Pourquoi êtes-vous encore dans une banque en dur ?

Comment se fait-il que vous soyez toujours client d’une banque de réseau ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Banques argent finance (Crédit : 401(K) 2013/Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi êtes-vous encore dans une banque en dur ?

Publié le 8 janvier 2016
- A +

Par Théophile Gacogne.

Banques argent finance (Crédit : 401(K) 2013/Creative Commons)
Banques argent finance (Crédit : 401(K) 2013/Creative Commons)

À l’heure où j’écris ces quelques mots, les banques en ligne doivent encore gagner quelques parts de marché. Doucement, certes, mais très sûrement. Il faut dire qu’il est 18 h 27 à l’horloge de mon PC, et qu’à cette heure, si l’on veut joindre son banquier, il est préférable d’être client d’un pure player. Car oui, on peut joindre son conseiller financier après 18 h en France. Et si vous n’y parvenez pas, c’est que vous êtes resté à l’ancien modèle, celui des banques dites physiques ; celui des banques traditionnelles, dans lesquelles il vous faudra plus d’une semaine et trois relances pour obtenir un rendez-vous urgent ou une simple réponse à votre question non moins urgente ; celui des banques qui ne cessent d’augmenter leurs frais, faisant fi de votre condition de client aux fins de mois parfois délicates…

Personnellement, lassé des montagnes de frais et d’intérêts sur frais payés année après année, j’ai opéré le changement en 2008, en octobre 2008 très exactement. J’ai clôturé mon compte définitivement chez mon banquier mutualiste, dont je tairai le nom, pour rejoindre un banquier en ligne. Et j’ai constaté la différence. Je ne dirais pas que tout y est parfait, non. Mais d’environ 20 % de satisfaction à plus de 500 € de frais divers par an, je suis passé à 90 % de satisfaction à moins de 100 € de frais annuels. Parce que c’est quand même bien là que se situe la grande différence.

Avant, pour joindre mon banquier, il me fallait le relancer plusieurs fois, et essayer de le joindre dans ses créneaux horaires à lui. Maintenant, j’adresse un mail et j’ai ma réponse le lendemain au plus tard. Mieux, je peux le joindre tous les jours par téléphone, entre 8 h et 21 h, y compris le lundi. Sincèrement, ça facilite grandement le contact, la compréhension, la communication entre nous. Mes amis arguent du fait que de leur côté, ils aiment pouvoir rencontrer leur interlocuteur physiquement. Je peux le comprendre. Mais je m’étonne toujours du temps qu’il leur faut pour pouvoir le rencontrer justement. Et eux s’étonnent toujours du turn-over dans leur agence, devant sans cesse recommencer à s’expliquer et à se justifier des événements les ayant entrainé dans la situation qu’ils connaissent aujourd’hui. Et si le feeling est mauvais…

J’ai beau leur expliquer que depuis plusieurs années les algorithmes ont pris la place des conseillers ; que ces derniers ne sont plus aujourd’hui que des commerciaux ; et qu’au final, c’est l’étude mathématique de leur cas, avec une empathie réduite à sa portion la plus congrue quant à sa part dans la décision finale, qui décidera de leur sort, ils hésitent encore à tout changer. Ils ont peur.

Pourtant, ils me voient bien payer et retirer de l’argent dans les mêmes distributeurs qu’eux, et avec la même carte bleue qu’eux. Et ils constatent que je n’ai aucun souci à récupérer mon argent. Et ils ragent même, quand je leur dis que ma carte, à moi, elle ne m’a rien coûté, et que je n’ai pas à me soucier du nombre de retraits dans le mois ou du distributeur automatique dans lequel je retire mes billets puisque je n’ai aucun frais. Aucun frais. Même pas d’abonnement, ni de tenue de compte ou que sais-je encore. Tous mes services bancaires du quotidien sont gratuits ; paiements, cartes, retraits, virements, oppositions… Même en ce qui concerne mes placements ou mon épargne, je ne paye rien ; pas de droits d’entrée, pas de frais de clôture, pas de droits d’arbitrage, et j’en passe…

Alors oui, vient inévitablement la question : « Mais comment est-ce possible ? Es-tu devenu client VIP ? » Pas du tout. Je suis simplement client d’une banque en ligne. C’est vrai que dans un passé récent, ces établissements tentaient plutôt d’attirer les plus hauts revenus, via leurs produits d’épargne et de placement et leur expertise sur les marchés boursiers. Je le concède. Mais la chose s’est grandement démocratisée. Il n’est plus besoin de justifier des mille et des cents de revenus annuels pour bénéficier des conditions avantageuses offertes par les banques en ligne.

Et, pour répondre à la question sous-jacente « mais alors, comment font ces banques pour gagner de l’argent ? », une banque en ligne ne dispose pas des mêmes moyens qu’une banque de réseau en termes d’infrastructure et de logistique. En somme, une seule adresse suffit pour gérer toute la clientèle, où qu’elle se situe sur le territoire, puisque tout se fait à distance. Ceci engendre donc forcément beaucoup moins de frais. Pas de siège social cathédrale, pas d’agences à chaque recoin de la ville, pas d’agences du tout d’ailleurs. De plus, l’épargne accumulée, ainsi que les flux bancaires suffisent à rémunérer l’établissement bancaire. Il peut donc concéder quelques ristournes à ses clients. Ensuite, c’est un simple cercle vertueux qui se met en place. Plus il y a de clients, plus il y a de flux et d’épargne, plus l’infrastructure est rentabilisée, moins cela revient cher à la banque, plus les tarifs proposés sont bas, et donc, plus il y a de clients…

Et, alors que ces banques en ligne ne proposaient il y a encore peu que des services que l’on pourrait qualifier de restreints, on constate que leurs gammes de produits s’étoffent semestre après semestre. Désormais, il est possible d’y trouver les mêmes produits qu’en banque classique. Mais attention, toujours dans une version plus simple, plus directe et plus mobile.

Ah oui, parce que j’avais failli omettre ce détail. Les banques en ligne sont également en tête de proue technologiquement parlant. Les alertes sms, la mobilité sur tous les supports (tablettes, pc, smartphones), les applications dédiées, la transmission de données et de documents par internet… Tous ces éléments sont déjà au point, et gratuits dans une banque en ligne.

Pour tous les indécis, il existe quelques sites internet indépendants sur la toile, et qui comparent les banques en ligne entre elles. On y fait la distinction entre les pure players et les banques en ligne de troisième génération, avantages et inconvénients. Et tout est passé en revue ; comptes courants, cartes bleues, épargnes, placements, crédits immobiliers et consommations… Certains sites, comme banquesenligne.org, sont extrêmement complets et permettent de se forger une opinion fiable avant de souscrire. Quant à moi, vous vous doutez bien que j’ai ma petite préférence, mais serais-je réellement objectif si je vous citais seulement le nom de ma banque ?

Pour finir de rassurer les derniers sceptiques, je précise quand même que toutes les banques en lignes sont adossées à de grands groupes bancaires français et/ou internationaux. Allez, je vous lâche quelques noms, que vous connaissez sans doute déjà ; Boursorama appartient à la Société Générale, BforBank est filiale du Crédit Agricole, Hello Bank ! est l’enfant de la BNP Paribas, ING Direct provient directement du groupe hollandais ING, dans le top 5 des banques européennes. Quant à Monabanq et Fortuneo, elles sont toutes deux filiales des caisses de Crédit Mutuel, le Crédit Mutuel CIC pour Monabanq, et le crédit Mutuel Arkéa en ce qui concerne Fortuneo.

Alors, quand nous discutons entre amis et que nous résumons la situation : plus réactif, plus mobile, plus à l’écoute, plus direct, plus simple, tout aussi sécurisé et moins cher, ils s’en trouvent de plus en plus qui optent pour l’ouverture d’un compte auprès d’une banque en ligne. Et, à l’heure où j’écris ces quelques mots, 19h40, ils ont encore largement le temps de joindre un conseiller et d’ouvrir un compte… En ligne.

Lire sur Contrepoints nos articles sur la banque

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • Client depuis plus de 12 ans chez AXA banque ( contraint et forcé de rejoindre une banque mutualiste pour y souscrire un prêt immobilier). J’ai rejoins depuis peu Fortunéo…

    Je ne supportais plus de voir le package de base augmenter de 3% par an, sans aucun service supplémentaire… ( ah si… Des agences à profusion, flambants neuves… Où il est jamais possible de retirer /déposer de l’argent… Et où le conseiller ne sais jamais grand chose et fait appel à un expert)

    Vivement qu’un opérateur viennent changer completement la donne, avec le même allant disruptif qu’il aura été lui même victime dans son metier historique par un trublion.

  • Vous avez raison ! Pour ma part cela fait un moment déjà que je désire changer de banque. Et les frais de gestion de compte à venir ne vient que me conforter dans mon choix ! En lisant cet article, c’est déjà beaucoup plus clair dans ma tête.

    Apres je pense que l’on trouvera toujours quelquechose à dire surtout à propos de notre banque. Mais tant qu’à faire autant que l’on soit le plus satisfait possible c’est sûr !

  • Pour ma part, je compte passer au crédit coopératif, une banque certes, de réseau, mais un peu plus correcte sur le fond, mais toutefois clairement pas assez transparente à mes yeux.

    Pour ça j’attends que la Nef propose enfin des comptes courants aux particuliers, ils pourront me compter parmi leurs clients.

  • Le paysage bancaire français est à l’image de la sociologie de ses habitants.
    Ce marché à deux vitesses est segmenté, à chaque segment son profil de client : urbain/rural, jeune/vieux, libéral/conservateur, bobo/plouc, etc…
    Évidemment, ce sont les vieux ploucs ruraux conservateurs qui restent dans les banques en dur et paient le prix fort en terme de qualité de service et de prix de ces services.

  • Je suis client de 2 banques en lignes (vu qu’elles ne coutent rien, je peux profiter de leurs avantages respectifs). Mais quand j’ai voulu un prêt immobilier, j’ai été obligé d’aller voir une troisième banque classique . Je n’ai rien chez eux, et ils ne font rien pour moi, mais je paie des frais de tenue de compte…

    • ING propose des prêts immobiliers intéressants avec tableaux à deux entrées (par remboursement ou par capital emprunté..) jusqu’à 64 ans. A environ 2.5%…pas mal mais je pense un peu cher…Toutefois les frais de dossier sont bien moindres qu’une banque classique (200€) Allez voir leur site..

    • Client d’une banque en ligne, j’avais mon prêt immobilier chez eux.
      Avec la baisse destaux ils n’ont pas voul négocier, j’ai fini par faire un rachat avec une autre banque en ligne… tout en gardant les deux vu que je préfère, et dr loin, la première.

  • ce qui est comique c’est que les banques en ligne sont des filiales des banques traditionnelles.

  • +1 un système bancaire à la Uber c’est pas pour demain, et puis le secteur de la banque ca reste la banque hein.
    Quand il n y aura quasi que des banques en lignes la plupart des frais des banques standards se répercuteront, il y a toujours une période alléchante pour le client quand un nouveau service se lance: taux avantageux, nouveau produits, frais réduits ça reste le temps de la campagne d’appel d’offre.
    C’est comme le lancement d’un magazine de modélisme le premier numéro est a 1€ à partie du 10ème ca commence à faire cher au final 🙂

  • Merci pour cet excellent article. Sur notre site nous avons aussi tendance à « militer » dans ce sens. Raz le bol de se faire prendre pour des vaches à lait. Par contre notons tout de même que l’accès à la plupart des banques en ligne est tout de même assujetti à un certain niveau de revenu excluant les personnes les moins fortunées.

  • Pourquoi êtes-vous encore dans une banque en dur ?
    Ben, paske j’en ai envie. Ce n’est tout de même pas un site libéral qui va me dicter quelle modèle de banque je dois choisir, tout de même 😉

    Toute plaisanterie mise à part, nous assistons tout simplement à une segmentation du marché. Chaque banque (en ligne ou pas) propose des services différents pour des clients différents. Celles qui ne parviennent pas à se différencier vont disparaître à plus ou moins long terme. Et elles le savent. Le rachat de banques en ligne est une manière de se protéger.

    La concurrence sur les services de base est féroce. Certains acteurs (en ligne ou pas) « achètent » des clients en leur founissant des cartes bancaires sans frais ou des livrets d’épargne à taux bonifié.

    Sur le haut de gamme c’est plus facile de proposer du service personnalisé (en ligne ou pas) pour des opérations plus complexes. Ce segment de marché est tout petit en nombre de clients mais il peut être rentable car les montants en jeu sont élevés.

    Certaines banques classiques ont des centres d’appel avec des horaires bien plus larges que l’agence.

    A chacun de choisir. Rien n’interdit d’avoir des comptes dans plusieurs banques, en ligne ou pas. C’est d’ailleurs fortement recommandé pour éviter d’avoir tous ses oeufs dans un même panier…

    • Bravo « fm06 » pour vos quelques remarques pleines de LUCIDITE.
      A chacun de choisir, en effet. Telle le veut la DOCTRINE libérale, à la différence de cette nouvelle forme de collectivisation que prônent certains (dont ici l’auteur) !
      On peut aussi lire dans les médias belges une pub en faveur d’une banque coopérative, toujours hypothétique au fil des années : « NewB » (sic). Machin dans lequel opèrent de manière larvée : les « associations de con-sommateurs », des syndicats et leurs pouvoirs politiques des gauches. Tel ne peut évidemment pas être le choix libéral… A chacun donc e choisir et d’assumer ces risques, selon son appréciation personnelle. Tel est MON CHOIX, librement consenti !!!

      Alternativement, une forme de vie autarcique (celle de la plupart des « banques en ligne ») ne ménage que des mirages décalés : Just a new version of HOLLOW COMPANIES ?

      NB : 1) je reste client attentif d’une banque internationale « de tradition » ayant elle-même opéré son changement de Business Model … un peu tardivement, je le concède… Mais là où j’y ressent une notion de SERVICE (qui doit bien se payer qqpart).
      2) je suis un investisseur particulier, assez averti en matière économique et financière. :o)

    • Ok donc selon toi quand quelqu’un te pose une question c’est forcément qu’il veut te dicter un ordre ?

      Pour ma part je trouve que en effet c’est bien d’avoir une banque en ligne comme une banque traditionnelle afin de se diversifier.

  • Juste au cas où certains douteraient…. Oui je suis client d’une banque en ligne et je suis supercontent.
    Gestion de mon compte superfacile (compte depot, épargne, assurance vie et PEA) depuis un ordi où l’appli mobile. Des frais quasiment nul.
    Et que dire dès lors qu’on déménage car on n’est pas rattaché à un groupe régional d’agences bancaires.

  • Regardez la composition en actionnariat des banques en ligne et vous comprendrez ce qui va vous arriver avant fin 2016.

  • Cet article me fait penser à la dernière saison de South Park: les pubs se cachent partout, meme dans les articles de presse !

  • Je reste client de ma banque reseau, mais l’essentiel de mon argent est hors systeme bancaire.
    Mon Compte courant me suffit amplement (je ne prend pas de crédit) et la mastercard world elite n’est helas gratuite nulle part.
    Question cout, claquer 100 ou 500 euros pour des frais de banque, quand je vois certains dépenser des fortunes dans des abonnements TV ou smartphone : chacun son trip, je n’ai pas de télé ni de smartphone.
    Ca se joue donc a la marge.

    Pour le reste, mon portefeuille bitcoin en cold storage me sert de banque en ligne.
    Je me tâte pour l’adosser a une carte visa ou mastercard, mais c’est assez récent donc je pense attendre encore un peu pour avoir du retour d’experience.
    Resultat : disponibilité 7j/7, 24h/24, gratuité totale, liberté totale.

  • les banques en lignes font elles les crédits immobiliers ?
    parce qu’une banque, ça sert à ça : me prêter de l’argent pour que je puisse m’enrichir

  • POUR LA BANQUE EN LIGNE

    – Meilleur taux d intérêt
    – Conseillers joignables
    – Frais bancaires réduits
    – Carte bleu offerte

    CONTRE LA BANQUE EN LIGNE
    Euuhhhh pas grand chose enfaite …

    Et ces banquiers traditionnelles qui viennent nous faire les fonds de poches avec ces soit disant nouveaux frais de comptes. C’est juste une énorme blague ! Comme si ils avaient pas assez d’argent !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Delphine Moret.

La crise sanitaire a dopé le paiement électronique, par carte bancaire ou sans contact, comme l’a constaté la Banque centrale européenne (BCE). Les restrictions des déplacements et des interactions physiques ont accéléré le boom du e-commerce et l’utilisation des moyens de paiement digitaux. De plus, la crise du Covid-19 a été marquée par des opérations d’influence d’envergure et une attaque en règle de la réputation du billet de banque, accusé à tort de transmettre le coronavirus. « Un tsunami informationnel » qui ... Poursuivre la lecture

Par Lawrence W. Reed.

La plupart des amoureux de la liberté et des marchés libres défendent la séparation de l'État (politique et politiciens) de beaucoup de choses - l'église, la famille, les affaires, l'éducation, etc. Peut-être que si la Constitution des États-Unis avait expressément interdit la création par le gouvernement fédéral d'une banque nationale, les Américains auraient été épargnés des méfaits sans fin de ses diverses itérations dans notre histoire.

Peut-être que si la création monétaire de la Réserve fédérale conti... Poursuivre la lecture

porno
0
Sauvegarder cet article

Par Jerry Barnett. Un article de Quillette

La récente décision d’OnlyFans, l’une des plus grandes marques de l’industrie adulte, d’arrêter de vendre des contenus sexuellement explicites a pris tout le monde par surprise. Les médias sociaux ont réagi avec amusement, de nombreuses personnes suggérant (à juste titre) que cela revenait à ce que KFC abandonne le poulet. OnlyFans a invoqué la pression exercée par Visa et Mastercard, le duopole effectif qui contrôle l’essentiel des paiements en ligne (American Express avait déjà interdit les ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles