FN : pourquoi la polémique Voix du Nord n’aurait pas dû exister

Marine Le Pen - Front national - Meeting 1er mai 2012 - Blandine La Cain via Flickr

Lutter contre l’extrême-droite, c’est aussi lutter contre les politiques à gauche ou à droite, qui parlent la même langue.

Par le Parisien libéral.

Marine Le Pen - Front national - Meeting 1er mai 2012 - Blandine La Cain via Flickr (<a href="https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/
Marine Le Pen – Front national – Meeting 1er mai 2012 – Blandine La Cain via Flickr (

 

Alors que les sondages semblent plutôt favorables à Marine Le Pen en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, le quotidien régional La Voix du Nord a pris position contre le leader d’extrême-droite.

Le journal a titré « Régionales : pourquoi une victoire du FN nous inquiète » et explique que :

  • « Une large majorité d’habitants du Nord-Pas-de-Calais pourraient se réveiller le lundi 14 décembre avec une présidente Front national, sans l’avoir voulu. »
  • Le FN s’inscrit dans le jeu démocratique sans renoncer à sa radicalité.
  • La violence terroriste, la panne économique, la perte de confiance que nous vivons supposent le rassemblement et non la division, le débat et non l’imprécation, l’autorité et non l’autoritarisme, l’appel à la raison plutôt qu’aux préjugés, la recherche de solutions réalistes au lieu de promesses démagogiques, l’ouverture au monde et non le repli sur soi, l’entrée dans la compétition plutôt que le protectionnisme.
  • Le Front national n’a pas l’expérience, il n’a jamais été au pouvoir dans une collectivité importante.

À cette attaque, est venue une réponse stupide : Marine Le Pen a promis qu’en cas de victoire, elle supprimerait les subventions accordées à la Voix du Nord. Problème : il n’y a pas de subventions régionales pour les journaux. Les aides à la presse sont des dispositifs nationaux.

La stupidité de la réponse de la fille de Jean-Marie Le Pen règle-t-elle pour autant la question ? Non, et ce pour les raisons suivantes.

La Voix du Nord redécouvre les institutions

Marine Le Pen pourrait être élue en étant minoritaire. Oui, et alors ? La Voix Du Nord ignore-t-elle qu’en 2012, François Hollande a eu 18 000 668 voix (contre 16 860 685 voix pour son adversaire), soit 39,07% des voix des 46 066 307 inscrits ou 48,62% des voix des 37 016 309 de votants ?

Les règles du jeu sont ainsi : entre les votes blanc ou l’abstention, même dans le cadre des scrutins majoritaires à deux tours, des minoritaires en voix peuvent être élus.

Où est la Une de La Voix du Nord contre l’état d’urgence ? 

La Voix du Nord dénonce les velléités anti-démocratiques du FN. Elle a raison, la démocratie ne semble pas dans l’ADN du parti d’extrême-droite. Mais quid des pratiques avérées, et non pas simples velléités, de l’actuel gouvernement ?  La Voix du Nord a-t-elle combattu la Loi Renseignement aux côtés des activistes pro-libertés et des associations de défense des Droits de l’Homme ? La Voix du Nord a-t-elle interpellé Manuel Valls et Bernard Cazeneuve pour protester contre l’état d’urgence ?

C’est très bien de lutter contre l’extrême-droite, mais le combat n’est-il pas aussi contre les politiques d’extrême-droite, même si c’est la gauche qui les appliquent ?

Tous les partis ont connu une première fois

La Voix du Nord dit « le FN n’a pas d’expérience ». Faut-il en conclure que seuls les Républicains et le PS ont le droit de gérer des régions, ou bien peut-on imaginer que la politique française sorte de « l’UMPS » et de ses deux Fronts, de Gauche ou National ? Accessoirement, le bilan des partis institutionnels plaide-t-il en faveur de Xavier Bertrand ou du candidat socialiste ?

Pauvres amis du Nord

Voilà qu’un journal, La Voix du Nord, qui a touché 4 546 741 euros de subvention publique en 2012, vient leur présenter un constat partiel, au lieu d’ouvrir de vrais débats, tels que la nécessité de supprimer toutes les aides à la presse, de L’Humanité à Minute, ou l’intérêt de faire le bilan des politiques de « droite »ou de « gauche » depuis 30 ans.

Sur les aides à la presse, soyons un peu plus précis : est-il acceptable que les contribuables se voient forcer de renflouer nuitamment L’Humanité, le quotidien qui soutient un autre extrémisme, le communisme ?

C’est dans ce contexte que Sylvain Blondel, 35 ans, créateur d’une entreprise de services aux particuliers, tête de liste Nous Citoyens Nord-Pas-de-Calais-Picardie déclare : « J’estime que le clivage droite-gauche ne signifie plus rien, que les lignes de fractures se situent davantage entre libéraux et étatistes, souverainistes et européens. La nuance entre Mélenchon et Le Pen est par exemple très ténue. »

La Voix du Nord aurait pu titrer : pourquoi la poursuite des politiques actuelles, dont Marine Le Pen ne serait qu’un avatar exacerbé, nous inquiète.

Sur le web

Lire sur Contrepoints notre dossier Front national