Les aléas du tri sélectif à Paris

Hôtel de ville de Paris (Crédits wagner51 licence Creative Commons)

La mairie du 12ème veut expérimenter le tri sélectif des déchets alimentaires. Un lecteur lui a répondu avec humour.

La mairie du 12ème arrondissement de Paris a annoncé dans une communication envoyée aux habitants son souhait d’expérimenter le tri séparé des déchets alimentaires (voir la lettre complète ici). Un lecteur lui a répondu avec humour :

Madame Catherine Baratti-Elbaz

Maire du 12ème arrondissement

PARIS

 

Objet : votre lettre concernant le tri séparé des déchets alimentaires.

Madame,

Nous avons bien reçu votre lettre concernant le tri séparé des déchets alimentaires. Nous habitons le 12ème arrondissement et nous sommes ravis d’avoir été choisis comme cobayes pour cette expérimentation. Voici quelques idées pour améliorer votre projet :

  • Construire des bacs pour lesdits déchets directement devant la Mairie, comme ça c’est vous qui allez profiter des odeurs, des rats, des insectes, cafards, et de ceux qui farfouillent dans les bacs et éparpillent les déchets par terre. Apparemment vous pensez que Paris est au fin fond de la campagne, avec beaucoup de place au fond de nos jardins pour les composteurs.
  • Transporter les déchets de la Mairie à leur destination inconnue par Vélib, sur les pistes cyclables qui ne mènent nulle part et qui ne sont pas utilisées par les cyclistes.
  • Brûler les paperasses générées par les mairies de Paris, pour compenser la réduction de carburant (les déchets alimentaires) à l’usine d’Ivry, où les déchets alimentaires sont déjà valorisés, produisant l’eau chaude pour les immeubles du voisinage.
  • Supprimer les marchés de Paris, qui génèrent assez de déchets pour nourrir tous les pigeons, mouettes et rats de Paris, et en plus ce qu’ils ne mangent pas est ramassé par les bulldozers !
  • Enseigner à l’école comment trier les déchets alimentaires. Nous constatons que c’est trop tard pour les adultes, qui jettent n’importe quoi dans les poubelles vertes et jaunes. Comme l’Éducation nationale n’enseigne plus les savoirs fondamentaux, ils apprendraient au moins quelque chose d’utile.
  • Continuer à couper des arbres en imprimant des milliers de notices pour cette expérimentation.
  • Lire le dernier N° de Valeurs Actuelles (N° 4114) qui traite des guignols de l’écologie.
  • Expliquer combien va nous coûter votre projet ? Mais ça, vous vous en moquez. « C’est pas cher, c’est l’État qui paie » dirait Hollande qui s’y connait en gestion des finances publiques.

Salutations.

Un habitant du 12ème arrondissement.