour un mandat de 5 ans se voit gratifier d’une retraite a 60 ans de 1480 euros.

    • Bonjour peiss

      Un grand classique, c’est pas moi, c’est les autres, ici les députés.

      Je vais vous dire la vérité, tous les français sont responsables, ils ont votés pour des politiques en déficit depuis 40 ans.

      C’est pas à moi de faire un effort, c’est aux autres.
      Les fonctionnaires sont des grands spécialistes de la pleurnicherie.

      Pathétique!

    • En quoi un statut de fonctionnaire est-il nécessaire pour enseigner au sein de l’éducation nationale ou dans le privé sous contrat vous avez 4 heures?

      Le salaire horaire des enseignants même débutant est quand même de 30€ de l’heure et par pitié ne venez pas me faire rire avec le temps de préparation des cours vu que l’on ne dispense plus de cours car ils ont disparu des manuels scolaires aux profits des activités et que de toute façon c’est l’apprenant qui doit construire son propre savoir donc ce n’est pas utile que le prof arrive avec le sien et pour la correction des copies si vous consacrez plus d’une heure par semaine de votre temps hors enseignement c’est que vous êtes mal organisé car les copies d’une classe ça se corrige pendant que vous faites passez une évaluation à une autre classe.

      • que fait tu comme travail, pas prof de maths apparemment, jeune prof salaire 1300€ donc tres loin des 30 € l’heure. mdr commentaire complètement déclassé.

        • Bien essayé mais je connais un peu la maison pour l’avoir pratiquée du bon côté du bureau celui ou en fait encore moins que les élèves. C’est un poste j’en conviens assez pénible mentalement tellement on a un sentiment de déchéance et de ne servir strictement à rien dans cette machine à broyer les élèves donc soit on l’accepte soit on s’en va.

          Prof stagiaire 3 premiers mois 1325 les 9 suivants 1428.
          Prof titulaire débutant le traitement est de 1640€ net par mois.
          Donc avec 36 semaines de cours (évidemment si votre établissement est centre d’examen pour le bac c’est plutôt 33 ou 32) à 16 heures de cours par semaine pour un titulaire on est a plus de 34€ de l’heure (1640*12/36/16=34.1).

      • Classe = 30 élèves ;
        temps de correction par copie, pour un devoir ayant duré 1 heure : 5 à 10 minutes. Total = 150 à 300 minutes. exception : vocabulaire, conjugaison … tout devoir demandant un minimum d’intelligence se situe plus dans la fourchette ci-dessus. ajouter le temps de préparation du barème (qui peut être inclu dans le temps de préparation du devoir). durée d’une heure : 60 minutes. donc non on ne peut pas corriger un devoir dans le temps d’évaluation d’une autre classe. de plus tous les devoirs ne sont pas réalisés en cours (devoirs à la maison, préparation / enregistrement oral etc…

        16h de cours pour un titulaire ? c’est 18h pour un certifié, 15h pour un agrégé, avec certes des décharges dans certains cas. et si vous faîtes parti des rares qui ne préparaient pas leurs cours, je ne vous félicite pas et je suis heureux que vous ne pratiquiez plus ce métier.

        • Vous avez raison 18 heures c’est le nombre d’heure d’un certifié mais encore faudrait-il que les créneaux fassent une heure comme ils font 55 min ça fait donc 90 min qui saute et il ne reste plus que 16H30 de présence devant les élèves, et sur ces 16h30 il y a autre chose que de l’enseignement étude dirigée, projet professionnel, vide de classe (sic) donc quand j’ai compté 16h c’était en étant généreux.

          En Math Physique-Chimie pour corriger une copie c’est 1min à 1min 30 pas plus, donc en 55 min vous avez le temps de corriger 30 copies et de saisir les notes quand l’application veut bien fonctionner correctement.
          Les devoirs maisons ça s’appelle des exercices vous en donnez un par semaine vous notez sur 5 points et toutes les 4 semaines une note sur 20 et ils sont eux aussi corrigé pendant les évaluations.

          Si vous me trouver un prof certifié de math ou de physique-chimie qui prépare ses cours présentez le moi car je n’en ai pas connu.

          Je vous rassure j’enseigne toujours mais plus dans cette maison de fou qu’est l’EdNat.

          • Je vous rassure, même dans le supérieur où il faut littéralement « faire » son cours avant de l’enseigner, le baratin sur les heures de préparation est bidon.
            Pour « fabriquer » un cours de 30h (qui servira ensuite plusieurs fois dans l’année et, avec quelques modifications, sur plusieurs années) il faut grosso modo 30 ou 40h, si vous utilisez un support Powerpoint que vous devez « fabriquer » (parce que l’éditeur d’équation est une grosse daube). Si vous utilisez LaTeX et Beamer, ça va nettement plus vite, et si vous utilisez la bonne vieille méthode tableau noir + craies (ou plutôt blanc + feutres) votre cours est prêt en 5 ou 6h. Enfin si vous maîtrisez vraiment la matière que vous enseignez.

            Mais j’ai la triste impression que le gros des profs de collège-lycée ne maitrisent pas les matières qu’ils enseignent. Donc parfois ils doivent « préparer leurs cours » (en gros apprendre ce qu’ils vont enseigner… ).

    • Si les avantages pléthoriques de la fonction publique ne vous conviennent pas, vous n’avez qu’à travailler dans le privé.

    • @ peiss,

      Dans certains services de la fonction publique, les primes comptent pour les impôts mais ne sont pas incluses dans la pension retraite.

  • J’ai bossé dans le privé (PME) et maintenant à l’éducation nationale.
    Dans le privé, salaire décent, mutuelle financée par la boite, pas de jours de carence une fois la période d’essai passée, CE, chèques restaurant et cantine Sodexho à prix dérisoire, tous mes frais pris en charge… et un boulot bien moins fatiguant qu’aujourd’hui.
    A l’EN : plein de choses à payer de ma poche (déplacements, impression de documents, ordinateur de travail, un bureau à la maison..), mutuelle minable et très chère, pas de CE, pas de chèques resto, salaire minable (1.2 smic pour bac+5, un des plus bas de l’OCDE) qui a stagné pendant 3 ans, et qui baisse depuis 2 ans (hausse des prélèvements). Aucun respect de notre fonction (on est traités comme des enfants par la hiérarchie)… Certes, beaucoup de vacances, mais je sors lessivée des journées de classe avec de plus en plus d’enfants, de moins en moins bien élevés…

    J’ai fait ce choix car je suis dans une région où je ne trouvais pas de boulot en lien avec mes compétences, et que je suis mère de famille nombreuse (donc le métier de prof est pratique). Donc, en toute connaissance de cause. Mais franchement, je regrette mes anciens postes, et j’espère pouvoir y revenir si opportunité…

    Au passage, je signale que les profs de collège sont en grève contre la réforme à venir. Si vous avez des enfants qui vont y avoir droit, je vous recommande de soutenir ces profs (qui perdent une journée de salaire). Faudra pas venir vous plaindre ensuite, quand vos enfants vivront la catastrophe annoncée…

    • L’augmentation injustifiée du nombre de fonctionnaires sous statut depuis les années Mitterrand a peu à peu eu des conséquences sur le privé en termes de chômage, puis de précarité. Les conséquences se font aussi maintenant sentir dans la fonction publique elle-même, en termes de salaires (mais dans le privé c’est pareil, maintenant il y a peu d’augmentations sauf à changer de poste ou de boîte) et de conditions de travail (d’où l’absentéisme que l’on peut se permettre davantage quand on a la sécurité de l’emploi).
      L’Etat et les syndicats ont une immense respinsabilité dans ce désastre: le premier par lâcheté et pour préserver le pouvoir des élus, les seconds parce que leur influence sur la fonction publique sert directement leurs prébendes et leurs intérêts.
      Pour revenir à votre cas, les conditions que vous décrivez dans le privé sont devenues plutôt rares…
      Maintenant que tout le monde ou presque est dans la même galère, prendre le problème à la racine revient à diminuer les dépenses publiques: moins de fonctionnaires ( en gardant ceux qui servent les missions essentielles de l’Etat) et un contrôle des dépenses sociales.

      • Oui, il est possible qu’il y ai trop de fonctionnaires. Pas devant les élèves, à ce que j’observe. Probablement trop dans des emplois administratifs, car tout se complique sans arrêt (normes, reporting absurdes etc…)…
        Dois-je pour autant accepter d’être parmi les enseignants les plus mal payés de l’OCDE (ce qui rejaillit sur le respect de la fonction) ? Dois-je pour autant accepter que la casse continue dans les collèges, et que le dogmatisme et l’amateurisme y sévissent comme jamais ?

        Mais ce n’est pas de ma faute si l’état gère mal ses troupes. Personnellement, j’essaie de faire de mon mieux, chaque jour. Malgré mon salaire minable, malgré le fait que je change d’établissement et de niveau chaque année, malgré le fait qu’on peut m’envoyer n’importe où dans le département (et ca peut aller loin…), malgré, malgré, malgré…. Par respect pour les enfants qui me sont confiés.

        • @claire
          Si on compare avec l’Allemagne on dépense 20 milliards € de plus pour administrer notre système d’éducation sans pour autant être vraiment meilleur. Vous avez raison : les salaires des bons prof sont anormalement bas en France mais les prof doivent cesser d’être solidaires avec tous leurs adminsitratifs parasites et toxiques: ils doivent les dénoncer pour faire des économies et ils pourront prétendre alors à des augmentations. Le budget global n’est pas extensible.Parallèlement il faudrait faire payer plus les étudiants qui profitent personnellement de leur investissement éducation et cela permettrait aussi de payer mieux les profs! malheureusement, je n’ai jamais entendu les syndicats de prof proposer de telles mesures qui pourtant sont la solution pragmatique au problème que vous évoquez.

          • @Claire Je suis bien d’accord sur le constat …. C’est très mal payé, pour un boulot difficile et usant.

            Vous répondez à un des problèmes de l’EN… Le recrutement… Vous avouez avec honnêteté un choix pour des raisons pratiques bine légitime, et sans aucun rapport avec une motivation d’enseigner, voir des éventuelles compétences pédagogiques.

            Le statut de fonctionnaire au sein d’une administration d’état, gérée par des syndicats préhistoriques… Est bien le fond du problème.
            – recrutement hors sol…
            – statut rendant impossible les aller-retour avec d’autres métiers, ou dans d’autres conditions.
            – égalitarisme dévoyé au profit d’une petite partie de la population qui en comprends les codes : enfants de profs, et enfants de cadres
            – absence totale de management des ressources humaines, de l’efficience,
            – interdiction d’innover, d’expérimenter érigée en dogme politique.

    • Heu, la « catastrophe annoncée » ça fait pas déjà 30 ans qu’on y est ?
      Je ne veux pas me faire le porteur de mauvaises nouvelles mais depuis la fin des années 80 le niveau est en chute permanente (en tout cas en matières scientifiques). Ça a commencé avec le niveau moyen, mais maintenant même les quantiles supérieurs sont atteints. Le niveau à l’X n’est plus que le pâle reflet de ce qu’il était il y a seulement 10 ans.

      Donc si on veut réellement avoir une bonne éducation pour nos enfants, ça sera à la maison que ça se passera (en plus de l’école, pas forcément à la place de l’école, parce que bon, on n’a pas encore trouvé le moyen d’avoir des journées de 36h même si ça pourrait être pratique parfois).

  • très difficile de comparer des situations si différentes, et je comprends les fonctionnaires mécontents à la lecture de ce genre d’article.

    Toutefois, pourrait-on s’accorder sur les jours de congés, de carences, et les conditions de la retraite ?

    Pour finir, il est quand même bien de signaler que le salaire des fonctionnaires n’est pas bloqué depuis 6 ans comme on l’entend souvent dire( ce n’est que le point d’indice qui est inchangé)

    • Oui , mais les salaires des fonctionnaires sont indexés uniquement sur les indices , c’est ce que l’on appelle la grille indiciaire . Donc si l’indice est bloqué , le salaire est obligatoirement bloqué .
      Les fonctionnaire catégorie C ( les plus nombreux ) , c’est le smic . Donc même avec 66% du salaire pour le retraite en moyenne ( le pont n’est plus qu’à 1.6 ( vous pouvez vous renseigner sur les sites officiels ) et plus à 2% , ce qui fait que personne n’aura 75% .à moins d’être rentré dans la, fonction publique à 13 ans ( 60 ans-13 ans = 47 ans de cotisation x i.6 points = effectivement 75% si vous commencer à 13 ans .
      Et il n’existe pas de complémentaire dans le privé . Vous pouvez vous renseigner . (Il existe cependant ce qui se rapproche des sur-complémentaires du privé , mais vous la payez la peau des fesses , j’ai déjà calculé , ça ne vaut pas le coup ).
      Donc , allez , on va dire que les catégories C qui sont les plus nombreuses( le prof est catégorie A , ce ne sont pas du tout les mêmes salaires ) finissent leur carrière à 1400 euros net. ce qui leur feront , à la retraite , 1400 euros x 66 % max = 924 euros nets . Moins évidemment avec sa mutuelle .Tout ça pour ceux qui auront une carrière complète , ce qui ne sera pas le cas s’ils passent le concours pa ex à 27 ans….

  • Pas besoin de se remettre en cause quand on a pas de comptes à rendre à sa clientèle obligée. Comment voulez-vous qu’un pays prenne de bonnes résolutions quant son service public n’a pas d’éthique. Nos médiatiques politiciens, de part l’image qu’ils renvoient, devraient tous nous faire réfléchir à ce que nous sommes. A force de penser et décider avec notre cœur, on y a placé notre portefeuille…

  • Salaire moyen de 2153€ !!! Mais où avez vous pris ces chiffres ??? C’est loin d’être la majorité des fonctionnaires ! On se contente d’un smic avec éventuellement d’une prime (qui n’est pas comptabilisée ou très peu pour la retraite). Emploi à vie, oui, mais à condition de rester toute sa vie dans la même collectivité. Si vous avez à déménager pour raison familiale par exemple, vous n’avez rien du tout, hé oui, on ne cotise pas pour le chômage… Je suis restée 1 an sans travailler et sans salaire pour suivre mon conjoint.
    45 jours de congés !!! Mais j’hallucine !! Encore une fois, d’où viennent ces chiffres ?? Moi je veux bien bosser dans cette mairie !! Ou alors il y a une moyenne avec les congés des profs, ce qui fausse tout.
    J’ai 25 jours de congés, comme ceux du privé, enfin je crois, ah non, ils ont 36 jours…

    • @fargier
      allez à Montpellier ! En plus des jours d e congés et des RTT il y a en moyenne 40 jours d’absentéisme ( doit l’équivalent de 2 mois en plus) .Ce qui ne veut pas dire que le reste du temps on travaille dur! Cela ne veut même pas dire que l’on est présent ( pas de badgage …. ) . Le top c’est sans doute les éboueurs de Marseille, qui lorsqu’ils travaillent ( pas souvent ) travaillent moins de 4 heures / jour!
      Ceci est tout simplement du vol ( être payé pour quelque chose que l’on ne fait pas), cautionné par les managers et les élus. Mais les abus vont conduire à l’écroulement du système . Comme disait Tchacher le socialisme s’arrête lorsqu’il n’y a plus d’argent à prendre dans la poche de celui qui en a .

    • Pour calculer le salaire moyen des fonctionnaires il suffit de trouver les chiffres donnés par les fonctionnaires de l’INSEE.

      • Je t’ai devancé de 3 minutes 😉
        « Be a little slow, be a little late » 😀

        • Vous ne donnez un lien que sur la fonction publique d’état.
          FARGIER saura t’il trouver les données relatives à la fonction publique territoriale, à la fonction publique hospitalière et faire correctement la moyenne des trois?
          Quel suspens!

  • Excepté pour les fonctions régaliennes ( armée, justice, police) il faut supprimer le status d’employé à vie comme l’ont fait beaucoup d’autres pays.( et pas seulement pour les nouveaux entrants! ) Dans un monde qui bouge vite cela n’a aucun sens de se priver de flexibilité et de capacité d’adaptation . Comment peut on défendre qu’un jardinier de commune ou qu’un ramasseur de déchets doivent, au nom de l’intérêt national, être embauchés à vie!! Tout cela est ridicule . la France doit se moderniser et en finir avec les principes qui pénalisent tout le monde. Ensuite, notre fonction publique est chère mais peu efficace: il faut donc passer les fonctionnaires aux 40 heures. maintenant ( comme en Suisse et bien d’autres pays).
    Il faut booster la compétitivité du  » service  » public car elle est désastreuse et se dégrade année après année.

  • Il manque un point important : les revenus pris en compte pour le calcul de la pension de retraite : 20 meilleurs années dans le privé versus 6 mois dans le public.
    Cette distinction est d’autant plus injuste, que les fonctionnaires connaissent souvent un brusque augmentation de salaire 6 mois avant le départ à la retraite.

  • Logement social : le fonctionnaire est aussi un contribuable qui participe donc à la construction des logements sociaux. Que le préfet réserve 5% de ces logements aux fonctionnaires qui y ont droit de par leurs ressources n’est donc pas illogique. D’autant que cela a l’avantage d’être assuré que ces « petits » fonctionnaires pourront résider dans la commune où ils assurent leur service sans être astreints à des temps de trajet domicile-travail trop astreignants, ce qui peut être utile en cas de rappel.
    Nota: cela n’a rien à voir avec le « logement de fonction » attribué à une « chef de service » et éventuellement à des adjoints directs. Souvent ce logement est dans ou à côté du service et donne l’assurance que le chef est toujours disponible, c’est en réalité un « fil à la patte ».

    Emploi à vie: l’Etat recrute ‘sur concours sélectif » ses jeunes agents et doit les former à leur nouveau métier durant un temps variable (formation initiale) de façon à en faire de jeunes professionnels capables d’assurer les tâches courantes de leur poste de travail et de régler, à leur niveau, les problèmes simples qu’ils peuvent habituellement rencontrer. Ensuite vient la « formation continue » permettant aux agents d’acquérir de nouveaux savoirs et savoir faire (spécialisations et spécialités, actualisation des savoirs) ou d’accéder aux grades supérieurs (concours internes). Par exemple, dès que l’on introduit dans un service de nouvelles méthodes de travail et(ou) de nouveaux matériels, il faut une formation.
    L’Etat investit donc dans ses agents qui lui doivent en retour un certain nombre d’années de service (dans certains cas (formations de haut niveau), ils peuvent racheter ces années et accepter un emploi dans le privé dès leur sortie d’Ecole.

    Fonctionnaire un jour, fonctionnaire toujours.
    C’est l’Etat-employeur qui recrute, forme et affecte ses agents, qui leur définit une carrière, les affectant à des postes de travail différents souvent géographiquement éloignés tout au long de leur « vie professionnelle ». L’Etat-employeur, les évalue également (notation annuelle), les fait passer au grade supérieur impliquant des responsabilités plus grandes et décide de l’âge limite où il considère n’en avoir plus besoin en service actif.
    Mais le fonctionnaire retraité et pensionné reste toujours au service de l’Etat qui, dans certaines circonstances exceptionnelles, peut le rappeler pour le réaffecter en service actif.

    La différence de traitement public-privé.
    Que le public aujourd’hui soit à égalité avec le privé est un phénomène récent et c’est la situation économique mauvaise qui en est la raison.
    A diplôme égal, le fonctionnaire du public a toujours été moins bien rémunéré que celui du privé, l’avantage étant que l’Etat ne pouvant être mis en faillite et en liquidation judiciaire, l’emploi est théoriquement assuré sauf cas extrêmes (révolutions, guerre civile ou étrangère etc ..)
    En principe, le fonctionnaire ne peut être privé de son emploi que par décision disciplinaire – sanction du 4° groupe, mise à la retraite d’office ou bien révocation, la sanction la plus grave. https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F510
    Pour les étudiants qui décident de choisir l’une ou l’autre option – rechercher et accepter un emploi dans le privé ou présenter un concours de la FP – cela fait partie des éléments participant à la prise de décision définitive.
    Un autre élément que l’étudiant doit savoir, c’est que dans la FP la mobilité géographique est la règle. Cette mobilité n’a rien à voir avec les changements de région sur demande du fonctionnaire (mutations pour convenances personnelles). En cas de changement de grade, le nouveau promu va prendre son poste correspondant à ses responsabilités nouvelles là où il se trouve

  • Malgré ça, ils continuent à revendiquer, faisant payer leur luxe par les esclaves du privé
    Cette France à deux vitesses ne peut pas durer éternellement
    Il faut que les fonctionnaires rentrent de le rang et en échange de leur emploi à vie acceptent d’avoir un salaire inférieur ou se reconvertissent dans le privé
    François de Closets a bien analysé toutes ces perversions

    • Je ne sais quel est votre niveau d’études mais si nous avions été dans la même fac à l’époque – 1970 -où je suis rentré dans la fonction publique et que nous ayions été amis, vous m’auriez certainement dissuadé de présenter le concours et, reçu, de me préparer à rejoindre l’Ecole de formation initiale où j’étais convoqué.

      Mais 1970 était encore une époque de plein emploi (Pompidou étant consul) et les salaires du privé dépassaient largement ceux du public. Tout le monde le savait et faisait ses choix de début dans la vie active en conséquence.

      Aujourd’hui, le public et le privé se valent en terme de rémunérations. Mais attention, il s’agit de statistiques globales.
      Cela ne signifie nullement qu’ à diplôme égal, et particulièrement pour ce qui concerne les licences et masters qui correspondent respectivement au bac et à la licence des années 70, il n’y ait pas cette différence encore réelle entre cadres du public et du privé.

      Je soupçonne plutôt que ce sont les catégories intermédiaires et à faible niveau de qualification qui font que les traitements du public égalent voire dépassent les salaires du privé et que cela dénote surtout un grave malaise dans notre économie qui voit ses emplois disparaître au fil du temps. Les employés ne peuvent donc plus faire jouer la loi du marché comme sous Pompidou et Giscard, concurrencés en plus par l’immigration voulue par les grandes firmes désireuses d’être en position de force sur les rémunérations.

      • Entièrement d’accord sur ce point : « […]Cela ne signifie nullement qu’ à diplôme égal, et particulièrement pour ce qui concerne les licences et masters qui correspondent respectivement au bac et à la licence des années 70, il n’y ait pas cette différence encore réelle entre cadres du public et du privé. […] »

        Le nivellement par le bas de l’éducation a bien été intégré par le privé, par exemple quand on voit des postes de secrétaire où un bac+2/+3 est demandé… j’interprète ceci comme le fait que le privé a compris que demander maintenant ce niveau d’étude correspond à une qualification qui correspondait à un niveau Bac il y a +20 ans (hum… mon argumentaire est un peu brouillon, désolé 🙂 ).

        • Etant assez âgé , je puis même vous dire que pour être secrétaire en 1975 il ne fallait pas avoir un bac+2 ou 3 , ni même le bac comme il y a 20 ans ….non non , un BEPC ou BEP suffisaient !
          Quand on voit qu’il faut un bac+2 pour un emploi mal rémunéré de caissière à Auchan ( aucun diplôme demandé en 1975 ) , comment voulez-vous que cette génération ne soit pas aigrie et au bord de la révolte? bientôt , pour être balayeur , il faudra un bac+5 en chimie car il faudra connaitre le composition chimique des poils de balai ! ça devient débile !

          • oui, mais un bac +2 ne garantit plus grand chose ( ce qui n’était pas le cas il y a 50 ans) . J’ai vu des bac +2 incapables de faire une règle de 3, n’ayant aucune capacité de calcul mental, n’ayant aucune connissance de l’histoire ou de la biologie etc…. C’est pour cela qu’aujourd’hui les recruteurs différencient les mentions TB ou B vs bac sans mention et c’est à juste titre.

    • Chiche : tous les flics , gardiens de prison , infirmiers , pompiers , militaires – donc aussi les gendarmes – démissionnent . Car personne ne fera des boulots pareils pour des clopinettes ! Et un conseil : achetez-vous un fusil car les rues vont devenir soudain très dangereuses , il vous faudra créer des milices entre voisins ! Mais vous serez heureux , il n’y aura plus de fonctionnaires .
      Je pense en fait que vous serez le premier à pleurer pour qu’ils reviennent… parce que réfléchissez à ce que leurs disparitions impliquent .
      Même pour les profs : s’il n’y avait plus que le privé ( donc payant ) comment feront les smicars , chômeurs , ccd et temps partiels pour payer ne serait-ce que jusqu’au lycée? Réviser vos classiques : être libéral n’a jamais voulu dire laisser crever les gens !

      • Avec l’argent que l’on n’aurait pas à payer en impôt on pourrait se payer des milices, des bons prof …
        De toute façon, c’est déjà le cas : les entreprises ont toutes leurs propres services de sécurité. ceux qui ont les moyens payent à leurs enfants des cours privés etc…
        des fonctionnaires: oui mais il faut en avoir pour notre argent, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.
        la fonction publique doit améliorer sa compétitivité, sinon autant se passer d’elle.
        Je serais plus sécurisé pour me défendre si j’étais armé moi même mais l’état me l’interdit, sans pour autant assurer ma protection.

    • Auguste 139 , si vous pensez être un esclave du privé , pourquoi ne créez-vous pas votre entreprise au lieu de pleurnicher? Ou alors , vous êtes maso?

  • L’un des problèmes quand on parle de fonctionnaire et que dedans nous mettons tout ce qui nous vient à l’esprit : l’employé territorial dont on ne sait pas trop quel est son métier, la secrétaire de mairie qui est la belle-fille par alliance du Maire (j’aime les clichés 😉 ), l’employé hospitalier qui travaille 50h/semaine, etc…
    Alors que les situations/avantages de certains sont totalement différents, il n’y a pas un modèle unique de fonctionnaire. C’est pourquoi il parait délicat d’attaquer bille en tête ce modèle (l’un des commentaires le soulignait d’ailleurs). Et si on le fait, on se heurte à ce genre de phrase :
    Privé = jaloux des fonctionnaires
    Fonctionnaires = feignant/profiteur

    Bref, ça ne fait pas avancer le débat, au contraire, ça le bloque totalement ! Chacun restant campé sur ses positions en étant persuadé d’avoir raison 🙁

    Et je me méfie des listes à la Prévert comme ci-dessus… par exemple pour les jours de carences, dans certaines entreprises privés ils sont pris en charge (en fonction des accords de branche souvent), donc il est difficile de faire une généralité.

    • Bonjour Eric

      On parle tjs de l’employé hospitalier, l’infirmière..
      D’abord il y a plein de boulot à l’hôpital qui se la coule douce, ouvrier, magasinier, secrétaire. Puis chez les soignants il y a des planques, des services voie de garage.

      Dire que le privé est jaloux des fonctionnaires est faux. Perso passer son temps à ne rien faire, avec des chefs tyranniques, des collègues aigris, faut aimer.

      • Tout à fait d’accord avec vous 🙂 Justement d’où ma remarque de faire attention quand on parle du fonctionnaire en terme trop générique. Ceci amène à de l’incompréhension et à des blocages (pour le cas de l’employé hospitalier, j’ai deux exemples totalement opposés : l’une infirmière de nuit qui ne compte pas ses heures et l’autre brancardier qui, pour être franc, n’en branle pas une et en est fier).

        Ce n’est pas ce que je pense quand je dis que le privé est jaloux, mais c’est l’argument (si on peut l’appeler ainsi..) qui est ressorti par certains pour couper court à toutes discussions ou encore « tu n’as qu’à devenir fonctionnaire si c’est tellement bien ».

        • Oui oui, être fonctionnaire c’est l’horreur, d’ailleurs ils s’en plaignent, et en plus cela nous coûte un bras par la contrainte.
          Les profs, infirmieres ect.. seraient bcp moins aigris s’il pouvaient faire leur job librement, à part qq branleurs de compétition, mais ils existent aussi dans le privé, artisans bandits, par exemple.

  • Peut être que certains en profitent, comme partout hélas mais je peux vous assurer que je suis un exemple du contrepied de ce qu on appelle fonctionnaire qui se fait entretenir.si je calcule le nombre d heures que j ai donnees dans ma précédente fonction et où j étais sur tous les fronts, je me dis qu’ il est facile de parler ainsi.venez voir, amis du privé , ce qui se passe au sein de certains postes et vous serez étonnes.

    • Pour ma part, quand je suis parti à la retraite en 2000, j’ai laissé royalement à l’Administration l’équivalent d’une année d’heures supplémentaires récupérables.
      En activité, je ne comptais pas mes heures et laissais à la secrétaire le soin de remplir ma fiche d’heures comptabilisées. Quand on un métier prenant et intéressant, on ne compte pas. Beaucoup y ont d’ailleurs laissé leur vie de couple parce qu’ils étaient en fait mariés à leur métier. Le divorcé était souvent accueilli par ses collègues avec ces mots « bienvenu au club ».

  • Augmentation des salaires ;
    – il y a effectivement une prise en compte de l’ancienneté régulièrement sauf que la carrière est très souvent bloquée 10 voir 20 ans avant la retraite
    – le salaire est bloqué depuis 2010 …. donc au-delà de la perte du pouvoir d’achat certains, en fin de carrière, ont un salaire net qui baisse (hausse des cotisations sociales) !!!!

    Hausse des salaires avant la retraite : mythe pour la plupart des fonctionnaires à ma connaissance car beaucoup sont déjà en fin de carrière bien avant et c’est la règle d’ancienneté classique qui s’applique. Pour la retraite, le taux de remplacement n’est que très rarement de 75 % car les primes ne sont pas prise en compte dans le calcul de la pension contrairement au privé. Il est en fait très proche de celui du privé.

    Le revenu moyen n’a pas beaucoup de sens car il faudrait prendre en compte la qualification et la FP comporte beaucoup de cadres

  • C’est curieux : chaque fois qu’on parle des privilèges globaux des fonctionnaires, on nous ressort des cas particuliers. Alors je vous propose un cas particulier de travailleur du privé : de plus en plus difficile de trouver du travail passé la quarantaine, obligé de « casser les prix » pour travailler passé la cinquantaine.
    Je suis payé actuellement environ 70% de ce que j’étais payé il y a 20 ans, pour un temps de travail équivalent et plus d’expérience. Je ne travaille qu’à temps partiel, et à plus de 1000 km de chez moi. C’est ça, ou rien, n’ayant pas droit au chomage (je suis travailleur indépendant).
    Alors quels que soient vos exemples de fonctionnaires dévoués et surchargés, les privilèges restent des privilèges, ce qu’on comprend très bien quand on ne les a pas.

    • @pat
      si vous voulez être payé plus demandez à ce que l’on réduise de 30 % le nombre de fonctionnaires, proposez de travailler 40 H / semaine, à améliorer la compétitivité etc…. actuellement, nous n’en avons pas pour notre argen, malgré le fait que l’on dépense encore 100 milliards € / an de plus que ce qui rentre comme texes et impôts.
      Pourquoi cautionnez vous aussi les hauts fonctionnaires qui gagnent des fortunes et qui sont souvent à l’origine du blocage et des âneries que vous devez subir?
      tant que les fonctionnaires défendront en bloc l’indéfendable ils doivent se préparer à voir leurs avantages chuter.

      • D’abord, combien serait payé un haut fonctionnaire dans le privé ? ce serait un cadre dirigeant d’une très grosse entreprise ou de la filiale d’une multinationale. Alors son traitement, permettez-moi de sourire, je sais combien est payé un sous-préfet et un préfet.

        Mon expérience à l’étranger me permet de dire que lorsqu’on parle du faible nombre de fonctionnaires ailleurs, il convient de relativiser.

        Sont fonctionnaires ceux qui assurent la mission principale de l’administration dans laquelle ils sont affectés. Tous ceux qui n’assument pas cette mission mais aident les premiers à le faire sont des gens recrutés par l’administration avec des contrats du privé, et ils représentent souvent un pourcentage important des effectifs globaux. Les administrations sont souvent les premiers employeurs privés du territoire de leur compétence.

        Le problème vient qu’en France on a donné le statut de fonctionnaire à tous ceux qui, de près ou de loin, travaillent pour l’administration, ce qui est très loin d’être le cas ailleurs.
        Le cas que je connais bien est celui du UK.

        • « D’abord, combien serait payé un haut fonctionnaire dans le privé ? ce serait un cadre dirigeant d’une très grosse entreprise ou de la filiale d’une multinationale. Alors son traitement, permettez-moi de sourire, je sais combien est payé un sous-préfet et un préfet. »

          Pourquoi restent-ils fonctionnaires alors, s’ils peuvent gagner de l’or en barre dans le prive.
          Je connaissais un prof d’unif qui n’arretait pas de repeter cet argument. Un jour, un industriel l’a pris au mot et lui a propose de diriger une nouvelle equipe de recherche. Il a pretexe qu’il voulait faire de la « vraie » science.

        • @leucate
          difficile de savoir vraiment combien gagne un haut fonctionnaire car il y a quantité de primes et d’avantages divers. C’est d’ailleurs pour cela qu’ils ont fait capoter le projet de gérer tous les salaires e la fonction publique ( 1 ou 2 milliards € en pure perte pour les contribuables) . l’ennemi c’est la transparence . on apprend juste par hasard la réalité sur quelques cas ( comme le multi cumulard élu qui gagnait 1 million € et qui s’est suicidé, mais il n’était pas fonctionnaire il est vrai).
          Pour le public, vous avez raison : il faut prendre en compte le même périmètre. Mais en France aussi énormément de choses sont faites par le privé car l’objectif est bien d’obtenir un poste et de faire faire le boulot au privè dès que possible. beaucoup d’entreprises  » privées  » ne travaillent en fait que pour l’état et pour faire le boulot qui devrait être fait par les fonctionnaires.

    • Cela signifie que celui qui a passé le concours de la Fonction Publique durant ces vingt dernières années a fait le « bon choix » comme aurait dit Giscard, ce qui était moins évident à l’époque justement de Giscard et de son prédécesseur Pompidou, parce qu’à cette époque de France forte et encore de plein emploi même si le chômage était apparu suite au second choc pétrolier.

      Dans les années 90/95, nous avions des appelés venant tous de l’Ecole à côté de chez nous dans les Yvelines, HEC.
      J’avais été surpris à l’époque que ces élèves en fin de formation, à qui nous donnions des permissions pour qu’ils répondent à des entretiens d’embauche, se fassent beaucoup de souci pour leur avenir professionnel, ce qui n’existait pas auparavant.
      C’est à partir de cette époque qu’on a commencé à parler dans la presse de « chômage des cadres ».

      • Étrange… Je suis sorti d’école dans les années 90 et les employeurs potentiels nous attendaient à la sortie des écoles et proposaient des postes de cadre en CDI avant même qu’on soit diplômés.

  • Ce qui n’est pas assez dit c’est que c’est dans les petites catégories que les salaires de la FP sont avantageux par rapport au privé.

  • Des grossières erreurs (volontaires ?) dans ce texte
    L’age moyen de départ à la retraite pour les fonctionnaires dépend du statut dudit fonctionnaire. S’il est en service actif (Hors militaire), il peut partir à 55 ou 57 ans. Pour les autres, c’est le régime normal suivant votre année de naissance, comme pour le privé.
    Dans nombre de ministères comme le MEDDE ou autre, le nombre de congé est de 25 jour par an. Après, tout dépend des RTT.
    Pour l’absentéisme, tout dépend de la fonction publique et des ministères. La FT territoriale bat des records

  • Cet article est incomplet à de multiples titres. En particulier en ce qui concerne tous les fonctionnaires internationaux et ça fait du monde! OCDE OFCE FAO OMS ONU UNICEF UNESCO Bruxelles et l’Europe Banque Mondiale etc… Toutes ces catégories bénéficient d’avantages en nature considérables et en particulier ne sont pas assujettis à l’impôt sur le revenu pour une grande partie d’entre eux !

  • Rémunération : 7 ans technicien en informatique (10 ans d’ancienneté) payé plus de 200€ en dessous du privé. Obligé de passer des concours pour monter en grade alors que dans le privé il suffit de la reconnaissance de ses capacités par ses supérieurs.

    Jours de congés : 27j de congés par an plus 19j de RTT parce que les fonctionnaires ne travaillent pas 35h mais 38h30 par semaine.

    Jours de carence : dans le privé nombreuses sont les boîtes et mutuelles qui couvrent la carence de 3j.

    Absentéisme : et la comparaison du taux de suicide ? De dépression ? De harcèlement ?

    Prestations familiales : le SFT ? 2€ pour un enfant, 70€ pour 2 et 180€ pour 3. Et c’est indexé sur le salaire avec un seuil et un plafond.

    Logement social : il y a un contingent préfectoral qui permet au fonctionnaire de remplir sa mission de service public dès sa nomination (ça ne marche pas à tous les coups) et sinon dans le privé il y a le 1% patronale.

    L’enquête est très orientée pour continuer à taper sur le fonctionnaire. Je ne vois que de la jalousie. Un article de journaliste qui ne dit que ce qu’il veut dire et oublie volontairement le reste.

  • Si, vous dans le privé, vous voulez des avantages vous n’avez qu’à descendre dans la rue et affronter les Compagnies Républicaines de Sécurité. Vous verrez, elles sont très conciliantes.
    Ensuite je vois pas en quoi le taux d’absentéisme par arrêt maladie est un avantage. C’est un symptôme, pas un privilège. Dans le privé, on a le droit d’être malade. Tant que le feuillet dl’arrêt maladie est apporté.
    Les profs ont leur salaire/traitement lissés, une partie est soustraite pour payer les mois de juillet et d’août.
    L’impression que j’ai, c’est que la plupart des gens sont jaloux des profs. hors ils ne sont les seuls fonctionnaires. Et puis, s’occuper de classes de 30 élèves plus ou moins agités, c’est rock’n’roll. Secourir des victimes de la route aussi, rammasser un suicidé sous le métro idem, bosser en hôpital en tant qu’infirmières/infirmiers c’est pas à la portée de tout le monde. Ce ne sont pas les pompiers, le personel hospitalier, les flics, les militaires ou les profs qui coûtent le plus cher, non, c’est l’Etat ! Des députés aux Président !

  • Pour avoir oscillé entre publique et privé pendant ma ma (encore courte) carrière, y compris une démission de la fonction publique d’état (maître de conférences) il y un point que l’article ne présente pas et que les fonctionnaires (semble-t-il un peu aigris) qui commentent semblent totalement ignorer : un jour de travail de fonctionnaire est rarement plus productif qu’une heure dans le privé. Les fonctionnaires s’épuisent (parefois, pas souvent en fait) à n’arriver à rien, s’agitent parfois mais de façon improductive, s’imaginent en faire beaucoup sous forte pression mais n’ont pas même idée de ce qu’est la pression et de ce qui serait considéré comme vaguement correct dans nombre d’entreprises privées.
    Il faudrait une vraie mobilité et des recrutements uniquement en CDD pour les fonctionnaires non régaliens (stricte : soldats, policiers, juges et diplomates, pas les « ronds de cuir » gravitant autour).

    • Peut être justement parce que ceux qui commentent bossent comme s’ils étaient dans le privé, mais je vous rejoins. Je connais des personnes dans les 3 FP qui ne travaillent pas vraiment. Dès fois, cela vient aussi des taches qu’on leur donne. Celles-ci sont parfois aberrantes, certains s’en rendent compte et comme à l’armée, ils y vont lentement sachant très bien que ce travail n’est pas pérenne.

    • je connais une personne qui a travaillé dans le privé ( sociétés US) pendant 25 ans et suite à une restructuration est entrée dans le public. Elle a effectivement beaucoup souffert dans le public ( petits chefs, médisance, mauvaise ambiance, rien à faire etc etc..) . Elle disait qu’elle préférait travailler 65 h/ semaines dans le privé ( comme c’était le ca) que de venir chaque matin avec la boule au ventre pour ne rien faire de valorisant et de responsabilisant. Il faut donc reconnaître cette souffrance moral que l’on fait subir à beaucoup de fonctionnaires. Les autres personnes que je connais qui sont passées du public au privé ont toutes préférées le privé.

  • Comment faire passer les fonctionnaires pour des pestiférés une fois de plus !!!!!

    fonctionnaire d’état depuis 6 ans , je n’ai jamais vu mon salaire augmenter.
    même en passant un concours de catégorie B, je reste au ras des pâquerettes niveau salaire.
    j’aurai pu écrire le même article sur les avantages de  » certains salariés du privé  » mais je ne généralise pas !!!
    13eme , 14eme ou même 15eme mois pour certains, prime de participation, prime d’intéressement, tickets restaurants…
    Ne pas oubliez non plus que la retraite des fonctionnaires est calculée hors primes qui représentent environ 30 % du salaire.

    bref, un article totalement à charge contre les fonctionnaire, sans aucune comparaison valable avec un total parti pris qui n’a aucun autre but que de faire grandir la fracture entre les 2 camps !

  • Je ne sais pas de quels fonctionnaires vous parlez lorsque vous dites qu’ils ont 45 jours de congés annuels . J’ai des membres de ma famille qui sont gardiens e la paix ou surveillants pénitentiaires , ils ont 5 semaines comme tout le monde . Quant à leur productivité , allez voir le boulot des gardiens , ils n’arrêtent pas une minute sur les coursives ( entre les crachats , les insultes et les agressions ) . il faut vraiment avoir la foi pour faire un job pareil , ou être prêt à accepter toutes ces humiliations ( celles que j’ai citées plus haut et qui sont quotidiennes ) contre la promesse de ne point être au chômage . D’ailleurs tous les gouvernements en sont bien conscients , c’est pour cela qu’ils donnent quelques avantages à ces fonctionnaires là , sinon , qui irait faire des jobs pareils ? se faire caillasser en banlieues pour les policiers s’ils n’y avaient pas des contreparties? Personne de sensé , évidemment ( sauf les masos )
    Et eux n’ont pas le 15, 16 et 15 ° mois , ni comités d’entreprise , ni ticket restaurant et leur primes ne seront pas prises en compte dans leur salaire .
    Vous allez me dire :  » s’ils ne sont pas contents , ils n’ont qu’à démissionner  » !
    Eh bien , chiche ! vu le peu de reconnaissance de l’opinion publique , ils devraient le faire ! et quand tous les flics et les gardiens de prison auront démissionné ,, achetez-vous un fusil car les rues vont soudain devenir très dangereuses !
    Ce n’est pas parce qu’on est sur contrepoints qu’il faut écrire n’importe quoi ! C’est 5 semaines comme tout le monde ( à moins que vous ne parliez de l’éducation nationale exclusivement )
    Et il font 35.5 h semaine comme tout le monde aussi . Les gardiens de prison approchent même souvent 42 h , avec des heures supp sans majoration . Les flics minimum 35.5 h par semaine aussi ( à Calais c’est 60 voire 72 h avec des récups en théorie mais qu’ils n’obtiennent jamais en réalité .)
    vous arrivez à 45 jours de congés car vous faites une moyenne en comptant les congés de l’éducation nationale .alors forcément si on prend les congés de l’éducation nationale : 55 jours et les congés des autres fonctionnaires , eux aux 35.5 h comme tout le monde : 35 jours ( 5 semaines ) on arrive à trouver 45 jours ( 55+35=90 divisé par 2 =45 jours de congés ) .
    Mais ce procédé n’est pas honnête intellectuellement . Si je voulais faire comme vous , je pourrais dire que dans le privé on travaille 34 h par semaine . Eh oui , le CDI heures supp : 48 h , le CDI sans heures supp 35h , le temps partiel ( de plus en plus nombreux , donc il faut bien les compter ) : 18h ce qui fait 48+35+18= 101 divisé par 3 = 33,5 h . Donc si moi aussi je voulais calculer sur des moyennes comme vous le faites , je pourrais dire que le privé ne travaille que 33.5 h par semaine .
    De même , à part pour les missions régaliennes , l’âge légal de la retraite est le même pour tout le monde , qu’est ce que c’est que ces sornettes? Si vous ne me croyez pas , allez voir sur le site officiel de l’Etat : service. public – retraite des fonctionnaires . Le calcul n’est pas le même , là je suis d’accord , mais l’âge légal c’est pareil pour tout le monde !

  • Cet article est très mal argumenté ! Vous parlez de concours, mais vous ne dites pas que la réussite au concours ne donne pas droit forcément à un poste, si vous n’en trouvez pas au bout de 3 ans vous perdez le bénéfice du concours et vous devez tout recommencer. Vous ne faites pas la différence entre les 3 catégories de fonctionnaires ( et oui, il a 3 catégories pour 8 filières), vous ne parlez pas du nombre d’années qu’il faut attendre entre chaque montée d’échelon, vous parlez du revenu moyen des catégories A sans doute, parce que en catégorie C c’est moitié moins ! Le jour de carence, perso j’ai rien contre ! Et n’oubliez pas que les fonctionnaires paient AUSSI des impôts tout comme les gens du privé et au même taux ! Avant de taper sur les fonctionnaires, creusez un peu plus vous verrez qu’on n’a pas tant davantage que ça !

    • Heu, si le concours donne droit à un poste. Mais c’est pas forcément celui que vous voulez ni là ou vous le voulez. Faudrait voire à pas abuser non plus… Les places au concours sont directement liées aux postes à pourvoir.

      • Vous avez raison et tort tous les deux. Dans la fonction publique d’Etat, quand vous réussissez un concours, vous avez un poste, dès fois à l’autre bout de la France mais vous avez un poste. Dans la fonction publique territoriale, vous réussissez un concours (rédacteur par exemple) mais c’est à vous de vous trouver un poste. Il vous faut alors démarcher les collectivités.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans mes articles je cite fréquemment le site Fipéco. Dans un récent billet son président François Ecalle fait un état des lieux de la France. Il conclut que face à une inflation qui s’envole il est urgent de réduire drastiquement sa dette colossale.

Avec un taux de prélèvements obligatoires des plus élevés au monde il n'est pas possible d’augmenter les taxes et impôts. Au contraire, pour que le pays retrouve sa compétitivité, il faut les réduire fortement. François Ecalle, conseiller maître honoraire à la Cour des comptes détaille com... Poursuivre la lecture

C’était mieux avant.

Mais de quel avant s'agit-il ? avant 1975, lorsque la France dégageait un budget non déficitaire ? c’est possible mais certainement pas avant 1945.

De 1945 à 1975, ce furent les Trente glorieuses, lorsque le PIB augmentait de 5 % par an et que le chômage restait en dessous de 4 %.

En 1973, le premier choc pétrolier est venu perturber cette belle mécanique. Le PIB progresse alors plus lentement et s'accompagne d’une augmentation sensible du chômage atteignant 10 % voire 24 % chez les jeunes.

Que s'... Poursuivre la lecture

Par Philbert Carbon. Un article de l'Iref-Europe

Six-cent quatre-vingt une pages ! Telle est l’épaisseur de l’édition 2019 du rapport annuel sur l’état de la fonction publique. Une édition 2019 qui porte mal son nom puisque les chiffres les plus récents sur lesquels elle est construite sont ceux de 2017. Néanmoins ce pavé, apte à occuper les longues soirées d’hiver, est une source inépuisable de renseignements sur les ressources humaines des trois versants, comme on dit maintenant, de la fonction publique.

Le rapport 2019 s’inté... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles