Terrorisme : cette menace qui vient de l’intérieur

Ce n’est pas comme si tout était rose en France avant les attentats. Il restait, heureusement, les terrasses de café, les concerts et les matchs de foot. Mais de là à dire que tout allait bien et que tout le monde a bien fait son travail, il y a un pas que je ne franchirai pas.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Terrorisme : cette menace qui vient de l’intérieur

Publié le 28 novembre 2015
- A +

Les gouvernements occidentaux n’ont eu de cesse de mettre en cause la cryptographie dans les attentats de Paris et d’ailleurs : en permettant aux terroristes d’échapper à la surveillance, elle rendrait l’organisation d’attentats plus facile, et les populations plus vulnérables.

Le manuel de sécurité des opérations d’ISIS1, élaboré à l’origine par une société koweïtienne pour la protection des journalistes sur les terrains d’opérations du Moyen-Orient et leurs sources, leur donne en partie raison. ISIS recommande à ses recrues de crypter leurs communications. De préférence via des outils développés hors des États-Unis, notamment en Allemagne, car les messageries américaines sont massivement surveillées.

Car le renseignement américain s’est intéressé bien avant les attentats à la cryptographie, et la presse américaine regorge de demandes insistantes que les développeurs rendent sciemment leurs outils vulnérables. En France, le même discours émerge à la suite des attentats du 13 novembre : les terroristes utiliseraient des applications cryptées et des serveurs de jeu vidéo pour communiquer, en conséquence de quoi une surveillance efficace nécessiterait plus de moyens.

Les services français se plaignent de leur manque de moyens pour surveiller les moyens d’échange en ligne du réseau Playstation 4. Mais rien n’indique que les terroristes l’utilisent, au contraire : le réseau de Sony n’est mentionné nulle part dans le manuel ou les forums djihadistes. Ils s’évertuent à surveiller Whatsapp, que le manuel bannit formellement.

En revanche, tout indique que les gouvernements demandent plus de moyens et moins de contraintes mais font un mauvais usage des moyens déjà à leur disposition. Quand les terroristes utilisent des moyens de communication non cryptés, ils sont surveillés et localisés bien trop tard. Quand la Turquie et la Syrie offrent des renseignements qui auraient pu permettre de mieux anticiper les attaques, peut-être de les éviter, les services français n’y prêtent pas attention.

Et plus généralement, les individus fichés S sont relâchés dans la nature sans surveillance ; on découvre après les attentats ou tentatives d’iceux que leurs auteurs sont connus des services de police pour avoir donné tous les signes de la violence et de la dangerosité, connus des services de renseignement pour avoir donné tous les signes de la radicalisation et de l’extrémisme, et qu’ils auraient dû au moment des faits être en prison mais en étaient sortis de gré ou de force.

Malgré toute la bonne volonté de ceux qui veillent avec dévouement à notre sécurité sur le terrain, c’est un fiasco. Ils se plaignent eux-mêmes d’être trop occupés à donner des PVs et à surveiller qu’ils n’ont plus vraiment le temps de protéger les citoyens. Ils se plaignent aussi de travailler pour rien quand leurs efforts pour arrêter des délinquants débouchent sur une relaxe ou une peine dérisoire. L’État doit garantir la sûreté des citoyens, et il le fait mal.

L’État d’une façon générale demande plus de moyens. Chaque année, ses dépenses grossissent ; chaque année, il s’endette ; et maintenant, le voilà qui traque les multinationales pour qu’elles paient plus d’impôts en France.

Bientôt, produire en France sera un acte de résistance contre le terrorisme. L’État, qui représente 57% des dépenses du pays, en veut toujours plus, et cache son appétit derrière l’énorme façade de la sécurité.

On peut parler de façade parce que, de manière assez claire, ce n’est pas la priorité de l’État. Historiquement, le poids du régalien a été divisé par cinq dans le total des dépenses publiques. Et au fil du temps, en France, tout est devenu social, y compris la justice qui se montre clémente avec les défavorisés et les nantis de la république mais flique incessamment le citoyen lambda, victime de la prédation des uns et des autres.

Les gouvernements successifs se lancent tête baissée dans des opérations militaires dont on a pourtant à chaque fois très bien anticipé les retombées catastrophiques pour les populations locales et les Français, au point qu’on en vienne à se demander si l’État islamique n’a pas été renforcé par les efforts américains, français et du Golfe au Moyen-Orient.

En France comme à l’étranger, l’État français à échoué. Pourtant, vous ne verrez aucune remise en cause de son action par une classe politique qui s’unit derrière un gouvernement qu’elle honnissait hier. Sa politique économique et budgétaire désastreuse est bien vite oubliée derrière l’optimisation fiscale des multinationales et des expatriés : l’État a besoin d’argent, et peu importe que s’il en manque aujourd’hui, c’est parce qu’il le crame depuis des décennies. Sa justice désastreuse, volontairement laxiste envers les criminels et complaisante envers les hommes politiques, a laissé s’instaurer le climat de défiance auquel nous nous sommes habitués ; tout cela est bien vite oublié derrière les déclarations viriles d’un état d’urgence que nous avions déjà pratiquement atteint.

La surveillance généralisée des citoyens, qui se montre complétement inefficace, n’a pas été oubliée : depuis le début, la mise en place en douce d’un Patriot Act à la française, tout le monde s’en fiche ou presque. Alors que le monde entier découvre les dérives du renseignement américain, la France le copie. Même chose avec sa « guerre contre le terrorisme » dans laquelle les plus hautes autorités du pays ont validé des frappes sur la base d’informations parcellaires et fait des milliers de victimes civiles – tout le pays s’émerveille que la France largue des bombes sur des villages syriens.

L’émotion du monde entier, les monuments aux couleurs du drapeau français et le mouvement #PrayforParis se sont transformés en union nationale à la mémoire courte et assoiffée de vengeance. On veut que les terroristes et les multinationales paient pour Paris parce que cela nous donne un bon prétexte pour éviter de regarder nos problèmes en face. Nous ne sommes pas déclinistes ; nous sommes dans le déni du déclin, et nous refusons de regarder nos choix (ou leur absence) en face et d’en assumer les conséquences.

Non, nous ne sommes pas directement responsables du terrorisme. Il y a des gens qui font le choix du terrorisme, et nous n’en faisons pas partie. Mais il est urgent de nous remettre en question, de nous remettre en cause. L’État s’occupe de tout, et mal. On peut vouloir qu’il fasse les mêmes choses, mais bien ; on peut vouloir qu’il fasse moins de choses, mais mieux. Dans tous les cas, on ne peut pas se mettre à le soutenir parce qu’il est en difficulté ; la réalité, c’est que nous sommes en difficulté parce qu’il nous y a lentement mais sûrement mis.

Ce n’est pas comme si tout était rose en France avant les attentats. Il restait, heureusement, les terrasses de café, les concerts et les matchs de foot. Mais de là à dire que tout allait bien et que tout le monde a bien fait son travail, il y a un pas que par prudence et honnêteté intellectuelle je ne franchirai pas.

Si vous ne vous sentez pas responsable de ce qu’a fait l’État depuis des décennies, c’est qu’il y a, là aussi, un problème : ne sommes-nous pas en démocratie ? Les citoyens ne sont-ils pas censés être au pouvoir et l’État à leur service ? Le problème, d’ailleurs, vient de là : notre État n’est pas défaillant que dans son action, mais dans ses missions et son mode de fonctionnement. Il est grand temps que les choses changent : chaque jour qui passe amplifie le décalage entre les citoyens et l’État.

  1. Article intéressant.
Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Il y a des groupes de gens, coopérants, qui vivent dans le déni.
    C’est une minorité, parasitant la société française, bien placée économiquement.
    Aujourd’hui, c’en est fini pour elle, elle est .. vomie par l’ensemble des citoyens.
    On assiste, encore et encore, à sa pathétique envie de survivre à tout prix et les conséquence sont de plus en plus désastreuses pour la démocratie française, phare mondial … par le passé!
    Je pense que les citoyens attendent sa fin dans la non violence.
    Je leur souhaite de quitter dignement leurs fonctions.

    • Les parasites en France forment une minorité d’une dizaine de millions de personnes, composée majoritairement de fonctionnaires (deux fois trop nombreux, avec des privilèges extraordinaires et injustifiés), de politiques, de syndicalistes, de journalistes, d’âârtistes, de professionnels de l’aide sociale, et j’en oublie forcément.
      On pourrait commencer par aligner l’ensemble des droits du public sur ceux du privé. Après seulement, j’accepterai d’écouter les louanges de ces fonctionnaires héroïques derrière lesquels se cache une foule de planqués.

    • Des dictatures se sont mises en place dans la même indifférence et le même attentisme. Les suffrages n’existent plus que pour donner l’impression aux citoyens qu’ils tiennent le pouvoir. Nos politiques se sont complètement décomplexés et se lâchent tout azimut au point de réaliser leur soif de pouvoir. Les gens qui participent à cela me font gerber, les médias les premiers.

  • « ne sommes-nous pas en démocratie ? »

    NON

    Démocratie : régime politique où la constitution n’est modifiable QUE par référendum, lequel peut être initié par pétition populaire, aisément et sur tout sujet.

    • mais si ça leur fait tellement plaisir ! les français confonde voter avec mandater …….
      et les 30 glorieuses c’ est pas mal non plus ! posez la question à un de ces fats Pourquoi a t on changé de république en 58 elle était pas assez glorieuse la 4èm ?
      a part cette haine de la démo l’ article de BC est intéressant

  • Très bon article. Pour la cryptographie il me semble que l’UK est dans un état bien plus avancé que la France dans sa guerre contre la vie privée:

    http://www.extremetech.com/extreme/209201-uks-cameron-wants-to-ban-encryption

    « Les services français se plaignent de leur manque de moyens pour surveiller les moyens d’échange en ligne du réseau Playstation 4. »

    Ils n’ont qu’a rendre service aux joueurs et proposer un netcode qui marche à intégrer dans les game engine…

    • Sur la surveillance des gens OK, les anglais sont devant en ce qui concerne les mesures visibles (qui connais les détails de DADVSI et toutes les ignominies qui s’en sont suivies ?)…pour le reste, les anglais sont bien plus libres que les francais.

  • Je souscris complétement à la conclusion de l’auteur. La faiblesse des citoyens face à un état providence, est coupable d’avoir conduit notre pays dans les abîmes.

    En fait les citoyens réagissent comme les politiques : « mon intérêt passe d’abord avant l’intérêt général ». Sauf que l’intérêt immédiat est l’ennemi de l’intérêt général. En France cela s’est traduit par la faillite du système économique qui a été purement et simplement détruit par nos dirigeants aux fins de réélection.

    Les hommes politiques ont depuis très longtemps oublié le fait que c’était eux qui étaient au service des citoyens et non l’inverse. Ils ont bien compris comment provoquer l’amnésie des citoyens sur le sujet : les acheter à grand renfort d’allocations de toute nature.

    Cela démontre au moins une chose : beaucoup trop de nos concitoyens ont une méconnaissance quasi totale des rouages d’une économie et de ses attributs financiers.

    N’attendons pas de nos politiques de la pédagogie sur le sujet, ils risqueraient de se trouver hors jeu. On ne peut mieux les comparer qu’à la religion qui a longtemps entretenu l’ignorance pour garder son pouvoir.
    Aujourd’hui les curés contemporains sont nos brillants politiques.

    • Mais les curés, quoique plutôt l’échelon au dessus sans doute, disons alors les évêques, ont toujours été des politiques. Dès la reconnaissance du christianisme par l’Empire romain, la noblesse sénatoriale se précipite vers les fonctions épiscopales. Et cet état de fait a duré très longtemps pour atteindre parfois des sommets, avec Richelieu par exemple.

  • Il existe un moyen de correspondre de façon absolument indéchiffrable, tout ceux qui font de la crypto connaissent ce moyen. Si les terroristes utilisent des réseaux faiblement chiffrés sur une infrastructure publique, c’est que c’est plus facile d’utilisation et peu surveillé.

    Mais nous n’aurons pas toujours à faire avec une jeunesse sans cervelle, et quand ce moment arrivera, aucune mesure de déchiffrement sera possible, tout le matériel et les moyens de renseignement serviront à surveiller les agissement de la population, mais les terroristes passeront au travers.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Un article de Finfrog 

Durant la crise sanitaire, les Français ont continué d'épargner, à des niveaux plus ou moins importants selon les périodes. Selon la Banque de France, ils auraient accumulé un surplus d'épargne de près de 187 milliards d'euros fin octobre 2021 soit une augmentation de 73 milliards d'euros en un an.

Plus de 44 milliards d'euros d'épargne au deuxième trimestre 2021

 

Les chiffres publiés par la Banque de France sur l'épargne des Français en 2021 montrent que la crise du covid a eu un impa... Poursuivre la lecture

Par Sylvain Kahn. Un article de The Conversation

Les candidates et candidats à l’élection présidentielle française ont pris l’habitude d’annoncer aux électeurs les lois et les décisions qu’ils feront adopter par l’UE sitôt élus.

Cette attitude relève de la pensée magique.

En effet, l’UE est un régime politique qui se caractérise par un pouvoir réparti entre une pluralité d’acteurs et de centres de décision. Les institutions qui regroupent les dirigeants des gouvernements nationaux doivent ainsi composer avec cette sorte d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles