Régionales 2015 : vote sanction pour Hollande ? (Mise à jour 22h50)

François Hollande - Prix de l’Audace artistique et culturelle 2015 credits Actualitté (CC BY-SA 2.0)

Les régionales, un vote sanction pour François Hollande ? Suivez nos infos pendant la journée !

Par la rédaction de Contrepoints

François Hollande - Prix de l’Audace artistique et culturelle 2015 credits Actualitté (CC BY-SA 2.0)
François Hollande – Prix de l’Audace artistique et culturelle 2015 credits Actualitté (CC BY-SA 2.0)

 

22h50 – Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste, annonce le retrait des listes socialistes au second tour des régionales en PACA et dans le Nord-Pas-de-Calais.

Le retrait des socialistes dans le Nord-Pas-de-Calais est une première historique.

 

21h00 – Embarras au PS. Aucun grand leader socialiste n’a pris la parole pour commenter les mauvais résultats du parti au pouvoir. Le Premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis est resté silencieux. Le Premier ministre Manuel Valls ne devrait pas s’exprimer ce soir.

 

20h30 – Réaction de Marine Le Pen (FN) : « Le mouvement national est désormais sans conteste le premier parti de France, tout en restant à peine représenté au Parlement. » « J’appelle tous les électeurs à tourner le dos à cette classe politique qui les trompe. »

 

20h30 – Désormais premier parti de France (avec près de 30% des votes), le FN est en tête dans 6 régions sur 13.

https://twitter.com/Breaking3zero/status/673583423009636353

 

20h20 – Réaction de Nicolas Sarkozy (Les Républicains) : « Le verdict des Français est clair, c’est un message qu’il nous faut entendre. Les Français souhaitent (…) que la République ne recule plus (…) Elle a trop reculé depuis quatre années. »

Nicolas Sarkozy évoque aussi les Français qui n’en peuvent plus de travailler sans pouvoir profiter du fruit de leur travail.

Sur l’abstention : « Leur silence ne sera jamais une réponse à leur inquiétude (…) Il est crucial que tous ceux qui veulent l’alternance trouvent le chemin des urnes.(…) Chaque voix comptera. »

Il proposera demain de refuser toute fusion et tout retrait de liste.

 

20h20 Réaction de Cécile Duflot (EELV) : c’est difficile pour la gauche et les écologistes. Il y a eu selon elle plusieurs avertissements qui n’ont pas été entendus. D’où la montée du FN. « Le sursaut doit être global, il est maintenant entre les mains du Président de la république. »

 

20h15 Stéphane Le Fol appelle déjà à l’union des « forces de gauche et des écologistes ». Après avoir eu tous les pouvoirs, Sénat et Assemblée nationale, faire environ 23%, est un désaveu pour le Parti socialiste. Le Fol nie que ce soit un naufrage.

 

20h10 Xavier Bertrand analyse le choix des électeurs qui ont refusé le FN (6 sur 10). « Ils nous ont choisis pour l’affronter et le battre au second tour. » Xavier Bertrand demande ainsi implicitement à ses adversaires socialistes de faire ce que Nicolas Sarkozy avait annoncé que les Républicains ne feraient pas : se rallier au PS pour faire barrage à l’extrême droite.

 

20h00 – Premières estimations : comme les sondages l’annonçaient, le Front national est le grand gagnant du premier tour des élections régionales, en devenant le premier parti de France. Le FN serait au coude à coude avec les Républicains au niveau national. Marine Le Pen ferait un carton dans la région Nord-Pas-deCalais-Picardie avec un score de 42%. En PACA, la liste de Marion-Maréchal Le Pen dépasserait aussi les 40%.

Selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, sur les 13 régions de France, le Front national sort en tête dans 6 régions : Nord-Pas-Calais, PACA, Alsace-CAL, Normandie, Bourgogne et Midi-Pyrénées.

Au niveau national :

  • Front National : entre 27,2% et 30,8% (selon les instituts de sondage)
  • Les Républicains et alliés : 27%
  • Parti socialiste et alliés : 24%
  • EELV : 6,6%

Nord-Pas-de-Calais-Picardie :

  • FN (Marine Le Pen) : 40,3%
  • Les Républicains (Xavier Bertrand) : 25%
  • Parti socialiste : 18,4%

 

19h05 – Les différents QG de campagne préparent leur buffet.

Aurélie Herbemont, journaliste à Europe1, prend un cliché de l’ambiance qui se prépare au siège parisien des Républicains (LR).

Au QG de Marion-Maréchal Le Pen au Pontet (Vaucluse), c’est le champagne qui est de sortie, selon différents journalistes présents sur place.

Marion Van Renterghem, journaliste du Monde, rapporte qu’il y a eu une très forte participation à la mairie FN du Pontet : 58,16% (contre 46,80% en 2010).

 

18h45 – Selon l’institut de sondage OpinionWay, le taux d’abstention serait estimé à 49%.

 

18h30 Le président Hollande est allé voter en jet privé. En pleine COP21 et en pleine négociation d’un accord sur d’éventuelles réductions d’émissions de CO2, c’est en jet privé que le Président de la République a décidé d’aller voter, selon M6.

 

18h00 – Avec un taux de participation de 43,01% à 17h, les élections de 2015 intéresseraient plus que celles de 2010, qui, à la même heure, n’en comptaient que 39,29%. En région, on enregistre une plus forte mobilisation en Provence-Alpes-Côtes d’Azur et dans le Nord-Pas-de Calais. L’Île-de-France, en revanche, avec 35,68% de mobilisation à 17h, est en queue de peloton.

https://twitter.com/noemieschulz/status/673534248335331328/photo/1?ref_src=twsrc^tfw

  • Tous aux urnes ! Le vote des personnalités

 

17h00 – L’abstention pourrait bien être la grande gagnante de ce premier tour des élections régionales. C’est en tout cas ce que prévoient nos confrères du Point. En 2010, la participation à l’issue du premier tour s’élevait à 46,33%. Le taux le plus faible de l’Histoire pour des élections régionales.

Est-ce un signe ? Le ministère de l’Intérieur twittait il y a quelques minutes pour inciter à se rendre aux urnes.

De son côté, pour convaincre les 44,6 millions d’électeurs d’aller voter, le Premier ministre Manuel Valls a affirmé que le bulletin de vote était « une arme contre le terrorisme ».

 

16h35 – En raison de l’état d’urgence, les bureaux de vote sont sous sécurité renforcée,  particulièrement dans les grandes villes : fouille systématique des sacs à l’entrée des bureaux de vote, contrôles d’identité aléatoires. Des mesures de sécurité exceptionnelles pour une élection.

 

16h20 – Quelle sera la nouvelle couleur politique de la carte des régions ce soir ? Rappelons qu’il y a cinq ans, le rose dominait largement. Le Parti socialiste a beaucoup à perdre lors de ces élections. Doit-on s’attendre à une terrible défaite pour le parti au pouvoir ?

Plusieurs analystes et instituts de sondage ont prévu un raz de marée du Front National, avec un vote frontiste en tête dans la plupart des régions lors de ce premier tour. Marine Le Pen s’est pourtant abstenu de tout triomphalisme. La présidente du FN a déclaré qu’elle espérait être en tête dans « quatre ou cinq régions » en ajoutant qu’un score supérieur à celui réalisé lors des dernières départementales (25,2%) serait déjà une victoire.

 

12h30 – Le Premier ministre Manuel Valls a voté dans sa ville d’Évry. Devant les caméras, il a estimé que la démocratie était essentielle face au terrorisme : « Nous sommes debout et notre arme, c’est le bulletin de vote ».

Nicolas Sarkozy, président des Républicains, a voté en compagnie de son épouse Carla Bruni Sarkozy en fin de matinée, dans le XVIe arrondissement de Paris.

 

12h15 – À la mi-journée, le taux de participation s’élève à 16,27%. Il reste relativement stable par rapport au premier tour de 2010 (16,07%) et il est en baisse par rapport à 2004 (18,48%).

En revanche, il est en hausse dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie (taux de participation de 19,16% contre 15,86% en 2010), région dans laquelle se présente Marine Le Pen où elle pourrait bien arriver en tête, selon les derniers sondages.

 

11h30 – Le taux de participation à la mi-journée sera connu à midi. Le taux de participation (pour la journée entière) est pour l’instant attendu en légère baisse selon les sondeurs

 

10h00 – Le président de la république est allé voter à Tulle dans son fief de Corrèze (9h20).

  • Rappel : à quoi servent les élections régionales ?

Pour LeTelegraph, les régionales ne sont pas seulement un mauvais présage pour le parti socialiste ou de bonnes nouvelles pour Marine Le Pen, mais aussi le « jour de Marion », c’est-à-dire l’entrée en scène d’une extrême-droite new look avec Marion Maréchal-Le Pen, à la fois plus jeune et plus radicale que sa tante Marine.

Les premières estimations quant à la participation tomberont aux alentours de midi.

 

9h00 – Faut-il s’attendre à un scrutin en forme de sanction pour le président de la république ? Dès le début de la semaine, les sondages indiquaient que François Hollande, dont la cote de popularité semblait en hausse suite à ses déclarations suivant les attentats terroristes à Paris, n’avait pas pour autant réussi à influencer la défaite socialiste annoncée des régionales.

Plus encore, celle-ci se doublerait d’une profonde crise identitaire au sein du parti socialiste, qui, selon Gaël Brustier interrogé par Le Figaro, risque de se marginaliser face à la progression concomitante de la droite et de l’extrême-droite.

La grande inconnue reste bien entendu le taux de mobilisation, qui en dernière analyse décidera en particulier du basculement du Nord-pas-de-Calais aux mains du Front national.

Pour aller plus loin, consulter sur Contrepoints notre dossier élections régionales.