Vente d’alcool interdite : l’état d’urgence dérape déjà

Peut-on profiter d’un état d’urgence pour interdire la consommation d’alcool ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vente d’alcool interdite : l’état d’urgence dérape déjà

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 29 novembre 2015
- A +

Par Charles Sannat

Oiluj Samall Zeid-Noche Tudelala(CC BY-NC-ND 2.0)
Oiluj Samall Zeid-Noche Tudelala(CC BY-NC-ND 2.0)

 

Note préliminaire : l’interdiction a été annulée récemment. Nous avons décidé toutefois de maintenir l’article, tant cette interdiction est symptomatique des dérives liberticides que l’état d’urgence peut occasionner.

Le problème avec les pleins pouvoirs et la dictature de l’émotion c’est que l’on sait où cela commence, jamais où cela s’arrête ; nous avons le cas d’une dérive évidente et je vais vous expliquer pourquoi, mais d’abord voici l’information incriminée :

« Autre effet de l’état d’urgence décrété après les attentats de Paris : l’interdiction de la vente à emporter et de la consommation d’alcool sur la voie publique après 20 heures, dans le département du Nord. La préfecture a pris cette décision qui s’appliquera jusqu’à la fin du régime d’exception. »

C’est une des conséquences inattendues de l’état d’urgence. Ainsi, il est désormais défendu d’acheter, de détenir ou même de consommer des boissons alcoolisées sur la voie publique jusqu’à 8 heures du matin dans tout le département. Une mesure qui sera effective jusqu’au 26 février.

« Considérant que la consommation d’alcool contribue à la levée des inhibitions et qu’elle facilite les comportements agressifs et violents à l’origine de nombreux troubles à l’ordre public […], la vente de boissons alcoolisées du 2e au 5e groupe, sous quelque forme que ce soit, est interdite dans tout le département du Nord, entre 20 heures et 8 heures à compter du 14 novembre 2015, 20 heures, et ce jusqu’à la fin de l’état d’urgence »,

annonce l’arrêté préfectoral.

Tout d’abord les terroristes djihadistes ne picolent pas car c’est interdit par leurs principes religieux et moraux… donc pour les repérer, il vaudrait mieux finalement s’occuper des « sobres » plutôt que des « alcoolisés », mais ce n’est pas cela le problème.

Le problème, c’est que l’on ne peut pas tout confondre et profiter d’un état d’urgence pour interdire la consommation d’alcool ; et présentement, nous nous trouvons face à un mélange des genres qui n’est pas de bon augure, même si encore une fois je peux parfaitement comprendre que nos forces de l’ordre soient occupées à autre chose que les faits d’ébriété sur la voie publique et que nous devions garder nos moyens pour les vrais sujets.

Je peux comprendre cela en tant que citoyen responsable et je veux que les préfets et les dirigeants me considèrent comme tel et donc me disent la vérité. La vérité est que nous ne pouvons plus courir après les titubants du vendredi soir… et cela met en exergue un cruel manque de moyens sur lequel je vous propose de mener une réelle réflexion personnelle et citoyenne.

Sur le web

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Cette mesure a été annulé selon les gens du nord à vérifier donc.

    • En effet, nous avons toutefois choisi de maintenir l’article tant la mesure est symptomatique des dérives liberticides de l’état d’urgence.

  • Voilà qui me fait bien rire.

    Ou sont les « libéraux » enthousiastes à l’idée de mettre en place l’état d’urgence que l’on voyait il n’y a pas longtemps ? Ou sont les partisans d’un homme fort ? C’était tellement prévisible que l’état allait faire n’importe quoi avec plus de pouvoir…

    « Le pouvoir tend à corrompre, le pouvoir absolu corrompt absolument. Les grands hommes sont presque toujours des hommes mauvais. »

    « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. »

    • Etre partisan d’un homme fort ne signifie en rien être partisan des pleins pouvoirs, lesquels, me semble-t-il, sont généralement accordés à des faibles qui en font mauvais usage. Si les grands hommes sont presque toujours mauvais, les soviets suprêmes le sont absolument toujours, et ceux qui se dressent contre les soviets suprêmes ont besoin de pouvoir et de force, et ne doivent pas être d’autres soviets.

  • Et alors où est le mal? Empêcher certains de s’imbiber sur la voie publique devrait être un arrêté national depuis des lustres! Si d’aucun veut s’enivrer qu’il le fasse en cercle privé! Pas besoin de cas de force majeure pour une telle mesure! Par contre d’autres sont plus pernicieuses comme le droit à se réunir sur la voie publique, le non droit de manifester! Là oui on peut s’énerver!! Demeurons sérieux!

    • Il est déjà interdit d’être en état d’ivresse sur la voie publique, de causer du tapage nocturne, d’être violent ou de faire tout un tas d’autres choses dans la rue. A partir du moment où les personnes sont calmes, pas en état d’ébriété avancé et respectent les lois déjà existantes je ne vois vraiment pas pourquoi on interdirait à quiconque de boire une bière fraîche dans la rue. En outre, l’achat d’alcool après 20h n’est pas forcément destiné à une consommation sur la voie publique. Et profiter de l’état d’urgence pour faire passer ce genre de mesure relève clairement de l’abus de pouvoir.

  • Ben oui; dans ma banlieue, ça empêchera des zombies d’aller acheter leur drogue en buvant de la bière.

  • Il ne reste plus qu’a interdir la consommation de cochon sous pretexte d’atteinte a l’ordre public, et la boucle sera bouclée

  • De toute façon, inutile de vous plaindre, même la CourEDH ne pourra rien pour vous en ce moment. Fermez la et filez droit.

  • On peut constater par le premier lien que les réactions des Nordistes n’étaient pas forcément défavorables….

  • Ne picolaient pas ??? Quoi que… en Belgique OUI.
    Ne fumaient-ils pas aussi ?
    Ils auront toutes les excuses pour nous extorquer les pleins pouvoirs car nos petits neurones sont bien vides et bien alignés… Sinon… Raciste, fasciste, populiste, destructioniste, déconstructiviste, la liste est trop longue… Non pas d’extrême gauche voyons… Ce sont des anges bienfaiteurs ceux-la, incapables de la moindre incartade… Alors qu’à droite c’est en permanence le cas voyons…

  • Pourquoi s’étonner?
    Le gouvernement demande des pouvoirs exceptionnels, que tous les partis lui votent des deux mains.
    La France a donc un gouvernement d’union nationale

    Le gouvernement profite de la situaton pour engager encore plus de depenses sans faire d’économies ailleurs, ce qui se traduira par de belles nouvelles taxes incessament sous peu.
    La France garde donc son gouvernement socialiste.

    Si on combine les deux, la France aurait un gouvernement d’union nationale socialiste?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans le domaine du viol, on entend souvent dire que les fausses accusations déposées à la police seraient rares ou très rares ; il y aurait un consensus scientifique autour du chiffre de 6 % des plaintes (ou de 2 % à 10 %). C'est une question d’une actualité brûlante. En effet, nous vivons une époque où, après #Metoo, les femmes sont incitées à porter plainte tous azimuts, ce qui représenterait une salutaire « libération de la parole » des victimes.

Libération de la parole ?

Étrange euphémisme qui semble plutôt dénoter le dévelo... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jean-Baptiste Noé.

L'amer Picon d'Algérie

Le Picon nous renvoie à une page coloniale de l'histoire de France, celle où l'Algérie était intégrée au territoire national et où les soldats mouraient de dysenterie et d'eau contaminée. Dans le désert saharien, la soif est une contrainte perpétuelle et les eaux sont très souvent impropres et tuent les corps en transportant de nombreuses maladies. Envoyé en Algérie au début des années 1830, Gaétan Picon découvre le paludisme et les fièvres qui rongent de nombreux soldats.

Lui aussi ... Poursuivre la lecture

Si la réalité du terrorisme est ancienne, le mot français est un héritage de la Révolution française. La Première République est née dans et par la Terreur.

La monarchie à peine renversée, une première Terreur pousse les révolutionnaires à massacrer dans les prisons de Paris plus de 1000 détenus considérés comme des « ennemis de l’intérieur » prêts à égorger les « patriotes » en septembre 1792. La plupart des victimes étaient de banals détenus de droit commun. Les éléments radicaux ne cessent de faire pression sur les organismes offici... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles