Régionales 2015 : l’ « alternative » FN est une impasse

Marion Maréchal-Le Pen et Marine Le Pen ne nous promettent rien de bon, mais elles le promettent avec un aplomb qui rassure.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Marion Maréchal-Le Pen (Crédits : Rémi Noyon, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Régionales 2015 : l’ « alternative » FN est une impasse

Publié le 7 décembre 2015
- A +

Par Nathalie MP.

Marion Maréchal-Le Pen (Crédits : Rémi Noyon, licence CC-BY 2.0), via Flickr.
Marion Maréchal-Le Pen (Crédits : Rémi Noyon, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

 

Peu de surprises hier soir : le premier tour des élections régionales a bien eu lieu et les résultats sont à peu près comme prévus. Si l’on fait abstraction de l’abstention plutôt moindre (50%) que lors du précédent scrutin régional de 2010 (54%), le Front national a confirmé qu’il était bien le premier parti de France en recueillant 28% des suffrages exprimés (soit 6 millions de voix) contre 27% pour le bloc Les Républicains, UDI, Modem et alliés, et 23% pour le Parti socialiste et apparentés. EELV obtient 6,5%, le Front de gauche environ 4% et Debout la France de Dupont-Aignan 3,9%. 

À l’issue des européennes de juin 2014, le Front national avait obtenu 4,7 millions de voix soit 24,8% des suffrages exprimés pour une abstention de 57%, et en mars dernier, lors du premier tour des élections départementales, il totalisait 5,1 millions de voix soit 25,2%, avec une abstention de 50% et l’absence de Paris et Lyon dans ce vote. Incontestablement, le Front national progresse régulièrement et sûrement dans l’esprit comme dans les votes des Français. C’est clair, net et sans bavure.

Pas de surprise non plus du côté de la réaction de Jean-Marie Le Pen, fondateur exclu du mouvement et père de l’actuelle Présidente : il a fallu une fois de plus qu’il implique les juifs dans sa lecture de la défaite de Christian Estrosi, candidat de droite en PACA face à sa petite-fille Marion Le Pen. Il y a dans ce parti des récurrences obsessionnelles antisémites qui devraient pourtant finir par alerter.

Pour ma part, j’ai une chance inouïe. Où que je me tourne, je vis dorénavant à la pointe de la nouvelle modernité politique. Non contente d’habiter et de voter à Lille pendant l’année, avec une probabilité aussi sinistre qu’élevée de voir une dame de la famille Le Pen remporter le scrutin dans la nouvelle grande région Nord Pas-de-Calais-Picardie, j’ai un tropisme très aigu pour les Hautes-Alpes pendant les périodes de villégiature. Si le mot Alpes inspire plutôt des pensées montagnardes, ce département n’en fait pas moins partie de la région PACA qui se décline en Provence Alpes Côte d’Azur, et là, à nouveau, Bingo ! C’est la nièce Le Pen qui pourrait bien récupérer la présidence de la région dimanche prochain.

ER2015 1er Tour 21 h 30

À vrai dire, quel dommage pour le Front national de n’être pas davantage pourvu en nièces, cousines, tantes, petites-filles ou toute autre parenté à la mode de Bretagne pour sa vitrine politique. Car en réalité, contrairement à ce qu’on pouvait penser il y a seulement deux mois, ce n’est pas dans deux régions que ce parti a dominé hier soir, mais dans six sur treize, si l’on exclut pour l’instant nos quatre territoires d’Outre-Mer. Selon les résultats connus à l’heure où j’écris, le Front national a déboulé avec fracas en tête de scrutin :

  • En Alsace Champagne-Ardenne Lorraine : 35% (FN) – 26% (Droite) – 17% (PS)
  • En Bourgogne Franche-Comté : 32% (FN) – 24% (Droite) – 23% (PS)
  • En Centre Val-de-Loire : 31% (FN) – 26% (Droite) – 24% (Gauche)
  • En Languedoc Roussillon Midi Pyrénées : 31% (FN) – 26% (Gauche) – 19% (Droite)
  • En Nord Pas-de-Calais Picardie : 41% (FN) – 25% (Droite) – 18% (Gauche)
  • En Provence Alpes Côte d’Azur : 41% (FN) – 26% (Droite) – 16% (Gauche)

Dans les sept autres régions, la gauche domine en Bretagne avec 34%, et en Aquitaine avec 32%, et la Droite obtiendrait la première place dans les quatre régions restantes, dont l’Île-de-France avec 31% pour Valérie Pécresse. Enfin, en Corse, une liste PRG (Parti radical de gauche de Mme Taubira) et une liste régionaliste sont à égalité à 19%.

Combien de régions le FN sera-t-il capable de remporter dimanche prochain ? Tout dépend maintenant de la façon dont les autres partis vont se comporter. S’il parait acquis que le Front de Gauche et le parti écologiste se replieront sans problème sur le Parti socialiste, reste la question délicate de la fusion ou du retrait de listes entre la droite et le PS pour contrer le FN. Pierre de Saintignon, candidat PS en NPDCP a fait un appel en ce sens dès 20 heures hier, en soulignant que « personne ne peut avoir ce soir la prétention de gagner seul. » En face, Nicolas Sarkozy a exclu toute fusion avec la gauche, estimant que le message des Français était très clair : « la République a trop reculé », en particulier depuis quatre ans. En conséquence  :

« La seule attitude à adopter pour nos candidats, dans toutes les régions, est de respecter les Français en proposant une alternance claire. Demain, lors du bureau politique, je proposerai de refuser toute fusion ou retrait de liste. » (déclaration de Nicolas Sarkozy hier soir)

Exact, la République a trop reculé, tout en s’occupant de tout et de rien. Mais on attend toujours « l’alternance claire ». C’est curieux comme ces choses s’expriment toujours après les débâcles électorales.

Et finalement, Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste, a défini la règle de désistement suivante :

« Dans les régions à risque FN où la gauche ne devance pas la droite, le PS décide de faire barrage républicain, notamment en Nord Pas-de-Calais Picardie et PACA » (déclaration de J.-Chr. Cambadélis, hier soir)

Il arrive que Cambadélis ait de bonnes inspirations, mais ça ne dure jamais longtemps. Virtuellement drapé dans une vertu républicaine qui, de Cahuzac en Thévenoud, et de loi Renseignement en état d’urgence prolongé, m’avait totalement échappé, et oubliant complètement que son parti est arrivé en troisième position au niveau national comme dans bon nombre de régions, il se croit obligé de faire la leçon aux autres :

« Le parti qui s’est pourtant nommé Les Républicains dit son refus de pratiquer le désistement républicain. La gauche est donc le dernier rempart de la France républicaine contre l’extrême-droite xénophobe. »

La gauche, dernier rempart contre l’extrême droite ! Quelle blague ! La gauche, boulevard du Front national, oui ! Comme c’est amusant cette horreur d’un FN que le Parti socialiste au pouvoir a tout fait pour attiser, en laissant filer ses prérogatives régaliennes pour nous assommer d’impôts, de sociétal, d’antiracisme, de « vivrensemble », de censure de certaines opinions dérangeantes, d’obligations et d’interdits à propos de notre santé, etc., sans aucun résultat sur les fondamentaux de notre économie, de notre école, de nos universités, de notre système médical ou de notre police.

Alors que les pays européens comparables au nôtre, l’Allemagne et le Royaume-Uni pour ne pas les nommer, ont vu leur taux de chômage refluer vers les 6%, une fois la crise de 2008 absorbée, nous observons chaque mois l’augmentation des demandeurs d’emplois dont les seules corrections à la baisse résultent d’emplois aidés, de radiations administratives un peu lourdes ou de bugs informatiques. Nos indicateurs les plus élevés concernent la dette publique, les prélèvements obligatoires, et l’expatriation de nos meilleurs étudiants, j’ai déjà eu l’occasion d’en faire le décompte et le mécompte dans de précédents articles. Quant aux perspectives pour 2016, elles sont d’autant plus sombres que la conjoncture internationale tend aussi à se replier alors que nous n’avons même pas mis la crise de 2008 derrière nous et que nous n’avons procédé à aucune vraie réforme de structure.

Selon moi, le pouvoir actuel est le pire que nous ayons eu depuis longtemps, incompétence et cynisme confondus. Et pourtant, le Parti socialiste, donné très grand perdant de ces élections, ne s’en tire pas trop mal, relancé qu’il fut par le besoin de sécurité exprimé par les Français après les attentats du « Vendredi 13 ». Si l’on ajoute les scores du PS, du Front de gauche et d’EELV, on obtient aujourd’hui un bloc qui dépasse aussi bien le FN que la droite classique. Cette dernière est dans une situation beaucoup plus tortueuse : elle n’a pas su exprimer son opposition au pouvoir en place avec autant de conviction et de crédibilité que le Front national qui, en plus d’être le premier parti de France, peut aussi se vanter d’être le premier opposant. Bref, on est dans un tripartisme compliqué où chaque parti totalisant grosso modo 1/3 des voix, a face à lui une opposition de 2/3 des voix.

Et c’est là qu’on arrive à notre paradoxe français : on parle d’opposition, mais quelle opposition ? Les convergences entre le programme du Front national et celui de la gauche, notamment le Front de Gauche, ont été mille fois tracées. Dans un article paru dans Les Échos le 2 décembre, Gaspard Koenig ironisait sur le fait que le Parti communiste allait enfin dépasser son record de 28% atteint en France en 1946 !

En effet, quel décalage entre cette France que Marine Le Pen voit « relever la tête », et cette France que je vois moi s’enfoncer dans toujours plus d’illusion étatique ! Aux échecs de la gauche, non pas imputables à un manque d’emprise étatique, bien au contraire, le Front national propose de répondre par encore plus de dirigisme, encore plus d’État, encore plus de fermeture et de protectionnisme, encore plus de sanction des catégories les plus entrepreneuses. Il est simplement impossible de voir repartir la croissance et refluer le chômage dans ces conditions. Le « vivrensemble » obsessionnel devient le « vivrentresoi » obsessionnel, l’anti-racisme forcené devient l’anti-migrants forcené, la construction européenne se transforme en glacis franco-russe, le ton bobo cool-sympa devient martial et autoritaire, la culture n’a qu’à bien se tenir, mais le trait fondamental demeure : rien en dehors de l’État. Nos deux blondes ne nous promettent rien de bon, mais elles le promettent avec un aplomb qui rassure.

Les structures régionales n’étant jamais que des structures de coûts dont le budget dépend très largement des dotations de l’État, il n’est pas dit que la forte présence numérique du FN entraînera des changements lourds dans les régions, d’autant que sa large accession au pouvoir va le mettre, comme tout parti avant lui, face à l’obligation de faire plaisir à ses électeurs. Par contre, il y gagne une dynamique, une envergure et des leaders de carrure nationale qui confortent clairement les ambitions de Marine Le Pen pour la présidentielle de 2017.

Dans cette perspective, je conclus en reprenant les termes de Gaspard Koenig, que je partage entièrement :

« Le seul rempart au FN sera donc d’imaginer une offre politique alternative, fondée sur les libertés, soucieuse d’autonomie individuelle. » (Gaspard Koenig, Les Échos)

Contre le Front national, et surtout pour la France, seul un vrai projet libéral a des chances de réconcilier les Français avec leurs aspirations de sécurité, de prospérité et de liberté.


Sur le web

Pour aller plus loin, lire sur Contrepoints notre dossier élections régionales

Voir les commentaires (54)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (54)
  • Où est ce parti libéral ? C’est bien là le problème. Il y avait bien le parti d’Aurélien Véron mais il est inaudible.
    Mais les résultats étaient prévisibles. Il fallait bien se douter qu’ un peuple qui a renoncé à sa liberté ne peut avoir les aptitudes intellectuelles et morales pour se donner des représentants capables d’exercer le pouvoir.
    On voit bien que ce sont toujours les étatistes qui ont le dernier mot. Ils représentent la grosse majorité( PS+FN+FG+les verts+droite souverainiste+droite populaire). On peut même envisager, sans trop se tromper, que le président actuel sera réélu en 2017. L’Etat-Providence est une idole qui ne connait pas chez nous son crépuscule bien au contraire.
    Je sais, c’est cauchemardesque.

    • Le VRAI libéralisme ENTIER ne peut pas fonctionner…. en terme d’électeurs. Meme si vous lui mettez toute la com necessaire, cela ne peut qu’échouer.
      Par contre si vous montez un parti faussement libéral démagogique, sans doute que…. c’est a dire :
      – On va virer tous les inutiles fonctionnaires qui servent a rien
      – Les immigrés tous virés
      – On va lutter contre la fraude au rsa, chomage,… SEULEMENT des délinquants, dealers, racailles
      – On va lutter contre les subventions SEULEMENT pour les entreprises du CAC40
      – On va lutter contre le vent donc pas d’inquiétude ca ne vous touchera pas, vous continuerez à recevoir vos subventions, vos aides financières et on continuera a vous surtaxer vu que vous aimez çà.

      • Ce qu’il faut, c’est un parti qui ait une vision pragmatique du pays, à long terme, qui nous dise ce qu’il veut faire de la France d’ici 30 ans, tout en ayant un solide programme au niveau social sans tomber dans la démagogie à outrance. Au lieu de dire « à bas l’Etat-providence », vous dites « à bas l’Etat socialiste, il faut réorienter l’Etat et le moderniser ». Concilier patriotisme/défense des intérêts de la France, notamment au niveau industriel, et liberté/responsabilité/autorité me paraît une bonne base. Certaines figures, comme Fillon, Beigbeder, Lemaire ou Mariton commencent à se faire entendre, mais restent légèrement « censurées » par les grands médias, qui n’approuvent pas leur ligne.

      • Jamais personne n’a essayé. Gaspard Koenig a percé parce qu’il ose y aller.

        Je peux vous dire que pour le lambda qui ne connait de la politique que la version EducNat, parler du libéralisme concrètement est une vraie découverte.

        • Quand vous demandez qu’on vous cite des auteurs libéraux et qu’on vous répond : François Pinault, que voulez-vous répondre à cela ?

    • On ne peut pas se dire libéral et aller faire de la retape à l’officine socialiste Modem comme l’a fait le PLD.

  • Quel est le risque d’une région gérée par le FN ?
    Pas de milice armée, pas de législation régionale. Alors quoi ?

    Un risque de mauvaise gestion ? Certes !
    Combien de mandatures mal gérées depuis au moins 1974 !
    Une exigence de la démocratie est de pouvoir renvoyer les mauvais gestionnaires.

    Après qui nous dit que face au réél le FN régional ne prendra pas des mesures efficace pour gérer, donc des mesures libérales, puisque le libéralisme c’est les solutions qui fonctionnent, qui optimisent les résultats, en minimisant les préjudices.

    • La région est un organe technique quasiment sans marge de manœuvre et qui ne sert à rien, en dehors de nourrir des élus déjà boursouflés.
      Les français qui sont moins cons qu’on le dit en ont profité pour mettre une grosse baffe au PS, parce qu’ils ont bien intégrés que ça fait très mal au pouvoir en place.
      C’est à peu près la seule chose de sûre.

    • « Quel est le risque d’une région gérée par le FN ? »

      Ça renforce le FN et ça lui donne des élus, de l’argent et la possibilité de mettre en place ses réseaux, tout simplement. Les deux partis les plus anti libéraux en France sont le FdG (+ PC, NPA et consorts) et le FN, inutile de leur donner des moyens supplémentaires pour instiller leur amour de l’étatisme et leur haine du libéralisme.

  • il serait difficile de faire pire pour le FN.Avec des gens motivés qui ont quelque chose à démontrer il est raisonnable de penser qu’il y aurait forcément des améliorations ( corruption, politiques cumulards, lois non appliquées, copinage etc…) Il sera en effet facile de dénoncer des pratiques auxquelles le FN n’ a pu participer. cela est de bonne guerre et c’est positif. Les gens du PS ne parlent que de leurs combines pour garder le pouvoir et ses avantages et jamais de leurs programmes et de leurs solutions.Ils ne s’en rendent même plus compte à quel point ils se moquent des problèmes réels et des citoyens.Il est temps de renouveler la classe politique mais le PS préfère garder ses dinausaures.

    • Toute la force du FN c’est précisément que les gens croient pouvoir dire que le FN n’a jamais pratiqué, et est différent des autres car ils ne VEULENT pas voir la vérité en face.
      – Le FN racontait a qui veut l’entendre etre contre le cumul de mandat…. Tous sont cumulards, Rachline est maire conseilller régional et sénateur idem pour Ravier (alors je crois que la loi les a obliger a abandonner le poste de conseiller mais ou sinon ils l’auraient)
      – Le FN dit etre pour la liberté d’expression et de manifestation… dans la 2eme page de son programme elle dit qu’elle interdirait les manifestations de soutien aux sans-papier
      – Le FN dit etre contre les politiques qui financent la presse partisane… alors que dernièrement, avec la voix du Nord, elle vient de dire qu’elle ferait pareil, donc supprimer les subventions seulement de la voix du nord qui l’a attaquer.
      – Le FN dit qu’avec eux on respecterait la loi…. le maire de Bezier est en train de monter des milices….
      -….
      Bref le FN parle beaucoup, aucun journaliste ne les met face a leurs mensonges… et de toute facon cela ne servirait a rien, les endoctrinés aiment entendre que c’est l’AUTRE le probleme… pas lui ca serait trop facile.

      • Votre premier exemple ne peut pas porter tant que le cumul demeurera égal ou supérieur dans les autres partis. Votre 2ème exemple ne l’est pas davantage car dans le contexte, je pense sincèrement que la majorité des français se foutent d’être restreints sur cette liberté, habitués qu’ils ont été à l’être pour d’autres. Je ne comprends pas votre 3ème exemple dans la mesure où il n’est pas dit que seule la Voix du Nord sera attaquée. Enfin, pour ce qui est de l’organisation de milices, on attend toujours une réaction de la justice…

        Bref, vous n’avez peut-être pas forcément tort dans l’absolu mais vous passez à côté de ce que le FN fait de différent et qui plaît à son électoral… Dit autrement, vous refusez de voir le verre à moitié plein. Parce qu’à regarder ce qu’on fait les partis de gouvernement ces quarante dernières années, il serait encore trop généreux de le considérer pour eux comme à moitié vide. On s’amuse au bilan des mensonges du PS ?

        • Oula ! Je ne dis pas que le FN est le seul parti menteur, je voulais juste démontrer qu’il EST exactement la meme chose que les autres. Des promesses de campagne et des réalités bien différentes.
          C’est aussi le parti revendiqué de la famille… qui exclu son propre père, fondateur et dirigeant pendant 30 ans du parti qui a fabriqué de toute pièce la Marine.
          C’est aussi le parti qui a viré Aymeric Chauperade pour avoir dit qu’il y avait une 5e/7e (je sais pas et je ‘men fou) colonne islamique… alors meme que des UMP comme Estrosi l’ont dit avant. Donc plus censeur et plus bien pensant que ceux qu’ils dénoncent.

          1) Pour le cumul de mandat, soit vous avez des valeurs soit non, soit vous vous dites que le cumul de mandats n’est pas bon pour la démocratie (comme eux le disent) et a ce moment si vous le pratiquez, c’est que vous vous en foutez de la démocratie et de vos valeurs. Donc non c’est fondamental.
          2) je me fous de ce que veulent les Francais, je parle de promesse et de discours mensongers.
          3) Elle n’a pas dit qu’elle voulait uniquement supprimer les subventions de la voix du nord, mais elle n’a jamais dit qu’elle voulait le faire pour les autres, donc soit elle dit « de toute facon avec moi plus aucun journal n’aura de subventions » soit elle dit ce qu’elle a dit, et on peut en conclure qu’elle ferait pareil que les autres.

          Sur le fond, je sais exactement ce qui plait a la majorité des Francais, et c’est facile a deviner, comment Hollande a été élu ? En disant « mon adversaire c’est la finance » au moment ou les banques étaient les plus faibles. Tout le monde tappait dessus, et Hollande en a fait un argument de campagne. Sarkozy avait pareil avec les racailles c’est comme ca qu’il est passé de ministre de l’intérieur a président. Et MLP vend exactement la meme chose avec les immigrés et les musulmans…

          Bref c’est l’autre qui est responsable de vos misères, pas vous, vous vous etes les meilleurs, si le chomage est aussi haut c’est pas vous qui ne chercher pas de job, ce n’est pas le chomage qui dure 2 ans, c’est pas le RSA, c’est pas les charges astronomiques…. non, non, c’est pas vos votes, ou les décisions de ce qui vous représente le probleme… mais la banque, le musulman, l’immigré, la racaille,…. vous, francais de souche, vous etes irréprochables, vous etes les meilleurs. C’est somme toute assez facile de faire des voix.

          • D’ailleurs, puisque vous l’évoquez, je trouve assez amusant le 2 poids 2 mesures : quand le FN fait une proposition démagogique, la presse scande à qui mieux mieux que ce parti est incapable de gouverner. Quand Hollande lance une énormité de la taille de « mon ennemi c’est la finance », on le critique mais on ne remet pas en cause la légitimité de sa candidature.

            Il est vrai que la gestion interne du FN et plus particulièrement de la « gaystapette » de service, d’ailleurs assurée de son élection par le non-retrait de monsieur Masseret, a de quoi faire froid dans le dos.

            Petite précision toutefois : Aymeric Chauprade n’a pas été exclu du FN mais seulement d’un de ses organes. Il a remis sa carte de son plein gré.

            Vous parlez aussi et non sans raison de l’interventionnisme du programme du FN. Je me contenterai de remarquer qu’à l’issue d’un débat télévisé, il fut demandé aux trois principaux candidats de la région Nord quelle serait leur première mesure. Or la réponse, en substance, fut :

            – PS et LR : plan de relance pour l’emploi !
            – FN : pas un centime de dépense supplémentaire !

            Faute d’un vrai choix libéral, les français ayant le choix entre trois partis étatistes choisissent assez logiquement de mon point de vue le plus patriote et souverainiste.

          • Sans Etat de droit, pas de paix ni de liberté. Aujourd’hui la priorité est de rétablir l’Etat de droit. Seul le Front National a la combativité nécessaire pour le faire. Les autres candidats ont capitulé ou sont inaudibles. Le libéralisme évoqué dans cette discussion est théorique : il exprime une position philosophique qui, dan les faits,s’avère encore et toujours dépourvue d’efficacité pratique. Pourtant, depuis plus de 40 ans, nous avons eu tout le temps de créer les conditions de sortir du bourbier où il était visible que nous nous enlisions dès la fin des années 1970!
            Le résultat de nos tergiversations est qu’aujourd’hui le Front National est le seul parti qui redonne aux Français la fierté de ce qu’ils sont et le courage de combattre pour le défendre. Quand le spectacle que donnent tous les candidats est dé-moralisant, il est le seul parti dont les candidats sont re-moralisants. Bref, ils sont porteurs d’une valeur essentielle, le courage, et c’est ce dont nous avons besoin pour rétablir un Etat de droit. Sans peur et sans reproche.
            Nous aurions peut-être raison de ne pas voter Front National, mais nous serions morts ou réduits à une servitude abjecte. Parce que si nous tergiversons encore, c’est là que nous allons, toujours plus bas, toujours plus veules, toujours plus lâches. A force de vouloir être toujours autant aveugles, sourds, et muets, il va vraiment falloir nous rendre totalement insensibles pour endurer les souffrances que tant d’attentisme irresponsable nous promet!

    • « il serait difficile de faire pire pour le FN »

      Je commence à en avoir sérieusement marre du refrain « le FN ne peut pas faire pire ». Bien sûr que si, il pourrait, on peut toujours faire pire. D’autant plus que question clientélisme, copinage, fraudes et magouilles en tous genres, ce parti n’a plus rien apprendre de personne, il pratique déjà abondamment tout ça.

      Autre chose à prendre en compte : si le FNi remporte une, deux ou trois régions, il les gèrera en faisant le moins de vagues possible (à part quelques mesures symboliques qui plairont et fidéliseront leur électorat) et sans coup d’éclat, de façon à ce qu’on dise : « ben vous voyez, finalement, ce n’est pas si terrible que ça. Le Pen présidente, après tout pourquoi pas ? »

      Piège, énorme piège et gros appels de phares. C’est ce qu’ils font avec leurs mairies et c’est tout le déroulé de leur stratégie : gérer des villes ou des régions en restant dans les clous, en bons père de famille, et une fois au pouvoir, le vrai, boum, là ils se lâchent.

      N’oubliez jamais la genèse du FN. La dédiabolistion est une vaste blague et ce parti n’a changé en rien (si ce n’est avoir viré communiste sur le plan économique), c’est du nationalisme pur jus, de celui qui mène immanquablement aux guerres.

  • Il serait surtout temps que les différents organes politiques qui représentent les libéraux se lient au FN et qu’au passage ils se détachent de la fraction anarco-libérale bobo de gauche qui la compose.

    Et oui pourquoi pas ?

    Il se pourrai même que vous vous rendiez-compte que ce parti que vous qualifiez d’étatiste ( et le pld il l’est pas ? celui qui n’est pas étatiste en france peut rentrer en lutte armée si il le veut , il aura des copains qui l’attendent ) a plus de points en communs avec le libéralisme que le socialisme.

    Alors, bon, on vous a dit que c’était le mal incarné façon guerre des étoiles, que c’était des bolcho etc…( hou le mal suprême, l’anathème fatal ). Mais si vous continuer à raisonner avec un logicile politique des années 80 bah vous étonnez pas que le PLD tape du 1%.

    Au contraire, il serai temps que l’on puisse se dire français et libéral. C’est quoi le problème en fin de compte ?

    • « Il serait surtout temps que les différents organes politiques qui représentent les libéraux se lient au FN et qu’au passage ils se détachent de la fraction anarco-libérale bobo de gauche qui la compose. »

      Je sais que le FN aime ratisser large mais veillez à ne pas pousser le bouchon trop loin quand même. Plus anti libéral et communiste que le FN, je ne vois que Mélenchon ou Besancenot (et encore, ça mériterait presque une photo au finish). Vous avez déjà oublié le FNJ allant célébrer l’hommage à Jaurès aux côtés de ses camarades de l’Huma en juillet dernier à Paris ?

  • Terrifiant surtout avec le programme éco de ce parti qui est le nouveau parti communiste…

    • Je pense que beaucoup ne s’en rendent pas compte et qu’il va falloir insister là-dessus pour que ça se remarque, la France finirait en récession avec un programme pareil.

      • C’est sur que ça va trancher avec la gestion exemplaire de ces dernières années par la gauche et la droite…

        Politique et électeurs tout le monde se fout du programme. Ce qui compte ce sont les résultats.

        Marine Le Pen à déjà commencé a infléchir sa position sur l’Euro, et rien ne serra épargné au FN sur la gestion des régions.

        C’est le FN et de très loin qui a le plus intérêt a avoir des gestions efficaces et transparentes.

        • Sauf que si elle commence à reculer sur l’Euro et l’UE beaucoup vont se sentir trahis. on fait pas de fausses promesses sans en payer le prix.

          • « on fait pas de fausses promesses sans en payer le prix. »

            Chirac a été élu deux fois président de la République.

            et ce n’est pas un cas isolé.

    • Suffit de voir les affiches anti galeries Lafayette à Béziers pour comprendre que le maire n’a jamais rompu avec son passé gauchiste.

  • lecteur journalier de Contrepoints, je n’ai pas lu cet article jusqu’au bout malgré ma sympathie pour vous .
    j’ai tout de même lu la conclusion qui m’a fait sourire . j’habite un village du vaucluse où marion mlp a fait 60% des suffrages exprimés (record de france?) . Je dois être le seul à subodorer ce qu’est « un vrai projet libéral  »
    la lutte contre le FN va être rude .
    Par contre, j’ai lu le blog de yvan Roufiol du Figaro , et je trouve exellente son analyse de l’opinion de ma région .

    • « j’habite un village du vaucluse où marion mlp a fait 60% des suffrages exprimés (record de france?) »

      À Vauderhland dans le Val d’Oise, Wallerand de Saint Just a obtenu 75,76% des suffrages. Je ne sais pas si c’est le record national.

    • Oui enfin Rioufoul c’est le mec qui dit que pour lutter contre la délinquance, il faut que tout le monde se mette a commettre des actes de délinquances (c’est une image, certains vont me dire qu’il n’a jamais dit cela) quand il dit, comme beaucoup de politique :
      « ne laissons pas l’immigration au FN, faisons-nous aussi de l’immigration une bete noire »
      « ne laissons pas au FN la sécurité, devenons plus sécuritaire qu’eux »

      Bref en reprenant les themes du FN, on ne fait que le conforter que ce qu’il dit est vrai… alors que clairement, le FN ne dit pas haut ce que tous les Francais pensent… mais les Francais disent tout bas ce que le FN pense.
      L’immigration est devenu un probleme le jour ou le FN et la droite ont décider d’en parler, idem pour l’islam qui est devenu un probleme pour les Francais en 2002/2004 ou Marine Lepen a dit qu’une prière de rue était un probleme, que Copé a décider que le voile était un probleme,… et les années suivantes ou le seul thème des politiques n’étaient pas l’économique ou le social… mais l’islam… et dans les pays ou on ne pense pas comme çà, les pays ont un taux de chomage a 5%, le notre montra sans arret, tant qu’on s’occupera de soit-disant probleme….

      Moi je ne lutte pas contre l’anti-immigration en disant « moi aussi je suis contre » mais en disant que les Etats-Unis par exemple n’aurait pas Google, Tesla, Yahoo, Pepsi,… si les immigrés russes, indiens, chinois, arabes, Syriennes,… n’étaient pas présent. Alors oui on peut se dire que tout peut etre controler, mais pas en disant que les revenus d’assistance n’iront qu’aux bons francais… car cela sous-entend qu’on continuera a assister.

      etc….

      • D’autant que le « problème » des prières dans la rue serait résolu si la rue en question avait un propriétaire autre « la grande fiction ».

  • Entièrement d’accord avec cet article.
    Le FN ne pourra rien résoudre, au pire il aggravera les choses.

    Le pire dans l’histoire ce sont les Français: On a beau leur expliquer que le trop d’État ne fonctionne plus, que le socialisme a échoué et qu’il faut des réformes mais ils s’obstinent à refuser les réformes, à vouloir un retour en arrière, à craindre la mondialisation plutôt que de vouloir en bénéficier.
    Car le FN c’est un pur programme d’extrême gauche, dont on a vu les dégâts au Venezuela et dans une moindre Russie alors même que la France n’a pas de pétrole, imaginez combien de temps ça durerait avec le niveau de dette actuel…

  • Les partis se prévalant de l’étiquette libérale ont souvent ceci en commun qu’ils honnissent la notion de souveraineté nationale. Or la souveraineté est un prérequis à la liberté. Pour un peu ergoter, certains vous diront que ce n’est pas tant la souveraineté qu’ils rejettent, que l’idée de nation. En fait je crois que c’est le pendant des devoirs inhérents à tout exercice de la souveraineté, et dont dérivent également les droits de ceux qui sont soumis à ces devoirs, qui est rejeté. Beaucoup de libéraux rêvent d’une société de droits sans devoirs, ou bien s’imaginent que l’on peut avoir une société de droit sans devoirs, ce qui revient au même. Même les plus jeunes de nos compatriotes (le FN est le premier parti chez les jeunes) comprennent qu’il y a un hic dans un tel raisonnement. Bref beaucoup de libéraux se condamnent, par idéalisme malvenu, à rester les vaches qui regardent passer le train de l’Histoire. C’est pourquoi aucun parti libéral français ne dépassera jamais les 2%, contrairement à un Ron Paul aux Etats-Unis qui, même s’il représente un courant minoritaire, est au moins présent dans le débat public. Il faut dire que Ron Paul défend l’idée de frontière, oh le vilain faux-libéral, bouuuuuh !

    • Ah bon, les partis libéraux honnissent la souveraineté nationale, c’est nouveau ça ?

      • Je pense que l’invocation de la souveraineté nationale auprès du PLD doit avoir à peu près le même effet qu’une gousse d’ail auprès d’un vampire.

        • Le PLD? Combien de divisions?

        • Ceci dit je suis d’accord avec vous: la souveraineté nationale n’est pas plébiscitée par les libérertariens, alors même que c’était un concept libéral à ses débuts!

          Mais les libertariens sont aussi peu libéraux que socialistes. Seuls les libéraux-conservateurs pragmatiques pourront réussir à porter efficacement un projet tout à la fois patriote, souverainiste et libéral.

    • La souveraineté nationale ne veut strictement rien dire !
      Elle est décidée uniquement en fonction d’un point de vue géographique… qui a évolué au fils des années.
      Dire que la souveraineté nationale est un prérequis de la liberté est faux, puisque cela n’est que géographique. Et donc je ne vois pas en quoi, si on faisait une Europe (avec tout le toutim, élections,….) cela ne ressemblerait pas comme 2 gouttes d’eau au système actuel… en plus grand. Et donc pourquoi s’arreter à l’Europe puisqu’on peut étendre au monde en faisant une gouvernance mondiale élue (C’est pas ce que je veux, mais cela est juste pour l’exemple que la souveraineté nationale n’a aucun rapport avec la liberté)… et a contrario quels sont les points communs entre un montagnard qui habite en Savoie et un Breton qui vit de la peche en bord de mer ? Rien, donc pourquoi ne devrait-on pas plutot dire « souveraineté régionale » ? Et je peux aller plus loin encore.
      La souveraineté était l’outil des rois pour acquérir des terres par la force militaire… donc bien loin des idéaux de libertés dont vous parlez.

      Il y a un seul libéral que vous connaissez ou que vous avez rencontré qui vous dit que « une société doit fournir des droits et aucun devoir » ? Le libéralisme, si j’ose le qualifier, c’est « fait ce que tu veux et assumes-en seul les conséquences » Donc le droit etre libre et le devoir d’en assumer les conséquences.

      Juste une question, l' »idéalisme mal venue » ne serait pas plutot de dire que si tout va mal c’est a cause de l’autre pas de soit ?

      Et pour finir je suis d’accord, vu que le libéralisme ne fait pas dans le populisme a 2 balles « le probleme c’est l’autre, donc il suffit de le supprimer pour que tout aille bien »… mais dans le réel, donc « si tout va mal, c’est que NOUS nous y prenons mal ». Assumez les conséquences de ces choix « si t’as voté UMPSFN il faut en assumer les conséquences », si tu ne dis rien sur les charges sur les entreprises, si tu ne protestes pas, alors ne te plaint pas,…. et tout ca, c’est pas le méchant étranger, mais bel et bien le gentil Francais… ce qui coute de l’argent c’est pas l’immigration, mais les 150 milliards de subventions données aux super gentilles entreprises Francaise… et ca c’est la souveraineté nationale avec frontière qui l’a décidé pas la méchante Europe sans frontière.

      • « Il y a un seul libéral que vous connaissez ou que vous avez rencontré qui vous dit que « une société doit fournir des droits et aucun devoir » ? »

        J’en connais au moins un, rencontré ici même sur Contrepoints.
        José m’ayant soutenu que, je cite, « Les droits naturels ont ceci d’avantageux, c’est qu’ils ne réclament de devoirs à personne, seulement une abstention (d’attenter à la vie, à la liberté, à la propriété, etc.) ». (source).
        Il ne semble pas considérer que cette « abstention » correspond à un devoir, ni que le principe juridique à la base du libéralisme soit égalité des droits et des devoirs pour tous.

        • Non, les droits naturels ne réclament aucun devoir. On se demande comment une non action, s’abstenir, serait équivalente à une action, implicite dans la notion de devoir.

          Dire que les droits naturels impliqueraient un devoir de la part d’autrui reviendrait à dire que tous les individus auraient des créances envers tous les autres individus.

          Les droits naturels sont justement de vrais droits car ne sont pas des droits-créances, ils n’impliquent l’action de personne. Les droits naturels n’entraînent aucun devoir de la part d’autrui. Personne n’est contraint par personne à ne rien faire. Par contre, si quelqu’un viole les droits naturels d’autrui, il doit réparer. Là existe bien un devoir, mais consécutif à l’action injuste qui a violé le droit d’autrui. C’est la violation du droit qui crée l’obligation de réparer ; mais le droit naturel en lui-même ne crée aucune obligation. Par exemple, là, maintenant, je n’ai strictement aucune obligation envers vous, aucun devoir.

          • « On se demande comment une non action, s’abstenir, serait équivalente à une action, implicite dans la notion de devoir. »

            C’est là qu’est notre désaccord, la notion d’action n’est nullement implicite dans la notion de devoir (elle n’en dérive pas en vertu du principe de contradiction). La doctrine des devoirs est une doctrine du faire et du ne pas faire. Elle comporte des devoirs de droit (qui sont stricts, et n’admettent pas d’exceptions) et des devoirs de vertu (qui sont larges, et admettent des exceptions, comme l’assistance à personne en danger).

            « Par exemple, là, maintenant, je n’ai strictement aucune obligation envers vous, aucun devoir. »

            Si vous en avez, comme j’en ai envers vous, à savoir, par exemple, le devoir de ne pas enfreindre vos droits. Si j’enfreins ce devoir, alors je dois réparer le tort que je vous ai causé : cette obligation est dérivée d’un devoir implicite que j’avais envers vous, et cela antérieurement au tort que je vous ai causé. Si je n’avais pas le devoir de respecter vos droits, alors je n’aurais pas le devoir de réparer suite à mon action injuste. 😉

            Au fond, cela ressemble plus à une querelle de mots qu’à une querelle sur le fond des principes. Comme je suis fidèle au principe pascalien « je ne dispute jamais du nom pourvu qu’on m’avertisse du sens qu’on lui donne », je reconnais que dans le fond nous ne sommes pas en désaccord. Mais sachez que, dans son acception courante, le terme devoir recouvre aussi l’interdiction de faire quelque chose – donc un ne pas faire – et ne se limite pas à une contrainte exercée par autrui – autrement le concept de devoir envers soi-même serait vide de sens.
            Nous ne donnons, tout bonnement, pas la même signification au mot devoir : le devoir relevant du droit-créance n’étant qu’un cas particulier de celui-ci.

          • « Non, les droits naturels ne réclament aucun devoir »

            Il y a un et de taille : respecter les droits d’autrui.

    • Le FN n’est pas souverainiste, il est nationaliste, nuance.

  • Une situation politique bien à la Française.
    De vieux dogmes, de l’espace pour de nouveaux partis. Des batailles pour la soupe.

  • La progression du FN témoigne du fait que, si la corruption de la presse par les cadeaux lui a fait ouvrir la chasse au FN comme cela lui était prescrit, l’opinion a réagi en sens inverse en constatant qu’on ne lui parlait surtout pas sérieusement des sujets essentiels qui l’intéresse : chômage, dettes, terrorisme, insécurité, immigration, enseignement. C’est l’échec de la promotion de l’enfumage, du mensonge et de la haine. Cette catastrophe pour certains (ex : médiapart et sa fraude de TVA) est plutôt heureuse pour la majorité !

  • Et si MLP était une fine stratège ?
    Depuis la signature en 1972 du Programme commun de la Gauche socialo-communiste, il existe une offre politique de surenchère sociale. Ces 40 dernières années la droite a couru derrière cette démagogie, tantôt haussant les impôts, tantôt limitant les dépenses, sans jamais se stabiliser. Il est vrai qu’elle n’a pas de base sociale organisée, contrairement aux collectivistes.

    Survient JMLP, libéral en économie, reste cantonné dans le 15-20 % capable de nuire à la droite mais peu à la gauche.

    Arrive MLP, qui bascule le programme du FN vers l’étatisme, tout comme l’avaient déjà fait le PS, puis l’Enarchie chiraco-giscardienne.
    Depuis la progression du FN est repartie, il nuit désormais autant sinon plus à la gauche qu’à la droite (ou pseudo droite)

    François de Closets l’avait prédit dans un de ses livres (Tant et plus ?) le FN sera toujours meilleur comme Etat-providence, il pourra redistribuer plus, puisque les ayants droits seront moins nombreux ! Le vote ouvrier vers le FN est rationnel.

    Conquérir le pouvoir est une chose, gérer en est une autre. Si le FN n’a pas d’idéologie anti-capitaliste partagée, pourquoi voulez vous qu’il soit moins pragmatique dans sa gestion qu’un pouvoir socialiste ou enarchique ?

    L’intérêt d’un parti de militants c’est qu’il a moins besoin de dépenser en faveur de clientèles électorales. Le changement de majorité a aussi en lui même une vertu, celle de remettre les comptes à zéro.

    Les directives antifa du 1er ministre me font penser aux indications de Rantanplan. La bonne piste doit être dans l’autre sens !

  • Le vote FN à des élections régionales permet d’exulter le rejet des politiques de droite et de gauche qui nous ont menées à une impasse économique dont on ne perçoit aucune issue.
    La France a besoin d’un sursaut national pour se démarquer d’une politique européenne qui est devenue difficile à cerner et qui nous mène à la catastrophe.
    La France a besoin de limiter les flux migratoires qui ne correspondent pas à des besoins de main d’œuvre et n’ont pour effet que de venir grossir les zones de non droit de nos banlieues.
    La France a besoin de limiter la concurrence sauvage de beaucoup de produits importés qui ont pour effet de détruire nos emplois industriels.
    La France a besoin enfin d’une autre politique de l’éducation qui permettrait l’intégration économique de toute notre jeunesse – y compris de nos immigrants devenus français – en permettant de valoriser tous les métiers manuels pouvant être exercés dans ce pays….
    Voila tout un programme que les énarques de gauche et de droite se refusent à appliquer….pour permettre au FN de prospérer….

  • Votre intervention Madame, n’apporte aucune solution au problème français car aucun leader à l’heure actuelle ne s’est encore levé pour entrainer le Français derrière lui
    Je n’appartiens à aucun parti politique mais j’ai fait partie de 1968 à 1989 du RPR de l’époque qui n’a rien à voir avec les Républicains de maintenant(ce n’était même pas le RPR d’ailleurs)
    Mais c’était un parti qui avait le sens des valeurs et de la France. Je l’ai quitté parce que ce parti est construit de forme pyramidale où le militant n’a juste qu’à fermer sa g…….. et obéir comme chez les communistes
    Depuis des lustres ce parti n’apporte aucun espoir aux jeunes français et ne vous en déplaise Mme Le Pen a tout à fait raison quand elle dit UMPS . voter pour le Républicains c’est voter pour le PS car ils n’ont jamais le courage de revenir en arrière sur toutes les réformes liberticides du PS dirigé d’ailleurs en ce moment par des Trotskystes. REGARDEZ LE BILAN SARKOZY!!!!!!! il est clair et net . Une grande partie de ce que fait le PS a été initié par Sarkozy
    redescendez sur terre chère madame car rien à l’heure actuelle nous permet d’envisager l’avenir avec ce que vous proposez car c’est du vent
    Il faut balayer toute cette classe politique qui s’entend comme cochon derrière notre dos, mangent ensemble et font bien d’autres choses que je n’écrirai pas sur le net parce qu’ils sont tous FORMATES à l’ENA
    Alors pour que cela change commençons par SUPPRIMER l’ENA et tous les soi-disant think tank de personnes plus ou moins fonctionnaires qui ne connaissent rien à l’économie et cessons de confondre politique et économie

    MODÉRATION CONTREPOINTS >>
    Fin du message supprimé : évitez les attaques personnelles (premier avertissement avant bannissement)

    • Celui-là il est trop gros pour que je le laisse passer sans réagir.

      « Mais c’était un parti qui avait le sens des valeurs et de la France. Je l’ai quitté parce que ce parti est construit de forme pyramidale où le militant n’a juste qu’à fermer sa g…….. et obéir comme chez les communistes. »

      L’ancienne droite (RPR), tout comme la nouvelle (LR) je suppose, ne vaut guère mieux que les communistes de par sa structure pyramidale.
      Par contre le FN n’est pas du tout une structure familiale ! Parmi les six candidats en tête à l’issu du premier tour, on trouve :
      – Marine Le Pen (fille du fondateur du parti)
      – Marion Maréchal Le Pen (petite-fille du fondateur, et nièce de la précédente)
      – Louis Alliot, conjoint de Marine
      – Florian Philippot issu de l’ENA, alors que vous soutenez par ailleurs :

      « je n’écrirai pas sur le net parce qu’ils sont tous FORMATES à l’ENA
      Alors pour que cela change commençons par SUPPRIMER l’ENA »

      Il faut donc supprimer l’ENA, alors que le seul haut cadre du parti qui n’est pas en lien avec la famille Le Pen est justement issu de cette institution, et il est derrière le programme économique communiste du parti.
      De plus, dans le programme de Marine, dans la partie consacrée à la fonction publique on peut lire : « L’Ecole Nationale d’Administration (ENA) veillera en particulier à recruter des hauts fonctionnaires patriotes. » Elle ne semble donc pas avoir pour ambition de supprimer l’ENA.

      Vous vociférez un magnifique « REGARDEZ LE BILAN SARKOZY!!!!!!! » (pourquoi des majuscules et tant de points d’exclamation ?) afin d’attaquer l’ancien président, à la manière du programme de votre leader : « Alors que les Français se tournent naturellement vers l’État en période de crise, la politique de Nicolas Sarkozy conduit à abaisser la fonction publique par le démantèlement de ses missions, y compris régaliennes, comme par la diminution arbitraire de ses effectifs. »

      Mais le gouvernement a changé depuis maintenant trois ans, et les régions sont toutes dirigées par des majorités sortantes socialistes (hormis l’Alsace). Si au RPR le militant devait se taire, on voit bien qu’au FN c’est un bon soldat au garde à vous qui connaît sur le bout des doigts son discours de propagande : peut mieux faire tout de même, c’est trop gros et trop visible ! Vous êtes ici chez des libéraux, pas chez des lapins de trois semaines. Quand on chasse sur les terres de l’adversaire, qui ici n’en sont pas – les libéraux considèrent rarement que le parti UMP-LR est libéral – , il faut venir mieux équipé.

  • Pourquoi reparler des dérapages de J-M PL, il n’est plus au FN et ne parle plus en son nom. Il peut raconter les pires énormités, comme Soral ou Dieudonné. La page est tournée. De nombreux juifs votent FN ne vous en déplaise.

  • Si le Front National ne nous promet rien de bon, le « front républicain » nous a fait subir pendant 4 décennies rien de bon. Au lieu de venir nous expliquer pourquoi et comment les préconisations du FN ne seraient pas bonnes, il serait plus judicieux de venir nous expliquer pourquoi et comment celles du « front républicain » n’ont pas été bonnes jusqu’à présent, et pourquoi et comment elles le seront désormais. Ce serait beaucoup plus judicieux et intellectuellement plus sincère.

  • Où sont les libéraux ? semble être l’interrogation principale ici et quelques uns pleurnichent qu’il n’y ait pas de parti libéral en mesure de gouverner.
    Ils ont tort, des libéraux, il y en a partout, dans tous les partis qui ne sont pas influencés par l’idéologie (et non la philosophie) marxiste, et là je vais raisonner comme un anglo-saxon.

    Dans leurs pays, le classement se fait entre plus et moins d’Etat.
    Les partis marxistes sont étatistes à des degrés divers, cela va des communistes aux socio-libéraux en passant par les socialistes et les socio-démocrates.

    Les partis non marxistes sont libéraux à des degrés divers, cela commence au libéraux sociaux, pour passer ensuite aux chrétiens démocrates, aux conservateurs, aux libéraux (libertariens) et enfin aux anarcho-capitalistes pour qui l’Etat étique est l’Etat éthique.

    Pour répondre à une autre interrogation, je dis que le FN n’est ni un parti marxiste ni un parti marxisant, c’est donc un parti libéral comme les autres, que je situerai assez à gauche du côté des chrétiens démocrates.
    S’il était américain, il se situerait au centre gauche des Républicains (les vrais) et au centre des Démocrates.

    D’autres enfin le traitent de « marxiste » parce qu’il attire aujourd’hui un électorat qui auparavant votait socialiste voire communiste. Hé bien c’est tant mieux, aller prêcher chez les païens pour les convertir, c’est comme cela que l’on fait avancer ses idées, sinon on se réunit dans l’arrière salle d’un bistrot afin de refaire le monde.

    En conclusion, les libéraux n’ont pas de parti solide parce que ceux d’entre eux qui veulent faire bouger les choses vont dans les grands partis, ceux qui ne l’ont pas compris restent dans leur arrière salle de bistrot.

    • Le seul espace politique en France où pouvaient se retrouver les libéraux était le gaullisme, associant patriotisme et pragmatisme. Cet espace est revendiqué par le FN, qui est aussi gaulliste que Hollande est libertarien. Reste une frange des Républicains (Fillon, Mariton, Le Maire) et Debout le France (Dupont-Aignan), qui sont les deux derniers espaces gaullistes en France et qui sont, effectivement, les plus libéraux.

  • Eh oui. Mais n’oublions pas que le libéralisme, c’est le diable, le diable en personne. Gauche comme droite ont tout fait pour que ce mot devienne une insulte et ça a fonctionné à merveille. Dans l’opinion publique, les libéraux sont des gens qui mangent des enfants de smicards et font brûler des syndicalistes dans leurs sacrifices rituels.

    Paradoxalement, 80% des Français passent leur temps à se plaindre – à juste titre – de l’administration, des règlements, des « pour votre santé, mangez 5 fruits et légumes par jour (c’est un ordre sinon vous allez mourir) » mais ils adorent l’État. Qui propose encore plus d’État ? Le FN. À croire qu’on est maso.

    La réponse logique, évidente, à ce système à bout de souffle, c’est bien sûr plus de liberté et donc de libéralisme mais non, ça fait peur (alors que le FN, ça rassure, ben voyons).

    La seule chose juste dans le best seller de Zemmour, c’est son titre. Oui, la France se suicide, elle se suicide parce qu’elle résiste farouchement à l’idée de liberté et adore l’État.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Conformément à la loi du 6 novembre 1962 modifiée par l’article 2 de la loi organique du 5 avril 2006 relative à l’élection du Président de la république, sont publiés au JO du 19 juillet 2022 les comptes des 12 candidats à l’élection présidentielle du 24 avril 2022.

Comme en 2017, Emmanuel Macron a été le plus dépensier lors de la campagne qui a mené à sa réélection le 24 avril dernier (16,7 millions). Et comme il y a cinq ans, la finaliste Marine Le Pen (11,5 millions) s'est montrée plus économe que certains candidats qui n'ont pas r... Poursuivre la lecture

Deux députés RN fraîchement élus à l’Assemblée nationale s'y retrouvent vice-présidents depuis mercredi, suscitant un tollé à gauche, pour qui l’extrême droite reste infréquentable.

Il n’est pas question que le #RN ait 2 vice-presidences qui leur permettent d’animer les débats de l’Assemblée. Parler depuis l’hemicycle, certes, c’est la démocratie, parler depuis la tribune et y tenir des propos comme ceux d’hier, en est une autre. #PasDeRNAuPerchoir

— Sandrine Rousseau (@sandrousseau) June 29, 2022

Poursuivre la lecture

La première leçon de ces législatives françaises est l’échec patent, cuisant et retentissant de Jean-Luc Mélenchon. Tout de hargne et de fulgurances haineuses, cet étrange apparatchik ajoute un nouvel échec à sa riche collection chamarrée. La gauche façon Mélenchon obtient 24 % des sièges à l’Assemblée nationale, soit l’un de ses pires scores historiques. Le nombre de sièges guignés par l’improbable attelage mélenchonien est risible en comparaison cette majorité absolue dont il professait l’ambition.

Deuxième leçon, l’échec de la press... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles