L’Inde condamnée à se désindustrialiser ?

L’Inde doit envisager d’autres choix pour son modèle de développement économique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mumbai by Jonah(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Inde condamnée à se désindustrialiser ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 7 décembre 2015
- A +

Par Dominique
Un article d’Emploi 2017

Mumbai by Jonah(CC BY-NC-ND 2.0)
Mumbai by Jonah(CC BY-NC-ND 2.0)

 

Malgré une industrie à environ 17% de son PIB, on constate aujourd’hui que l’économie indienne se révèle incapable de mener les Indiens vers la prospérité. Elle semble par ailleurs condamnée à se désindustrialiser avant même d’être devenue une véritable nation industrielle.

Une conception assez répandue en économie est qu’un pays qui se développe bascule d’abord d’une économie agricole à une économie industrielle qui lui fait atteindre la prospérité. Une fois ce premier stade atteint, il basculerait ensuite dans une économie de services, société dite « post-industrielle ». Mais comme l’explique parfaitement un article1 du Wall Street Journal que nous résumons ici, il est frappant de constater que pour certains pays le schéma n’est pas du tout le même.

D’après une étude de l’université de Groningen, il apparait qu’à quelques exceptions près, les pays dont le pic de production manufacturière est survenu plus tard n’ont pas connu le même développement économique que les États-Unis, le Japon et les pays d’Europe. Outre l’effet date, il y a aussi un effet seuil, c’est-à-dire que les pays dont l’industrie n’a atteint un pic que de 20% du PIB, comme c’est le cas pour l’Inde, ne connaissent pas le même développement économique que pour les pays dont la fabrication a atteint 30%. Pour un ensemble de raisons, il semblerait que les pays qui n’ont pas réussi une industrialisation suffisamment poussée soient désormais contraints2 à la désindustrialisation progressive.

Ces quinze dernières années, la Chine, en effet, est devenue un concurrent redoutable. Sa main-d’œuvre est payée trois fois plus cher que la main-d’œuvre indienne, mais sa production massive lui permet des économies d’échelle et la vente de produits à prix cassés. Le régime autoritaire chinois a d’ailleurs été un atout pour construire des autoroutes et libérer des terres, créant une infrastructure favorable. Ces différents éléments ont rendu le duel de plus en plus insoutenable et beaucoup d’entreprises indiennes positionnées sur la compétitivité prix ont dû fermer une partie de leurs usines. De manière liée, le déficit commercial de l’Inde avec la Chine est passé en 10 ans de 1,5 milliard de dollars… à 48 milliards. En outre, avec des barrières commerciales moins importantes et l’amélioration des moyens de communication, on assiste à un éclatement de la chaîne logistique : l’Inde se retrouve désormais en concurrence avec le Bangladesh ou le Vietnam pour certaines parties des processus de fabrication.

Inde rené le honzecEn conséquence, l’industrie manufacturière indienne se révèle de plus en plus incapable d’absorber la hausse fulgurante de sa force de travail. Entre 2005 et 2012, alors que 55 millions d’Indiens supplémentaires venus grossir ses rangs, seuls 6 millions de nouveaux emplois ont été créés dans la fabrication, et 21 millions dans les services. À Gujarat, la région la plus dynamique de l’Inde pour la fabrication, les usines ont contribué à 23% du PIB en 2011… mais elles n’ont jamais employé plus de 5,4% de la population3. En cause la robotisation croissante, qui s’annonce comme une tendance lourde. Au niveau mondial, la vente de robots industriels a augmenté de 30% l’année dernière, atteignant un record de 230.000 unités vendues, et l’International Federation of Robotics prévoit un quasi doublement d’ici 2018.

L’Inde doit donc envisager d’autres choix pour son modèle de développement économique. Elle s’est déjà diversifiée via le développement de logiciels, et des services d’externalisation pour les entreprises. C’est d’ailleurs aussi grâce à ces activités qu’elle a connu une croissance rapide ces 15 dernières années. Avec le cloud et le développement de logiciels standards, il semblerait cependant que les entreprises aient de moins en moins besoin de développeurs et techniciens indiens. Ces alternatives seront donc probablement insuffisantes pour absorber une population en âge de travailler qui augmente d’un million tous les mois. Rappelons que dans sept ans, l’Inde sera vraisemblablement le pays le plus peuplé au monde, avec 1,7 milliard d’habitants.


Sur le web

  1. Raymond Zhong, A blocked path to development, Walls Street Journal, 26 novembre 2015.
  2. En tous cas sur les produits la compétitivité prix prime.
  3. Pic atteint en 1984.
Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Haha, migrer vers la désindustrialisation ? Etes-vous sérieux ?
    Alors que la plupart des pays dits développés constatent et regrettent ce phénomène par ailleurs fort explicable chez nous depuis 30 ans, venir proposer à l’Inde de « revoir sess mdodèles » et se démunir d’une source VITALE à la création de ses emplois-classe-moyenne (de ses véhicules de développement sectoriel) relève d’un non-sens ! Lire ça sur un site libéral me fait poser bien des questions !

    • Ce n’est que du réalisme, à l’ère de la robotisation et de l’imprimante 3D l’industrialisation ne suffira pas à l’Inde, trop tard…

  • Hum, bizarre cet article.
    Se désindustrialiser pour faire QUOI?

  • C’est bien là toute la mesure de ce qui attend nos sociétés, quel que soit le seuil et niveau où elles se situent actuellement. A ce jour, 80% de ce qui nécessite une « interface » humaine, n’aura plus de justification positive dans les 10 prochaines années. C’est donc tout une structure économique et sociale qu’il faut repenser et que la plupart feint de ne pas voir pour les changements de codes et de valeurs que cela doit engendrer à l’échelle individuelle et collective…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
couverture de Red Mirror  L'avenir s'écrit en Chine
1
Sauvegarder cet article

Lors de la parution française en avril 2021 de Red Mirror, essai assorti d'un reportage photographique original sur les rues chinoises, j'avais déjà souligné le sens profond de cet ouvrage d'un journaliste italien, Simone Pieranni, illustré par Gilles Sabrié, un photographe qui vit à Pékin.

Ces deux auteurs décrivent par le récit et par l'image la vie des gens ordinaires qui peuplent les mégalopoles chinoises. Ce sont les mêmes qui manifestent aujourd'hui en Chine contre le fol maintien d'un confinement assassin pour les malheureux hab... Poursuivre la lecture

Nous pensions ces dictateurs inébranlables. Ils gouvernent la Chine, l’Iran, la Russie et bien d’autres pays mais il semblerait bien qu'ils soient des géants aux pieds d’argile.

Leur règne peut durer très longtemps et peut être ébranlé par un évènement banal a priori banal mais pouvant conduire au chaos.

 

La Chine

Les différents dirigeants et particulièrement l’actuel Xi Jinping, ont proposé à la population chinoise un deal simple : lui garantir une meilleure qualité de vie en échange du pouvoir absolu.

Ce pr... Poursuivre la lecture

Partout en Chine, des protestations populaires s’élèvent contre une politique de confinements sanitaires qui étouffe le pays depuis des années. En cause, une politique « zéro covid » autoritaire initiée dès 2020 pour contenir la progression du Covid-19, qui a abouti à une paralysie sans précédent du pays, notamment suite à l’isolement forcé de la ville de Shanghai.

Protests in China are not rare. What *is* rare, are multiple protests over the same issue, at the same time, across the country. The protest below, appa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles