Droits de l’homme : du concept universel à l’argument politique

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
azerbaijan credits gender en development (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Droits de l’homme : du concept universel à l’argument politique

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 12 décembre 2015
- A +

Les Droits de l’homme (DH) sont souvent un argument politique qui dicte l’attitude des États occidentaux à l’égard de différentes régions du monde. S’il faut se réjouir que ces valeurs fondamentales soient défendues, gare aux amalgames dans un monde qui se complexifie.

Par Philippe Morton.

azerbaijan credits gender en development (licence creative commons)
azerbaijan credits gender en development (licence creative commons)

 

Les Droits de l’Homme : une notion récente et occidentale ?

Les Droits de l’Homme sont le produit d’une longue maturation historique, parsemée d’abus et de prises de conscience. La Perse est considérée comme étant à l’origine de l’idée, au VIe siècle av. J.-C. Lors du règne de Cyrus le Grand, en -539, fut rédigé le cylindre de Cyrus parfois mentionné comme la « première charte des droits de l’Homme. » Très vite, la Grèce emboite le pas, et la notion de droit humain se développe, particulièrement sous la plume de Platon, qui parle d’un « homme intérieur qu’il faut toujours protéger ». Mais il ne s’agit encore que de balbutiements, et le concept juridique des Droits de l’Homme à proprement parler mettra plus de temps à apparaître.

Certains historiens font remonter l’émergence des Droits de l’Homme tels qu’on les appréhende aujourd’hui à l’Habeas Corpus britannique, d’autres à la Déclaration d’indépendance américaine, fondée sur les idées des lumières françaises. Enfin certains estiment que la première réelle proclamation des DH au sens moderne remonte à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Dans tous les cas, les fondations légales de cette idée sont très largement considérées comme occidentales.

De ce fait, certains semblent penser que cette primauté historique, au sens textuel, donne le droit aux pays occidentaux de largement critiquer le reste du monde, voire de s’immiscer dans leurs affaires. Si l’acquisition de ces droits est absolument fondamentale dans le développement d’un État, force est de constater que la notion, une fois en place, tend à s’éroder. Aujourd’hui, par exemple, les procédures autour du respect de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales (CEDH) sont très majoritairement contestables.

En moyenne, sur 100 requêtes individuelles présentées à la Cour, 5 sont recevables et 3 sont considérées comme fondées. On voit bien comment certains citoyens tentent d’abuser de cette notion, ou de la dévoyer, en amenant n’importe quelle cause devant la CEDH et en faisant une interprétation extensive des DH. Aussi, parfois, certains États commettent les mêmes abus, et justifient des actions prises dans leur seul intérêt par une version extensive de ceux-ci.

Russie, Corée du nord : quel pouvoir contre les régimes autoritaires ?

Pourtant, le rôle de mise au pilori de régimes voyous n’est pas une mauvaise chose. Ainsi, des régimes menant des politiques clairement défavorables à leur peuple peuvent être fragilisés par des sanctions économiques (taxes, de quotas, de gel d’avoir…). Le meilleur exemple est la Corée du Nord, largement exclue du marché international et des institutions de représentation internationales. De même, des pressions conséquentes sont exercées sur la junte en Thaïlande qui a pris le pouvoir au printemps 2014, et de nombreux observateurs s’accordent pour dire que la transition vers la démocratie que connait actuellement la Birmanie est en partie liée aux restrictions économiques dont elle a fait l’objet.

D’autres fois, les droits de l’homme permettent de combattre les abus d’un État commis contre d’autres peuples. C’est le cas des sanctions prises à l’encontre de la Russie pour son appropriation unilatérale de la Crimée, région ukrainienne, et de sa participation présumée en catimini à la guerre de sécession qui fait rage dans le pays depuis février 2014.

La notion de défense de DH est également sujette à des abus en matière de géopolitique. La défense de droits peut parfois être uniquement un prétexte pour une action stratégique, comme nombre d’experts le dénoncent en ce qui concerne l’invasion d’Irak en en 2003. Ainsi, des pays sont ostracisés et mis au pilori sans motifs discutables.

Azerbaïdjan : un exemple de préjugés géopolitiques

C’est par exemple le cas de l’Azerbaïdjan, pays du Caucase qui paie le prix fort pour sa situation entre la Russie et l’Iran, autres pays restés longtemps dans le collimateur d’une large partie de la communauté internationale. La République d’Azerbaïdjan figure souvent dans la liste noire des dictatures mondiales, ceci alors même que le pays est très avancé démocratiquement pour sa région. Il dispose d’un parlement indépendant, d’un accès libre à internet, a aboli la peine de mort et s’est très tôt fait un défenseur de l’égalité des sexes, dans une région où la situation des femmes est parfois alarmante. Après une période d’indépendance progressiste où le droit de vote avait été accordé aux femmes dès 1918, le régime soviétique de l’URSS est venu remettre en question son développement. Mais l’indépendance en 1991 a ouvert la voie à une émancipation politique progressive et à l’établissement d’un cadre légal inspiré des démocraties modernes.

De nos jours, le pays est une république turcophone musulmane à domination chiite, bien que la liberté de culte y soit totale. En début de mois, de nouvelles élections législatives ont été organisées et ont conduit à une large victoire (70 sièges au parlement sur 125) du parti en place, avec à sa tête le président Ilham Aliyev. L’opposition, dont le Conseil national des Forces démocratiques (CNFD), Musavat et le Parti démocratique d’Azerbaïdjan, n’avait d’ailleurs aucune illusion, ayant choisi de boycotter un scrutin. La situation y est claire pour les habitants : « Yeni Azerbaïdjan est le seul parti capable de garantir le développement économique du pays et la stabilité », a expliqué à l’AFP Alimusa Sattarov, un professeur de 58 ans. De fait, le principal opposant du président Aliyev, Ilgar Mammadov, qui dirige le mouvement d’opposition Alternative républicaine (Real), est détenu depuis 2013 pour avoir trempé dans une affaire de possession illégale et trafic d’armes, ce qui laissait le champ libre au candidat sortant.

Aujourd’hui, parce que son père était un dirigeant autoritaire, Aliyev continue de payer les pots cassés d’un méandre dans l’émancipation du pays, l’occupation par l’URSS et le retour à la démocratie. Même si l’Europe se rapproche du pays – elle a donné son soutien au projet de pipeline Nabucco, qui pourrait amener le gaz d’Azerbaïdjan et du Turkménistan vers l’Autriche – ce pays jouit encore d’une image de dictature religieuse. Clairement pas aidée par ses deux grands voisins et alliés, Bakou est victime d’un amalgame réducteur, et une fois encore les DH sont détournés de leur finalité.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Jolie réflexion toute emprunte d’un évident juridisme. Cependant :

    1 – confondre la Russie d’aujourd’hui en la plaçant dans le même « pot » qu’une folle dictature de Corée du nord m’apparait d’une indécence mêlée de quelques lourds a priori …

    2 – au sortir de la guerre de Corée (années ’50s) les deux Corée étaient à égalité de situation sociale. L’une (du Nord) n’a depuis lors cessé de régresser … tandis que celle du Sud connaissait un boom sur son facteur PIB et des libertés jusqu’à se développer par un facteur supérieur à QUINZE FOIS ! Concepts de D.H. probablement empruntés à l’Occident. Remous sociaux entretenus par des franges communistes d’à côté…

    3 – le cylindre de Perse antique et toutes les civilisations parallèles ou conséquentes ont continué de pratiquer l’esclavage. Les textes 1884 d’une abolition par les pays occidentaux n’ont pas su enrayer sa pratique actuelle en divers endroits « culturels » d’un monde qualifié de « grand village » ! Paradoxal ?

    4 – tenant la chose d’un parlementaire présent dans l’hémicycle du Conseil de l’Europe à Strasbourg : il faut y noter les SUBTILES modifications (de mots) apportées aux textes juridiques de 1949. Ceci accompli et voté par des courants de nos gauches à l’occasion d’élaboration en « droits fondamentaux ».
    Soit des textes prêtant dorénavant à diverses interprétations … que leur Cour (en forme de tribunal multi-juges) … assigne aux Etats… sans garanties d’équilibre des pouvoirs respectifs.

    Tout ceci prêtant à bien des améliorations à venir ?

    • « confondre la Russie d’aujourd’hui en la plaçant dans le même « pot » qu’une folle dictature de Corée du nord m’apparait d’une indécence mêlée de quelques lourds a priori »

      Non c’est tout à fait justifié puisque la Russie est le pays s’opposant le plus fermement aux valeurs de la civilisation judéo-chrétienne défendues par l’occident. Pour cela il ne faut pas lire les sites d’informations russes qui ont pour but de faire passer la Russie pour présentable mais écouter les Douguine, Kadyrov, Zaldostanov, Milchakov…

      On peut aussi voir ce qu’il se passe dans l’est Ukrainien ou des fanboys de Poutine fouettent des femmes pour être allé dans un bar:

      « Les femmes ne devraient pas aller dans les bars, si elles le font, nous devrions toutes les violées. »

      https://veriteperdue.wordpress.com/2014/12/01/retour-au-moyen-age-en-novorossia/

      Rien a changé depuis le temps de l’URSS, il y a radio Moscou et il y a la Russie réelle…

  • La défense des droits de l’homme est un concept intéressant mais comme toutes les grandes idées, il est sujet à caution car détourné de ses buts écrits dès parution.
    Il faut déjà se souvenir, sans aller plus loin, que la déclaration des droits de l’homme et du citoyen a précédé une boucherie sans précédent où tout le monde passait à la guillotine ou à trépas par des moyens encore plus expéditifs parce que la période était au massacre « vertueux » et que c’était une bonne opportunité de se débarrasser de ses adversaires. Les nobles ont été massacrés non pas pour les exactions qu’ils commettaient pour certains mais parce que les bourgeois et banquiers voulaient leur place et leurs biens et ont été assez bas pour voler également parfois leur nom. Ils ont attendu que les hommes de main les massacrent pour les spolier et continuer à asservir les gens qui travaillaient et qui n’y ont pas vu, in fine, grande amélioration.
    Dernièrement en France, on se sert des droits de l’homme pour aller bêler devant la cour européenne du même nom, quand on a commis sciemment une infraction et qu’on veut ne pas subir les foudres de la justice et en plus, demander de l’argent à l’Etat ou à la collectivité qui prétend faire respecter la loi. Accessoirement, prendre des décisions dont le bon-sens est totalement exempt, tend à sembler donner une ombre d’utilité à cette cour qui coûte au contribuable européen sans lui rendre quelque service que ce soit;
    Notamment, des gens du voyage, qui avaient construit des édifices, sans raccordements d’assainissement, sur des terrains naturels ou agricoles où la construction est interdite, et occupaient le reste du terrain avec leurs caravanes, qui se trouvaient sous l’action juridique de la commune puis de l’Etat qui faisaient uniquement respecter la loi française en matière d’urbanisme, ont réussi à les faire désavouer par les nuisibles de la cour européenne qui dévoient le concept de droit de l’homme : ils ont prétendu que c’était le lieu d’habitation des gens du voyage et que nul ne doit en être privé.
    Certes.
    Il y a comme ça grosso modo 60 millions d’habitants en France qui ne se voient pas privés de leur lieu d’habitation par qui que ce soit, tout simplement parce qu’ils respectent la loi, paient leur loyer, ne construisent pas n’importe quoi n’importe où au mépris de la nature et des règles sanitaires et de l’urbanisme.
    Or, c’est bien parce que ces règles existent que la France est encore un pays qui peut prétendre à être touristique et non pas une décharge en plein air.
    Les droits de l’homme, depuis un bon moment, c’est comme le mot « république » : ceux qui l’emploient le font pour le dévoyer au profit de choses bien moins recommandables.
    Pas la peine d’aller en Azerbaïdjan pour ça hélas, même si ce que vous exposez est vrai.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Walter Lippmann fut un journaliste américain à la fois engagé dans les affaires internationales et dans les débats d'idées. Il mit en avant l'impossibilité d'une authentique démocratie dans une société contemporaine dans ses livres Public Opinion et The Phantom Public.

Si il fut un observateur lucide de la politique nationale comme des affaires mondiales, il fut aussi le promoteur réfléchi de solutions aux problèmes de régime. Il a ainsi été l'initiateur d'un libéralisme humaniste qu'il a promu dans son livre The Good Society. ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par David Teurtrie. Un article de The Conversation

Début janvier 2022, le Kazakhstan a connu des manifestations contre la hausse des prix du gaz de pétrole liquéfié qui se sont rapidement étendues à plusieurs villes du pays avant de dégénérer en émeutes.

Le président Kassym-Jomart Tokaiev a d’abord réagi en limogeant son gouvernement, accusé d’être responsable de la crise, puis a promis un gel des prix des carburants afin de calmer la colère des manifestants. Mais la situation s’est encore aggravée à Almaty, capitale économique ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Ce qui m’a frappé au cours de cette année 2021, ce n’est pas le virus, mais l’extension de l’autoritarisme sous sa forme dramatique comme sous sa forme rampante et bureaucratique. J’ai remarqué également la numérisation et le retour en force des marchés qui « se vengent » des dictatures notamment par l’inflation. Bien sûr, le virus a joué son rôle, mais il a plutôt été l’occasion que la raison de fond.

La violence autoritaire

Cette violence a gagné une grande partie du monde, et s’il fallait donner un premier prix, il reviendrait au My... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles