Marché transatlantique, 11ème round : des négociations décevantes

TTIP : la commission européenne a récemment rendu public ses avancées à la suite du 11ème round de négociation à Miami.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Siège de la Commission Européenne (Crédits : Amio Cajander, licence CC-BY-SA 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Marché transatlantique, 11ème round : des négociations décevantes

Publié le 9 décembre 2015
- A +

Par Hervé Guyader.

Siège de la Commission Européenne
Siège de la Commission Européenne (Crédits : Amio Cajander, licence CC-BY-SA 2.0), via Flickr.

 

Poursuivant son œuvre de transparence, la Commission européenne a publié, le 6 novembre 2015 à la suite du 11ème round de négociation à Miami, un rapport complet de 22 pages sur les avancées des négociations engagées à propos du TTIP. Le rapport détaille les progrès accomplis en matière d’accès au marché, de coopération réglementaire et de règles.

Relativement à l’accès au marché, la Commission européenne s’est montrée d’une grande vigilance au sujet des produits agricoles, notamment sur la protection de certaines appellations, et des services publics pour lesquels l’exigence d’accès au marché américain est rappelée.

Relativement à la coopération réglementaire, Européens comme Américains ont mis en place un guide de bonnes pratiques, valable en matière de barrières techniques, de normes sanitaires et phytosanitaires, pour l’harmonisation desquelles les parties ont amorcé la discussion autour d’un article portant sur les risques scientifiques. La Commission a pris la peine de détailler les progrès par secteurs d’activité (industrie pharmaceutique, médicale, cosmétique, textile, automobile, de l’information et de la télécommunication, de l’ingénierie, et chimique). La recherche d’une harmonisation se fait au profit des meilleurs standards.

En matière de règles, la Commission souligne l’importance accordée aux exigences de développement durable et détaille les progrès en matière d’énergie et de matières premières, les avancées au profit des PME et en matière de facilitations des douanes, de droits intellectuels et de droit de la concurrence. Plus spécifiquement, la question des droits intellectuels a été au cœur de la négociation pendant deux jours complets afin de déterminer les points de convergence permettant une protection a maxima.

Ce faisant, la Commission affirme l’importance des critères européens dans la recherche d’une convergence normative qui n’est pas abandonnée aux seuls Américains. Si le travail d’harmonisation reste conséquent, la publication de ces éléments devrait rassurer les innombrables détracteurs du TTIP qui ne cessent d’en dénoncer le manque de transparence.

De nombreux points de vigilance demeurent encore, au rang desquels les appellations d’origine ou la détermination des normes sanitaires et phytosanitaires devraient figurer à l’ordre du jour des prochains rounds de négociations. Cependant, comme l’a rappelé le négociateur en chef de l’UE, Ignacio Garcia Bercero, la coopération réglementaire ne pourra pas abaisser le niveau de protection dont bénéficient les citoyens. Elle ne pourra pas davantage changer la façon dont nous réglementons l’ordre public et ne pourra pas affecter les processus législatifs et l’indépendance des régulateurs. Il reste regrettable que la question de la protection des données personnelles n’ait pas été abordée, le « Safe Harbor » ayant récemment été annulé par la Cour de Justice de l’Union Européenne.

Il est, enfin, très décevant que la question de la résolution des différends opposant investisseurs et États n’ait pas été traitée. La Commission a, en lieu et place de l’arbitrage, préféré renvoyer à l’idée d’un modèle de contentieux État/État de type OMC. Préconisé par la plupart des acteurs économiques, l’arbitrage présente pourtant d’incontestables avantages techniques. Le rejet implicite de l’arbitrage comme mode de règlement des conflits est, à ce titre, regrettable et contestable.

Sur le web

Retrouvez sur Contrepoints notre dossier traité transatlantique

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Je pense que l’auteur a dû se tromper (ou faire une erreur de traduction) en écrivant : « La Commission a, en lieu et place de l’arbitrage, préféré renvoyer à l’idée d’un modèle de contentieux État/État de type OMC ».

    Il me semble que la Commission était partie sur une proposition de Cour d’arbitrage internationale, plus proche de l’ISDS que du système OMC.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un ami taquin me présente hier 5 mars une amie allemande qui travaille à la Commission européenne. Courtois, j’entame la conversation. Après deux phrases, madame Von Strumphflüdel (si j’ai bien compris) tient à m’informer du fait qu’elle se rendra bientôt en Inde en train, bien sûr.

— Of course. Êtes-vous peut-être écologiste ?

D’un air humble, les lèvres légèrement pincées, les yeux se baissent, le visage s’incline imperceptiblement, dans une posture nettement christique :

— Je ne suis pas parfaite, mais je tente de cont... Poursuivre la lecture

La présidente de la Commission européenne Ursula von der leyen vient de déclarer :

« La porte de l’Union européenne est ouverte à l’Ukraine [...] Ils sont des nôtres. »

Peut-être Ursula gagnerait-elle à consulter les traités européens qui fondent sa modeste légitimité non démocratique ?

Qui décide et supervise le processus d’adhésion d’un État à l’Union européenne ? Le Conseil.

Le Conseil — non la Commission — établit et supervise le processus d'élargissement de l'UE et les négociations d'adhésion.

Selon les... Poursuivre la lecture

Par Louis Anders.

L’internet repose sur une infrastructure physique – câbles, antennes, commutateurs, serveurs informatiques. Pour fonctionner, les différentes machines du réseau doivent communiquer entre elles via des protocoles informatiques identiques. Envoyer et recevoir un message électronique entre deux ordinateurs suppose en effet un standard de communication commun entre eux. C’est pourquoi l’internet s’est longtemps développé de manière centralisée, sous l’étroit contrôle des États-Unis, qui avaient créé en 1998 une structure ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles