Aimer son pays, c’est y payer un max d’impôts ?

Les entreprises du net doivent-elles revenir payer des impôts en France par patriotisme ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
coq chantant gerard68photos (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Aimer son pays, c’est y payer un max d’impôts ?

Publié le 24 novembre 2015
- A +

Par le Parisien libéral.

coq chantant gerard68photos (licence creative commons)
coq chantant gerard68photos (licence creative commons)

 

À l’occasion des attentats qui ont secoué la capitale la semaine dernière, une vague de solidarité sans précédent s’est manifestée à travers le monde. Certains ont twitté leurs condoléances, d’autres ont mis un drapeau bleu-blanc-rouge en photo de profil Facebook.

Mais, on a également vu resurgir deux débats.

D’une part, pour certains, le fait qu’en « période de guerre » implique qu’il ne soit plus possible de continuer à voter avec ses pieds (c’est l’appel de Marc Simoncini qui voudrait que ses amis entrepreneurs habitent en France plutôt qu’à Londres, Bruxelles ou Genève). D’autre part, d’autres reprochent aux GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) de ne pas payer assez d’impôts en France.

Alors, puisque la France est en guerre, les contribuables, à commencer par les entrepreneurs du net, devraient-ils se montrer solidaires et désireux de financer Bercy, Brienne, le Quai d’Orsay et Matignon, plutôt que Her Majesty’s Revenue and Customs ou les équivalents Suisses, Belges ou Luxembourgeois ?

Reprenons le message de Marc Simoncini :

« Nous sommes en guerre. Et le nerf de la guerre, c’est l’argent […]. La France n’a plus les moyens d’assurer sa sécurité. Les effectifs et les moyens de l’armée ont été drastiquement réduits. La police œuvre avec du matériel antique. La SNCF met 400 millions d’euros pour son budget de sécurité et quand on voit l’attaque avortée dans le Thalys fin août, on se dit qu’il faudrait plus du double ! Voilà pourquoi tous les entrepreneurs, qui ont de l’intelligence, des idées, qui créent les richesses, qui sont les forces vives du pays doivent rester et rentrer en France. Il faut impérativement s’unir tous, d’abord pour payer des impôts, faire rentrer l’argent nécessaire mais aussi pour peser politiquement, se faire entendre, imposer une meilleure allocation des ressources budgétaires. »

Le message de Simoncini est intéressant, mais très éloigné du réel. Des entrepreneurs qui tentent de peser politiquement, se faire entendre, imposer une meilleure allocation des ressources budgétaires, il y en a, notamment au Parti Libéral Démocrate avec Arnaud Dassier ou chez Nous Citoyens avec Denis Payre. En ce qui concerne le PLD, il compte certes quelques élus locaux, mais il n’est pas encore suffisamment fort pour s’imposer dans le débat public. Quant à Nous Citoyens, rappelez-vous la réaction dans l’émission de télévision On n’est pas couchés face à Denis Payre quand il rappelait que lui avait créé 7000 emplois en France.

Aymeric Caron : « Peu importe le nombre d’emplois que vous avez créés, Monsieur Payre. »
Voilà pour ce qui est de vouloir se faire entendre.

Alors, que des entrepreneurs profitent du fait que la France soit en Europe pour tenter de préserver leurs intérêts, quoi de plus normal ? Rappelons quand même que selon l’article 14 de la DDHC de 1789, « tous les citoyens ont le droit de constater par eux-mêmes, ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée » et que, selon les traités européens, les citoyens se voient garantir la liberté de circulation et d’installation dans les pays membres.

Autrement dit, si après avoir constaté que les représentants de la nation, qu’ils soient de gauche ou de droite, ne reflètent pas le point de vue de ceux qui veulent moins d’Impôts et donc moins de dépense publique, pourquoi ne pas signifier son absence de consentement par un départ, tout simplement ?

Notons qu’il ne s’agit même pas d’une question de patriotisme. Quand des contribuables français déménagent d’une ville à forte taxe d’habitation à une municipalité appliquant des taux plus cléments, quand d’autres investissent dans les DOM-TOM, quand d’autres refusent de voir leur indemnité de frais de représentation de mandats fiscalisée, on voit bien qu’il n’y a pas que les Français de Bruxelles ou de Genève qui cherchent à payer moins d’impôts.

En ce qui concerne l’accusation contre les GAFA, rappelons que l’optimisation fiscale est légale, et pratiquée y compris par ces sociétés du CAC 40 dans lesquelles l’État a des intérêts, comme EDF, Engie ou Renault. Il n’y a rien de criminel à cela, il s’agit de bonne gestion, et les PME auraient tout intérêt à utiliser ces techniques tant que l’on reste dans le domaine du légal, évidemment.

Il y a trop de dépenses en France. Ne tombons pas dans le piège de communication du gouvernement qui voudrait nous faire surestimer le cout des OPEX. Le surcoût de 600 millions d’euros récemment annoncé correspond à un montant epsilonnesque du déficit de 72 milliards prévus pour l’année prochaine.

Ne tombons pas également dans le piège qui consisterait à croire que nous avons besoin de plus de moyens financiers pour résoudre les problèmes qui se posent à la France, y compris le risque terroriste. La tentative d’attentat du Thalys a été réglée par trois militaires affûtés, et non par des Rafale coûtant quelques milliers d’euros l’heure de vol.

Si nous voulons lutter contre le terrorisme en France, il faut certes que nous ayons des forces de police correctement équipées, mais nous avons aussi besoin de citoyens alertes et formés aux techniques de défense.

Tous les contribuables ne peuvent pas ou même ne veulent pas partir. Mais difficile de reprocher aux quelques rares contribuables qui le peuvent d’avoir lu, compris et appliqué la Grève, d’Ayn Rand. Mais rien n’est définitif. La France a toujours le choix de dérouler un tapis rouge pour les entrepreneurs, notamment en promouvant une politique de stabilité juridique et fiscale. Cela tombe bien, c’est un corollaire du nécessaire recentrage de l’État sur ses seules missions régaliennes (police, justice, armée et diplomatie). En attendant ce recentrage, les GAFA et les net-entrepreneurs sont les porte-paroles des contribuables pris au piège par une classe politique française qui dépense toujours plus, et à crédit malgré la progression constante de la dépense publique et des recettes fiscales.


Sur le web

Lire sur Contrepoints notre dossier Attentats à Paris

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Il faut même aller plus loin dans le raisonnement.

    Dans un système mondialisé ou les entreprises françaises sont en concurrence avec les autres, c’est un devoir patriotique de pratiquer l’optimisation fiscale , au risque, sinon, de disparaitre devant la lourdeur du handicap.
    A l’inverse les politiques dépensières des collectivistes de tout bord sont à dénoncer pour ce qu’elles sont: un véritable cancer pour notre pays.

  • C’est trop tard le message est déjà passer dans la voie du président, nous tiendrons plus les objectif de stabilité budgétaire suite au attentat .

    Fini bouclé et Bruxelles à dit oui .

    Donc on fait quoi ?

    Votre réponse est parfaite mais malheureusement inaudible, il n’y aura jamais de remise en cause des reformes structurel en FRANCE et la dette ira jusqu’à 200 % du PIB, il y aura toujours une excuse la crise les attentat la sécheresse,le logment , le pétrole, le numérique les gafa ….
    Pourquoi voulez vous qu’ils diminuent leur train de vie c’est tous juste impensable, ils sont tellement mouillés dans le système que la moindre réforme de structure leur couperaient les bras.

    Malheureusement notre pays est irréformable et gentiment il va s’enfoncer dans les abimes de la gélification à ne plus pouvoir en sortir .

    c’est foutu

  •  » La France n’a plus les moyens d’assurer sa sécurité » selon Simoncini. C’est sûr qu’à 58% de prélèvements obligatoires, il manque encore au moins 42% dans les caisses.

    • On peut toujours faire pire, effectivement. Un jour ou l’autre, nos économies seront confisquées (Il faut contribuer à l’effort de guerre, mon bon Monsieur. Vous êtes patriote, non ?) avec promesse de remboursement « quand les choses iront mieux ».

  • Moins de social, plus de régalien. C’est simple pourtant. Et peut être serons nous un peu heureux de payer ces impôts avec même l’espoir de les voir diminuer….qui sait?

  • « La France n’a plus les moyens d’assurer sa sécurité. »
    Et sa conclusion c est donc de rapatrier les exilés fiscaux et claquer tout leur pognon pour assurer la sécurité du pays. Sécurité qui est sensée être le rôle premier de l état! l état est en obésité morbide et la solution c est de bouffer plus encore!
    Pas de régime pour lui, a croire que son traitement c est d imposer la diète a tout le reste du pays en se goinfrant de plus en plus!
    Plus d argent pour assurer notre sécurité?!!! Ben si j étais à votre place monsieur Simoncini je serais rudement inquiet, tout ce mécontentement dans la population, pas de sécurité et tant de choses à se(la classe politique dans son ensemble) reprocher…

  • C’est dingue tous ces petits tas de merde comme Caron qui n’ont jamais créé le moindre centime de valeur ajoutée venir donner des leçons de morale à ceux qui prennent des risques.

  • C’est open bar à tout les étages.

    Pour ceux qui se souviennent de la vidéo « pour le travail » d’Antoine Daniel
    https://youtu.be/fw3yDPBLVmY?t=181

    La justification de tous les pillages, toutes les dépense les plus folles et toutes les mesures liberticides les plus dégueulasse seront faites « au nom du bataclan. »

    -On va claquer le fric comme s’il en pleuvait …. pour le bataclan
    -On va surveiller vos moindre faits et gestes… pour le bataclan
    -On va profiter de tout ça pour vous piller tout azimut… pour le bataclan

    Le réveil dans quelques années avec une dette, une taxation et une dépense devenue abyssale dans un pays totalement sous surveillance va être douloureux.

    • C’est vieux comme le monde… Tout comme 9/11 a rendu possible de nombreuses choses outre-Atlantique (guerres, Patriot Act etc.)

      Hollande et ses complices avaient désespéremment besoin de leur petit 9/11. Pour masquer leurs responsabilités, pour maquiller le désastre.

      Quand à Simonci, c’est un petit marquis qui sert ses maîtres. Un passeur de plats (de lentilles).

      Le devoir tout honnête homme est BIEN ENTENDU de s’expatrier. De saigner l’Etat, en fermant le robinet à pognon.

      Et pour ceux qui restent : réduction des revenus, lever le pied, ne plus investir, consommer moins etc. C’est tout aussi efficace.

      La Grève doit être à la fois extérieure et intérieure.

      Il faut saigner le Leviathan, l’asphyxier, le pousser à la faute (via l’endettement)…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a une première phase dans laquelle on a vu des pans entiers d’industries partir en Asie ou en Inde. L’exemple typique est le textile où les technologies de production ont été mises à disposition du monde entier par des fabricants occidentaux de machines, suisses en l’occurrence.

 

Des machines et des procédés de production

Ils vendaient non seulement les machines, mais aussi les procédés de production. Quand les salaires vont de un à 70 comme c’était le cas entre l’Europe et des pays comme le Bangladesh, un producteur ... Poursuivre la lecture

Dans cette période difficile que nous traversons, une dizaine de bombes à retardement nous menacent à plus ou moins brève échéance. Je les traiterai individuellement dans de prochains articles.

L'une d'entre elles va prochainement éclater qui, malheureusement, ne fait pas la Une des médias. Il s’agit des entreprises dites zombies, celles qui ne sont pas ou plus viables, mais surtout celles qui ont artificiellement été maintenues la tête hors de l’eau avec le « quoiqu’il en coûte » mis en place à l'occasion du covid.

 

U... Poursuivre la lecture

Si la réalité du terrorisme est ancienne, le mot français est un héritage de la Révolution française. La Première République est née dans et par la Terreur.

La monarchie à peine renversée, une première Terreur pousse les révolutionnaires à massacrer dans les prisons de Paris plus de 1000 détenus considérés comme des « ennemis de l’intérieur » prêts à égorger les « patriotes » en septembre 1792. La plupart des victimes étaient de banals détenus de droit commun. Les éléments radicaux ne cessent de faire pression sur les organismes offici... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles