Grâce aux nouvelles technologies, redécouvrons le fil à couper le beurre

Entreprises : quand le management redécouvre des leçons d’il y a plus de 20 ans…

Par Jacques Gautron.

light bulbs credits André Mouraux (CC BY 2.0)
light bulbs credits André Mouraux (CC BY 2.0)

Fallait-il attendre les dernières innovations des nouvelles technologies pour que des entreprises découvrent que la qualité de leur fonctionnement et la satisfaction de leurs clients déterminent leur efficacité et leur pérennité.

Dans un intéressant article signé Marc Genevois (Directeur Général de SAP France) sur L’Opinion du 11 janvier 2016, je lis : « L’industrie 4.0 démarre ». Quel numéro donner alors à l’industrie de l’époque où je donnais des cours sur « La Qualité de Service » tout en accompagnant des entreprises déjà innovantes et en présidant une commission de certification au sein de l’Association Française de la Qualité ? Ce dont je voudrais parler aujourd’hui se passait dans les années 1990, il y a 25 ans !

À cette époque donc mes cours sur la Qualité de service consistaient en particulier à mettre l’accent sur « la valeur ressentie par le client » seul connaissance vraiment utile à la conception d’un produit ou d’un service d’une qualité reconnue par les clients. Fort de ce que me démontraient les entreprises que j’accompagnais, j’illustrais mon propos d’exemples vécus. J’expliquais en particulier qu’au Japon un fabriquant de vélos pouvait délivrer en 24 heures un vélo à un client en fonction précisément de sa corpulence (poids, taille, longueur des jambes, etc.), de l’usage qu’il voulait en faire, de la couleur qu’il souhaitait et avec tous les accessoires qu’il avait commandés. Je démontrais qu’une grande entreprise d’informatique, pour laquelle je menais des enquêtes permanentes de satisfaction de ses clients était capable de réagir en quelques heures suite à l’intervention d’un technicien pour installer ou réparer un équipement. Riche des remarques rassemblées par des distributeurs de produits de luxe auprès de leurs clients, un fabriquant français réaménageait sa chaîne logistique d’approvisionnement et de livraison en fonction du ressenti des utilisateurs finals partout dans le monde, en accord avec les demandes spécifiques locales. La démarche de mise en conformité de tous les processus d’une entreprise en vue de sa certification ISO 9000 (en France depuis 1987) exigeait qu’elle positionne des contrôles qualité à chaque niveau de chacun de ses processus de conception, de fabrication et de livraison.

Alors quand Monsieur Marc Genevois écrit que « l’usine de demain sera agile, à même de produire plus efficacement des commandes ultra-personnalisées », que « les contrôles qualité ne se feront plus uniquement en bout de chaîne, mais en temps réel », je crois rêver, j’en faisais la promotion et je démontrais que cela existait déjà il y a 25 ans.

Quand il ajoute que grâce aux nouvelle technologies « les entreprises peuvent se différencier en apportant plus de valeur pour leurs clients » je me demande pourquoi nos entreprises devraient attendre 35 ans pour mettre en pratique quelque chose que j’avais appris aux États-Unis dans les années 1980, et enseigné en France dès les années 1990. Il suffisait alors de faire comme certains de mes clients l’avaient déjà compris, placer l’avis, le besoin et la satisfaction du client à toutes les phases de la conception jusqu’au service après-vente de leur entreprise.

Cela me fait curieusement penser à toutes ces personnes qui trouvent toujours une bonne excuse pour ne rien améliorer sous prétexte qu’elles n’ont pas tous les outils pour le faire. Et je ne parlerai pas aujourd’hui de tous ceux qui se refusent encore à essayer d’apprendre de ceux qui font mieux qu’eux, ça s’appelle le Benchmarking. Encore une méthodologie que j’enseignais il y a plus de 20 ans. Mais arrêtons de nous plaindre et attendons tout d’un lendemain qui chantera et nous enchantera… peut-être ?

Lire sur Contrepoints notre rubrique Entreprise et management